Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/08/19 | La Fête des paysans de retour à Soustons dans les Landes

    Lire

    Les 23 et 24 août à Souston sur le site de la pointe des Vergnes, le Modef organise sa traditionnelle Fête des paysans. Parmi les nombreuses animations: repas paysans, marchés de producteurs, finale des jeunes conducteurs de tracteur, ou encore un débat public visant à l'échange entre agriculteurs et citoyens-consommateurs en présence de 3 membres de Ingénieurs sans frontières qui présenteront une proposition partagée par divers réseaux: "la sécurité sociale alimentaire". Les 2 soirées de termineront par des concerts gratuits!

  • 19/08/19 | 3ème édition du Summer Jump

    Lire

    Organisé par l’association Villeneuve Equitation, le concours hippique de saut d’obstacles, Summer Jump, se déroulera sur le terrain en herbe du Château de Rogé, du 22 au 25 août. 800 cavaliers amateurs et professionnels venant de tout l’hexagone, 150 chevaux, ainsi que 2 000 spectateurs sont attendus pour cet évènement sportif inédit en Grand Villeneuvois. Il sera rythmé par des épreuves préparatoires et des épreuves de grands prix, dotées de 16 000 €. Ce concours fait parti du circuit du Grand Régional Centre CSO, une référence dans le domaine des sports équestres.

  • 17/08/19 | 7 histoires d’estuaire sur les rives de la Gironde

    Lire

    La Communauté d’Agglomération de Royan Atlantique, la communauté de communes de Haut-Saintonge et le CdC de l’Estuaire proposent jusqu’au 28 août des spectacles nocturnes gratuits autour du thème de l’estuaire intitulé "7 histoires d’estuaire". Ce spectacle itinérant mêle musique, danse et vidéo et est présenté au bord ou à proximité du fleuve. Le metteur en scène Eric Le Collen s’inspire des paysages, de l’histoire et du patrimoine pour composer une fresque poétique. Rdv les 19, 21, 26 et 28 août à 21h30.

  • 17/08/19 | Grand-Angoulême : levée de fonds pour Seven Shapes

    Lire

    7 entreprises du monde de l'industrie sont entrées au capital de Seven Shapes. L'objectif de cet investissement est d'accélérer la commercialisation de son école digitale du "Lean". Ce dernier est une méthode de travail adoptée dans les plus grands groupes reposant sur l'écoute du client, la lutte contre le gaspillage, la réduction des stocks et l'intelligence collective. Certaines grandes entreprises nationales comme Enedis ou Schneider Electrics bénéficient déjà de la Seven Shapes School.

  • 17/08/19 | Guéret : réédition d'un festival de musique soutenu par la Région !

    Lire

    La deuxième édition du Check-in Party se déroule du 22 au 24 août prochains à l'aérodrome de Guéret. Plusieurs noms de la musique française et internationale seront présents, à l'image de Jeanne Added, Clara Luciani ou encore Patti Smith. Avec un tel évènement, la Région souhaite rappeler son engagement auprès des festivals en tous genres, notamment en période estivale, à l'image des 106 festivals de musiques soutenus en 2018 à hauteur de 1,7 million d'euros

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Santiago Lara et Belèn Maya: quand le flamenco revisite ses codes

06/07/2016 | Parce que le Flamenco est fondamentalement épris de liberté, le Café cantante a reçu ce mardi soir, deux artistes attachés à l'idée d'un flamenco contemporain et actuel. Une belle soirée!

Belén Maya dans son spectacle ''Bipolar'', lors du Festival Arte flamenco 2016

Ce mercredi soir, Arte Flamenco promet une nuit de « Maestria et Poesia », avec en tête d'affiche Pepe Habichuela, un des guitaristes les plus doués de la scène flamenco, le monument El Pele au cante et la jeune mais néanmoins prometteuse bailaora, Particia Guererro. Une soirée qui promet de faire la part belle au Flamenco puro, comme un contre-temps du Café Cantante de ce mardi soir qui a mis à l'honneur deux artistes, bien ancré dans leur époque sans pour autant rien renier de la tradition flamenca : le guitariste Santiago Lara puis la danseuse, Belén Maya, dans un spectacle au titre évocateur de ce « double » ancrage passé et présent, « Bipolar ».

Santiago Lara est un romantique, et un homme heureux, apaisé. C'est en tout cas, ce qui ce dégage de son jeu, à l'image de cette alegria « Sentimientos nuevos », écrit à la naissance de sa fille. Si le guitariste est connu pour ses proximités avec le jazz notamment, avec un disque en hommage à Pat Metheny récemment sorti, et donc aussi pour sa vision contemporaine et actuelle du flamenco, ses « picados » notamment ne permettent pas le moindre doute sur son respect profond de l'art flamenco, de sa tradition, de ses rythmes et de ses codes. La formation qui l'accompagnait avec cante (par El Londro), palmas et percussion, était d'ailleurs à cette image. Quant à lui, guitariste hors-pair, il égraine les notes avec rapidité, clarté et une facilité déconcertante. De quoi impressionner le public du Café cantante, qui le temps de cette première partie de soirée, s'est vu bien souvent transporter sur une plage du sud de l'Espagne, forcément proche de de Jerez de la Frontera où le garçon a grandi et a formé son art.

Santiago Lara, sur la scène du Café Cantante pour le Festival Arte flamenco 2016

De la bata de cola, à la musique électro
En deuxième partie de soirée, c'est au son du xylophone, accroupie sur une chaise, un éventail entre les dents, et dans une robe semblable à une tenue de nuit, blanche, longue et légère, qu'est apparue Belén Maya. Un son tout en douceur, un peu comme une comptine ou une berceuse, un peu aussi peut-être à l'image d'une folie douce et calme... Belén Maya met, dès le départ, les pieds dans le plat, avec une première chorégraphie très personnelle. Son Flamenco ne sera pas tout à fait ce à quoi pourrait s'attendre un public non averti de l'artiste qu'il a face à lui. Pourtant, l'instant d'après elle revient avec l'attirail de la « parfaite » bailaora, la plus traditionnelle qu'il soit. Bata de cola (robe à longue traîne), grand éventail et fleurs dans les cheveux, en parfait respect et maîtrise de l'exercice. Son ballet « Bipolar », est en réalité, comme elle l'explique elle-même, « le reflet de [sa] propre personnalité, la traduction des deux mondes qui sont en [elle] : la tradition et la modernité ». Et ne cherchez pas là dedans une volonté particulière ou un effet de style, « cette manière de danser, entre racines et contemporain, est très naturel pour moi, c'est l'expression de mon individualité ». Une manière ainsi de rendre hommage « aux grand-pères » du Flamenco le plus pur, mais aussi « à ceux qui ont ouvert les portes de cette modernité en ayant le courage d'exposer leur propre personnalité sur la scène, comme Antonio Canales (sur la scène de Café cantante ce jeudi, ndlr) ou Israël Galvan, malgrè les critiques qu'ils auaient pu reçevoir. »

Belén Maya dans son spectacle ''Bipolar'', lors du Festival Arte flamenco 2016

Ainsi, à la fois pionnière chez les classiques et classique chez les avant-gardiste, Belén Maya a offert au public montois ce mardi soir un sorte de voyage du flamenco, emmené petit à petit par la danseuse, d'un bout à l'autre de la tradition, de la bata de cola et du mantón (grand châle) maniés avec génie et élégance jusqu'à un tableau très contemporain, abandonnant peu à peu au fil du spectacle, tous les « artifices » classiques du flamenco traditionnel. Dans ce dernier tableau, finies les robes à pois ou à frou-frou, oubliés les éventails et les peignes dans les cheveux, Belén Maya habillée d'un pantalon, chemise blanche et gilet noir, est dans une totale réappropriation des codes classiques du flamenco. La scène elle-même prend une tout autre allure puisque la formation « traditionnelle » qui l'accompagnait jusque-là faite d'un chanteur, d'un guitariste et de palmas, sort de scène et laisse place à la musique électronique mixée en direct par le DJ Miguel Marin, tandis que des images abstraites sont projetées derrière elle.
Un voyage dans les deux mondes de Belén Maya que le public d'Arte flamenco a suivi jusqu'au bout, et applaudi longuement debout.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4166
Aimé par vous
4 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !