Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/06/20 | Océan: I Clean My Sea joue collectif contre la pollution plastique

    Lire

    La pollution plastique de l'océan est la 2ème urgence environnementale après le réchauffement climatique. Partant du principe que les fleuves sont le vecteur le plus important de contribution à cette pollution, la société I Clean My Sea, basée à Bidart, propose avec le soutien du Conseil Régional, l'exploitation d'un navire spécialisé pour la collecte et le tri des déchets flottants sur l'estuaire de l'Adour. Afin d'optimiser le repérage des déchets flottants, elle propose l'exploitation d'une application mobile permettant à tous les usagers de la mer d'aider gratuitement les marins dans leurs efforts de collecte.

  • 01/06/20 | La Rochelle : une piétonnisation progressive du centre-ville

    Lire

    Afin d'assurer la réouverture des bars et des restaurants, la ville de La Rochelle a décidé d'étendre temporairement ses espaces piétons. Objectif : étendre, voire créer des terrasses pour que les restaurateurs puissent travailler dans le respect des normes Covid. "Nous n'augmentons pas la capacité d'accueil, nous la répartissons différemment", précise le maire Jean-François Fountaine. La piétonnisation va s'effectuer dès le 4 juin au niveau du marché, et être étendue à partir de mi-juin.

  • 31/05/20 | Covid 19 : les personnels de l'hôpital de Périgueux pourront recevoir la prime de 1500 €

    Lire

    Les personnels de l'hôpital de Périgueux, mobilisés pendant la crise sanitaire, pourront toucher la prime Covid de 1500€. Le député de Dordogne Philippe Chassaing, qui a appuyé la demande auprès du gouvernement, l'a annoncé ce samedi 30 mai dans un communiqué. Il précise que "le chef d'établissement pourra en effet décider du relèvement de la prime à 1500€ dans les services au sein desquels les agents ont été particulièrement impliqués, dans la limite de 40% des effectifs de l'hôpital."

  • 31/05/20 | Covid 19: dépistage dans 40 communes de Creuse

    Lire

    Existence préoccupante d'un Foyer de contamination du Covid 19 en Creuse où un cas, parmi les professionnels de santé à domicile, a été détecté le 24 mai à Guéret et deux autres depuis. L'Agence Régionale de santé et sa délégation départementale ont donc mis en œuvre des tests collectifs auprès de 59 particuliers et 40 professionnels . En outre une campagne de dépistage est entreprise dans 40 communes du département qui va concerner près d'un millier de personnes, notamment âgées bénéficiant de soins à domicile.

  • 31/05/20 | Arette (64): L'usine d'espadrille devenue tiers-lieu

    Lire

    Le tiers-lieu Pic Nic implanté à Arette (1 000 habitants) dans le Haut-Béarn, en vallée de Barétous au sud de Pau et d'Oloron-Sainte-Marie se développe. Impulsé en 2013 par l'achat par un couple d'architectes de l'ancienne usine d'espadrille du village, le lieu, espace de travail partagé et est devenu un outil commun à une dizaine de professionnels indépendants et télétravailleurs salariés. Afin de développer le tiers-lieu, tout en permettant l'émergence de projets communs, il a pris le statut de Société Coopérative d'Intérêt Collectif, que la commune souhaite intégrer. La création d'extensions est aussi envisageé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Ouverture de l'Institut Confucius de Pau : "n'être ni frileux, ni naïf"...

07/10/2019 | Le lundi 30 septembre, l'Institut Confucius Pau Pyrénées a ouvert ses portes.

Les locaux de l'Institut Confucius Pau Pyrénées

A Pau, au 9 rue Valéry Meunier, un Institut Confucius a ouvert ses portes le 30 septembre dernier. Le lieu, visant « à promouvoir la langue et la culture chinoise » propose des cours de chinois ainsi que des ateliers culturels, artistiques ou autres conférences et expositions. Et le succès est déjà au rendez-vous avec près de 100 adhérents inscrits aux différents cours proposés. De quoi satisfaire les principaux partenaires locaux de l'Institut : la Ville et l'UPPA, qui avant même son ouverture y voyaient « un trait d'union et lieu de rencontre, entre les cultures chinoise et française », dixit François Bayrou. Pourtant l'installation de cet Institut, directement rattaché au pouvoir central de Xi Jinping, ne va pas sans susciter des inquiétudes, celles de certaines associations de défense des droits de l'homme, à l'image d'Initiative Citoyenne, à Lormont en Gironde.

L'Institut Confucius (IC) palois est le 18ème institut du genre en France, selon le site du Hanban, l'Agence chinoise qui pilote depuis Pékin l'installation de ces centres culturels à travers le monde. Ambition affichée : promouvoir la culture et la langue chinoise. Les cours (pour enfants et adultes) sont dispensés par des professeurs de langue maternelle chinoise. Ils sont détachés de l'université XISU (située à Xi'an) qui est, comme le veut le modèle-type de ces Instituts, l'Université chinoise partenaire de l'IC palois au côté de la ville de Pau et de l'UPPA (Université de Pau et des Pays de l'Adour). Après une adhésion de 20 € par an les tarifs proposés sont très attractifs : environ 3 euros l'heure de cours, au rythme de 2 cours par semaine. Et des tarifs réduits sont aussi mis en place pour les étudiants et personnels de l'UPPA.

"La Chine c'est une réalité à prendre en compte. Un incontournable"
Organisé sous forme d'association réunissant les partenaires pré-cités, l'Institut Confucius de Pau est donc sur le papier, et dans l'esprit de ses promoteurs, François Bayrou en tête, un centre culturel diplomatique à l'image des Goethe Institut, Institut Cervantès ou autre Alliance Française. Un outil culturel de premier ordre, soulignant « la vocation de Pau à être une Ville ouverte sur le monde et identifiée par le monde », insistait François Bayrou en juin dernier lors de l'assemblée générale constitutive de la structure.

Quant à Mohamed Amara, Président de l'UPPA, cet Institut Confucius, qui ne s'adresse pas qu'au grand public, c'est la traduction de la volonté de l'Université de vouloir « monter en puissance » sur la Chine. « La Chine, c'est un incontournable. C'est 1,3 milliard d'habitants, c'est la deuxième puissance mondiale, et elle détient des compétences vraiment remarquables dans les domaines des sciences et des technologies. C'est une réalité à prendre à compte ; il faut en connaître la langue, et la culture pour pouvoir être offensif dans le jeu international ».
Concrètement ce partenariat avec l'Université de Xi'an, à travers l'Institut, c'est « l'opportunité d'unités d'enseignement partagées tout en permettant à nos étudiants de progresser et de se consolider en Chinois en suivant, à Pau, une formation certifiée [comparable au TOEFL aux USA, NDLR] et donc valorisable dans leur cursus. De plus, cela s'inscrit dans la logique du renforcement des partenariats déjà existants avec d'autres universités chinoises et du nombre toujours croissant d'étudiants chinois accueillis sur notre campus. »

Installation de l'Institut Confucius Pau Pyrénées à la Mairie en juin 2019 de Pau


"On fait entrer le loup dans la bergerie"
Pourtant si l'heure est à l'enthousiasme au niveau local, la polémique existe autour de ces Instituts, qui par le biais du Hanban, sont directement reliés et soumis au pouvoir chinois en place. Au niveau international, au Canada, aux Etats-Unis, en Suède, ou même en France, plus précisément à Lyon, des universités ont été amenées à rompre leur partenariat avec ces centres. Certaines, comme à Stasbourg, ont refusé d'intégrer le partenariat proposé par l'Institut local.  « Les risques pointés à ces diverses occasions ont été la perte de l'intégrité académique, la violation des droits de l'homme, l'influence étrangère voire la violation potentielle de la sécurité nationale », pointe l'association Initiative Citoyenne, dont l'objet est « de dénoncer les violations des Droits de l'Homme en Chine, et de promouvoir la culture traditionnelle chinoise à travers des activités artistiques, physiques et sportives », décrit depuis Lormont sa présidente Brigitte Guiraud.

Autre point noir, dénoncé par l'association, le matériel pédagogique des Instituts Confucius est fourni, et rédigé, par Pékin... Outre la crainte d'un regard biaisé sur le régime en place, certains sujets ne sont "clairement" pas à l'ordre du jour, du Tibet à Tiananmen, en passant par le peuple Ouïgour, la révolution culturelle, ou encore les relations avec Hong Kong, dont l'actualité fait tristement écho. « Avec ces Instituts, on fait entrer le loup dans la bergerie à travers une véritable propagande par omission » ou, à tout le moins, la diffusion d'une image lissée « d'un régime totalitaire et criminel », pointe amèrement l'association qui dénonce, quant à elle, clairement ces structures comme des « chevaux de Troie de la Chine».

Dénoncé aussi par Initiative Citoyenne, le financement de bourses et de séjours en Chine, tendant à faire des bénéficiaires revenus en France, le plus souvent des étudiants, professeurs ou acteurs économiques, de véritables ambassadeurs du pays. Une méthode de "soft power" diplomatique, qu'en réalité la Chine n'est pas la seule à mettre en oeuvre, mais les régimes politiques ne sont pas partout les mêmes...

Une subvention de 130 000€
Sur les finances de l'association qui porte l'Institut palois, François Bayrou rappelait en juin dernier que « dans le budget, investissement et fonctionnement seront partagés avec le Hanban, qui participera à hauteur de 50%. Cela permet ainsi à chacun, partenaires chinois et français, de garder sa liberté. ». Mais sur le budget de la première année de la structure sino-paloise, estimé à 163 000 €, une subvention de 130 000€ vient directement du Hanban, « à titre exceptionnel », comme « subvention de démarrage ».

Et la liste des récriminations, basée sur des extraits de discours de personnalités chinoises, sites institutionnels chinois, ou autres témoignages de personnalités des mondes diplomatique et universitaire, notamment, est longue. Elle est d'ailleurs compilée dans un document envoyé par l'association lormontaise aux responsables français, candidats à l'installation de ces centres dans leurs villes et universités. « Messieurs Amara et Bayrou ont eu l'occasion d'avoir accès à ce document. Je leur ai personnellement fait parvenir », assure Brigitte Guiraud.

Pas de quoi pour autant entamer l'optimisme de ces derniers. François Bayrou confiant récemment à une consoeur du journal Les Echos, à propos de l'Institut Confucius de Pau : « Je ne crois absolument pas qu'il s'agisse d'un cheval de Troie de la Chine ». Mohamed Amara, quant à lui, concédant tout de même « l'existence de polémiques dans certains endroits » mais sans rien céder de sa conviction sur la nécessité de cet institut à Pau, invite ainsi « à ne pas être frileux », « ni naïfs » ajoute-t-il tout de même.

Hasard du calendrier, c'est la veille des grandes célébrations des 70 ans du régime communiste chinois, et d'une répression violente à Hong-Kong, que l'Institut Confucius Pau-Pyrénées a ouvert ses portes.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Google street view

Partager sur Facebook
Vu par vous
7912
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 4 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !