Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Retour sur le Garorock 2012 - Une Filhole de potion magique

15/06/2012 | Compte rendu complet du festival marmandais qui change enfin de division après une seizième édition au concept nouveau. Compte-rendu complet.

Nicholaus Arson, guitariste des Hives, le samedi 9 juin au Garorock de Marmande (47)

« Bigger the better » chantait Puppetmastaz samedi soir. « Plus c'est grand, mieux c'est », une maxime qui pourrait s'adapter parfaitement au Garorock nouvelle version. Avec le pari risqué du changement de site sur la plaine de la Fihole qui vampirise le budget, le festival devait adapter sa programmation à son nouvel espace. Pari tenu malgré un premier soir en demi-teinte et un temps affreux avec des excellents concerts (The Hives, une tête au dessus des autres) qui laissent présager du meilleur pour le futur. Bilan fleuve et extrait d'interviews avec un peu de retard.

Une organisation sans faille aux abords du festival, la circulation est maitrisée et le changement intervient avant même d'entrer sur le site. Dans le centre ville de Marmande, les commerçants riverains s'adaptent à la situation : un kebab dans un garage, des terrasses improvisées, une vente à la criée (« Sandwich à 3 euros ! Pensez-y avant, vous allez vous faire arnaquer à l'intérieur ! »), des concerts off...

Le nouveau site répond parfaitement à nos attentes. Il n'y a pas de grande roue mais tout ce qui avait été annoncé est là. Un écrin de verdure au milieu des arbres, bien agencé, joli et rempli de stands en tous genres. On pouvait même y gouter du beurre aromatisé à la framboise ou au thon-wasabi. Deux bémols : peu de poubelles (mais peu de déchets aussi, festival vert oblige) et évidemment ces deux scènes installées côte à côte pour des raisons acoustiques (aucune scène ne devait faire face à la ville),

Si dans un premier temps, elles donnent un côté grandiose à l'endroit, les scènes jumelles ont aussi fortement encouragé la fainéantise du festivalier. qui se déplacera souvent de quelques mètres, pas plus. Avant leur concert du vendredi soir, sur la petite scène du Trec, les Dirty Honkers avait balayé toute inquiétude : « Vu que justement il n'y a pas tant d'endroit à voir, les gens qui sont un minimum curieux vont venir jeter un coup d'œil sur ce qui se passe. On veut des gens qui ont envie de voir quelque chose d'autre, quelque chose de nouveau ».

Guetta, Orelsan et 1995 : Vendredi, c'est récré
Un premier soir qui a laissé perplexe les festivaliers aguerris pour rendre fous de joie les jeunes lycéens des environs. La moyenne d'âge était dangereusement basse et les cris sur-aigus quand Orelsan a rejoint 1995 sur scène. Sur Twitter, les messages de remerciement à 1995 étaient nombreux. Orelsan et David Guetta n'était pas en reste. Même si pour ce dernier, les messages de soutien peinaient à dépasser les critiques acerbes une fois son show poussif à 200.000 euros terminé. Deux groupes de rock pas prise de tête faisaient leur retour sur la scène du Garorock. Les frères furieux de Kid Bombardos et Skip The Use, sorte de Bloc Party lillois : « On est venu il y a deux ans et c'était notre premier gros festival. Revenir aujourd'hui... On est vraiment content. On a l'impression de boucler une boucle. C'est vraiment un vrai plaisir de retrouver toute l'équipe. En plus, sur un nouveau site. Ils sont tous super contents. Ils ont évolué. Nous aussi. »

Le disco-rock de Friendly Fires était parfaitement en adéquation avec le festival quand la pop suave de Metronomy malgré toutes ses perles n'était malheureusement pas à sa place. Sur la scène du Trec, le label Banzaï Lab a signé une carte blanche de qualité. Seul phare dans la nuit pour les plus de 21 ans avec peut-être les allemands de Modeselektor qui ont introduit le DJ millionnaire sans faiblir. Un premier soir plutôt habituel, désespérément tourné vers un seul public et presque décevant pour une nouvelle formule. Heureusement tout allait être pardonné.

The Specials, The Hives et NOFX : Samedi, c'est grandiose

The Hives

Le lendemain, tout laisse penser que la soirée va suivre son cours de façon spectaculaire. Le trio hip hop hybride (dans l'ordre : Odezenne, Puppetmastaz et Foreign Beggars) fait monter la pression tout l'après-midi. La scène du Trec continue son bonhomme de chemin loin de la foule avec la carte blanche à Noize Resistance. Il y a bien deux groupes de rock anglais qui ressemble à tous leurs camarades mais on oublie vite un tel détail. La belle Selah Sue vient à point nommé pour la mi-temps. Soul suave et tempo lent. Il était plus que temps d'aller chercher un sandwich avant le déluge de stars.

Avec la taille qui augmente et le portefeuille avec, le Garorock est confronté à de nouveaux problèmes. En signant des groupes internationaux très demandés, le festival accueille des artistes qui viennent souvent de loin et qui ont rentabilisé leur déplacement en donnant un concert chaque soir. Les groupes s'adaptaient plus ou moins au « décalage horaire ». NOFX a eu du mal à émerger pendant tout son set quand les suédois de The Hives étaient au garde à vous dès leur arrivée : « On est ici depuis à peu près quatre minutes, mais ça l'air vraiment super. Ça va être amusant de jouer. On attendait ça depuis un moment parce qu'on a voyagé toute la journée. C'était plutôt fastidieux ». Ça ne les empêchera pas de produire un des meilleurs concerts du Garorock, toutes éditions confondues. Les cinq suédois sont au sommet de leur art, offrant anciens et nouveaux morceaux sans distinction d'énergie. Du rock brut, vivant et simplement génial jusqu'au final où le chanteur Howlin' Pelle Almqvist fera asseoir une dizaine de milliers de personnes en quelques secondes au beau milieu d'un Tick Tick Boom de haute volée. Déjà mythique.

Le groupe que tout le monde était venu voir c'était pourtant The Specials, 35 ans de carrière et éternels patrons du ska anglais. Le groupe de cinquantenaires a assuré le show avec une pelletée de tubes repris en chœur par le public de fans. Le dernier groupe de rock de la soirée était tout aussi attendu, même par les artistes et notamment par les bordelais d'Odezenne : « La première fois que j'ai eu le droit de sortir de chez moi pour aller à un concert, je devais avoir 13-14 ans et on était allé voir NOFX, à Bordeaux. Et là on joue sur le même festival. Bon pas à la même heure, mais ça fait plaisir ». Rétrospectivement, il est amusant de constater que le groupe de punk NOFX pourtant plus jeunes d'une bonne décennie supportait moins bien la fatigue du voyage. La simplicité du répertoire des californiens impliquant que l'on peut difficilement rater un morceau à trois accords même au saut du lit à 23 heures, le concert était bien parti pour rejoindre les deux autres prestations au firmament du Garorock. Mais voilà, la pluie a interrompu ce run parfait de concerts au plus mauvais des moments.

Une pluie continue, ni violente, ni bruineuse : la pluie qui va durer toute la nuit. Malgré la bonne volonté des DJ de C2C qui se donnaient à fond, le public a fui comme un seul homme vers la sortie. Tant pis pour la scène du Trec qui promettait une belle programmation électro. Tant pis pour les Bloody Beetroots que l'on avait de toute façon vu trois fois l'été dernier. On va quand même pas rater le dernier jour à cause d'un rhume.

Cypress Hill, The Offspring et Dionysos : Dimanche, c'est familial et nostalgique

La chanteuse Izia le dimanche 10 juin au Garorock de Marmande (47)

Un dimanche coupé en deux. D'abord le public familial avec toute la smala était venu en masse pour apprécier les stars de la pop à la française. Puis les nostalgiques un peu plus tard. La journée démarrera pourtant avec la meilleure découverte du festival : les anglais de Breton (d'après André Breton bien sûr). Ensuite l'enchainement se fera tout seul. Le crooner Charlie Winston fera son petit numéro de charme. Que l'on aime ou pas, l'anglais maitrise la scène et réjouit un public conquis dès l'heure du gouter. Izia, habituée du festival, nous refera son numéro furieux et gesticulant du bon vieux temps. Les sautillants Dionysos, de retour après quelques années d'aventures solitaires, n'ont pas failli à leur réputation de bêtes de scène. Direct, efficace, le concert est une explosion de joie. Il est plus que temps de coucher les mômes, le final est une affaire de grandes personnes.

Après les Ting-Tings, remuants mais pas transcendants (le retour de la pause sandwich), les fans nostalgiques ont investi l'espace dans l'attente des deux grosses exclusivités du festival : The Offspring et Cypress Hill. Quand on leur demande d'expliquer leur présence tout en haut de l'affiche, le groupe de punk rock blague pas peu fier : « Je pense que c'est un ordre alphabétique bizarre. Un ordre aléatoire créé par ordinateur. C'est cool, vous savez. Je ne l'avais pas réalisé jusque là ». Quand leur set commence, tout le monde a 14 ans malgré les fausses notes et on comprend soudain le jeune public du vendredi devant Orelsan et 1995. Si c'est le groupe de punk rock qui comptaient le plus d'admirateurs, les stars du hip hop n'étaient pas en reste. Deux prestations en forme, repris en chœur par une foule conquise et remplis de tubes et de nouveaux morceaux pas vraiment nécesssaires. Un spectacle que l'on aurait eu du mal à imaginer ne serait-ce que l'année dernière. Le Garorock change enfin de classe.

Bien calé entre les mastodontes que sont le Primavera (Barcelone) et le Hellfest (Nantes), le Garorock n'avait aucun concurrent direct. Le festival atteint 50.000 spectateurs malgré la météo capricieuse, les législatives, le début de l'Euro, la fin de Rolland Garros et les révisions du bac. On peut rêver pour l'avenir et les prochaines éditions qui seront débarrassées de l'épineux problème du changement de site. Le groupe If The Kids, un des gagnants du concours SFR jeunes talents, s'y voit déjà : « C'est la première fois que le Garorock est sous cette version là. Leur ambition est de devenir un des plus gros festivals français voire européens. Dans dix ans si ça cartonne, on aura été le premier groupe a joué sous cette version là. Sincèrement, je trouve que c'est génial. C'est vraiment un honneur d'avoir été invité. D'ouvrir le festival qui sera encore là dans 15 ans ou dans 20 ans avec des énormes têtes d'affiche pour mettre entre 40000 et 60000 personnes ici, c'est génial. »

Vous pouvez retrouver les photos du vendredi, du samedi et du dimanche sur Facebook en suivant les liens.

Thomas Guillot
Par Thomas Guillot

Crédit Photo : Isabelle Guillot

Partager sur Facebook
Vu par vous
1335
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !