Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Paco Ibáñez à Cenon: il reste encore des fous en Espagne

16/04/2014 | Le chanteur espagnol Paco Ibáñez a chanté le mardi 8 avril à Cenon des poèmes qu'il a mis en musique et des chansons qu'il a adaptées tout au long de sa vie. Un coup de coeur pour Pau Dachs

Le chanteur Paco Ibáñez

Le chanteur Paco Ibáñez et son public ont joui de la culture ce mardi 8 avril à Cenon. Des poèmes mis en musique et des chansons adaptées ont brillé avec le même naturel qu'ils ont raillé les politiciens du présent, "culturellement des abrutis". De l'espagnol Goytisolo à Brassens, "le plus grand troubadour de l'humanité", en passant par la poésie catalane, basque, galicienne et provençale. Paco Ibáñez a revendiqué la paternité de la démocratie espagnole pour les républicains fusillés, au détriment de l'ex-président Suárez, récemment décédé. Il a opposé l'admiration pour García Lorca vers les gitans avec le propos de Valls sur les Roms. Il ne reste plus des hommes fous, a-t-il dit en chantant le poète León Felipe. Mais ce soir-là il en restait, au moins, un.

Le Rocher de Palmer est bondé quand la voix du chanteur espagnol Paco Ibáñez fait irruption en l'ambiance avant qu'il apparaisse lui-même sur la scène. Elle récite le poème "En tiempos de ignominia" (En temps d'ignominie), de l'espagnol José Agustín Goytisolo. "C'est le chant la voix et le mot: la seule patrie qu'on ne pourra jamais nous voler, même en nous mettant de dos contre le mur", dit l'une de ses strophes, traduit en français. Puis, l'artiste arrive habillé de noir, des pieds à la tête. Pendant tout le concert il se montrera gai et simple vers le public, lui parlera et l'invitera à chanter. Ses poèmes, sa guitare et ses anecdotes sont solennels, mais toujours accessibles.

La première chanson est "Déjame en paz amor tirano, déjame en paz" (Laisse-moi en paix, amour tyrannique, laisse moi en paix), du poète espagnol du 16e siècle Luis de Góngora. Aussitôt après c'est le tour de son contemporain Francisco de Quevedo. «Es amarga la verdad » (Elle est amère la vérité) sert de prétexte pour Ibáñez à parler de la mort d'Adolfo Suárez, le premier président espagnol après la dictature franquiste et récemment décédé. "On entend qu'il était le père de la démocratie en Espagne. Il faut supporter tout ça! Les pères de la démocratie sont les républicans fusillés par les franquistes!". Plus tard, avant d’interpréter l’anonyme "Romance de un pastor desesperado" (Romance d'un berger désespéré), dans lequel le berger n'attend pas de paix de la morte car il n'a été jamais bien aimé, il lui arrive une deuxième opportunité. "Je me venge de l’Église", affirme-t-il. Quand il était petit, les curés lui assuraient qu'il pourrait devenir un rocher, parmi plusieurs éléments, s'il mangeait l’hostie. Cela l'épouvantait, mais il la mangeait pour éviter d'être puni par son oncle; et la transformation ne lui est pas encore arrivée...
Exil et BrassensIl faut un peu de contexte. Paco Ibáñez est né à Valencia en 1934, le dernier de quatre enfants. Son père valencien et sa mère basque se sont connus à Paris. Ils y ont d’abord vécu dans puis à Barcelone, avant d’être obligés de s'exiler en région parisienne après la guerre d’Espagne. Son père a été arrêté et envoyé dans les camps de travail de Saint-Cyprien et d’Argelès, réservés aux républicains espagnols. La mère et les enfants sont partis alors à San Sebastián pour y travailler. Paco habitera au hameau familial d’Apakintza avec ses oncles. En 1948, la famille rejoint clandestinement le père à Perpignan. Paco apprend le métier d’ébéniste avec son père et il commence à étudier le violon pour bientôt le remplacer par la guitare.

On écoute de nouveau Ibáñez à ses 79 ans à Cenon. Il raconte comment à Paris il a découvert le “message profond” de Georges Brassens, celui qu'il considère “le plus grand troubadour de l'humanité” et qu'il a rencontré quelques années plus tard. Au début de sa carrière Ibáñez a chanté les chansons de Brassens traduites en castillan. Maintenant il ose chanter la version originale de “Le parapluie”, avec la complicité du public.Les languesAvant d'évoquer Brassens, Ibáñez a chanté en galicien et en basque. Pour commencer, le poème d'amour pour la nature d'Antonio Garcia Teixeiro "Que ocorre na terra" (Qu'est-ce qu'il arrive à la terre). Puis, "Bihotza" (Coeur), une chanson qui fait partie du disque "Oroitzen" (Souvenirs), dans lequel le chanteur revit son enfance au Pays Basque. "La langue c'est le fondement d'un individu et d'un pays. C'est ça ce qu'ils ne connaissent pas à Madrid", a-t-il critiqué. Plus tard il chante en provençal "Nani", une chanson écrite par une femme qui a refusé l'amour de son ami Pierre Pascal. Et comme dernière expression de son amour à la langue (sauf l'anglais, parcequ'il en a marre de le voire "se couler partout") il entonne "Barques de paper" (Barques en papier), poème en catalan de Salvador Espriu. Ce même jour une majorité au Congreso espagnol a rejeté une proposition du Parlement catalan qui demandait pouvoir convoquer en référendum pour poser à ses citoyens une double question : s'ils veulent un État propre, et dans l'affirmative, si cet État doit être indépendant. “Il y a un peuple entier qui se manifeste et qui est libre de ses vies“, a déclaré Ibáñez au journal catalan “El Periódico“ il y a quelques mois.Des abrutis, des clowns...

Le chanteur Paco Ibáñez

En retournant à son exil à Paris, le chanteur raconte qu'il y a trouvé "l'étincelle" du cante jondo, l'émouvant chant andalou, de la main d'artistes. Le guitariste Mario Mas le rejoint, et ils interprètent "Romance a la luna, luna" (Romance à la lune, lune) un hommage aux gitans du monde entier qu'Ibáñez a dédié à Manuel Valls ("il a rien compris de la vie lui", dit Ibáñez) et à son homologue hongrois, Viktor Orban, récemment réélu ("Que serait la Hongrie sans les Tsiganes ?", ajoute-t-il). Plus tard il renie encore la classe politique du présent: "Ils sont culturellement des abrutis".

 

Ensuite c'est le moment de chanter le poème du cubain Nicolas Guillén “Soldadito boliviano“ (Petit soldat bolivien), qui rappelle au tueur de Che Guevarra qu'il a assassiné son "frère". Ibáñez montre son respect pour le combattant de la révolution cubaine, “parceque l'on ne peut pas donner plus que sa vie“. Cela n'empêche pas au chanteur d'ajouter que les frères Castro, par contre, "trainent" leur vie. De la même façon qu'il réaffirme que Chávez était "un clown". Toutefois il nie qu'il ait célébré la mort de l'ex-président du Venezuela, ce qui a été écrit en Espagne. "J'ai dit que je ne l'ai pas pleuré"....et des fousLe concert tire à sa fin, et quoi de mieux qu'invoquer le grand combattant des injustices de la littérature espagnole, Don Quijote. Ibáñez invite à ne pas terminer de lire le classique de Cervantes pour conserver le personnage avant qu'il se confesse et qu'il récupère la lucidité théorique. Pour revendiquer la folie qui s'oppose à la médiocrité, Ibáñez chante “Ya no hay locos“ (Il n'y a plus de fous), du poète espagnol León Felipe.

En France, Ibáñez a fait également la connaissance de l'artiste argentin Atahualpa Yupanqui,  qui fut, aussi, déterminant pour sa carrière. Il évoque sa mémoire en intérprètant “La Chacarera de las piedras“ (La Chacarera des pierres). Pour finir l'artiste et son public se disent au revoir en chantant ensemble de vive voix la strophe principale de "Andaluces de Jaén" (Andalous de Jaén), de Miguel Hernández. Et l'on ne peut pas éviter de penser qu'il reste encore des fous en Espagne. Au moins cette nuit-là.

Pau Dachs
Par Pau Dachs

Crédit Photo : J_Aragay

Partager sur Facebook
Vu par vous
11031
Aimé par vous
18 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !