Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

  • 22/06/18 | Charentes : de nouvelles plantations viticoles autorisées

    Lire

    Suite à son AG de juin, le Conseil viticole du bassin "Charentes-Cognac" a fait le point sur les demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018. Elles ont dépassé les limitations fixées. Chaque demandeur de ces secteurs se verra donc attribuer une surface minimale dans la limite de la surface demandée. A savoir : 48 ares pour l’AOC Cognac ; 3 ares pour l’AOC pineau des Charentes ; 13 ares pour l’IGP charentais ; 59 ares pour les demandes de vins sans IG (VSIG).

  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

  • 21/06/18 | L'Orchestre de Pau fête la musique à Paris

    Lire

    A l'invitation de la Philharmonie de Paris, c'est dans ce site prestigieux dédié à la musique, que l'Orchestre de Pau se produira ce 21 juin pour la Fête de la musique. Une reconnaissance rare à laquelle l'OPPB associe les 130 jeunes musiciens de El Camino : ils ouvriront le concert en interprétant « Oye como va » de Tito Puente. L'OPPB donnera ensuite un concert festif aux accents hispaniques et accompagnera Lucero Tena, virtuoses des castagnettes. Le Maire de Pau F. Bayrou, et ses adjoints J. Lacoste, C. Johnson Le Loher et J. Poueyto, assisteront à l'évènement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Interview: Jill Castle, une bénévole anglaise à la Bataille de Castillon.

09/07/2012 | Cet été encore, "La Bataille de Castillon" aura lieu, grâce aux milliers de bénévoles. Portrait de l'une d'entre eux, l'anglaise Jill Castle.

Répétition de la Bataille de Castillon, en présence d'ITV

Chaque année, et ce depuis 35 ans, l'association "La Bataille de Castillon" et ses milliers de membres offrent durant tout l'été un spectacle grandiose qui commémore cet évènement historique si important pour la France et l'Angleterre. Cette année, une bénévole anglaise, Jill Castle, se joint à leurs rangs pour participer aux onze représentations estivales. Admirative du spectacle pendant plusieurs années, elle ose enfin y participer et sa présence attire même la curiosité d'une télévision britannique ITV, qui la suit dans son apprentissage scénique.

@qui! - Comment en êtes-vous venue à participer à la Bataille de Castillon ?
Jill Castle -
Je me suis mariée avec mon mari en décembre 2002 et nous avons tout de suite décidé que nous voulions vivre en France, c'était acquis. Après, c'était une question de région : mon mari aimait bien la Bretagne – il y avait vécu trois ans -, et moi qui voulais moins de pluie, je préférais la Provence – j'y ai vécu deux ans. On y a cherché une maison, deux fois on en a acheté une, mais les deux fois, la vente de notre maison en Angleterre a échoué. On était donc obligé de faire marche arrière. Mon mari voulait attendre la vente de la maison. Entre temps, on a reçu un appel d'une amie commune à Sophie (ndlr : Sophie Mako), qui m'a invité à venir à la Bataille de Castillon en août avec mon mari. Et le spectacle nous a émerveillé, je ne peux l'expliquer mieux, nous étions émerveillés.
On a passé une dizaine de jours dans la région et on a réalisé que, sans avoir la mer et la montagne comme en Provence,  il y avait ici l'Histoire, les châteaux, les vignes, les gens qui sont adorables et beaucoup moins de circulation, de touristes. On a donc cherché à acheter, mais alors qu'on venait par ici, on a appris que la vente ne s'était toujours pas faite en Angleterre. On a décidé que, tant qu'à être à mi-chemin, on allait visiter certaines maisons, pour les éliminer, et voir dans quelle partie de l'Aquitaine on voulait vivre.
On est arrivé le dimanche après-midi, on a visité des maisons le lundi et aperçu une intéressante dans la vitrine d'une agence. On a demandé à la visiter tout de suite, on l'a vue et elle nous a enchantés. On en a visité deux autres : un moulin du XIIIe siècle près de Duras très mal restauré, et une autre belle maison. Le mardi soir, on a mis tous les critères que l'on voulait sur papier, et la maison de Trémolat était toujours la meilleure. Le mercredi, on la visitait à nouveau, et à dix-huit heures, on signait. On ne le regrette pas et, comme disent les français, on s'en félicite même tous les jours !
On est très contents d'être dans cette région, les gens sont adorables, il y a moins de monde que dans le Midi. Il y a beaucoup de choses intéressantes ici à voir, beaucoup d'histoires, de la période de la préhistoire aussi. Cet endroit avait tout pour nous plaire. Et du coup, c'est grâce à tout cela que nous avons connu la Bataille de Castillon.

@qui! - Qu'est-ce qui vous plaît dans cette manifestation ?

Jill Castle, une anglaise à la Bataille de Castillon

Jill Castle - Tout. Je l'ai déjà vu six fois. J'y ai joué une fois, mais le temps d'une seule soirée. Et cette année, Sophie m'a proposé de jouer et j'ai dit oui, mais à condition de ne pas jouer qu'une seule soirée, et plutôt être vraiment acteur, faire partie du spectacle. Ça m'intéresse beaucoup. On fait partie de la communauté locale, on est intégré dans la communauté française. Quand on est venu en France, on s'est dit "On veut s'intégrer dans la communauté locale". On ignorait qu'il y avait beaucoup d'anglais dans la région, on l'a découvert en arrivant ici. Mais ce n'était pas grave.
On a déjà vécu à l'étranger tous les deux, c'est très bien d'être expatrié, de connaître d'autres expatriés, mais sans oublier où on vit.  Heureusement, on sait parler français, ça aide beaucoup. On connaît des anglais qui sont là depuis plus de vingt ans et qui ne parlent pas français, donc ils ont du mal à s'intégrer. Alors que John et moi, on s'est intégrés très facilement.

@qui! - Pourquoi le conseilleriez-vous aux anglais qui viendraient visiter notre région ?
Jill Castle -
Plusieurs choses. Premièrement, c'est quand même une histoire commune, à l'Angleterre et à la France. Et l'Histoire de ces deux pays a toujours été entremêlée. L'Aquitaine a appartenu à l'Angleterre pendant trois cent ans, puis est redevenue française. Il y a beaucoup d'anglais qui sont maintenant dans cette région. Je crois qu'il faut aussi connaître l'Histoire de cette région avec l'Angleterre. C'est une histoire commune très intéressante.
Deuxièmement, c'est un spectacle magnifique. C'est très bien travaillé, c'est amusant, il y a beaucoup d'humour. Et en même temps, c'est sérieux, le spectacle raconte une période historique, pendant une soirée très divertissante. Pour les enfants comme pour les adultes. Nous avons des arrières petits-enfants qui vont venir cet été, on va les emmener, parce qu'on trouve que c'est fantastique aussi pour les enfants !

Laura Jarry
Par Laura Jarry

Crédit Photo : Aqui.fr - Tous droits réservés.

Partager sur Facebook
Vu par vous
573
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !