aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Portrait: Selim Bentounes, du rêve à l'écran

09/10/2014 | Selim est un jeune réalisateur en herbe qui fait chaque année le film de présentation du Festival du film indépendant de Bordeaux. Il nous dévoile ses secrets.

Selim Bentounes a des ambitions de réalisateur

Du 7 au 12 octobre, le 3ème Festival international du film indépendant de Bordeaux est l'occasion pour les fans de cinémas et les professionnels de découvrir les nouvelles étoiles montantes de la mise en scène "artisanale". Selim a démarré sa carrière de réalisateur avec le festival : approché pour réaliser les films de présentation des 3 premières éditions, il a réussi à percer et présentera bientôt son premier court métrage. Pour lui, le cinéma, c'est avant tout affaire des bonnes rencontres. Il dévoile son parcours, ses ambitions et ses convictions sur ce cinéma aquitain qui monte, qui monte...

La Haine, de Matthieu Kassovitz. Ca a été un choc pour Selim, un déclic. "J'ai grandi en banlieue, à Paris. Le cinéma, pour nous, c'était plus un jeu. C'était quelque chose d'artisanal, on prenait tous nos caméras et on allait faire des petits films personnels. Mais si l'image est très présente aujourd'hui, le cinéma reste un véritable métier". Un métier auquel ce jeune réalisateur n'était pas prédestiné. Avant de s'intégrer au sein du Fifib (Festival international du film indépendant de Bordeaux), Selim était éducateur dans un centre d'aide sociale à l'enfance. Arrivé à Bordeaux en 2005, il participe aux Kino sessions, sorte de laboratoire bordelais du film indépendant et des jeunes créateurs qui veulent se faire connaître. "On se regroupait dans différents endroits, on faisait des petits films en un mois et on se réunissait avec le public dans des bars pour partager notre travail. C'est là que j'ai vu que le cinéma, ça permettait de dialoguer avec un public", déclare-t-il. 

L'arrivée dans le FestivalTrès vite, Selim a appris à se faire des contacts dans cet univers un peu cloisonné ou tout le monde connaît tout le monde. Contacté par les deux dirigeants du festival pour faire la vidéo de présentation des 3 premières éditions, il profite de l'occasion pour se retrouver à nouveau derrière la caméra. "Les projets associatifs comme j'avais l'habitude de faire, les pros les regardaient avec beaucoup de méfiance. Mais je pense que le cinéma et le monde associatif en général, c'est un milieu qu'on retrouve à la base de pas mal d'initiatives". Il profite de l'arrivée de ce nouveau festival pour rencontrer toujours plus de professionnels : "Au début du festival, le cinéma en Aquitaine n'était pas très présent. Mais avec le soutien de tous ces gens du milieu associatif qui ont voulu monter quelque chose d'important, on a réussi à attirer les stars et les regards. La nouveauté attire le monde, et le monde attire le beau monde", confirme Selim, pour qui le but du 7ème art est avant tout de se "décomplexer". Pour cette troisième et dernière édition, il a fait appel à une actrice iranienne, Golshifteh Farahani (que vous pouvez aussi voir sur les affiches) et a choisi le thème The Other Side. Quand on lui demande d'ou vient l'idée, sa réponse est instantanée : "The other side, c'est l'autre côté du cinéma, c'est un symbole qui vient de la communauté indépendante de Los Angeles, ou il y a beaucoup de réalisateurs éloignés d'Hollywood. C'est une manière pour les deux côtés de se regarder". 

Des projets plein la pelliculeDepuis le premier festival, Selim a fait pas mal de chemin. Dans les mois qui viennent, il sortira son premier court métrage, entièrement tourné à Biscarosse et à Floirac. Un court de 25 minutes démarré il y a un an et demie avec le soutien de Dublin Films, une société de production bordelaise. L'histoire ? Celle d'une jeune mère de 22 ans et de son enfant de 8 ans, placé dans un foyer. Une réalité sans réalisme pour Selim, qui a préféré filmer cet instant de vie de manière "très onirique. Je ne voulais pas faire une chronique sociale". Le court sera diffusé prochainement, et le jeune homme est déjà en train d'en écrire un autre, et garde même des idées pour un premier long métrage. Mais Selim n'oublie pas le milieu associatif qui lui a permis de percer. S'il a définitivement abandonné son métier d'éducateur en novembre dernier pour se consacrer entièrement à sa passion, il compte bientôt, avec l'aide d'un directeur de casting, réaliser des castings sauvages dans les rues de la région pour repérer les futures stars de demain.

Le cinéma indépendant, c'est désormais son futur. Un cinéma qui n'est pas sans contraintes, mais qu'il apprécie pour sa "liberté de ton, au milieu d'un art qui est aussi une industrie. Il n'y a aucun film sans contraintes, mais si le film dit tout ce qu'il a à dire en se libérant des contraintes économiques, alors c'est un film non seulement indépendant, mais réussi". Les réferences de Selim ont changé : aujourd'hui, ses modèles sont moins accessibles et moins cultes que le film de Kassovitz : Leo Carax et Bruno Dumont restent ses deux sources d'inspiration principales en tant que créateur. Mais il est l'exemple parfait pour montrer que parfois, la lumière ne vient pas de la scène mais bien des coulisses...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3023
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !