Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Minh Tran Huy, lauréate du Prix littéraire Gironde - nouvelles écritures 2008

09/06/2008 |

la princesse et le pecheur

C'est avec une « délicieuse confusion entre le réel et l'imaginaire », comme l'a souligné Philippe Madrelle, président du Conseil Général de la Gironde, la mise en valeur du conte, et surtout la touchante sensibilité d'une écriture nostalgique, que Minh Tran Huy, une jeune journaliste de 29 ans, a su séduire le jury. Elle signe ainsi avec « La princesse et le pêcheur », son premier roman et un premier succès d'envergure nationale qui l'a, semble-t-il, déjà un peu dépassée.

C'est pour la 19ème fois qu'est decerné le Prix Gironde, nouvelles écritures. Lancé à l'initiative du Conseil Général de la Gironde et du Courrier Français, il récompense des écrivains francophones sur leur premier ou deuxième roman. « On veut privilégier des romans qui dénotent le début d'une oeuvre. » explique Bernard Cattanéo, président du Courrier Français « ... l'ambition étant, de faire sortir un écrivain, dont l'écriture touche le plus grand public et fait tout simplement rêver le lecteur dit "moyen" ». Le prix est doté, chaque année, d'un chèque de 7 600 €.

Retour à l'adolescence
La lauréate de cette année, Minh Tran Huy, est née à Paris en 1979, de parents Vietnamiens. Très tôt, elle s'intéresse à l'écriture, mais journalistique. A 27 ans, elle est déjà rédacteur en chef adjointe du Magazine Littéraire et dirige la chronique « Mots de Minuit » sur France 2. Elle fait paraître son premier roman « la Princesse et le pêcheur » en août 2007. L'idée de celui-ci germait en elle tout de même depuis une dizaine d'années. Mais comme elle l'explique « Je ne me sentais pas encore prête à raconter mon adolescence avec suffisamment de recul. »

Le Vietnam cette face caché

La princesse et le pêcheur de Minh Tran Huy
Acheter ce livre chez Mollat.com


Et, c'est en effet un récit presque autobiographique que nous livre l'auteur, bien qu'une grande partie des faits évoqués soitfictive. Le trait principal du récit ne laisse cependant pas d'ambigüité. L'héroïne, née en France de parents Vietnamiens, part en voyage au Vietnam. Elle y découvre les multiples tragédies et souffrances, cachées pendant des années par ses parents, de ce pays qu'elle n'a jamais pu vraiment connaître, ni retrouver. « L'itinéraire de ce voyage ressemble à une carte postale ; d'un côté on voit que de belles choses, mais quand on la retourne, la réalité s'avère bien différente. »

Une histoire d'amour
Le déclic, qui a donné un vrai élan à l'ouvrage, fut la rencontre de l'auteur avec un jeune Vietnamien, qui avait fui le régime communiste pour s'installer clandestinement à l'étranger. Contrairement à la réalité, la rencontre débouche sur une vraie histoire d'amour. Un amour cependant impossible, entre une jeune fille issue d'une immigration aisée et un « boat people ». Mais cet amour est justement pour la fille « le reflet d'un pays qu'elle ne connaît pas » selon Mme Minh. Elle a donc besoin de cet inconnu qui représente « le seul moyen d'approcher le Vietnam, de déterrer ses mystères. » Le sentiment d'isolement que connaît l'héroïne en tant qu'enfant unique, mais aussi par rapport à ses parents, ne fait que rendre le couple encore plus proche.

Le conte: une passerelle entre le réel et l'imaginaire
Cette histoire d'amour, qui est au fond plus une création de l'imaginaire qu'un sentiment réel, se voit relayée dans le roman par un conte vietnamien sur... « la princesse et le pêcheur ». Celui-ci raconte l'histoire d'une princesse, vivant dans une tour, qui, isolée, écoutait chaque jour un pêcheur chanter au bord de la rivière. Ne l'ayant jamais vu, elle tombe amoureuse de lui ou plutôt du fantasme né de son chant. Tout au long du livre, l'auteur a recours à ce conte et bien d'autres encore, en maintenant ainsi la confusion entre le réel et l'imaginaire.

"Mono no awari"
Le conte, tout comme l'histoire vraie, parle ensuite de la disparition du mystérieux jeune homme. L'héroïne ne pourra plus le retrouver. L'auteur aborde ainsi un autre sujet, celui de la nostalgiMinh Tran Huye envers les gens, qu'on aimait et qui nous ont brusquement quittés ; envers des souvenirs d'évènements, d'expériences qui ne reviendront jamais. Elle évoque le crédo japonais « mono no awari » - la poignante mélancolie des choses, que l'on ressent lorsque quelqu'un disparaît, que l'on perd de vue. Une nouvelle métaphore sur le passé de Mme Minh, qui a « perdu de vue » son pays d'origine. Elle en a gardé des souvenirs mais est parfaitement consciente que ceux-ci ne deviendront plus jamais réalité.

Journaliste et écrivain, un mariage difficile
En dehors du caractère de l'histoire elle-même, l'écriture n'est pas venue facilement pour une autre raison. « J'ai dû me débarasser de certains réflexes et tics journalistiques. » avoue l'auteur «... abandonner les raccourcis, et se lâcher au niveau du style ; il me fallait décoquiller la plume pour perdre les instincts de journaliste. » Si l'on ajoute à cela les nombreux soupçons de copinage qui accompagnent la publication d'un ouvrage dont l'auteur est journaliste, le résultat final n'était pas du tout évident.

Le succès... on peut en avoir parfois assez
Mme Minh semble dailleurs déjà un peu épuisée par ce succès inattendu. Elle, qui aimerait bien travailler à un nouveau roman, devant encore assumer la rédaction d'un magazine et d'une chronique, en ne parlant même pas de ses obligations familiales, ne trouve pas le temps. « La promotion d'un livre c'est beaucoup de déplacements, rencontres, qui prennent du temps. » avoue-t-elle « Je ne sens pas de disponibilité d'esprit, j'attends donc vraiment les vacances. »

Piotr Czarzasty

Partager sur Facebook
Vu par vous
1689
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
TRAN NGOC LONG | 09/06/2008

Je suis journaliste du journal PHAP LUAT THANH PHO HO CHI MINH au Vietnam.
Pouvez-vous me donner l'adresse du courrier électronique de Minh Tran Huy.

Webmestre | 10/06/2008

Bonjour, nous ne disposons pas de l'adresse email de Minh Tran Huy mais notre journaliste vous envoie en direct quelques informations qui devraient vous permettre d'entrer en contact avec elle.
Merci de nous lire d'aussi loin ;)

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !