Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/21 | Coquelicontes en Creuse et en Corrèze

    Lire

    La 24ème édition du festival Coquelicontes se déroulera du 28 septembre au 10 octobre. Itinérant entre la Creuse et la Corrèze, ce sont près de 74 rendez-vous dans 57 communes qui attendent les spectateurs. Au programme : des balades, des goûters ou encore des veillées autour du conte. L'inauguration se fera le 28 septembre à 20h à la Cité de la Tapisserie d'Aubusson avec le spectacle « Chroniques des bouts du monde » de Kwal. Programme

  • 27/09/21 | Une soirée pour découvrir la Jeune Chambre Economique

    Lire

    Le 28 septembre à 19h30, la Fédération des Jeunes Chambres Economiques de Nouvelle-Aquitaine organise une soirée de présentation de l'association à destination des jeunes de 18 à 40 ans. A Agen, Bergerac, Bordeaux et Niort, la soirée se fera en présentielle mais elle aura également lieu en version dématérialisée. Billetterie et inscription

  • 27/09/21 | Girl's day à Bressuire (79)

    Lire

    Dans le cadre du plan « 1jeune, 1solution » et à l'occasion de la journée de la mixité dans l'emploi, la maison de l'emploi du Bocage dans les Deux-Sèvres, en partenariat avec la SNCF, organise mardi 28 septembre un « Girl's day : journée de la mixité ». Lors de cette journée, toutes les femmes sont invitées à la Cité de la Jeunesse et des Métiers pour découvrir les métiers de la SNCF notamment techniques, souvent considérés comme des métiers « masculins ».

  • 24/09/21 | Salon de l'agriculture de Nouvelle-Aquitaine 2022 : 1ères infos !

    Lire

    Lors de la rentrée de la Chambre régionale d'agriculture, Bruno Millet, Commissaire général du Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine a révélé que si Bordeaux sera le centre physique de la manifestation, des événements auront aussi lieu sur l'ensemble des territoires, en partenariat avec les établissements d'enseignement agricole. Autre "nouveauté" issue de l'expérience de la crise sanitaire, les débats pourront être suivis à distance sur Agriweb tv. Enfin, les animaux seront désormais présents sur toute la durée du Salon, soit du 21 au 29 mai 2022, de même que le Marché de producteurs !

  • 24/09/21 | Le CHU de Bordeaux 2ème meilleur hôpital de France

    Lire

    Selon un palmarès du Point paru le 23 septembre, le CHU de Bordeaux se classe comme 2ème meilleur hôpital public de France. 31 des spécialités du CHU se classe dans les 5 premières places dont 12 relatives à la prise en charge des cancers. Le palmarès s'est appuyé sur une enquête menée auprès d'un millier d'établissements publics ou privés à but non lucratif et d'établissements privés à but commercial. Signe d'excellence, cette position dans le top 3 des hôpitaux français est tenue depuis 19 ans !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Temps d'Aimer de Biarritz : Interview de Thierry Malandain

08/09/2011 |

1

Les estivants ont déserté la grande plage, les glaciers baissent leurs rideaux et le soleil se plonge dans l'océan tous les jours un peu plus tôt. Septembre est là, c'est le temps de la fin des vacances, mais c'est surtout «Le Temps d'Aimer». Le désormais incontournable festival biarrot déploie ses entrechats du 9 au 18 septembre. Sur les scènes des salles de spectacles, dans les rues, les jardins public ou sur le sable, les danseurs du monde entier offrent de sublimes ou d'improbables ballets et osent le grand écart des styles. A l'occasion de sa 21ème édition, éclectique à souhait, Thierry Malandain, son intrépide directeur artistique, répond aux questions d'Aqui.

@qui! - Le Temps d'Aimer est devenu un festival de référence en matière de danse. Comment expliquez-vous ce succès ?
Thierry Malandain :
C'est indéniablement un festival qui s'inscrit sur la durée. Cette année nous proposons la 21ème édition. Il faut aussi dire que Biarritz est habituée à la danse, depuis notamment la création du centre chorégraphique, nous proposons tout au long de l'année des spectacles de danse. Petit à petit, le public biarrot a pris goût à ce genre de rendez-vous. Et puis, plus généralement, la danse est ancrée dans tradition basque.

@! - Comment se prépare un tel rendez-vous ?
T. M. -
C'est un travail d'une année. Pour certaines compagnies, il faut même les réserver un voire deux ans à l'avance. Septembre n'est pas en plus un moment propice, les compagnies sont souvent en période de reprise et hésitent à se produire à cette époque de l'année.

@! - Quelle est la trame de cette édition 2011 ?
T M. -
il n'y a pas vraiment de fil conducteur. Cette année, nous avons vraiment misé sur l'éclectisme. Je me plais à dire que le public a le droit d'avoir accès à toutes les danses. Aujourd'hui, la réalité du paysage chorégraphique veut qu'il n'y ait pas une danse officielle et des courants marginaux. Les choses se croisent et s'expriment de façons différentes. D'autant plus quand il s'agit d'inviter des troupes étrangères...

@! - Comment appréhendez-vous votre rôle de directeur artistique ?
T. M. -
Je n'envisage pas mon rôle de programmateur comme la possibilité le présenter tout ce que j'aime. Je préfère montrer des choses qui s'inscrivent dans la différence. Etant moi-même chorégraphe, il est évident que j'ai plus d'affinités avec certains styles de danse que d'autres mais j'essaie de ne pas en tenir compte. Evidemment, nous recevons les ballets de Monte-Carlo, mais nous avons programmé par exemple en ouverture une excellente compagnie contemporaine norvégienne.

@! - Outre les spectacles, la danse s'empare de la rue et même de la grande plage avec la faleuse « gigabarre »...
T. M. -
Notre politique, c'est d'amener le plus grand nombre de personnes à la danse, par le spectacle bien sûr, mais aussi par la sensibilisation. C'était donc logique de proposer de nombreux rendez-vous à l'extérieur. Pendant le festival, on organise ainsi des répétitions publique et puis aussi la gigabarre qui permet au public de s'initier à la danse pendant une heure.

@! - Que peut-on vous souhaiter à la veille du festival ?
T. M. -
Du beau temps... Et puis qu'il n'y ait pas d'annulations de dernière minute comme cela peut parfois arriver. Et enfin que les spectacles plaisent, séduisent... ou même dérangent, peu importe !

Stéphane Baillet

 

Crédit photo : Festival le Temps d'Aimer Nerybd
Renseignements : http://www.letempsd'aimer.com/

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1739
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !