Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/12/18 : Rochefort (17) : au vu du "contexte économique morose", la ville de Rochefort a décidé de rendre ses emplacements de parking du centre-ville gratuits le temps de Noël, du 21 décembre au 1 janvier inclus, afin de favoriser l'accès aux commerces.

18/12/18 : Concours Agrinove : inscription jusqu’au 31 mars 2019. Son but : mettre en avant les innovations en amont de l’agriculture. A la clé notamment : 15 000€ pour le 1er prix. Infos : 05 53 97 71 53 / contact@agrinove-technopole.com.

17/12/18 : En visite ce lundi en Dordogne, Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, a signé la convention ANRU à Coulounieix Chamiers avec les différents partenaires. L’État finance ce projet d’un coût total de 49 M€, à hauteur de 14 M€.

17/12/18 : Alain Juppé a annoncé ce lundi que la place des Quinconces, à Bordeaux, serait transformée en parking gratuit les 22, 23 et 24 décembre pour "faciliter l'accès aux commerces du centre-ville", touchés économiquement par les mouvements sociaux.

17/12/18 : Deux-Sèvres : la 7e édition de Capr'Inov a attiré 7000 visiteurs. 250 produits (dont 230 laitiers) de 8 pays ont participé aux concours : 21 médailles d’or, 46 d’argent et 53 de bronze ont été décernées, et 4 Capr’I d’Or à des entreprises innovantes.

17/12/18 : En mairie de Biarritz, en début d'après-midi, on aurait pris acte de la non venue du président Macron à la préparation du sommet du G7. Information non officiellement confirmée de la préfecture mais qui serait parvenue à certains élus de cette source

17/12/18 : En marge de sa visite en Dordogne, Jacqueline Gourault a rencontré des Gilets jaunes : il fut question du référendum d'initiative citoyenne et de désertification médicale lors de sa visite à Lanouaille, où doit être implantée une maison de santé.

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/18 | Niort et Bordeaux: ces bassines qui divisent

    Lire

    Nouvelle tension au sein de la majorité du Conseil régional, sur la question de l'eau, après la décision de deux élus EELV, Nicolas Thierry, vice-président en charge de l'environnement et de la biodiversité et Nicolas Gamache, conseiller régional des Deux-Sèvres de démissionner, le premier de la délégation à la qualité de l'eau, le second du bureau du Parc régional du Marais poitevin. Et ceci après le vote par la Région lundi du protocole d'accord permettant le financement des bassines fortement souhaitée notamment par l'agriculture, protocole signé ce mardi à la préfecture à Niort où les opposants ont manifesté.

  • 18/12/18 | Journée internationale des migrants vue de Pau

    Lire

    Ce 18 décembre à 18h, à l’occasion de la journée internationale des migrants, un cercle de silence se tiendra Place Clémenceau à Pau avec la Maison des Citoyen.ne.s du Monde des Pyrénées-Atlantiques. Tout au long de l’année, cette association coordonne un programme d’accompagnement de demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français. Près de 90 demandeurs d’asile et réfugiés ont bénéficié de cet accompagnement qui permet aussi de tisser du lien social et de lutter contre les préjugés.

  • 18/12/18 | Charente-Maritime : Bussereau demande un Grenelle social et financier

    Lire

    Lors de la session du conseil départemental 17 ce lundi, les élus sont revenus sur le mouvement des gilets jaunes. Une motion du groupe LR a été proposée pour demander au gouvernement "de s'appuyer sur les élus locaux [...] afin d'engager au plus vite un dialogue constructif avec les Français". Quelques jours plus tôt, Dominique Bussereau avait déjà demandé au gouvernement une sorte de Grenelle sur le pouvoir d'achat, le social, la fiscalité et la transition écologique, ainsi qu'une réflexion sur la décentralisation.

  • 17/12/18 | "Péages gratuits" : Vinci veut écrire aux automobilistes

    Lire

    Ce lundi, on a appris l'intention de la société Vinci Autoroutes (gérant notamment le péage de Virsac) d'adresser des lettres aux automobilistes ayant profité des opérations "péages gratuits" organisées dans le cadre des manifestations des gilets jaunes, pour les inciter à "payer le péage correspondant à leur trajet". Les automobilistes dont la plaque d'immatriculation a été détectée à l'entrée aux entrées et sorties de péage seront concernées par ces demandes, même si aucune pénalité n'a pour l'instant été annoncée par le gestionnaire en cas de refus.

  • 17/12/18 | Justice : les frères Cazabonne condamnés

    Lire

    Le sénateur et ancien maire de Talence a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Bordeaux à une amende de 5000 euros pour prise illégale d'intérêt mais relaxé pour les accusations de favoritisme. Ce dernier, tout comme son frère Didier Cazabonne (élu adjoint à la mairie de Bordeaux), avaient des parts dans une entreprise (qu'ils avaient fondée) ayant décroché des marchés de fournitures de bureaux à la mairie de Talence. Didier Cazabonne, lui, a été reconnu coupable d'abus de bien sociaux et a écopé de 10 000 euros d'amende pour s'être fait rembourser sans justification près de 35 000 euros de frais kilométriques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Rencontre avec Eric-Emmanuel Schmitt à Bordeaux pour "La femme au miroir"

16/10/2011 |

Eric-Emmanuel Schmitt

Metteur en scène, cinéaste, philosophe ou écrivain, Éric-Emmanuel Schmitt a bien des talents. Dans la foulée de la parution, cet été, de son dernier roman « La femme au miroir » il effectue, depuis début septembre, une série de rencontres avec ses lecteurs. Après Bruxelles, Lyon ou Genève et avant Lille ou encore Strasbourg, Éric-Emmanuel Schmitt était, ce vendredi 14 octobre, de passage à Bordeaux. Au programme, rencontre au lycée Gustave Eiffel et présentation chez Mollat. L'occasion pour ses fans de la première heure comme pour ceux qui le découvrent de faire plus ample connaissance avec un intellectuel aux multiples facettes et un homme accessible capable de toucher tous les publics et d'enrichir la réflexion de chacun. Revenant notamment sur son parcours, sur la construction de son livre et les questions qu'il soulève, l'auteur (entre autres) de « L'évangile selon Pilate » ou de « La secte des égoïstes » se livre sans faux semblants.

« Chaque siècle a eu ses femmes aux pensées différentes par rapport à ce qu'on leur imposait, des femmes elles-mêmes différentes les unes des autres, mais pas tant que ça ». Voilà la manière dont Eric-Emmanuel Schmitt résume sa « Femme au miroir », une histoire de femmes, bien sûr, où trois héroïnes aux prénoms quasi identiques (Anne, Hanna, Anny) vivant à trois époques différentes et dans des situations a priori enviables vont mener une quête commune d'émancipation et de recherche d'elles-mêmes. Une quête qu'elles commencent en prenant progressivement conscience qu'elles sont toutes trois prisonnières d'un même miroir, celui du regard des autres.

Un triple défi
Fruit de près de 15 ans de réflexions et de ressentis, ce livre, comme tous les autres, était un défi pour Eric-Emmanuel Schmitt, et ce à plusieurs titres. Celui du changement de Discours passionné et passionnant d'un homme riche de coeur et d'espritsexe tout d'abord. « Ecrire du point de vue d'une femme était un vrai risque, mais analyser la société à travers une vision féminine permettait de mieux voir à quel point elle empêche la réalisation de soi et voir ces femmes parcourir les chemins qu'elles se créent, sans savoir où ils les emmènent, m'a passionné » explique l'auteur.
Autre challenge pour Schmitt, celui de jongler entre les époques et entre les mots. « Garder le même style tout en utilisant trois champs sémantiques différents en fonction des époques a été une mission passionnante », qu'il avait, de son propre aveu, déjà connu avec le théâtre et lors de ses précédents ouvrages.
Enfin, et c'est là le dernier écueil qu'Eric-Emmanuel Schmitt a eu à surmonter, la question de la chronologie l'a beaucoup perturbé. « Au début je n'avais que deux héroïnes et je risquais d'aller vers le manichéisme en opposant deux époques. L'arrivée dans mon esprit de la troisième héroïne a donné au roman tout son sens » admet-il avant d'ajouter « Le livre a été écrit dans l'ordre où vous le lisez, contrairement à un film par exemple, où les scènes sont tournées dans le désordre, en fonction des lieux où on se trouve. Un roman est une structure d'attente où l'auteur s'efface derrière des personnages et une histoire qui doivent susciter un intérêt et une impatience au lecteur ».

« Ce roman, c'est un arbre à questions »
S'il présente donc les ressorts de son écriture sous forme de défi, comme un goût permanent pour l'inconnu et un « refus du savoir-faire ou du métier », Schmitt y voit aussi une façon d'appliquer et de justifier sa vision de l'art romanesque. « Le roman est une fiction sans argument, à l'inverse de la philosophie qui elle est une fiction avec arguments. Ce roman c'est donc un arbre à questions, une invitation à la réflexion et une incitation pour chacun à trouver ses propres réponses » avance Eric-Emmanuel Schmitt avant d'aborder succinctement les questions de responsabilité morale, de justice utopique, du rapport à la nature, du lien entre culpabilité, conscience et inconscience ou de la recherche du sublime, qui sont quelques-uns des thèmes abordés en filigrane dans « La femme au miroir ».

« Ne pas écrire comme un intellectuel »
Mais au-delà de ces problèmes philosophiques et de leur complexité, il en vient à livrer, presque naturellement, ce qui est sans doute le secret de son succès. « Il y a toujours en moi cette tension d'écrire au premier degré, de ne pas écrire comme l'intellectuel que je suis devenu et de faire des livres qui peuvent être lus par tous ». Inspiré par Zweig, Diderot ou Camus il a pourtant été d'abord marqué par les grandes histoires romanesques et cite l'anecdote de sa découverte des « 3 Mousquetaires » d'Alexandre Dumas comme un tournant. « Petit, je détestais lire car on ne me donnait que des livres pour enfants. Mais, à la faveur d'un déménagement, je découvre « Les 3 Mousquetaires »et là je suis entrainé et je plonge dans la littérature » évoque-t-il avec nostalgie.
Un déclic littéraire, qui influence sans doute encore - tout comme son premier amour le théâtre - le sens des grandes histoires et des grands personnages dont il fait preuve dans ses romans. Autant d'univers qu'il s'attache à laisser vivre dans son esprit rêveur avant de coucher leurs aventures sur papier. « Je suis à l'écoute des personnages, de leurs évolutions et des rendez-vous qu'ils vont vivre et quand je me mets à l'écriture, tout est clair dans ma tête » révèle finalement Eric-Emmanuel Schmitt. Donnant peut-être avec ces mots, la formule de cette complexe simplicité qu'on aime tant lire chez lui.

« La femme au miroir », d'Eric-Emmanuel Schmitt, aux Editions Albin Michel
Photos : Isabelle Camus
 
Aymeric Bourlot

Partager sur Facebook
Vu par vous
622
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !