Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/07/18 : Michèle Delaunay ancienne ministre et députée de la Gironde promue au grade de chevalier dans l'ordre de la Légion d'Honneur au titre du ministère des Solidarités et de la Santé avec mention de ses " 49 ans de services"

14/07/18 : Charente-Maritime: à partir du 16/07, un arrêté interdit le remplissage et la remise à niveau des mares de tonnes (chasse au gibier d'eau), sur la Curé-Sèvre Niortaise, le Mignon, les marais de Rochefort nord et sud et le marais bord de Gironde nord.

13/07/18 : Les 26, 27 et 28 juillet, le Tour de France fait étape dans le 64. Toutes les infos pratiques liés à ces 3 jours de présence ( accès, parking, circulation, accueils camping-car, passage de la caravane,etc )sont à retrouvées sur www.infotour64.com+ d'info

12/07/18 : Fierté au sein d'Aérocampus Aquitaine: la structure compte 100% de réussite à tous les BAC et BTS avec plus de 87% de mentions dont 56% de mentions B et TB. Parmi eux: Alisson Armatte est la major de France en BTS Aéronautique. Félicitations!

12/07/18 : Suite aux nouvelles analyses effectuées, l'ARS a autorisé la réouverture immédiate de la baignade à la Base de Loisirs du Marsan ce 12 juillet. La filtration naturelle du plan d'eau a suffit pour endiguer ce phénomène ponctuel.

11/07/18 : Sur demande de l'ARS, le lac de baignade de la base de loisirs du Marsan est fermé jusqu'à nouvel ordre. Des analyses ont révélé un taux de bactéries coliformes supérieur à la limite autorisée. De nouvelles analyses sont en cours.

11/07/18 : Au 1er semestre 2018 l'Aéroport de Bordeaux passe les 3M de voyageurs (+6,2%). Nouveau record en juin avec 669.000 passagers (+6,5%): +17,4% pour les vols internationaux (384.500 voyageurs) et pour le low cost. Le trafic national perd 5,5% et Paris 26,8%

07/07/18 : La visite du président de la République, Emmanuel Macron, en Dordogne, ce sera jeudi 19 juillet.Le chef de l’État devrait faire une halte à Périgueux avant de se rendre dans une commune rurale pour y parler du maintien des services publics.

06/07/18 : La Rochelle : les inscriptions sont ouvertes à l'université, au Technoforum, 23 av. A.Einstein, jusqu'au jeudi 19 juillet de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h00, et ce samedi de 9h à 16h30. Reprise des inscriptions le 23 août jusqu’au 14 septembre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 14/07/18 | Charente-Maritime : les limitations d'usage de l'eau de l'été arrivent

    Lire

    A compter du lundi 16 juillet, 8h, le bassin Curé-Sèvre MP6 et le sous-bassin Marais Nord Aunis MP4 passent en alerte d’été, suite à un arrêté du préfet. Cette limitation provisoire de l'usage de l'eau concerne tous les prélèvements à des fins agricoles à partir de forages, cours d’eau, plans d’eau en communication ou alimentés par une nappe souterraine ou un cours d’eau, plans d’eau établis sur un cours d’eau. Les mesures de coupure ne s’appliquent pas aux cultures ayant obtenu une dérogation.

  • 13/07/18 | Rocade bordelaise : des feux pour réguler le trafic

    Lire

    Attention aux utilisateurs de la rocade bordelaise: à partir du 17 juillet, des feux bicolores vont être installés sur 17 bretelles d'accès de sept échangeurs pour réguler le trafic de la rocade. Une première phase entrera en service avant la fin juillet sur les trois bretelles extérieures des échangeurs 24 et 25 pour une durée de quatre mois. Le rythme des feux variera selon le trafic et selon la bretelle. Le déploiement complet de ce dispositif, mis en place par la DIRA (direction interdépartementale des routes Atlantique, interviendra d'ici fin 2018.

  • 13/07/18 | Emmanuel Macron deux jours en Dordogne, les 18 et 19 juillet

    Lire

    Le président de la république sera en Dordogne, les 18 et 19 juillet. Le thème de sa visite sera les services publics en zone rurale. C’est Michel Delpon, le député du Bergeracois, qui dévoile le programme de cette visite sur sa page Facebook. Emmanuel Macron devrait visiter le bureau de poste de Marsac, assister au dévoilement de la Marianne dans le quartier du Toulon à Périgueux, visiter l’imprimerie du timbre à Boulazac et la Maison des services au public de Sarliac-sur-l’Isle.

  • 13/07/18 | Périgueux : une jauge de 5000 personnes pour la fan zone

    Lire

    Périgueux a crée une fan zone en plein cœur de ville, dans le parc Gamenson. Pour la finale du 15 juillet, où la France affronte la Croatie, la jauge a été portée à 5000 personnes. Attention cependant, cette jauge ne pourra pas être dépassée pour des raisons de sécurité. Des stands buvette et petite restauration sont aussi proposés. L'entrée est gratuite. L'ouverture des portes a lieu à 15 h et la fermeture à 21 h. 3 entrées publiques sont mises en place (avec fouilles et palpations de sécurité).

  • 13/07/18 | La Rochelle : feu d'artifice en hommage à Didier Lockwood

    Lire

    Pour le 14 Juillet, la ville de La Rochelle a vu les choses en grand : un spectacle pyrotechnique sur les musiques de Didier Lockwood. Pour construire le spectacle, le directeur artistique de la société Ruggieri (Nouvel an Paris 2017, départ de L'Hermione, Violon sur le Sable), avec le directeur du Violon sur le Sable Philippe Tranchet, la soprano Patricia Petibon et Didier Pironti, le président du festival Jazz Entre les deux tours. Rendez-vous allée du Mail ou avenue Michel-Crépeau à 22h45.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Portrait: Selim Bentounes, du rêve à l'écran

09/10/2014 | Selim est un jeune réalisateur en herbe qui fait chaque année le film de présentation du Festival du film indépendant de Bordeaux. Il nous dévoile ses secrets.

Selim Bentounes a des ambitions de réalisateur

Du 7 au 12 octobre, le 3ème Festival international du film indépendant de Bordeaux est l'occasion pour les fans de cinémas et les professionnels de découvrir les nouvelles étoiles montantes de la mise en scène "artisanale". Selim a démarré sa carrière de réalisateur avec le festival : approché pour réaliser les films de présentation des 3 premières éditions, il a réussi à percer et présentera bientôt son premier court métrage. Pour lui, le cinéma, c'est avant tout affaire des bonnes rencontres. Il dévoile son parcours, ses ambitions et ses convictions sur ce cinéma aquitain qui monte, qui monte...

La Haine, de Matthieu Kassovitz. Ca a été un choc pour Selim, un déclic. "J'ai grandi en banlieue, à Paris. Le cinéma, pour nous, c'était plus un jeu. C'était quelque chose d'artisanal, on prenait tous nos caméras et on allait faire des petits films personnels. Mais si l'image est très présente aujourd'hui, le cinéma reste un véritable métier". Un métier auquel ce jeune réalisateur n'était pas prédestiné. Avant de s'intégrer au sein du Fifib (Festival international du film indépendant de Bordeaux), Selim était éducateur dans un centre d'aide sociale à l'enfance. Arrivé à Bordeaux en 2005, il participe aux Kino sessions, sorte de laboratoire bordelais du film indépendant et des jeunes créateurs qui veulent se faire connaître. "On se regroupait dans différents endroits, on faisait des petits films en un mois et on se réunissait avec le public dans des bars pour partager notre travail. C'est là que j'ai vu que le cinéma, ça permettait de dialoguer avec un public", déclare-t-il. 

L'arrivée dans le FestivalTrès vite, Selim a appris à se faire des contacts dans cet univers un peu cloisonné ou tout le monde connaît tout le monde. Contacté par les deux dirigeants du festival pour faire la vidéo de présentation des 3 premières éditions, il profite de l'occasion pour se retrouver à nouveau derrière la caméra. "Les projets associatifs comme j'avais l'habitude de faire, les pros les regardaient avec beaucoup de méfiance. Mais je pense que le cinéma et le monde associatif en général, c'est un milieu qu'on retrouve à la base de pas mal d'initiatives". Il profite de l'arrivée de ce nouveau festival pour rencontrer toujours plus de professionnels : "Au début du festival, le cinéma en Aquitaine n'était pas très présent. Mais avec le soutien de tous ces gens du milieu associatif qui ont voulu monter quelque chose d'important, on a réussi à attirer les stars et les regards. La nouveauté attire le monde, et le monde attire le beau monde", confirme Selim, pour qui le but du 7ème art est avant tout de se "décomplexer". Pour cette troisième et dernière édition, il a fait appel à une actrice iranienne, Golshifteh Farahani (que vous pouvez aussi voir sur les affiches) et a choisi le thème The Other Side. Quand on lui demande d'ou vient l'idée, sa réponse est instantanée : "The other side, c'est l'autre côté du cinéma, c'est un symbole qui vient de la communauté indépendante de Los Angeles, ou il y a beaucoup de réalisateurs éloignés d'Hollywood. C'est une manière pour les deux côtés de se regarder". 

Des projets plein la pelliculeDepuis le premier festival, Selim a fait pas mal de chemin. Dans les mois qui viennent, il sortira son premier court métrage, entièrement tourné à Biscarosse et à Floirac. Un court de 25 minutes démarré il y a un an et demie avec le soutien de Dublin Films, une société de production bordelaise. L'histoire ? Celle d'une jeune mère de 22 ans et de son enfant de 8 ans, placé dans un foyer. Une réalité sans réalisme pour Selim, qui a préféré filmer cet instant de vie de manière "très onirique. Je ne voulais pas faire une chronique sociale". Le court sera diffusé prochainement, et le jeune homme est déjà en train d'en écrire un autre, et garde même des idées pour un premier long métrage. Mais Selim n'oublie pas le milieu associatif qui lui a permis de percer. S'il a définitivement abandonné son métier d'éducateur en novembre dernier pour se consacrer entièrement à sa passion, il compte bientôt, avec l'aide d'un directeur de casting, réaliser des castings sauvages dans les rues de la région pour repérer les futures stars de demain.

Le cinéma indépendant, c'est désormais son futur. Un cinéma qui n'est pas sans contraintes, mais qu'il apprécie pour sa "liberté de ton, au milieu d'un art qui est aussi une industrie. Il n'y a aucun film sans contraintes, mais si le film dit tout ce qu'il a à dire en se libérant des contraintes économiques, alors c'est un film non seulement indépendant, mais réussi". Les réferences de Selim ont changé : aujourd'hui, ses modèles sont moins accessibles et moins cultes que le film de Kassovitz : Leo Carax et Bruno Dumont restent ses deux sources d'inspiration principales en tant que créateur. Mais il est l'exemple parfait pour montrer que parfois, la lumière ne vient pas de la scène mais bien des coulisses...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4433
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !