Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/05/18 | Ford Blanquefort : les délégués syndicaux déboutés

    Lire

    Nouvelle déconvenue ce mardi pour les salariés de l'usine Ford de Blanquefort : cinq délégués syndicaux ayant assigné la direction en justice pour "délits d'entrave au fonctionnement du comité d'entreprise" le 7 mai dernier viennent de voir leur demande déboutée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Le groupement reprochait au constructeur d'avoir rendu des ordres du jour imprécis lors du dernier Comité d'entreprise de mars, notamment à propos de la décision de l'arrêt des investissements sur le site de Blanquefort, annoncé en février. Les cinq délégués ont choisi de faire appel.

  • 23/05/18 | Trains : des perturbations ce week-end

    Lire

    Ce mercredi, la SNCF annonce un blocage du trafic des trains au sud de la Gare de Bordeaux ce week-end (jusqu'à dimanche 14h) en raison de la pose définitive du pont de la Palombe au dessus du noeud ferroviaire. Pour les voyageurs, aucun TGV ne circulera entre Bordeaux et Arcachon, Tarbes et Hendaye. Pas de train non plus entre Bordeaux et Facture, Morcenx (au delà, ce sera en TER vers Mont-de-Marsan) ou Toulouse (seulement quelques Intercités Agen-Toulouse-Marseille, mais pas de TGV). Enfin, pour la ligne Bordeaux-Le Verdon, les voyageurs sont invités à prendre le bus jusqu'à Pessac, puis à voyager en TER.

  • 23/05/18 | Le Festival du film citoyen revient à La Rochelle

    Lire

    Le 3e édition du festival du film de prévention, citoyenneté et jeunesse de La Rochelle se déroulera du 31 mai au 2 juin au Cinéma CGR Dragon, Cours des Dames sur le Vieux-Port. Au programme : 32 courts métrages réalisés par des 11/25 ans venus du monde entier ; France, Canada, Mexique, Roumanie, Belgique, Algérie, Congo, Albanie, Tunisie, Cameroun, Portugal, Macédoine, Maroc. Le FestiPrev avait attiré 3 500 spectateurs et 10 000 visiteurs sur le Village du festival en 2017. www.festiprev.com

  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Première rétrospective de l'oeuvre du photographe Louis Stettner à la base sous marine de Bordeaux

02/03/2009 |

Evening Commuters, Penn Station, New York, 1958

« Louis Stettner est probablement l'un des derniers grands photographes humanistes de ces dernières décennies », avance Danièle Martinez, directrice de la Base sous marine de Bordeaux. Dans le cadre de son cycle « les photographes pour l'histoire », elle a donc décidé de lui rendre hommage. Dans ce majestueux bâtiment de 40 000m2, ce lieu chargé d'histoire, reconverti en « temple de la culture », près de 150 clichés du photographe américain sont présentés au grand public sur le thème « New York-Paris », des années 40 à aujourd'hui.

Les jeux de lumière, la pénombre de la base, son calme, son isolement et la musique d'époque nous replongent avec intensité sur ces 60 dernières années. Deux villes, que tout en apparence oppose. A New York, l'architecture écrase l'homme, elle est le symbole du modernisme. Paris, au contraire, « la romantique » se laisse découvrir par ses grandes avenues, ses petites ruelles, qui « grouillent » de monde. « New York incite l'esprit à s'élever à travers l'adversité. Paris y parvient à travers l'amour », analyse Louis Stettner. Deux villes, chères à l'artiste, lui qui est né à Brooklyn en 1922, et partage depuis désormais 60 ans sa vie entre New York et Paris, où il est installé.

"Ces photos nous interpellent, nous nous arrêtons pour regarder le visage de ces gens que l'on ne regarde pas dans la rue"
Mais, plus que les villes en elles-mêmes, ce sont les hommes qui la composent qu'il entend nous faire découvrir. Dans la lignée de Cartier-Bresson, de Ronis, de Brassaï, dont il fut l'élève, Louis Stettner nous réapprend à poser notre regard sur ce qui est à ses yeux l'essentiel, la rue et ses personnages qui la font vivre : les ouvriers au travail, les enfants qui courent rue des Martyrs, ce couple qui s'embrasse sous un parapluie à Paris, cette mère et son fils qui partent dans deux directions différentes, les gens qui lisent le journal dans le métro... Il a cette capacité à rendre sacré, à immortaliser ces visages innombrables de la rue, ces rencontres de rien. Il crée de la beauté là où ne s'attend plus à la voir. Comment rester insensibles face à ses séries de portraits en gros plan, de sans domicile fixe, à qui il a redonné une humanité, une dignité ? « Ces photos nous interpellent, nous nous arrêtons pour regarder le visage de ces gens que l'on ne regarde pas dans la rue. Il y a un dialogue entre nous et la photo. Dans un détail, il vous transporte comme la main légèrement tendue de cette homme à une femme assise à ses côtés, à Central Park », souligne Danièle Martinez. A cet égard, les portraits des « travailleurs » sont éloquents. Louis Stettner a « décrypté » le monde du travail dans sa « workers series » des années 70. « Quand je regarde ces portraits, il me semble que toute notre société contemporaine émane de ces visages, attendant d'être déchiffrée comme une carte une carte de l'humanité nous donnant les clés du futur », déclare-t-il à propos de ces photos d'ouvriers du monde entier.

Louis Stettner a cette capacité à nous ancrer dans l'humain
En réalité, Louis Stettner a transformé ces deux villes en personnage, par sa capacité à nous ancrer dans « l'humain ». Véritable « street reporter », Louis Stettner a simplement cherché à nous montrer la vie telle qu'elle sans la magnifier. C'est en quelque sorte une leçon de vie pour les jeunes générations. « Aujourd'hui, les photographes recherchent trop l'esthétique », déplore-t-il. « Etre artiste, c'est un travail social », rappelle-t-il.

Un artiste complet
Artiste complet, il s'adonne depuis quelques années à la sculpture et à la peinture. Une salle a été consacrée à ses œuvres (17 sculptures et 27 peintures sont exposées). Certaines sont inédites. Ainsi, un bronze a été réalisé trois jours avant l'exposition. « Pour moi, la photo, la sculpture et la peinture sont indissociables et participent de ma vision de ma vie. Mon souhait est d'apporter aux autres des émotions riches et des moments de vie exceptionnels », confie Louis Stettner.

A l'heure où le monde est en crise, victime du règne de « l'argent fou », Louis Stettner nous rappelle la nécessité de replacer l'homme au cœur de la société. « Le fascisme est né avec la crise économique. Je voudrais à tout prix éviter un nouveau fascisme », a-t-il averti, lors de l'inauguration de l'inauguration. Le lieu est hautement symbolique pour ce fils d'immigré juif. C'est ici, à Bordeaux, que les allemands avaient installé leur base sous-marine pendant la seconde guerre mondiale.

Nicolas César

Infos pratiques : Louis Stettner, "New York-Paris",
Jusqu'au 29 mars, Entrée gratuite,
La base sous marine de Bordeaux, Boulevard Alfred Daney.
De 14h à 18h, sauf lundi et jours fériés
Tél. 05 56 11 11 50

Partager sur Facebook
Vu par vous
667
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !