Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/11/18 : Journée nationale d’action samedi 17 novembre. En Lot-et-Garonne, les accès aux supermarchés, stations-service, centres-villes et à l’A62 risquent d’être perturbés. Plus d'infos sur http://www.lot-et-garonne.gouv.fr/

14/11/18 : Rencontre/débat avec les parlementaires du 47 autour de la réforme des retraites et des nouvelles revendications de l'ADRA 47 le vendredi 16 novembre à 14 H 30 à la Salle de l'Orangerie du Conseil Départemental d'Agen.

14/11/18 : Dans la continuité de la réflexion d’Agen 2030, des tables rondes autour du handicap et de l’accessibilité de la Ville d’Agen sont proposées le lundi 19 novembre de 14 h à 16 h 30, Salle des Illustres à l’Hôtel de ville d’Agen.

14/11/18 : Dans le cadre de la Journée international des droits de l’enfant, le centre social Maison pour Tous de la Masse (Agen) présentera le 20 nov dans son local à 17 h 30 les travaux des enfants inscrits au CLAS autour de la charte nationale.

14/11/18 : Invitée en Martinique afin de partager son expertise en vue de la création de La Cité du Rhum, La Cité du Vin accueillera à Bordeaux les 21 et 22 novembre une délégation martiniquaise porteuse de ce projet.

14/11/18 : Une lecture du livre posthume de « Charb » « Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes » se tiendra le 19 novembre à 20 h au théâtre du Pont Tournant, à Bordeaux.

14/11/18 : 10 établissements touristiques de Gironde viennent de recevoir l’Ecolabel européen hébergement touristique label officiel de la Commission européenne pour les établissements qui souhaitent allier qualité et écologie. En NA, 82 sont dénombrés.

14/11/18 : 10ème Forum Environnemental du Vin de Bordeaux le 6 déc au Palais des Congrès de Bordeaux. « Après avoir dressé le bilan des actions menées, cette journée permettra de partager l'ambition d'amener la filière vers une politique RSE collective. »

14/11/18 : Conférence autour de « La forteresse de Blanquefort » proposée par l’association Tout Art Faire, le 15 novembre de 19 h à 20 h 30, à l’Athénée Municipal et animée par Marietta Dromain, docteure en Archéologie.

14/11/18 : Mobilisation des avocats le 15 novembre à 11 h devant les marches du TGI de Bordeaux contre les dispositions du projet de loi de réforme de la justice 2018-2022, les « cinq chantiers de la Justice ».

14/11/18 : Table ronde sur l'inclusion des personnes handicapées le 22 nov de 9 h à 11 h 30 au Pullman Bordeaux Lac. Cet événement fera notamment le point sur la situation professionnelle des personnes handicapées en NA.

14/11/18 : Par arrêté du 13 novembre, Patrick Amoussou-Abdélé est nommé secrétaire général pour les affaires régionales de la région Nouvelle-Aquitaine auprès du préfet de région Didier Lallement. Il remplace Michel Stoumboff, nommé DRAAF de la région Bretagne.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/11/18 | De nombreux matchs de football reportés le 17 novembre en Dordogne

    Lire

    En raison du mouvement de protestation "Gilets jaunes" du samedi 17 novembre, le District de Football a sondé les clubs de Dordogne : 60% d’entre eux étaient favorables au report intégral des matches jeunes et féminines jeunes prévus à cette date. Les rencontres qui devaient avoir lieu dans le cadre du championnat brassage U15 poule B et D sont reportées au samedi 8 décembre. Idem pour les matches des coupes U18 et U15 Dordogne et District.

  • 15/11/18 | Lancement d'un projet d'habitat participatif à Pessac

    Lire

    Le jeudi 15 novembre à 18 h 30, un projet d'habitat participatif sera officiellement lancé à Pessac ; résultat de la mobilisation de Bordeaux Métropole, de la Ville de Pessac, de La Fab dans le cadre du programme 50 000 logements. Grâce à cette démarche novatrice une douzaine de foyers va, ainsi, devenir propriétaire d'une autre manière.

  • 15/11/18 | Un nouveau nom pour le réseau régional des transports

    Lire

    Préfigurateur de la future Loi d’Orientation des Mobilités, les délégués des 22 collectivités membres du Syndicat Mixte Intermodal de Nouvelle-Aquitaine ont voté en Comité syndical une nouvelle identité à la structure : Nouvelle-Aquitaine Mobilités. Un nouveau nom pour traduire une nouvelle échelle régionale qui regroupe 5 bassins définis ainsi : Sèvres-Atlantique, Vienne et Charente, Limousin et Périgord, Gironde et Garonne, Landes et Pyrénées. Chacun sera chapeauté par un vice-président.

  • 14/11/18 | Poitiers: Le Quartier du Palais veut votre avis

    Lire

    Une démarche de rencontre auprès des publics est lancé par la Ville de Poitiers afin de leur présenter le Projet du Quartier du Palais et de recueillir leur avis. A cet effet, une exposition itinérante circule sur le territoire de Poitiers et de Grand Poitiers avec à chaque étape un moment d’échange autour du projet. L’exposition sera présente du 19 au 23 novembre au Carré Bleu (Quartier des Couronneries). Pus d'informations

  • 14/11/18 | Hopital de La Rochelle Ré : le conseil de surveillance défie l'ARS

    Lire

    Quelques jours avant la prise de fonction officielle du nouveau directeur de l'hopital de La Rochelle-Ré, le conseil de surveillance a adopté à l'unanimité une motion en réaction à un courrier de l'ARS qui estimait les "efforts réalisés [en matière de gestion budgétaire] comme non satisfaisants" et exigeant "des mesures encore plus fortes" pour contrer le déficit de 0,3% de baisse d'activité. Une semonce "perçue comme un manque de considération et de confiance vis-à-vis du personnel", dit la motion.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Marek Halter à Pau : un conteur face à l'intolérance

22/11/2015 | Invité des rencontres littéraires que Pau a consacrées à l’enfance, l’écrivain Marek Halter a redit « l’incroyable puissance de la parole »

Marek Halter, interviewé lors des rencontres littéraires par le journaliste Philippe Lapousterle

« Pour vivre avec quelqu’un, il faut le valoriser ». Marek Halter aime donner des coups de pied dans les fourmilières qu’il rencontre. Quitte, mine de rien, à tordre un peu le bras à nos bonnes consciences. L’écrivain juif, qui a vu sa sœur mourir dans un camp de réfugiés pendant la seconde guerre mondiale, était l’un des nombreux invités des rencontres littéraires « Les idées mènent le monde », organisées à Pau. Au moment où la France vit le traumatisme des attentats terroristes, il a saisi l’occasion pour rappeler l’importance de l’attention portée à l’autre, mais aussi « l’incroyable puissance de la parole ».

« J’ai toujours tiré une leçon de ce que j’ai vécu » explique celui qui, gamin analphabète devenu aujourd’hui président d’un collège universitaire russe, raconte comment il a jadis fui les nazis avec ses parents pour se retrouver en Union soviétique dans un camp où la faim le tenaillait.

Les voleurs et « Les trois mousquetaires »Pour survivre, il fallait voler. « J’étais un bon voleur. Mais je ne courais pas vite » dit-il avec l’humour dont il ne se départit jamais. Admis dans un groupe de chapardeurs, l’enfant qu’il était a survécu en captivant ses copains par ses talents de conteur.
Les histoires qu’il leur proposait le soir, au moment du partage du butin, n’étaient pas les blagues salaces que ces derniers attendaient, mais les aventures des « Trois mousquetaires ».
« Je les ai fait rêver. C’est très important. Et j’ai découvert que, même des voleurs qui n’hésiteraient peut-être pas à tuer une petite vieille pour lui arracher son sac, étaient fascinés par un autre monde où on ne le fait pas ».

« Quelle aventure propose-t-on aujourd’hui à un môme de Saint-Denis ? " enchaîne Marek Halter. " Alors que d’autres l’envoient en Turquie, puis le mettent sur un char où il fait un selfie qu’il va envoyer à tous ses copains en se prenant pour James Bond. Personne n’est alors là pour lui dire qu’il ne s’agit pas d’une vraie aventure. Que celle-ci consiste à se serrer les coudes, comme dans les Trois Mousquetaires, pas à apporter la mort. C’est là où nous avons failli. Il est trop facile de rejeter la faute sur les autres. Non ! C’est peut-être aussi la nôtre ».
Voici quelques jours, un élu palois, proviseur d’un important lycée, se posait la même question lors d’une réunion exceptionnelle du conseil municipal. « Comment en est-on arrivé là ? Qu’est ce qui a raté ? » se demandait-il. Sans être vraiment  entendu.

« Si on me laisse parler … »Or, des histoires de ce type, la besace de Marek Halter en fourmille. Y compris lorsqu’elles concernent les autres. « Dans son livre « Si c’est un homme », Primo Levi raconte comment le maçon avec lequel il partageait son matelas à Auchwitz venait lui apporter la soupe qu’il n’avait plus la force d’aller chercher. Et il explique que ce n’est pas la soupe qui l’a sauvé, mais le geste ».
« Même dans les situations les plus inhumaines, on peut trouver de l’humain » estime l’écrivain. Avant d’expliquer à une salle comble pourquoi, pendant longtemps, on a bandé les yeux des condamnés avant de les exécuter. « Ce n’est pas pour protéger celui que l’on va tuer de la vision de la mort. C’est pour que le condamné ne puisse pas croiser le regard de son assassin. Car celui-ci va y trouver une part de son humanité ».

Là encore, ce fervent partisan du dialogue entre les religions – qui a invité des imams à chanter la Marseillaise devant le Bataclan afin de calmer quelques passantes excitées au lendemain des attentats-  insiste sur la force des mots. Même s’il faut pousser le raisonnement jusqu’à l’extrême. « Je suis persuadé que si une personne armée d’une kalachnikov se trouvait en face de moi et me laissait parler, elle ne me tuerait pas ».
Face à des fanatiques, l’hypothèse est-elle viable ? « Bien sûr, s’il tire, la question est réglée » admet Marek Halter. « Je ne contrôle pas les consciences de ceux qui s’accaparent la parole de Dieu et le prennent en otage ».

Mais il faut parler, encore et toujours, assure-t-il. « La chose la plus extraordinaire qui nous ait été donnée dans notre enfance, c’est la parole. Tant que je vivrai, je recommencerai ».

« La France est devenue multiple »De là à évoquer les rencontres que Martine Aubry, la maire de Lille, l’invite à avoir avec les écoliers quand il passe dans sa ville, il n’y a qu’un pas. Tout comme la manière dont il capte l'attention de ces gamins et les amène à comprendre les richesses d’une France « devenue multiple ». En leur parlant d’abord de leurs racines, des arabes qui ont joué un rôle essentiel dans l’émergence des mathématiques, ou encore de  l’amitié nouée entre Charlemagne et le calife Haroun ar-Rachid. Autant de sujets qui lui permettent ensuite d'aborder la question de l'intolérance, et l'horreur de la Shoah.
« Ils écoutent car ils se sentent valorisés » dit-il. « Or, aujourd’hui, on ne le fait pas. Alors que 10% de notre population aimerait que l’on s’adresse à elle comme ça » déplore-t-il.
« A Paris, des éboueurs africains m’interpellent régulièrement  lorsqu’ils passent devant chez moi » poursuit le conteur philosophe dont la barbe cache parfois un sourire. « J’ai écrit un livre dans lequel j’explique que la femme de Moïse était noire. Eux aussi ont compris qu’ils ont joué un rôle important dans l’histoire ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3824
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !