18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Interview: Jill Castle, une bénévole anglaise à la Bataille de Castillon.

09/07/2012 | Cet été encore, "La Bataille de Castillon" aura lieu, grâce aux milliers de bénévoles. Portrait de l'une d'entre eux, l'anglaise Jill Castle.

Répétition de la Bataille de Castillon, en présence d'ITV

Chaque année, et ce depuis 35 ans, l'association "La Bataille de Castillon" et ses milliers de membres offrent durant tout l'été un spectacle grandiose qui commémore cet évènement historique si important pour la France et l'Angleterre. Cette année, une bénévole anglaise, Jill Castle, se joint à leurs rangs pour participer aux onze représentations estivales. Admirative du spectacle pendant plusieurs années, elle ose enfin y participer et sa présence attire même la curiosité d'une télévision britannique ITV, qui la suit dans son apprentissage scénique.

@qui! - Comment en êtes-vous venue à participer à la Bataille de Castillon ?
Jill Castle -
Je me suis mariée avec mon mari en décembre 2002 et nous avons tout de suite décidé que nous voulions vivre en France, c'était acquis. Après, c'était une question de région : mon mari aimait bien la Bretagne – il y avait vécu trois ans -, et moi qui voulais moins de pluie, je préférais la Provence – j'y ai vécu deux ans. On y a cherché une maison, deux fois on en a acheté une, mais les deux fois, la vente de notre maison en Angleterre a échoué. On était donc obligé de faire marche arrière. Mon mari voulait attendre la vente de la maison. Entre temps, on a reçu un appel d'une amie commune à Sophie (ndlr : Sophie Mako), qui m'a invité à venir à la Bataille de Castillon en août avec mon mari. Et le spectacle nous a émerveillé, je ne peux l'expliquer mieux, nous étions émerveillés.
On a passé une dizaine de jours dans la région et on a réalisé que, sans avoir la mer et la montagne comme en Provence,  il y avait ici l'Histoire, les châteaux, les vignes, les gens qui sont adorables et beaucoup moins de circulation, de touristes. On a donc cherché à acheter, mais alors qu'on venait par ici, on a appris que la vente ne s'était toujours pas faite en Angleterre. On a décidé que, tant qu'à être à mi-chemin, on allait visiter certaines maisons, pour les éliminer, et voir dans quelle partie de l'Aquitaine on voulait vivre.
On est arrivé le dimanche après-midi, on a visité des maisons le lundi et aperçu une intéressante dans la vitrine d'une agence. On a demandé à la visiter tout de suite, on l'a vue et elle nous a enchantés. On en a visité deux autres : un moulin du XIIIe siècle près de Duras très mal restauré, et une autre belle maison. Le mardi soir, on a mis tous les critères que l'on voulait sur papier, et la maison de Trémolat était toujours la meilleure. Le mercredi, on la visitait à nouveau, et à dix-huit heures, on signait. On ne le regrette pas et, comme disent les français, on s'en félicite même tous les jours !
On est très contents d'être dans cette région, les gens sont adorables, il y a moins de monde que dans le Midi. Il y a beaucoup de choses intéressantes ici à voir, beaucoup d'histoires, de la période de la préhistoire aussi. Cet endroit avait tout pour nous plaire. Et du coup, c'est grâce à tout cela que nous avons connu la Bataille de Castillon.

@qui! - Qu'est-ce qui vous plaît dans cette manifestation ?

Jill Castle, une anglaise à la Bataille de Castillon

Jill Castle - Tout. Je l'ai déjà vu six fois. J'y ai joué une fois, mais le temps d'une seule soirée. Et cette année, Sophie m'a proposé de jouer et j'ai dit oui, mais à condition de ne pas jouer qu'une seule soirée, et plutôt être vraiment acteur, faire partie du spectacle. Ça m'intéresse beaucoup. On fait partie de la communauté locale, on est intégré dans la communauté française. Quand on est venu en France, on s'est dit "On veut s'intégrer dans la communauté locale". On ignorait qu'il y avait beaucoup d'anglais dans la région, on l'a découvert en arrivant ici. Mais ce n'était pas grave.
On a déjà vécu à l'étranger tous les deux, c'est très bien d'être expatrié, de connaître d'autres expatriés, mais sans oublier où on vit.  Heureusement, on sait parler français, ça aide beaucoup. On connaît des anglais qui sont là depuis plus de vingt ans et qui ne parlent pas français, donc ils ont du mal à s'intégrer. Alors que John et moi, on s'est intégrés très facilement.

@qui! - Pourquoi le conseilleriez-vous aux anglais qui viendraient visiter notre région ?
Jill Castle -
Plusieurs choses. Premièrement, c'est quand même une histoire commune, à l'Angleterre et à la France. Et l'Histoire de ces deux pays a toujours été entremêlée. L'Aquitaine a appartenu à l'Angleterre pendant trois cent ans, puis est redevenue française. Il y a beaucoup d'anglais qui sont maintenant dans cette région. Je crois qu'il faut aussi connaître l'Histoire de cette région avec l'Angleterre. C'est une histoire commune très intéressante.
Deuxièmement, c'est un spectacle magnifique. C'est très bien travaillé, c'est amusant, il y a beaucoup d'humour. Et en même temps, c'est sérieux, le spectacle raconte une période historique, pendant une soirée très divertissante. Pour les enfants comme pour les adultes. Nous avons des arrières petits-enfants qui vont venir cet été, on va les emmener, parce qu'on trouve que c'est fantastique aussi pour les enfants !

Laura Jarry
Par Laura Jarry

Crédit Photo : Aqui.fr - Tous droits réservés.

Partager sur Facebook
Vu par vous
494
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !