18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Interview : Reggae Sun Ska 2013, les promesses d'une aventure médocaine

02/07/2013 | Aqui a rencontré Fred Lachaize, directeur du festival et de la programmation, pour qu'il évoque les nouveautés de l'édition 2013.

Fred Lachaize, directeur du festival et de la programmation

Logistique, sécurité, accueil des festivaliers, protection des riverains, Fred Lachaize a abordé avec nous les changements opérés sur le festival après le colossal succès de l'édition 2012 qui avait réuni plus de 85 000 personnes.

@qui! - Pour commencer, pourriez-vous nous résumer les nouveautés de l'édition 2013 ? Pour ce qui concerne la logistique, le personnel bénévole ?
Fred Lachaize -
Niveau logistique, on a repensé différemment l'implantation du festival. On a englobé cette zone “ON” en plus du “IN”, donc on a un vrai renforcement en matière de sécurisation des espaces d'accueil, des accueils des zones camping notamment dans un premier temps. Renforcement du coup également sur le volet sanitaire, et le volet douche : sur ces zones là, on a amélioré la qualité de l'accueil. Ça devenait primordial, surtout au vu de l'an dernier et de ce problème de public qui s'est greffée à l'événement finalement, qui a utilisé les dispositifs en place. Au final, on s'est fait un peu dépasser par le fait qu'il y ait plus de monde que prévu, et ce public qui vient sans avoir de pass, et qui profite ces installations, alors que les festivaliers jouent le jeu et prennent leur billet. Donc c'est ce genre de chose qui va évoluer, la gestion des entrées va être aussi totalement différente, la gestion de l'accueil des VIP et de la presse sera également fait d'une autre façon.

@! - Ce qui implique un plus grand nombre de bénévoles sur l'événement ?
F. L. - Non ça va rester à peu près pareil à ce niveau là. On sera autour de 800 bénévoles qui participent à l'événement, ce qui est quand même considérable, et puis après toujours les équipes qui travaillent : en personnel de sécurité on sera entre 300 et 350 personnes, en personnel technicien on sera au moins 250 et ainsi de suite. Et pour les artistes, ce sera plus de 400 personnes qui graviteront autour.

@! - La sécurité, justement, est-elle renforcée par rapport à l'année dernière ?
F. L. - La sécurité a été renforcée et travaillée différemment. Sachant que la sécurité chez nous c'est vraiment du préventif, c'est pas du répressif. On a réfléchi par zones. Elles sont divisées en zones d'entrées, zones de billets, les devants de scène, les parkings, le camping et ainsi de suite. C'est vraiment calculé et travaillé par zone cette année, pour vraiment optimiser secteur par secteur ce que l'on pouvait faire, et en pas réfléchir comme les autres années avec “le dedans/le dehors”. C'est un peu ça la différence.

@! - Dans les réunions précédentes avec les riverains, notamment à Pauillac, vous aviez évoqué la possibilité de créer une cellule de veille. Cette initiative a-t-elle été validée ?
F. L. - Oui, tout à fait. Il y a une cellule de veille, avec un numéro de veille également. Une permanence sera aussi assurée en mairie, par la municipalité de Pauillac, il y a du répondant en face. Il faut juste s'adresser aux bonnes personnes, c'est l'essentiel.

@! - Qu'en est-il du projet d'acheter un terrain afin d'installer le festival à demeure ?
F. L. - C'est toujours d'actualité. On est toujours sur ce projet, on cherche toujours, on avance sur des pistes. La problématique en fait c'est pas simplement trouver un lieu, c'est trouver un lieu, un portage politique, que ce lieu corresponde vraiment à ce que l'on veut faire dessus. On voudrait qu'en matière d'implantation il soit situé sur, comment dire... Quand on accueille un festival comme le Reggae Sun Ska, au niveau de la gestion des flux de véhicules, on est capables nous de boucher intégralement le Médoc. Donc il y a une vraie réflexion à ce niveau là, pour pouvoir trouver le lieu en fonction. C'est tout un travail d'ensemble, des réunions sont encore en cours, on s'est donnés deux ans pour pouvoir continuer et essayer d'acter.

@! - Une dernière question. L'an passé, vous avez accueilli près de 85 000 personnes, c'était inattendu...
F. L. - C'est clair ! (rires)

@! - Est-ce que l'augmentation de l'affluence va de paire avec une augmentation du nombre de riverains mécontents, ou est-ce que ce qui s'est passé à Pauillac lors de la dernière réunion était un épiphénomène ? *
F. L. - Non parce qu'en fait, finalement, c'est une poignée de personnes qui se plaignent. Pour ne pas dire que ce sont souvent les mêmes. Ce n'est pas exponentiel. On fait des réunions quand même à l'année avec les gens, on va vers eux, les commerçants comme les riverains. On fait quand même le tour, on est joignables, on est des locaux, on habite dans le secteur. Moi j'habite à Cissac, le directeur technique habite à Pauillac, donc à un moment c'est facile de voir les gens. On va travailler main dans la main avec les structures associatives, ce qui fait qu'à un moment il y a un vrai maillage territorial fait avec les acteurs locaux. On ne peut pas être plus présents sur le territoire, on n'est pas cachés, et c'est aussi ce qui fait la force du festival. C'est qu'à un moment, c'est quand même un festival monté à la base par des médocains, les gens nous connaissent, il y a vraiment une notion de proximité. C'est pas un festival monté par des producteurs qui viennent s'installer sur une zone et imposer quelque chose. On a imposé bien sur une vision artistique, le développement d'un concept, mais pas notre présence.

*Lors d'une réunion avec les riverains à Pauillac le jeudi 16 mai, certains habitants avaient accusé la municipalité d'accepter les festivaliers sur son terrain sans avoir consulté les administrés, ni avoir débattu avec l'organisation du festival.

Jonathan Roger
Par Jonathan Roger

Crédit Photo : Music'Action Prod

Partager sur Facebook
Vu par vous
1051
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !