Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | L'Etat et les éditeurs à la rescousse des libraires : 9 millions d'euros d'aides annoncées

04/06/2013 | La ministre de la culture Aurélie Filippetti a annoncé à Bordeaux la suite des mesures du plan d'aide à la librairie indépendante lancé au Salon du livre.

Aurélie Filippetti à Bordeaux aux Rencontres nationales de la librairie

Présente le 3 juin à Bordeaux à l’occasion des Rencontres nationales de la librairie, la ministre de la culture et de la communication a réaffirmé son soutien aux libraires en annonçant une hausse du budget du CNL (centre national du livre) de 2 millions d’euros pour 2014. Le président du syndicat national de l’édition Vincent Montagne a lui annoncé la création d’un fonds d’aide de 7 millions d’euros. Ces mesures visent à enrayer la crise particulièrement dure que traversent les librairies indépendantes, qui sont désormais un des commerces les moins rentables.

La crise s'accentue pour les libraires français : selon une étude Xerfi, leur situation s'est dégradée depuis 2011, date de la précédente étude. Le taux moyen de rentabilité net est ainsi de 0,6% contre 3,2% en moyenne pour le commerce de détail. La baisse de l'intérêt pour la lecture, l'avènement d'Internet et des géants de la vente en ligne comme Amazon (aux pratiques fiscales douteuses) mais aussi l'augmentation des charges des commerçants expliqueraient cette détérioration du marché. Pour mieux évaluer cette crise, une étude comparative entre cinq pays d'Europe et les Etats-Unis a été diffusée lors des Rencontres nationales de la librairie qui se sont déroulées dimanche et lundi à Bordeaux, au TnBA. L'enquête fait ainsi ressortir des problématiques et des constats similaires : la librairie, malgré la crise qu'elle traverse, reste le principal vecteur de vente de livres (40% des ventes de détail en France). La vente en ligne et la vente de livres numériques restent cependant marginales. En outre, ce qui relie les librairies de ces pays est leur stratégie de "buy local" (acheter local) qui vise à valoriser la fonction sociale des librairies, et les démarquer ainsi des librairies en ligne.

Un effort sans précédent des éditeurs et de l'Etat

Dans ce contexte tendu, la ministre de la culture Aurélie Filippetti avait annoncé un plan d'aide à la librairie en mars dernier au Salon du Livre, prévoyant la création d'un fonds d'avance à la trésorerie de cinq millions d'euros et le renforcement du dispositif d'aide à la transmission des fonds de librairie de quatre millions d'euros. Présente ce 3 juin à Bordeaux, la ministre de la culture a annoncé un nouveau coup de pouce aux librairies, puisque le budget librairie du CNL (centre national du livre), qui dispose de 2,5 millions d'euros pour 2014, sera complété de deux millions d'euros.

De son côté, Vincent Montagne, président du syndicat national de l'édition (SNE) s'est lui engagé à débloquer un fonds d'aide complémentaire de sept millions d'euros grâce à une contribution volontaire des éditeurs géré par l'Adelc (Association pour le développement de la librairie de création).

"Depuis quinze ans, je n'ai jamais vu un ministre et un syndicat annoncer un tel effort" s'est félicité Matthieu de Montchalin, président du syndicat de la librairie française (SLF).

La ministre a par ailleurs salué deux des propositions émises la veille par Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, notamment sur la création d'un établissement public foncier pour "sécuriser la présence des librairies indépendants en centre ville" et l'ouverture d'un débat sur la suppression du rabais à 9% pour les collectivités territoriales.

Elle a également annoncé réfléchir à une solution pour rétablir une concurrence plus juste entre les libraires indépendants et le géant de vente en ligne Amazon, qu'elle accuse par ailleurs de faire du dumping : "la gratuité des frais de port [que pratique Amazon et consorts] doit être limitée et ne doit pas être cumulée avec le rabais de 5%". La loi Lang sur le prix unique du livre, qui oblige depuis 1981 les éditeurs à fixer un prix unique pour un ouvrage, permet en effet une remise par les libraires plafonnée à 5%.

Les libraires restent inquiets

Du côté des libraires présents sur place, ces annonces reçoivent un accueil mitigé. "On ne peut pas reprocher à des politiques de nous écouter. On est déjà revenu à la TVA à 5,5% [elle était à 7% depuis avril 2012 et devrait passer à 5% d'ici 2014] et on sent une vraie implication personnelle de la part de la ministre" reconnaît Françoise Bagyoni, propriétaire de la librairie Broglie à Strasbourg. Sébastien Doin, propriétaire de deux librairies en région parisienne, Nath a Lire et Cyclope, est lui plutôt sceptique : "pour l'instant, on en est juste au stade des promesses" lâche-t-il, précisant que le secteur se détériore de plus en plus rapidement ces dernières années. "Mon chiffre d'affaires a baissé de 8% en trois ans" confie-t-il avant d'ajouter que la priorité serait, selon lui, d'interdire la gratuité des frais de port à Amazon, et "arrêter cette autorisation de 5% de rabais" instaurée par la loi Lang.

Sur cette question, Françoise Bagyoni reste prudente : "Les 5% sont à manier avec des pincettes. Chez nous, on les pratique pour les personnes ayant une carte de fidélité. C'est à double tranchant" explique-t-elle, précisant que les librairies indépendantes ne peuvent pas pratiquer ce rabais sur l'ensemble de leurs livres, contrairement au géant Amazon. Si elle salue les annonces de la ministre et du président du Syndicat national de l'édition, Françoise Bagyoni confie toutefois que "être indépendant, ce n'est pas demander des subventions, c'est réussir à améliorer nos marges", ce qui pourrait selon elle passer par "une amélioration des remises pratiquées par les éditeurs" aux libraires. Elle avoue que la situation se complique également depuis deux ans dans sa librairie qui emploie 18 salariés. Les causes? Une augmentation des charges, mais aussi un problème de fond plus général : "Les personnes qui lisent beaucoup vieillissent. Et les 18-35 ans nous échappent" confie-t-elle, inquiète.

Elodie Souslikoff
Par Elodie Souslikoff

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
995
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !