Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Sainte Jeanne des abattoirs: une vision du capitalisme près d'un siècle plus tard

14/12/2007 |

 Sainte Jeanne des abattoirs

Brûlot politique à l'arrière goût étrangement familier, l'oeuvre de Brecht n'a pas laissé indifférent un public venu nombreux jeudi soir, réécouter la bonne parole cynique et visionnaire du dramaturge allemand, dépositaire du concept de distanciation. Dépoussiéré façon Catherine Marnas, cette représentation, extrêmement énergique, a suscité interrogation et émotion aux lendemains d'accords commerciaux et politiques source de bien des interrogations.

Quand la représentation questionne notre actualité, elle fait débat et redonne la place à une parole contestataire libératrice. Et si la catharsis existait encore ?

Une œuvre visionnaire

Ce qui est frappant, lorsqu’on assiste à la mise en scène de Caherine Marnas, c’est l’actualité présente dans le discours de Bertold Brecht. Ecrite en 1933, cette pièce dénonçait à l’époque un marché boursier aux mains de spéculateurs omnivores, prêts à couper des têtes pour augmenter leur fortune personnelle. La trame de fond situe l’action aux abattoirs de Chicago, lieu emblématique dans lequel se stigmatise la lutte des classes opposant le roi de la viande Pierpont Mauler, à Jeanne Dark, jeune et naïve membre d’une association caricative appelée « les Chapeaux noirs ». Conflits sociaux et conflits d’intérêts parcourent le texte de bout en bout, soulignant ce qui au moment du crack boursier de 29, menaçait déjà de s’installer durablement, en tant que système économique de référence : le capitalisme. La fable est simple, l’antagonisme évident, les deux camps bien distincts et pourtant rien ne saurait être si élémentaire. Car, au delà d’un manichéisme pur et d’une dialectique claire, Brecht pose l’épineux problème de l’humain et interroge sa capacité à rester juste et intègre en temps de crise. De la schizophrénie de Mauler et de la fausse piété des Chapeaux noirs naîtra le doute chez le spectateur : de quel côté nous situons-nous dans cette pièce, où en serait notre droiture morale pour 20 bols de soupe ? Un questionnement qui va bien entendu, au delà d’un simple contexte économique, lorsqu’on sait avec quel vigueur le dramaturge a combattu le nazisme en temps de guerre.

 Sainte Jeanne des abattoirs


Irrévérencieuse, Catherine Marnas ?

Une fable légèrement déjantée, un théâtre amusant et ironique, une mise en scène qui prend ouvertement le parti pris de la modernité. Ya t’il blasphème face à la pièce de Brecht ou au contraire une fidélité toute contemporaine. Parfois longue et souvent taxée de pompeuse, l’œuvre de Brecht est régulièrement adaptée dans un respect empêtré de lourdeur et d’emphase. Catherine Marnas prend le contrepied de tout cela et signe une mise en scène enlevée et enjouée, déroutante, de prime abord, mais au final très efficace. Si les débuts sont difficiles, le jeu des comédiens exagéré, un peu trop actualisé justement, et la présentation de l’action agressive, marquée par un speaker sonorisé façon match de boxe, progressivement une familiarité s’installe avec la troupe qui fait oublier ces artifices trop voyants. Emporté par l’énergie communicative de cette douzaine de comédiens, tous très jeunes, on se laisse guider dans les tréfonds de Chicago sans jamais perdre le rythme. Les chants composés par Alain Aubin et interprétés par une trentaine d’ouvriers et un chœur amateur, concourrent à aérer le texte parfois dense, pourtant élagué au tiers. Et l’esthétique, cinématographique, rappelle la réadaptation shakespearienne d’un Baz Luhrmann (en beaucoup moins colorée), ancrant définitivement la pièce dans le présent. Si le discours est anachronique, on entend distinctement résonner les conflits actuels et on appréhende les différentes facettes de l’homme moderne : la force et la faiblesse, la cohérence et la contradiction, l’innocence et la culpabilité, le mysticisme et le matérialisme. Pour peu que l’on soit sensible à ce type de dialogue, l’expérience est finalement source de réconfort éthique et de cohésion de groupe. L’impression de se situer du bon côté, en quelque sorte. Au final, Sainte Jeanne des Abattoirs reste une pièce populaire, au sens épique du terme, à aller voir lorsqu’on est en mal de narration et d’idéologie. Une pièce qui reprend, avec conviction et ironie, les propos d’un Brecht délicieusement politique.

 

Hélène Fiszpan

Partager sur Facebook
Vu par vous
1100
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Trento | 04/02/2008

Nous avons effectivemnt passé une très bonne soirée autour d'une oeuvre malheureusement toujours d'actualité.
Bonne continuation.
Dominique.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !