Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Martine en têtes de gondole, collections distinctes pour filles et garçons... Le retour des stéréotypes dans l'édition jeunesse

27/04/2011 |

Mélanie Decourt, éd Talents Hauts, Ariane Tapinos, librairie Comptines, Josée Lartet-Geffard, Lettres du Monde

Tandis que l'on assiste à l'émergence de certains clichés dans le secteur de l'édition jeunesse, la bibliothèque du Grand Parc, engagée dans la lutte contre le sexisme ( un des thèmes du 3ème Projet Social de la Ville de Bordeaux), a tenu table ronde sur le thème : "La fabrique des filles et des garçons - Retour de stéréotypes et émergence d'autres discours dans la littérature jeunesse contemporaine". Josée Lartet-Geffard, responsable de la programmation jeunesse à Lettres du Monde, Ariane Tapinos, responsable de la librairie Comptines, Mélanie Decourt, des éditions Talents Hauts et Virginie Antoine, bibliothécaire jeunesse étaient là pour évoquer leurs constatations, leurs réflexions et leurs (ré)solutions face à une tendance aussi éditoriale que sociétale.

Si en 68 les femmes envoyaient voler leur soutien-gorge, quarante-huit ans plus tard, on ne peut que le constater, les combats pour la libération féminine ont du plomb dans l'aile. Remise en cause de l'avortement, violences conjugales, discriminations, précarité, monoparentalité... Si on sait comment on fait les bébés, on ne sait toujours pas s'il y a "un chromosome de la petite voiture" et  ce qui, au-delà du genre, distingue vraiment  ou non les filles et les garçons. Rose Barbie pour les unes, kaki G.I. Joe pour les autres,  entre ces deux modèles dominants, longtemps, point de salut. Côté  support imprimé, pendant des années, les livres ont véhiculé des stéréotypes où la mère au foyer reprisait, faisait la cuisine ou oeuvrait dans des métiers subalternes pendant que le père fumait sa pipe, lisait son journal et avait une vie sociale. Depuis, les choses ont évolué, les livres d'apprentissage de la lecture ont véhiculé d'autres messages, les collections pour la jeunesse se sont multipliées pour envoyer voler les méthodes éducatives de la comtesse de Ségur et diversifier les histoires de pirates où les héroïnes (quand il y en avait) ne savaient que s'évanouir. Oui mais voilà !...

Martine... Le retour !
"On assiste à une véritAutres discours dans la littérature jeunesse contemporaineable dégradation et non à un sexisme par inadvertance ou hasardeux" constate Josée Lartet-Geffard, après son rapide panorama historique de la manière dont sont représentés les filles et les garçons dans les ouvrages pour enfants. " La réédition des livres des années 50 comme les Martine avec sa catastrophique représentation féminine est symptomatique". Car si la petite culotte blanche apparente et la bretelle qui tombe sur une épaule nue ont disparu, "la préfiguration de la future parfaite ménagère évoluant dans un monde aseptisé hors de toute réalité sociale est toujours présente". Les éditions Talents Hauts font partie de ces petits éditeurs jeunessedont la caractéristique  est de développer un catalogue consacré enpartie à des textes "tordant le cou aux clichés sexistes". Exemple, La princesse et le dragon."Il était une fois une princesse qui s'appelait Elisabeth et qui, très hardiment, sauvera le prince Romuald des griffes d'un  terrible dragon"... Un carton commercial qui ne faiblit pas. Unealternative à la ligne éditoriale développée par les éditions Fleurus qui cloisonnent leurs collections et proposent (notamment) des abécédaires pour les filles et les garçons. Même Gallimard se met à éditer en rose et bleu ...

Les clichés ont la peau dure
Difficile de désinstaller un programme initialisé depuis des lustres, perpétué et entretenu par les adultes eux-mêmes. "Les demandes des parents sont très traditionnelles". Moi-même, en étant consciente et en constatant des dérives sexistes, je ne me sens pas à l'abri d'avoir une attitude coincée dans une image stérétypée", reconnait Virgine Antoine, bibliothécaire, aux premières loges des comportements". "J'arrive à trouver et je propose des choses formidables dans ma librairie formidable", déclare avec humour Ariane Tapinos, responsable de la librairie spécialisée jeunesse Comptines. Mais  d'une manière générale, si on regarde les vente, ce sont les livres à petits prix qui se vendent le mieux au détriment de ceux qui ont du contenu. Dans les grandes surfaces ce sont les livres sexistes qui marchent".Les éditions Talents Hauts 1fille = 1 garçon Autre détail anecdotique mais qui en dit long  sur les conditionnements: " Chez Comptines, il n'y a que des femmes. Or dès qu'il y a un représentant homme  dans le magasin, de passage pour ses commandes, tous les clients et clientes s'adressent à lui".  Dans l'assemblée ce n'est guère plus encourageant, comme le confirme Isabelle au contact des adolescents dans les quartiers: "Non seulement on n'a pas gagné dans les rôles, mais on a perdu en respect. Les adolescents ne se mélangent pas et on sent une évolution négative." De fait, comme le souligne Brigitte Collet, élue de la mairie de Bordeaux à l'enfance et à la famille, juste avant de partir pour faire manger ses enfants..."entre le naturel et le culturel, entre ce qui est lu, entendu ou vu, il semblerait  que la véritable  question soit celle, plus large, du respect de l'autre dans sa diversité". Tout un catalogue à écrire à plusieurs mains. Des auteurs aux éditeurs, des parents aux médias, en passant par l'école et les institutions pour enrayer la machine à stéréotypes qui creusent les écarts et favorisent les inégalités. D'abord entre les filles et les garçons. Puis, entre les hommes et les femmes.

Photos : IC & éditions Talents Hauts

Isabelle Camus

Partager sur Facebook
Vu par vous
648
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !