Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/02/20 | Une coupure de courant géante à Poitiers revendiquée par la CGT

    Lire

    Ce jeudi 20 février, une partie de l'agglomération de Poitiers (centre-ville et l'ouest de l'agglomération) a été plongée dans le noir. La coupure d'électricité a duré un peu plus d'une heure de 9h30 à 10h30 dans certains quartiers de la ville. Selon Enedis, 30 000 personnes auraient été impactées. Cette action a été revendiquée dans un communiqué par l'Union départementale CGT de la Vienne et la CGT Energie mobilisées contre la réforme des retraites dont ils veulent le retrait pur et simple.

  • 20/02/20 | L 214 s'en prend à la Sobeval à Boulazac (24), la préfecture réagit

    Lire

    L214 a publié ce jeudi une nouvelle vidéo mettant en cause les abattoirs de la Sobeval à Boulazac. L'association va porter plainte pour cruauté sur les animaux. Elle affirme qu'il y a des manquements à la réglementation dans l'abattage des veaux et demande la fermeture administrative du site. Ces images ont été visionnées par les services de l'Etat. La préfecture réagit dans un communiqué : Elle affirme qu'après un premier visionnage, rien ne permet de dire qu'il y a des manquements au règlement.

  • 20/02/20 | La plateforme Océan Climat en séminaire à La Rochelle

    Lire

    Après avoir contribuée à l'élaboration de l'exposition Climat Océan au musée maritime, la Plateforme Océan et Climat vient faire son séminaire annuel à La Rochelle, les 24 et 25 février. Fondée en 2014, la POC rassemble la communauté scientifique, certains acteurs de la société civile et des décideurs politiques, dont la ville de La Rochelle, autour des questions liées à l'océan et au climat. Ce séminaire sera l'occasion d'élaborer sa feuille de route 2020-2021 et de rencontrer le grand public.

  • 20/02/20 | Les boulevards bordelais pensent aux vélos

    Lire

    La métropole bordelaise continue de déployer son deuxième "plan vélo" (70 millions d'euros sur la période 2017-2020). Elle a annoncé ce mardi l'engagement de travaux entre la barrière Saint Augustin et le carrefour de la rue Jules Ferry (environ deux kilomètres) pour sécuriser la circulation des cyclistes. Ils prévoient notamment un élargissement des bandes cyclables (jusqu'à deux mètres), l'arrivée de vingt feux et de nouveaux SAS vélos sur huit carrefours et soixante nouveaux arceaux. Les travaux devraient s'étaler "jusqu'au début de l'été" et comprendre aussi des reprises de chaussée.

  • 20/02/20 | La ville de Limoges s'engage avec la Garde nationale

    Lire

    Le maire Emile-Roger Lombertie et la secrétaire d'Etat auprès de la Ministre des Armées Geneviève Darrieussecq ont signé une convention de soutien à la Grade nationale. Cette réserve opérationnelle a été créée en 2016 suite aux attentats en France. La ville de Limoges s'engage pour que ses citoyens ayant rejoint volontairement la Garde nationale puissent s'y investir plus facilement. Ils pourront ainsi y consacrer jusqu'à 30 jours par an, contre 5 auparavant. De plus, cette mobilisation pourra se faire hors de leurs périodes de vacances. La Garde nationale compte 76 000 réservistes opérationnels en France.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Poitiers : la « Nuit des idées » éclectique et génératrice de rencontres

02/02/2019 | Un centaine de personnes a assisté à la 2e édition de la Nuit des idées au Théâtre Auditorium de Poitiers. Débats, tables rondes, ateliers étaient au programme

Le producteur de France Culture, Emmanuel Laurentin (à droite), a animé la 2e édition de la Nuit des idées de Poitiers

Poitiers a connu sa 2e édition de la Nuit des idées ce jeudi 31 janvier au TAP. Cette année, le thème de la soirée organisée par l’Institut français était « Face au présent ». Aux commandes des débats et des tables rondes, le producteur, Poitevin d’origine, de France Culture, Emmanuel Laurentin. Une centaine de personnes et les étudiants de Sciences Po Poitiers étaient présents tout au long de cette nuit qui se voulait interactive. En filigrane, il a été question de l’aménagement et de l’appropriation du quartier du palais des Ducs d’Aquitaine, avec un retour sur la consultation du public qui a duré plus de six mois durant l’année 2018.

Le Théâtre Auditorium de Poitiers (TAP) accueillait, ce jeudi 31 janvier, la 2e édition de la Nuit des Idées. A 18 heures, les premiers participants arrivent pour un « World cafés ». Cet atelier-débat est animé par Florent Audat et Juliette Laguens du SPN (réSeau Professionnel Numérique). Une vingtaine de personnes y participent et échangent autour de trois thématiques : les mutations environnementales, les mutations socio-politiques et les mutations technologiques. A chaque table un scribe joue le rôle de rapporteur ; chaque groupe change tous les quarts d’heure de thématiques afin d’aborder tous les jeux. « Le principe est de créer des discussions entre des gens d’horizons différents, explique Juliette Laguens. Les échanges sont intéressants et constructifs. Après nous faisons un point et nous mélangeons les idées. »

Un colonel, un ancien ministre brésilien, autour de la table

Après cette mise en bouche vient la première table ronde sur le thème « faire face à l’inattendu ». Les participants : Le colonel, Michel de Mesmay, du 9e BIMA (Brigade d’Infanterie de Marine de Poitiers), Cristovam Ricardo Cavalcanti Buarque (ancien ministre de l’Éducation nationale du Brésil, ingénieur, économiste, enseignant, professeur, doyen de l’université de Brasilia) et, par vidéo-conférence de Paris, Mathilde Larrere (historienne et enseignante-chercheuse). « Quand il arrive quelque chose de nouveau, il faut faire face et agir. Le militaire a une pensée inachevée, car il doit arrêter de penser et agir sinon l’ennemi en face le fera », analyse le colonel. Il a partagé ses propres expériences du terrain de conflit, notamment en Irak. « Tous les deux ou trois jours, il y a une surprise stratégique, on est obligé de réfléchir et changer l’équation ». Les soldats se préparent donc à ce moment inattendu. Mathilde Larrere a déconstruit aussi cette notion en citant Alexis de Tocqueville qui avait prévu dès 1847 la crise de 1848. « L’inattendu ne l’est pas finalement pour tout le monde, il faut regarder au bon endroit », explique l’historienne. Elle va même plus loin affirmant que cette notion est construite parfois pour justifier les échecs.  

Autre temps fort de cette Nuit des idées : La Génération What ? Il s’agit d’une enquête en ligne lancée sur les jeunesses européennes débutée en 2013 qui court jusqu’en 2020. Christophe Nick en a profité pour réaliser un documentaire basé sur des interviews réalisées en France et dans quelques pays européens, afin de comparer leur vision de la jeunesse. Une véritable enquête sociologique sur un échantillon important de plus de 2 500 personnes. « L’objectif est de réaliser un portrait de cette génération. Une jeunesse en rupture », explique le journaliste. Au total, il y a eu 250 000 participants à ce questionnaire d’une centaine de questions. « Il a fallu traiter plus de 25 millions de réponses ». Il en ressort plusieurs résultats, comme le manque de confiance en la société, en ses institutions, dans les médias. « Les jeunes ont un regard assez noir sur la société ». Des résultats divergent selon les pays européens. Christophe Nick est en train de réaliser le même exercice sur les pays arabes de la façade méditerranéenne et au Japon. Il dispose de 19 diffuseurs dans une quinzaine de pays. Preuve que la jeunesse intéresse mais inquiète également. « Quelque chose de lourd va se produire. J’en suis convaincu. Il y a déjà des alertes comme Greta, cette Suédoise de 15 ans, qui est devenue une icône planétaire, pour son discours à la COP 24 qui demandait aux dirigeants de prendre conscience qu’il fallait bouger pour la planète. On parle également en Europe de grève des cours les vendredis dans les lycées. Une grève du bac est évoquée. Quelque chose de prévisible est en train d’arriver dans la génération la plus éduquée de tous les temps, qui est à la recherche de leur racine profonde ». 

Le projet du quartier du palais

En filigrane, tout au long de la soirée, le quartier du Palais de Poitiers. « L’année dernière, la Nuit des idées avait été le point de lancement de la concertation » rappelle Hélène Amblès, directrice générale de la Culture, du Patrimoine de la ville de Poitiers. Cette fois-ci, c’est la restitution de plus de 3 000 Poitevins interrogés qui fut abordée. Il y a également eu la signature du protocole de partenariat patrimonial et archéologique entre l’État et la ville de Poitiers dans le cadre du projet du quartier du palais entre Alain Claeys (maire de Poitiers), Arnaud Littardi (directeur régional des affaires culturelles Nouvelle-Aquitaine) et Emile Soumbo (secrétaire général de la préfecture de la Vienne). 

Enfin, dernière table ronde, « Agir pour quitter la peur : les nouvelles formes d’engagement ». L’occasion de découvrir l’association poitevine Buddy System. Créée en septembre 2017, elle permet aux étudiants étrangers d’avoir un parrain qui lui fasse découvrir la culture française. « On a des personnes face à nous. Elles veulent réussir à s’intégrer. On leur apporte ce dont elles ont besoin », explique Léa, étudiante bénévole de l’association. Autre témoignage, celui de Nils Skaghammar, en service civique l’an dernier, au sein d’Unis-cité. Il a participé au programme « rêve et réalise » pour développer un projet solidaire. Il a voulu agir en faveur des sans-abris. « Nous voulions les aider à sortir de l’isolement, qu’ils rencontrent d’autres personnes qui ne sont pas des sans-abris ou des assistantes sociales. » À son grand regret, à la fin de son service civique, l’association qu’il a montée est en sommeil actuellement et aimerait que son idée soit reprise. L’équipe du film Asma, projeté durant cette Nuit des idées, était également présente autour de la table. Celui-ci retrace l’exil de sept jeunes du Soudan jusqu’à Châtellerault. « Ils ont voulu très vite apprendre le français. Pour cela, il faut le pratiquer, le parler avec des familles, explique Dominique Casari. Elles ont accueilli, parrainé des réfugiés. Au départ, les gens ont eu peur, mais finalement ça s’est bien passé. Des amitiés se sont créées et au moment de leur départ ça a été difficile. » Un échange de culture s’est produit via cet accueil. Tout autre sujet sur cette thématique : la nourriture à base d’insectes. NextAlim, entreprise créée en 2014, y a pensé. « L’insecte peut contribuer à la sécurité alimentaire humaine et animale » explique son pdg, Jean-Bernard Escoufier. D’autant plus que les insectes sont plutôt écologiques. Ils se nourrissent de déchets, d’invendus, de résidus alimentaires. On leur prépare une sorte de soupe, explique la responsable recherche et développement Anne-Sophie Roche-Bruyn. Il faut seulement 4 kg d’aliments pour produire 1kg d’insectes, alors qu’il en faut 8 pour 1 kg de viande. Ce qui fait réfléchir sur de nouvelles formes qui émergent et qui vont sans doute forger notre société et écrire notre présent. 

Les étudiants de Sciences Po Poitiers ont également organisé des intermèdes artistiques : pièces de théâtre, lecture, danse sur des sujets actuels tels que la migration, l’excès d’apathie et de narcissisme. A minuit, la Nuit des idées touchait à sa fin, les gens ont pu découvrir de nombreuses idées et initiatives, avant de se donner rendez-vous l’année prochaine pour une troisième édition poitevine qui regorgera sans doute de beaux et nouveaux projets. 

 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4128
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !