Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : Un séisme de magnitude 4,9 s'est produit ce matin peu avant 11h dans le secteur de Montendre. Il aurait été ressenti dans un rayon de 200 km, à Bordeaux et à Angoulême notamment.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

12/03/19 : En Lot-et-Garonne, la semaine prochaine, inauguration des sites multi-opérateurs d'accès à l'internet mobile à Hautefage La Tour, Massels, Thézac. Les communes de Frespech et Auradou sont également concernées par la couverture de ces nouveaux sites.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/03/19 | Bordeaux : du mouvement à la Maison Rose

    Lire

    Le vide dressing de la Maison Rose approche. La dernière née de l'association RoseUp, qui édite également Rose Magazine, organise un vide dressing solidaire ce samedi 23 mars. La Maison Rose accueille et soutient des femmes atteintes de cancer, mais aussi leurs proches, permettant ainsi de se ressourcer pendant ou après les traitements. L'intégralité des bénéfices du vide dressing solidaire seront reversés à la Maison Rose.

  • 21/03/19 | Nouvelle-Aquitaine : un jeu pour les malvoyants

    Lire

    Ce n'est pas la première fois que l'Institut Régional des Sourds et des Aveugles (IRSA) et Cap Sciences élaborent un jeu de société à destination des malvoyants. Time Loop est un jeu de stratégie, où les protagonistes sont perdus dans le temps et dont l'objectif est d'arriver à retourner à son époque. Une campagne de financement participatif a été lancée afin de doter toutes les antennes régionales de l'IRSA d'exemplaires du jeu. 400 euros sont nécessaires pour mener à bien le projet.

  • 21/03/19 | Bordeaux : une nouvelle école d'ingénieur !

    Lire

    L'École Nationale Supérieure pour la Performance Industrielle et la Maintenance Aéronautique ouvrira ses portes à la rentrée scolaire 2019. L'ENSPIMA sera la sixième école publique d'ingénieurs bordelaise avec pour domaines de prédilection les industries aéronautique, spatiale et de la défense. L'école sera basée dans les locaux de l'Institut de Maintenance Aéronautique à Mérignac. Les recrutements sont ouverts à partir du 20 mars pour ce cursus de 3 ans.

  • 21/03/19 | 1e édition de Gaspi'Halles pour une alimentation responsable

    Lire

    La première édition de Gaspi'Halles aura lieu les 22 et 23 mars aux halles de Bacalan à Bordeaux. Cet événement, organisé par l'EFAP et l'entreprise Biltoki, vise à sensibiliser les Bordelais au gaspillage alimentaire. Le vendredi matin sera consacré à des tables rondes destinées aux professionnels, tandis que le samedi après-midi sera ouvert au public pour des ateliers pratiques, de 14 heures à 18 heures.

  • 21/03/19 | Soirée ciné-débat sur la santé mentale à Pessac

    Lire

    Dans le cadre de la semaine d'information sur la santé mentale, le cinéma Jean Eustache de Pessac projettera le film documentaire "Locura al aire" le 22 mars à 20h30, en partenariat avec l'Unafam. Le film sera suivi d'un débat en présence du docteur Doumy, psychiatre au Centre Référence des Pathologies Anxieuses et de la Dépression (CERPAD) à l’hôpital Charles Perrens. Séance aux tarifs habituels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Télévision régionale : France 3 NoA veut séduire la Nouvelle-Aquitaine

13/01/2019 | Lancée le 11 septembre dernier, France 3 NoA est une chaîne de télévision régionale qui émet 24h/24. L'objectif est de mettre en lumière tous les territoires la région.

Laurence Mayerfeld, directrice de France 3 Nouvelle-Aquitaine, est à l'initiative de France 3 NoA, une chaîne qui se veut 100% régionale.

Quatre mois après son lancement, le 11 septembre dernier, NoA, la chaîne régionale de France 3 Nouvelle-Aquitaine, continue de grandir : avec une grille des programmes qui se veut au plus près des Néo-aquitains et qui aborde un grand nombre de thématiques (culture, sports, information, séries, téléfilms). Simple expérience ou laboratoire qui préfigure l’avenir de la télévision régionale ? Plus généralement, comment regarderons-nous la télévision dans les années futures ? Entretien, en compagnie de Joël Aubert, avec Laurence Mayerfeld, directrice de France 3 Nouvelle-Aquitaine et à l’initiative de ce vaste projet. Une chaîne régionale uniquement disponible sur Internet ou via les box des fournisseurs d’accès à Internet.

Les locaux de France 3 NoA sont installés au coeur de France 3 Aquitaine à Bordeaux. Laurence Mayerfeld, directrice de France 3 Nouvelle-Aquitaine nous emmène découvrir la régie, le poumon de la nouvelle chaîne. Située entre plusieurs salles de montage, et la salle de maquillage, au rez-de-chaussée de France 3 Aquitaine, la régie se limite à une petite pièce. « Voici notre régie, vous voyez, il y a des écrans, un ordinateur et c’est à cela que tient NoA. » Elle nous avait avertis… que la visite serait courte, entendons par là que les moyens techniques sont modestes. Au deuxième étage du bâtiment, on trouve le « Lab », l’endroit où les journalistes ou techniciens réalisent et montent directement leur production. 
 
La régie de NoA se situe dans une petite salle. Elle se résume à deux grands écrans et un ordinateur. Elle paraît minimaliste à côté de celle de France 3 Aquitaine
NoA : la petite chaîne qui veut « monter »
Le 11 septembre dernier le lancement de Noa s’est déroulé en direct sur les box Internet, les réseaux sociaux et le site web, avec de grands noms qui sont passés par tous les France 3 de la Nouvelle-Aquitaine (Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes), des personnalités politiques et Delphine Ernotte-Cunci, la présidente de France Télévisions. Et même si, aujourd’hui, son existence est connue sur notre territoire, la plus grande région de France, les téléspectateurs potentiels ont du mal à la trouver. « NoA, c’est à la fois pour les Néo-Aquitains et les autres, ceux qui n’habitent pas forcément dans la région car avec les box et Internet, on peut nous voir de partout », souligne Laurence Mayerfeld. Pour le moment difficile de percevoir un éventuel engouement autour de la chaîne : aucune mesure d’audience n’est communiquée. Il est difficile de créer des habitudes télévisuelles en seulement quatre mois d’existence. 
 
NoA,  « un prénom qui sonne bien ! », selon Laurence Mayerfeld. « NoA, c’est une espèce de transition. Je ne peux pas dire si dans 5 ou 10 ans, elle continuera d’exister. On voit bien, la BBC arrête certaines de ses chaînes  en mode linéaire. Cela va sans doute être le cas à France Télévisions qui risque d’abandonner des chaînes de télévision au profit de plateformes de contenus. NoA, qu’est-ce que c’est d’autre qu’une offre de contenus ordonnée car on met les programmes dans un certain ordre. C’est une vraie chance car elle permet de faire la transition pour nos salariés. » Des salariés qui ont dû, sur le principe du volontariat, s’investir dans ce nouveau projet. « 5 postes ont été ouverts », des techniciens ont suivi des formations pour apprendre à tourner (le plus souvent avec des téléphones portables), à s’exprimer à l’antenne, à interviewer. Ils se sont prêtés au jeu et ont acquis de nouvelles compétences. 
 
Des programmes reflets de notre région
Concernant les programmes, NoA s’organise comme une chaîne de télévision locale et émet 24h/24 avec des programmes régionaux exclusivement. On parle de la Nouvelle-Aquitaine. « L’objectif est de mettre en lumière ces territoires où l’on ne va jamais. » L’une des émissions phares de la chaîne est diffusée en semaine : "Tous les chemins mènent à vous". « Elle n’est pas réalisée par des journalistes, les présentateurs doivent discuter avec les personnes rencontrées, les faire se raconter. » On peut suivre trois directs par jour de différents lieux « emblématiques », de villages de Nouvelle-Aquitaine. Sinon la grille des programmes est assez malléable pour pouvoir diffuser, notamment, des événements culturels ou sportifs. « Je dis toujours que plus on va casser la grille récurrente, mieux je vais me porter. Notre truc, c’est d’être en direct, de partout. Dernièrement, nous avons diffusé le championnat du monde de pelote à Barcelone. Ça a bien marché, on a fait plus de 550 000 vues sur Facebook. On diffuse également le concours hippique des étoiles de Pau, nous allons essayer d’être sur le festival de la BD d’Angoulême », poursuit la directrice de France 3 Nouvelle-Aquitaine. Des conférences régionales peuvent également être mises à l’antenne. « On a également une émission musicale, NoA pop, où on met en avant des groupes régionaux qui enregistrent trois morceaux et font une interview dans nos locaux ». NoA leur donne de la visibilité. 
 
Mais NoA, c’est également de l’information. Les éditions locales de Nouvelle-Aquitaine sont reprises à différentes heures de la journée. Ce lundi 7 janvier, la chaîne régionale a lancé un nouveau rendez-vous d’information, à 21 heures, en semaine. « Un journal de Nouvelle-Aquitaine, tout image, de 10 minutes, composé par des sujets des locales et des sujets des régions », un rendez-vous qui peut se concevoir comme une session de rattrapage pour ceux qui veulent s’informer en mode « régional ». Autre évolution qui devrait voir le jour dans la premier semestre. Un bandeau d’information. « Moins imposant... que celui de BFM, avertit Laurence Mayerfeld. Ce serait un fil d’info régionale qui reprendrait les informations de nos locales et nos bureaux régionaux. Il faut que l’information soit accessible à tous, à tous les moments de la journée. » Un fil d’info qui disparaîtrait sur les fictions, les documentaires et les oeuvres.
 
Ce modèle de chaîne régionale, unique en France (même s’il existe France 3 via Stella qui couvre la Corse, ou 1ère la chaîne d’Outre-mer), est présent dans d’autres pays d’Europe, notamment en Espagne ou en Allemagne. Mais selon la directrice de France 3 Nouvelle-Aquitaine. « NoA sera la seule initiative de ce type. Le mouvement, donné aujourd’hui par les groupes audiovisuels en Europe, ce n’est pas de créer des chaînes mais des plateformes et des offres de contenus ». Elle rappelle que NoA, c’est également une rencontre avec  le président de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset. Une volonté politique. « Nous avons signé un contrat d’objectif et de moyens (COM). La région nous verse 1,086 million d’euros chaque année, ce qui nous permet de produire de nouveaux programmes. Éditorialement, on ne se sent pas menacé en terme d’indépendance. » Le fond de grille de la chaîne vaut au total 45 millions d’euros. 
 
En tout cas, Laurence Mayerfeld définit son objectif de chaîne régionale 24/24. Il sera atteint « si NoA, demain, est le témoin de la façon de phosphorer intellectuellement ce territoire et de représenter les gens qu’on ne voit pas ailleurs. NoA, c’est un petit retour là où on doit être. »
 
Comment voir NoA ? 
Sur le box internet :
Orange 339
SFR 455
Free 326
Bouygues 337
Sur Internet : 
na.france3.fr

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6665
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !