Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Rencontre avec Eric-Emmanuel Schmitt à Bordeaux pour "La femme au miroir"

16/10/2011 |

Eric-Emmanuel Schmitt

Metteur en scène, cinéaste, philosophe ou écrivain, Éric-Emmanuel Schmitt a bien des talents. Dans la foulée de la parution, cet été, de son dernier roman « La femme au miroir » il effectue, depuis début septembre, une série de rencontres avec ses lecteurs. Après Bruxelles, Lyon ou Genève et avant Lille ou encore Strasbourg, Éric-Emmanuel Schmitt était, ce vendredi 14 octobre, de passage à Bordeaux. Au programme, rencontre au lycée Gustave Eiffel et présentation chez Mollat. L'occasion pour ses fans de la première heure comme pour ceux qui le découvrent de faire plus ample connaissance avec un intellectuel aux multiples facettes et un homme accessible capable de toucher tous les publics et d'enrichir la réflexion de chacun. Revenant notamment sur son parcours, sur la construction de son livre et les questions qu'il soulève, l'auteur (entre autres) de « L'évangile selon Pilate » ou de « La secte des égoïstes » se livre sans faux semblants.

« Chaque siècle a eu ses femmes aux pensées différentes par rapport à ce qu'on leur imposait, des femmes elles-mêmes différentes les unes des autres, mais pas tant que ça ». Voilà la manière dont Eric-Emmanuel Schmitt résume sa « Femme au miroir », une histoire de femmes, bien sûr, où trois héroïnes aux prénoms quasi identiques (Anne, Hanna, Anny) vivant à trois époques différentes et dans des situations a priori enviables vont mener une quête commune d'émancipation et de recherche d'elles-mêmes. Une quête qu'elles commencent en prenant progressivement conscience qu'elles sont toutes trois prisonnières d'un même miroir, celui du regard des autres.

Un triple défi
Fruit de près de 15 ans de réflexions et de ressentis, ce livre, comme tous les autres, était un défi pour Eric-Emmanuel Schmitt, et ce à plusieurs titres. Celui du changement de Discours passionné et passionnant d'un homme riche de coeur et d'espritsexe tout d'abord. « Ecrire du point de vue d'une femme était un vrai risque, mais analyser la société à travers une vision féminine permettait de mieux voir à quel point elle empêche la réalisation de soi et voir ces femmes parcourir les chemins qu'elles se créent, sans savoir où ils les emmènent, m'a passionné » explique l'auteur.
Autre challenge pour Schmitt, celui de jongler entre les époques et entre les mots. « Garder le même style tout en utilisant trois champs sémantiques différents en fonction des époques a été une mission passionnante », qu'il avait, de son propre aveu, déjà connu avec le théâtre et lors de ses précédents ouvrages.
Enfin, et c'est là le dernier écueil qu'Eric-Emmanuel Schmitt a eu à surmonter, la question de la chronologie l'a beaucoup perturbé. « Au début je n'avais que deux héroïnes et je risquais d'aller vers le manichéisme en opposant deux époques. L'arrivée dans mon esprit de la troisième héroïne a donné au roman tout son sens » admet-il avant d'ajouter « Le livre a été écrit dans l'ordre où vous le lisez, contrairement à un film par exemple, où les scènes sont tournées dans le désordre, en fonction des lieux où on se trouve. Un roman est une structure d'attente où l'auteur s'efface derrière des personnages et une histoire qui doivent susciter un intérêt et une impatience au lecteur ».

« Ce roman, c'est un arbre à questions »
S'il présente donc les ressorts de son écriture sous forme de défi, comme un goût permanent pour l'inconnu et un « refus du savoir-faire ou du métier », Schmitt y voit aussi une façon d'appliquer et de justifier sa vision de l'art romanesque. « Le roman est une fiction sans argument, à l'inverse de la philosophie qui elle est une fiction avec arguments. Ce roman c'est donc un arbre à questions, une invitation à la réflexion et une incitation pour chacun à trouver ses propres réponses » avance Eric-Emmanuel Schmitt avant d'aborder succinctement les questions de responsabilité morale, de justice utopique, du rapport à la nature, du lien entre culpabilité, conscience et inconscience ou de la recherche du sublime, qui sont quelques-uns des thèmes abordés en filigrane dans « La femme au miroir ».

« Ne pas écrire comme un intellectuel »
Mais au-delà de ces problèmes philosophiques et de leur complexité, il en vient à livrer, presque naturellement, ce qui est sans doute le secret de son succès. « Il y a toujours en moi cette tension d'écrire au premier degré, de ne pas écrire comme l'intellectuel que je suis devenu et de faire des livres qui peuvent être lus par tous ». Inspiré par Zweig, Diderot ou Camus il a pourtant été d'abord marqué par les grandes histoires romanesques et cite l'anecdote de sa découverte des « 3 Mousquetaires » d'Alexandre Dumas comme un tournant. « Petit, je détestais lire car on ne me donnait que des livres pour enfants. Mais, à la faveur d'un déménagement, je découvre « Les 3 Mousquetaires »et là je suis entrainé et je plonge dans la littérature » évoque-t-il avec nostalgie.
Un déclic littéraire, qui influence sans doute encore - tout comme son premier amour le théâtre - le sens des grandes histoires et des grands personnages dont il fait preuve dans ses romans. Autant d'univers qu'il s'attache à laisser vivre dans son esprit rêveur avant de coucher leurs aventures sur papier. « Je suis à l'écoute des personnages, de leurs évolutions et des rendez-vous qu'ils vont vivre et quand je me mets à l'écriture, tout est clair dans ma tête » révèle finalement Eric-Emmanuel Schmitt. Donnant peut-être avec ces mots, la formule de cette complexe simplicité qu'on aime tant lire chez lui.

« La femme au miroir », d'Eric-Emmanuel Schmitt, aux Editions Albin Michel
Photos : Isabelle Camus
 
Aymeric Bourlot

Partager sur Facebook
Vu par vous
566
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !