18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Saint Médard en Jalles vient d'accueillir la reconstitution du Grand Prix Auto/Moto de Bordeaux de 1932

09/06/2008 |

GrandPrixStMedard

Ce fut exactement le 26 juin 1932, que pour la première et dernière fois, Le Grand Prix Auto/Moto de Bordeaux n'eut pas lieu dans la capitale de la Gironde. C'est Saint Médard en Jalles, encore un petit village à l'époque, situé à 13 km de Bordeaux, qui organisa la fameuse course automobile. 76 ans après, sur un trajet presque inchangé les Peugeot, Bugatti, Salmson, Amilcar, Rally et Rosengard, marques phares des années 20/30, reviennent sur les routes de Saint Médard.

C'était le troisième Grand Prix de Bordeaux. La course s'est déroulée en plein centre-ville sur un circuit de 4,750 km, en engageant les motos et les automobiles, à quelques heures d'intervalle. 32 motocyclistes s'étaient présentés à la ligne de départ. Ils avaient à parcourir de 47 à 63 tours, suivant leur cylindrée. La course fut l'une des plus sévères selon le quotidien « La Petite Gironde ». 10 participants ont dû abandonner. Au final c'est Edouard Lafon sur Soyer qui sortit vainqueur de la course à plus de 93 km/h de moyenne. Mais la course automobile ne fut « pas moins palpitante » selon ce même quotidien. Un peu plus de tours cette fois (53-70), moins de voitures par contre (16). Malgré plusieurs ennuis, les automobilistes s'en sont tirés presque tous indemnes et on aura noté que trois abandons. La victoire fut remportée de « haute lutte » par Lucien Demazel dont la puissante Salmson atteignait jusqu'à 200 km/h sur la ligne droite.

Redécouvrir un vrai patrimoine
Malheureusement aucune voiture, ni moto, de cette fameuse année 1932 n'aura fait son apparition, 76 ans plus tard, à Saint Médard. Mais les quelques 50 passionnés du club de l'Essieu Bordelais ainsi que plusieurs invités, avaient pris soin de montrer au public les mêmes modèles de voitures de course qui avaient alors emprunté le circuit de Saint Médard. « L'organisation de cette reconstitution est pour nous l'occasion de faire redécouvrir l'automobile aux jeunes. » raconte Pierre Plaud, président de l'Essieu Bordelais « L'automobile c'est aussi un patrimoine, il ne faut pas l'oublier. »

Une course couplée avec la Fête de Saint Médard
Un patrimoine qui a mis longtemps à rappeler de son existence. « C'est seulement en fouillant récemment dans les archives que l'on s'est rendu compte qu'une telle course a vraiment eu lieu. » explique M. Plaud. Puisque le 7 juin est le jour des célébrations traditionnelles de la fête de Saint Médard, l'on décida alors, d'avancer légèrement l'anniversaire de la course, de façon qu'elle puisse profiter à un public plus large. Celle-ci n'aura été finalement qu'une promenade dans les rues de la ville où la vitesse jouait le moindre des rôles. « On a voulu vraiment faire bloquer toutes les rues du tracé original, mais pour des raisons de trafic routier la police n'a pas pu nous donner le feu vert sur l'ensemble du circuit. » raconte M Plaud.

Olivier Labbé et sa Peugeot 190S de 1929
Les habitants de Saint Médard ainsi que les automobilistes et motocyclistesLa Peugeot 190S (1929) d'Olivier Labbé n'en semblaient cependant pas trop atristés. C'est effectivement une atmosphère très jouissive qui reignait pendant toute la journée à Saint Médard. Une atmosphère qui accompagnait régulièrement les propriétaires des autos/motos de regards pleins d'admiration et de curiosité. La Peugeot 190S de 1929 présentée par Olivier Labbé attirait visiblement tous les regards. Une décapotable bleue, aux ailes dépliantes couvrant le moteur, sportive, aux formes aérodynamiques. Une voiture montée pièce par pièce, en 1,5 an, par M. Labbé (70 ans), qui n'a pourtant jamais été mécanicien de sa vie. « J'ai déjà rêvé de ça quand j'avais 20 ans. » raconte-t-il. « Je m'intéressais surtout aux « ancêtres », c'est-à-dire aux voitures d'avant 1914 ; mais à l'époque mon penchant pour la vieille fraille que je voulais restaurer était toujours perçu comme ridicule. » Mais maintenant que M. Labbé est à la retraite, cet ancien technicien chocolatier, frigoriste et traiteur d'eau, peut se consacrer enfin pleinement à sa passion ; aux temps où la voiture était encore le fruit d'une « vraie imagination et créativité » comme il le fait remarquer.

Piotr Czarzasty

Partager sur Facebook
Vu par vous
1997
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Mark | 16/06/2008

I have been told that a moto I have just bought was a participantin the 1932 GP of Bordeaux. It was the property of an Andre Roques. A photo of the moto is here: http://farm4.static.flickr.com/3007/2530751430_f196ab05cb_o.jpg. The moto is a Magnat Debon 350cc. It has been modified greatly with the frame from 1929, the engine from 1937 and other pieces in between. Maybe you can tell me if the story of Andre Roque and this moto is true?
kind regards,
Mark

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !