Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | ôQueens (a body lab) : une expérience artistique de la féminité et de l'humanité

10/02/2009 |

ôQueens (a body lab) - Frédéric Desmesure

Attention ôQueens (a body lab) mérite un avertissement. Que toute personne pensant assister à une représentation chorégraphique contemporaine se renseigne en amont: aller voir un spectacle de Michel Schweizer n'est ni assister à de la danse, ni entendre une pièce de théâtre, ni même consommer une quelconque forme artistique tranquillement installé dans son fauteuil.

Assister au spectacle ôQueens demande un éveil intellectuel intense, une propension à accepter l'abstraction, une curiosité naturelle et quelques clés préalables pouvant éclairer le cheminement du metteur en scène/chorégraphe dans cette nouvelle expérience philosophico-sensitive. Mais ôQueens mérite l'attention qu'il nous demande, ne serait-ce que pour découvrir ce travail exigeant qui caractérise Michel Schweizer, sans doute l'un des artistes de la scène ayant le plus réussi à imposer sa patte ces dernières années.

Un artiste à l'identité remarquable

Dans une production théâtrale et chorégraphique en expansion, proposant une offre foisonnante de spectacles, certains artistes parviennent à s'extirper de la masse pour imposer leur univers mental et scénique. Qu'on pense à un Joël Pommerat ou à un Pippo Delbono et le lien vers une image, un fragment de spectacle ou une lumière s'opère immédiatement, affichant la singularité de tel ou tel artiste.Pour qui a pu assister au spectacleBleib il y a deux ans, ou plus récemment au travail organisé en collaboration avec l'ensemble de musique contemporaine Proxima Centauri, l'esthétique de Michel Schweizer s'apparente à ce type d'identification. Difficile aujourd'hui de ne pas reconnaître le travail scénique et dramaturgique de l'artiste, tant l'adéquation lumière/ texte/ mise en scène de communauté éphémère le caractérise. Pour résumer succinctement, Michel Schweizer met en jeu des expériences sensibles et esthétiques inclassables, interprétées par des prestataires de services ayant pour but de réinjecter une réalité sociétale ou humaine sur scène. Après les bergers allemands et maîtres chiens de Bleib, il s'intéresse dans ôQueens à l'identité féminine, provoquant cette fois la rencontre avec une strip-teaseuse, une ballerine et une culturiste accompagnées d'un chanteur basque et d'un narrateur.

Une oeuvre exigeante et stimulante

Si sur dossier le propos est clair, il faut s'attarder plus longuement à la contemplation du spectacle pour en saisir l'intention. Car ôQueens est une oeuvre difficile, certains iront jusqu'à dire élitiste, mais qui au final s'avère étrangement stimulante. Pénétrer dans l'univers Schweizer, c'est découvrir les multiples stimuli de cette expérience artistique unique. D'abord visuel, traverser son espace équivaut à entrer dans un carré monochrome pouvant varier d'intensité ou de couleur mais toujours froid et clinique. C'est découvrir une esthétique laborantine, agrémentée d'un travail sonore très subtil alternant grésillements imperceptibles, musique lancinante et fantomatique ou explosions sonoresfulgurantes et libératrices. C'est aussi et surtout rencontrer des corps et des voix habituellement tues, à priori dénués d'intérêt scénique ou dramaturgique et classés dans la catégorie ordinaire. Ici la primauté est donnée à trois femmes engagées dans un travail quotidien d'exposition et de transformation plastique, trois reines de la représentation brouillant les distinctions des genres dans leurs métamorphoses physiques. Comme toujours chez le metteur en scène la parole leur est donnée, un discours interrogeant la condition féminine et plus largement celle de l'humanité au travers de voix off de chiens présents sur scène, entités canines réflexives et cyniques. Une autre manie du metteur en scène qui se plait à instaurer par le biais d'animaux des conversations philosophiques existentielles et sociétales écrites par des intellectuels tels que Dany-Robert Dufour. Second stimuli lorsque captivé par les voix, on tente d'en percevoir le sens, persuadé que le discours estfondamental dans un spectacle et qu'on nous offre enfin la possibilité de réfléchir de façon plus conceptuelle et globale surla condition humaine.

De Bleib à ôQueens, un pas supplémentaire vers une abstraction discursive

Dans cette nouvelle création, Michel Schweizer franchit un cap supplémentaire dans l'abstraction et l'abolition des genres en imaginant une oeuvre extrêmement plastique qui joue plus intensément que la précédente sur la mise en scène des corps. On ne peut s'empêcher de songer à un prolongement de Bleib, qui se serait radicalisé en évitant toute parole superflue, comme nous le précise l'avertissement du début: “Ne parlez que pour fournir des informations nécessaires à la réalité conjoncturelle de l'échange”. Les ficelles sont les mêmes, on retrouve les inscriptions sur écran, la gente canine, des interprètes principaux n'ayant aucun lien avec le spectacle vivant, quelques mouvements chorégraphiques justifiant sa classification et l'envie de déstabiliser l'ordre établi par la parole atypique de corps socialement muets. Une parole de technicienne, ambivalente, entre ironisation de soi et hystérie de la retenue et de l'effort continu. Une micro-société pour parler de phénomènes plus larges. Si l'intention est la même à une communauté près, le bavardage et l'ironie présents dans Bleib permettaient une entrée plus aisée dans l'univers du créateur. Ici, la facilité cède définitivement la place à une pensée dense et condensée, à peine perceptible et à une identité visuelle et sonore s'octroyant le premier rôle. L'enjeu en devient par conséquent plus obscur, demandant au spectateur de créer du lien entre les différents éléments sans lui laisser la moindre piste. C'est là toute l'ambiguïté de ce nouvel opus qui vise à convoquer sur scène un morceau d'ordinaire mais qui exclut une partie du public à qui il entend parler. Reste alors à se faire happer par la force artistique et la singularité de l'oeuvre pour en apprécier l'opacité, sans tenter d'en décrypter la totalité. Pénétrer dans un spectacle de Michel Schweizer c'est accepter de se sentir concerné par un dialogue avec la scène qui nous dépasse mais dont on peut percevoir en filigrane les bienfaits inhérents, c'est enfin avoir l'impression éphémère et égoïste d' intégrer une société artistique dont seuls quelques “élus” auraient la clé.

Photo : Frédéric Desmesure

Hélène Fiszpan

ôQueens (a body lab), conception, scénographie et direction Michel Schweizer.
Compagnie La coma - www.la-coma.com


Partager sur Facebook
Vu par vous
542
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !