Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Ouverture de l'Institut Confucius de Pau : "n'être ni frileux, ni naïf"...

07/10/2019 | Le lundi 30 septembre, l'Institut Confucius Pau Pyrénées a ouvert ses portes.

Les locaux de l'Institut Confucius Pau Pyrénées

A Pau, au 9 rue Valéry Meunier, un Institut Confucius a ouvert ses portes le 30 septembre dernier. Le lieu, visant « à promouvoir la langue et la culture chinoise » propose des cours de chinois ainsi que des ateliers culturels, artistiques ou autres conférences et expositions. Et le succès est déjà au rendez-vous avec près de 100 adhérents inscrits aux différents cours proposés. De quoi satisfaire les principaux partenaires locaux de l'Institut : la Ville et l'UPPA, qui avant même son ouverture y voyaient « un trait d'union et lieu de rencontre, entre les cultures chinoise et française », dixit François Bayrou. Pourtant l'installation de cet Institut, directement rattaché au pouvoir central de Xi Jinping, ne va pas sans susciter des inquiétudes, celles de certaines associations de défense des droits de l'homme, à l'image d'Initiative Citoyenne, à Lormont en Gironde.

L'Institut Confucius (IC) palois est le 18ème institut du genre en France, selon le site du Hanban, l'Agence chinoise qui pilote depuis Pékin l'installation de ces centres culturels à travers le monde. Ambition affichée : promouvoir la culture et la langue chinoise. Les cours (pour enfants et adultes) sont dispensés par des professeurs de langue maternelle chinoise. Ils sont détachés de l'université XISU (située à Xi'an) qui est, comme le veut le modèle-type de ces Instituts, l'Université chinoise partenaire de l'IC palois au côté de la ville de Pau et de l'UPPA (Université de Pau et des Pays de l'Adour). Après une adhésion de 20 € par an les tarifs proposés sont très attractifs : environ 3 euros l'heure de cours, au rythme de 2 cours par semaine. Et des tarifs réduits sont aussi mis en place pour les étudiants et personnels de l'UPPA.

"La Chine c'est une réalité à prendre en compte. Un incontournable"
Organisé sous forme d'association réunissant les partenaires pré-cités, l'Institut Confucius de Pau est donc sur le papier, et dans l'esprit de ses promoteurs, François Bayrou en tête, un centre culturel diplomatique à l'image des Goethe Institut, Institut Cervantès ou autre Alliance Française. Un outil culturel de premier ordre, soulignant « la vocation de Pau à être une Ville ouverte sur le monde et identifiée par le monde », insistait François Bayrou en juin dernier lors de l'assemblée générale constitutive de la structure.

Quant à Mohamed Amara, Président de l'UPPA, cet Institut Confucius, qui ne s'adresse pas qu'au grand public, c'est la traduction de la volonté de l'Université de vouloir « monter en puissance » sur la Chine. « La Chine, c'est un incontournable. C'est 1,3 milliard d'habitants, c'est la deuxième puissance mondiale, et elle détient des compétences vraiment remarquables dans les domaines des sciences et des technologies. C'est une réalité à prendre à compte ; il faut en connaître la langue, et la culture pour pouvoir être offensif dans le jeu international ».
Concrètement ce partenariat avec l'Université de Xi'an, à travers l'Institut, c'est « l'opportunité d'unités d'enseignement partagées tout en permettant à nos étudiants de progresser et de se consolider en Chinois en suivant, à Pau, une formation certifiée [comparable au TOEFL aux USA, NDLR] et donc valorisable dans leur cursus. De plus, cela s'inscrit dans la logique du renforcement des partenariats déjà existants avec d'autres universités chinoises et du nombre toujours croissant d'étudiants chinois accueillis sur notre campus. »

Installation de l'Institut Confucius Pau Pyrénées à la Mairie en juin 2019 de Pau


"On fait entrer le loup dans la bergerie"
Pourtant si l'heure est à l'enthousiasme au niveau local, la polémique existe autour de ces Instituts, qui par le biais du Hanban, sont directement reliés et soumis au pouvoir chinois en place. Au niveau international, au Canada, aux Etats-Unis, en Suède, ou même en France, plus précisément à Lyon, des universités ont été amenées à rompre leur partenariat avec ces centres. Certaines, comme à Stasbourg, ont refusé d'intégrer le partenariat proposé par l'Institut local.  « Les risques pointés à ces diverses occasions ont été la perte de l'intégrité académique, la violation des droits de l'homme, l'influence étrangère voire la violation potentielle de la sécurité nationale », pointe l'association Initiative Citoyenne, dont l'objet est « de dénoncer les violations des Droits de l'Homme en Chine, et de promouvoir la culture traditionnelle chinoise à travers des activités artistiques, physiques et sportives », décrit depuis Lormont sa présidente Brigitte Guiraud.

Autre point noir, dénoncé par l'association, le matériel pédagogique des Instituts Confucius est fourni, et rédigé, par Pékin... Outre la crainte d'un regard biaisé sur le régime en place, certains sujets ne sont "clairement" pas à l'ordre du jour, du Tibet à Tiananmen, en passant par le peuple Ouïgour, la révolution culturelle, ou encore les relations avec Hong Kong, dont l'actualité fait tristement écho. « Avec ces Instituts, on fait entrer le loup dans la bergerie à travers une véritable propagande par omission » ou, à tout le moins, la diffusion d'une image lissée « d'un régime totalitaire et criminel », pointe amèrement l'association qui dénonce, quant à elle, clairement ces structures comme des « chevaux de Troie de la Chine».

Dénoncé aussi par Initiative Citoyenne, le financement de bourses et de séjours en Chine, tendant à faire des bénéficiaires revenus en France, le plus souvent des étudiants, professeurs ou acteurs économiques, de véritables ambassadeurs du pays. Une méthode de "soft power" diplomatique, qu'en réalité la Chine n'est pas la seule à mettre en oeuvre, mais les régimes politiques ne sont pas partout les mêmes...

Une subvention de 130 000€
Sur les finances de l'association qui porte l'Institut palois, François Bayrou rappelait en juin dernier que « dans le budget, investissement et fonctionnement seront partagés avec le Hanban, qui participera à hauteur de 50%. Cela permet ainsi à chacun, partenaires chinois et français, de garder sa liberté. ». Mais sur le budget de la première année de la structure sino-paloise, estimé à 163 000 €, une subvention de 130 000€ vient directement du Hanban, « à titre exceptionnel », comme « subvention de démarrage ».

Et la liste des récriminations, basée sur des extraits de discours de personnalités chinoises, sites institutionnels chinois, ou autres témoignages de personnalités des mondes diplomatique et universitaire, notamment, est longue. Elle est d'ailleurs compilée dans un document envoyé par l'association lormontaise aux responsables français, candidats à l'installation de ces centres dans leurs villes et universités. « Messieurs Amara et Bayrou ont eu l'occasion d'avoir accès à ce document. Je leur ai personnellement fait parvenir », assure Brigitte Guiraud.

Pas de quoi pour autant entamer l'optimisme de ces derniers. François Bayrou confiant récemment à une consoeur du journal Les Echos, à propos de l'Institut Confucius de Pau : « Je ne crois absolument pas qu'il s'agisse d'un cheval de Troie de la Chine ». Mohamed Amara, quant à lui, concédant tout de même « l'existence de polémiques dans certains endroits » mais sans rien céder de sa conviction sur la nécessité de cet institut à Pau, invite ainsi « à ne pas être frileux », « ni naïfs » ajoute-t-il tout de même.

Hasard du calendrier, c'est la veille des grandes célébrations des 70 ans du régime communiste chinois, et d'une répression violente à Hong-Kong, que l'Institut Confucius Pau-Pyrénées a ouvert ses portes.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Google street view

Partager sur Facebook
Vu par vous
9664
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !