Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/07/18 | Accidentologie dans le Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Depuis le début de l’année 2018, 9 personnes ont perdu la vie sur les routes du département des Pyrénées-Atlantiques (contre 21 sur la même période en 2017). 369 accidents de la route (contre 387 à la même période en 2017), "principalement dus à des défauts de comportement du conducteur ou de maîtrise du véhicule" selon la Préfecture départementale, ont causé 428 blessés dont 133 blessés hospitalisés.

  • 20/07/18 | La métropole observe les étoiles

    Lire

    Si vous êtes un amateur de constellations, sachez qu'une nouvelle "Nuit des étoiles" se tiendra les 3, 4 et 5 août dans le cadre de l'été métropolitain entre la plaine des Biges (Saint-Médard), le parc des sports et de loisirs Colette-Besson (Martignas) et la forêt du Bourgailh (Pessac). De nombreuses animations sont au programme : observations, conférences d'astronomie, visite guidée du planétarium ou ballades nocturnes en forêt. Pour tout renseignement sur les horaires des différents rendez-vous, contactez l'association Ecosite du Bourgailh au 05 56 15 32 11.

  • 20/07/18 | Nouvelle-Aquitaine - Itasy: 10 ans de coopération fructueuse

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine est lauréate de l’appel à projets «Alimentation et Agriculture Durable» du ministère des Affaires étrangères pour sa coopération avec l’ONG Agrisud International à Madagascar. « La coopération décentralisée mise en place par la Nouvelle-Aquitaine dans la région d'Itasy a permis à cette dernière de se doter d’un centre régional de formation professionnelle agricole, de développer les infrastructures d'eau et d'assainissement ou de soutenir ses filières porteuses en matière de tourisme» détaille Isabelle Boudineau, vice-présidente en charge de l’International.

  • 19/07/18 | Le PS girondin réagit au ralliement de F. Cartron à LREM

    Lire

    Réaction du secrétariat fédéral du PS de la Gironde après la démission de Françoise Cartron du groupe socialiste et républicain au Sénat pour rejoindre celui de la majorité présidentielle: "Ce choix n’est pas une surprise. Mme Cartron qui avait annoncé son départ du PS local dès le 15 septembre tout en restant attachée au groupe parlementaire national, n’a jamais caché sa proximité avec les idées du Chef de l’Etat. Nous regrettons cependant que cette décision intervienne alors qu’il n’y a plus de doutes possibles sur le caractère droitier de la politique menée par la République en Marche."

  • 19/07/18 | La Vigne arrive en ville

    Lire

    Les vignerons du réseau Bienvenue à la Ferme vous donne rendez-vous les 8 et 9 septembre prochains au Jardin Public de Bordeaux pour la 3ème édition de Vign’en Ville. Le temps du week-end, vous pourrez vous mettre dans la peau d’un viticulteur à travers un itinéraire pédagogique et gourmand le long d’un parcours de 8 espaces thématiques et de nombreux ateliers accessibles au plus grand nombre. Pour clore ce parcours dans une ambiance festive un déjeuner fermier est organisé par la Belle Marguerite, le truck des produits fermiers d'ici.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Phare de Cordouan : vers un classement à l'Unesco?

18/06/2018 | Le syndicat mixte en charge de sa gestion planche sur son dossier de candidature

Le phare de Cordouan

Le phare de Cordouan rejoindra-t-il bientôt la liste des 1073 sites classé au patrimoine mondial de l’Unesco ? C’est en tout cas l’ambition du syndicat mixte pour le développement durable de l’Estuaire de la Gironde (SMIDDEST) qui assume la gestion du phare pour le compte de l’Etat, propriétaire du site. L’avancée du projet en est à mi-parcours. Reste encore à passer l’étape du jury français, puis international pour obtenir peut-être une réponse favorable en 2021.

Tout est parti des 400 ans du phare, en 2011, et d’une envie de donner davantage de visibilité au site. L’idée est d’aller plus loin que l’inscription à l’inventaire des bâtiments classables par l’Unesco, survenue en 2002. Le SMIDDEST a donc commencé par monter un dossier pour obtenir une reconnaissance du site en « valeur universelle exceptionnelle », un des dix critères obligatoires pour pouvoir figurer sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Cette VUE a été obtenue en 2017. Deuxième étape pour le Smiddest en avril 2018 : définir un périmètre de site. Car un classement nécessite de se poser la question de ce que l’on classe – un bâtiment, l’intégralité de son site au sens architectural ou également son environnement paysager ? « Nous avons choisi d’inclure dans ce périmètre le phare, son plateau rocheux jusqu’aux deux passes navigables, ainsi que la zone tampon côté Gironde et côté Charente-Maritime », explique Françoise de Roffignac, actuelle présidente du SMiDEEST et également vice-présidente du Département 17. La zone tampon est constituée de 11 communes des deux côtés de l’estuaire, de Merschers-sur-Gironde à La Tremblade en passant par Royan côté Charente-Maritime ; Le Verdon, Soulac et Grayan côté Gironde. L’idée générale est de pouvoir éviter de boucher la vue sur le phare, vu de ces communes – installations industrielles, grues, antennes, bref, tout ce qui peut constituer un obstacle visuel. En cas de classement, les communes de la zone tampon devront intégrer cette obligation à leur plan local d’urbanisme (PLU). La règle n’étant pas rétroactive, elle ne s’appliquerait pas aux éventuels appendices déjà présents dans le paysage.

Troisième étape, en cours : définir un plan de gestion de ce classement. S’il inclut les éventuelles restaurations, il pose également les obligations de gestion du Smiddest et des 11 communes de la zone tampon. Comme assurer le développement de la communication et faire de la pédagogie autour du phare de Cordouan. Des livrets abordant l’histoire, le patrimoine mais aussi l’environnement marin du site ont déjà été édité à l’attention des élèves. Des collégiens de 6e des deux côtés de la rive ont également fait une sortie scolaire à Cordouan, pour compléter leurs connaissances. Le plan de gestion a pour but de pérenniser ce genre de démarche. Une réunion est prévue le 22 juin avec les 11 communes de la zone tampon pour présentation d’une première version du plan de gestion, à compléter avec elles. Une fois ce plan achevé dans le dernier trimestre 2018, le Smiddest sera fin prêt pour son grand oral, c’est-à-dire une présentation de la candidature de Cordouan devant le gouvernement, en janvier 2019. « Chaque année, trois ou quatre dossiers de candidature Unesco sont présentés à l’Etat, qui en sélectionne un pour le présenter à l’Unesco », explique Françoise de Roffignac. Si sa candidature est retenue, le dossier sera ensuite porté par l’Etat devant l’Unesco… pour une réponse en 2021.

Un classement pour quels avantages ?

« Un classement au patrimoine mondial de l’Unesco permettrait une visibilité à l’international », souligne Françoise de Roffignac. Une visibilité touristique bien sûr, mais également technologique. Le phare de Cordouan est à la fois le premier à avoir fonctionné avec la lentille de Fresnel (1822), et le dernier à posséder encore des gardiens assurant sa maintenance, malgré l’automatisation de son feu. Sa candidature à l’Unesco lui a notamment permis d’être mis en avant au dernier congrès international des Phares et des Balises, où son mécanisme et sa gestion ont intéressé d’autres pays, selon Françoise de Roffignac.

Cette visibilité permettrait également d’attirer plus de monde en Médoc et en Pays Royannais, avec un objectif : remplir les bateaux à destination des phares. Le Smiddest espère que cet apport d’affluence aux entreprises de navigation permettra de négocier des prix « raisonnables » (45 à 50€ la traversée et la visite aujourd’hui), ou ne serait-ce que des formules de réduction, pour permettre au plus grand nombre d’accéder au phare.  Une ouverture du site tout au long de l’année, du moins pendant les vacances scolaires, pourrait être envisagée. Cette nouvelle notoriété pourrait également permettre d'attirer des mécènes privés lors de travaux de projets de rénovation.

Le classement Unesco ne fournirait pas pour autant de protection administrative supplémentaire. « Mais il est déjà dans un périmètre qui cumule les protections, entre la loi littoral, le SAGE de l’estuaire, le Parc Marin, la zone d’essai de l’aviation militaire, la zone de passage des cargos, on ne peut pas y faire n’importe quoi donc il est déjà bien protégé », rassure Jérôme Baron, le directeur du Smiddest. Le syndicat aura tout de même à prouver à l’Unesco qu’aucun projet éolien ou autre édification d’infrastructures susceptibles de modifier la vue sur le phare n’est en cours ou prévu les prochaines années. Et l’Etat devra pour sa part s’engager à ce qu’aucun ne survienne sur ce périmètre à long terme.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
3020
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !