Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/02/20 : Le Ministère des Sports a suspendu provisoirement, à titre conservatoire Michel Poueyts, directeur technique national au sein de la Fédération de pelote basque suite à sa mise en examen pour corruption avec un employé de la sous préfecture de Bayonne.

25/02/20 : Au SIA à Paris, les récompenses commencent à pleuvoir sur la Dordogne, hier ont été décernés 4 médailles d’or, 12 médailles d’argent et 12 médailles de bronze pour les produits, ainsi qu’un prix d’excellence au concours des vins du Sud-Ouest.

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/20 | Nouvelle présidence pour les stations N'PY

    Lire

    Président de N’PY depuis sa création en 2004, Michel Pélieu a cédé son siège à Michel Boussaton le 24 janvier. Après l’entrée au capital de la Région Occitanie en juillet 2019, ce changement à la tête de N’PY est une nouvelle étape dans le processus de transformation amorcé en 2018 pour accompagner les domaines skiables et sites touristiques dans la diversification de leur activité et l’adaptation de l’immobilier de tourisme. N’PY va prendre une dimension "chaîne des Pyrénées" avec l’appui de la Région Occitanie et de la Banque des Territoires auxquels pourraient s’associer la Région Nouvelle-Aquitaine et les départements.

  • 25/02/20 | La colocation en HLM, une solution pour le logement des réfugiés ?

    Lire

    Pour la première fois en France, une convention régionale favorisant la colocation en baux directs pour les personnes bénéficiant de la protection internationale a été signée en Nouvelle-Aquitaine par l’État, les bailleurs sociaux et les associations de la région. Ce dispositif, expérimenté en Gironde à compter de mars 2020, a pour objectif de répondre à la forte tension locative présente sur les petits logements. Il sera soutenu financièrement par l’État avec l'ambition de l'étendre rapidement à toute la région et à d'autres publics.

  • 25/02/20 | L’ex-pdg d’Heuliez confie ses archives personnelles au département des Deux-Sèvres

    Lire

    Gérard Quéveau, l’ancien pdg de Heuliez basée à Cerizay, donne ses fonds personnels aux archives départementales des Deux-Sèvres. Les premières caisses d'archives sont arrivées à la maison du département. Le traitement des documents a débuté. Cela représente tout de même 170 mètres linéaires dédiés à cette entreprise de carrosserie automobile. Ce mardi 25 février, une convention de don du fonds d’archives de l’entreprise va être signé entre le président du département et l’ancien pdg de Heuliez.

  • 25/02/20 | Salon Aquibat : 6 structures néo-aquitaines recherchent des pros du BTP

    Lire

    A l’occasion du salon Aquibat (Parc des Expositions de Bordeaux), la CCI Bordeaux Gironde organise, le 28 février prochain, une rencontre « Convergence Marchés ». L’objectif est de mettre en relation des entreprises du bâtiments et 6 structures qui recherchent des professionnels du BTP comme Bordeaux Métropole ou l’ESID (Service d’infrastructure de la Défense). Des rencontres de 15min sont prévues avec ces donneurs d’ordre locaux de 10h à 13h. Les inscriptions sont gratuites.

  • 24/02/20 | Aéroport de Bordeaux-Mérignac : des agents de sécurité en grève

    Lire

    Une centaine d'agents de la société Hubsafe chargés de contrôler la sécurité à l'aéroport de Mérignac ont manifesté devant les portes ce lundi matin pour la quatrième journée consécutive. Ils dénoncent leurs conditions de travail et un entretien "exécrable" de leurs postes de travail. La société a choisi de rapatrier des salariés de Paris et Nantes pour assurer le service et éviter des annulations ou perturbations dans les vols. Le préavis de grève de la majorité des 135 agents est illimité. Hubsafe n'a pour l'instant pas entamé de négociations.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Rencontre avec "le Bal Chaloupé"

19/07/2019 | Brice, Simon, Tanguy, Gabriel et Thomas forment le Bal Chaloupé, un groupe bordelais qui s'est produit vendredi dernier au Festival International de Journalisme.

Groupe Bal Chaloupé

Ils sont cinq et arborent tous plus ou moins le même uniforme composé d'un bas de survêtement, de lunettes de soleil et d'une casquette colorée. Sous la chaleur écrasante de ce mois de juillet caniculaire, ils se reposent avant, le soir venu, de faire danser les foules au festival de journalisme de Couthures-sur-Garonne. Originaires des quatre coins de la région, les musiciens du Bal Chaloupé veulent « faire respirer les gens en faisant de la musique qui peut les questionner » selon Thomas, guitariste du groupe.

Un lot-et-garonnais, plusieurs girondins, quelques landais... ils n'en fallait pas plus pour former le Bal Chaloupé. Ils se rencontrent au Parti Collectif, un groupe composé d'artistes bordelais et uzestois issus de différentes formations. Ensemble, les cinq musiciens font du « Tropical Voltage Dancing », leur musique à eux, un savant mélange de jazz, de mélodies venues d'ailleurs et d'électro bien rythmé. Leurs influences sont multiples. Thomas, le guitariste, Brice, le saxophoniste et Simon, le batteur, ont fait le conservatoire de jazz. Gabriel a aussi une formation jazz bien qu'il ait toujours aimé le rock'n'roll : « J'ai commencé la guitare pour ACDC » confie-t-il. Si ce bagage technique transparaît dans leurs musiques, le groupe aime aussi à piocher dans différents styles. Du biguine, cette musique venue des Antilles qui pourrait être l'ancêtre du jazz, au Merengue dominicain en passant par la Cumbia colombienne, tous ces genres se mélangent pour former le Bal Chaloupé.

Une musique à écouter sur scène

Ce qui réunit tous les morceaux ? La danse, sans hésiter. « C'est l'essence, si ça danse pas devant c'est un peu la panique » explique Simon. « C'est très dur pour nous quand les gens ne dansent pas, là j'ai vu des chaises j'espère que ce soir ça va danser » avoue, de son côté, Brice. « Sinon ça perd le sens, ce n'est pas un concert assis ».
Les concerts font partie intégrante du processus. Le groupe aime se donner sur scène pour faire danser son public, avec une préférence pour les petits cafés concerts. « On y est vraiment proche du public » décrit Simon. « Sur les grosses scènes c'est plus compliqué, il y a vraiment une distance entre les gens et nous, ça crée une froideur naturelle qui est bizarre ». Au Quartier Libre, un bar où ils jouent tous les mois dans le quartier Sainte-Croix à Bordeaux, l'ambiance est survoltée quasi-systématiquement.

Le groupe a quand même fait l'expérience de concerts où l'atmosphère était moins bon enfant. Ils se rappellent d'une fois, à Chamonix, où ils ont joué au pied des pistes. Si les musiciens étaient enthousiastes à l'origine, la bande a vite déchanté quand, à la fin du concert, ils ont du attendre presque 2 heures, dans le froid, que l'équipe technique accepte de les faire descendre. Brice raconte qu'au bout d'un moment, il ne pouvait plus jouer : « Mon saxophone était gelé ». Une expérience amère dont ils peuvent aujourd'hui plaisanter. Heureusement, cela ne les a pas dégoûté de la scène, loin de là.

Un nouvel album dans les cartons

Un prochain album est prévu, enregistré en septembre, il devrait sortir en avril ou mai 2020. Le collectif plaisante en déclarant être « le seul groupe bordelais à ne pas faire de crowfunding ». Ils refusent en effet cette forme de financement participatif et se débrouillent autrement, même sans le soutien d'une boîte de production, pour payer l'enregistrement avec les marges qu'ils réalisent sur certains concerts. Un choix assumé, même s'il fait parfois débat au sein du groupe. Pour Thomas et Brice, ce type d'initiative participe du démantèlement des financements publics en matière culturelle. « Faire du crowfunding justifie le fait de ne plus subventionner, c'est une forme de privatisation de l'espace public, de cet argent là, qui doit être de l'argent public » déclare Thomas.
Le nouvel album sera 100% composition. Après le premier album qui était une sorte de « crash test », la production de celui-ci devrait être plus travaillée. « Il y aura des morceaux plus acoustiques, d'autres plus électros : on va naviguer entre les deux formes » explique le groupe. En attendant ce nouvel album, vous pouvez découvrir le groupe cet été, lors des nombreux concerts qu'ils donneront dans la région :

26/07 « Chez Dan » CONTIS
15/08 Festival Musicalarue LUXEY
16/08 « La Piballe » CONTIS
21/08 Cie Lubat/ Uzeste Musical UZESTE
21/09 Uppercut Festival BORDEAUX

 

Sarah Dumeau
Par Sarah Dumeau

Crédit Photo : Sarah Dumeau

Partager sur Facebook
Vu par vous
4057
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !