Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Théâtre : Il était une fois Jean et Béatrice

01/03/2011 |

Jean et Béatrice de la compagnie des exilés

Il était une fois une femme vivant au trente-troisième étage d'une tour. Sa solitude lui pèse, elle passe donc une petite annonce pour trouver un homme qui sera capable de l'émouvoir, de lui faire ressentir des émotions... En clair, lui apprendre l'amour. Le tout contre une somme d'argent substantielle. Un homme va frapper à sa porte et là, les ennuis vont commencer. Véritable conte moderne, Jean et Béatrice, de la compagnie des exilés, émeut par sa dimension humoristique, son drame social réaliste, sa mise en scène minimaliste brillante et par ses deux comédiens accaparés par la folie. Oui, rien que ça.

La pièce vient de s'achever ce 27 février au Théo-Théâtre de Paris devant une salle complète. Quel est donc l'intérêt nous direz-vous, de nous pencher sur cette pièce parisienne à des kilomètres de la région Aquitaine ? Le co-metteur en scène Nicolas Gibert a fait ses études en Gironde à la faculté Bordeaux 3, et avant une possible tournée européenne de Jean et Béatrice, nous avons décidé de parler de sa pièce, de son travail. Le talent est rare, cueillons le à chaque rencontre.

Un conte sombre humoristique
Il est des heures où Béatrice perd un peu des conventions sociales à la faveur d'une folie montante. Elle cherche la clé qui la délivrera de sa solitude incarnée par un homme qui semble plus préoccupé par l'argent que par l'intérêt humain. Une rencontre entre deux personnes totalement opposées; l'amour sera-t-il le grand vainqueur ? Dans un univers fait de masque, de bric et de broc, saupoudré de mensonges, le texte de Carol Fléchette exploite les limites des obsessions de ces personnages. M. Gibert le dit lui-même : « Le texte regorge de références liées aux contes, mais dans cet antre isolée du reste du monde, la féérie est désormais soumise à des règles de jeu. » Tout de rouge et de noir, un décor en suspension, Jean et Béatrice use d'artifices ingénieux qui surprennent le regard du spectateur. Les inspirations sont nombreuses, des contes de Grimm, à Perrault, à Alice aux pays des merveilles, la pièce surprend par sa dualité entre apparence enfantine et son trait social dramatique hyper réaliste.

Je t'aime mélancolieJean et Béatrice de la compagnie des exilés
Il est des heures où Béatrice dans son donjon peine à attendre son prince charmant capable de l'émouvoir. Là est le point de départ de chaque histoire Disney (Pour ne citer qu'eux). A la fin ils vécurent heureux et blablabla... Jean et Béatrice prend un chemin différent, dévoile une autre facette du conte avec des sentiments de violence, de colère, du très intime. On n'est plus à la surface, on bascule dans un gouffre : le spectateur devient voyeur d'une chute où l'humour trouve toujours une petite place pour pointer le bout de son nez. Entre fiction et réalité, l'on ne sait plus qui croire. L'amour est à l'épicentre d'une histoire que l'on voudrait conjuguer à deux. Mais c'est à Jean et Béatrice d'écrire leur histoire. Ou pas. Nicolas Gibert qui signe là sa première mise en scène après avoir terminé des études d'Arts du Spectacle, tout en travaillant sur Jean Genet, est très touché face aux très bonnes critiques issues de la pièce. En tout cas, la pièce mérite d'être appréciée, les acteurs encensés (surtout Daisy Sanchez). L'on attend simplement de voir si cette pièce viendra par bonheur en terre Aquitaine, car on sera présent. Et on en redemandera.

Site sur la pièce Jean et Béatrice par la compagnie des Exilés : http://www.facebook.com/photos.php?id=100001780327860#!/profile.php?id=100001780327860

Photo : Leah Marciano

Damien Gouiffes

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
619
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !