Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/12/18 | En Dordogne, le laboratoire départemental d'analyse détruit par un incendie.

    Lire

    Le laboratoire départemental d’analyse et de recherche de la Dordogne, basé à Coulounieix-Chamiers, a été entièrement détruit cette nuit par un incendie dont les causes ne sont pas encore déterminées. Le président du Conseil départemental Germinal Peiro, qui se rendra sur les lieux ce lundi à 8h30, a fait savoir que le Département s’attachait déjà à "trouver des solutions pour assurer la continuité de l’activité des 140 agents qui travaillent sur le site (laboratoire et Satese) .

  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Tnba : le Pinocchio de Pommerat, fini la langue de bois, vive la langue des signes!

23/05/2008 |

Pinocchio -  fini la langue de bois, vive la langue des signes!

Mercredi 21 mai, le TnBA a lancé une initiative originale et citoyenne en permettant au public sourd ou malentendant d'assister à la représentation du spectacle Pinocchio mis en scène par Joël Pommerat. Une première du genre pour le Centre Dramatique National qui, depuis plusieurs années, accentue sa politique d'accessibilité en direction du public handicapé et tente de pallier aux obstacles, liés notamment à une infrastructure hors norme.

Traduite, en direct, dans la langue des signes, cette pièce en forme de partition sonore, sensorielle et visuelle, a su ravir une assemblée jeune et moins jeune. Un véritable service rendu au public sur le plan opérationnel et artistique car dans le fond, chacun devrait avoir un jour la chance d’assister à du "Joël Pommerat."

Un Pinocchio retaillé au goût du jour

On aime ou l’on n’aime pas, mais on ne peut rester de glace. Aujourd’hui devenu une référence dans le milieu du théâtre contemporain, Joël Pommerat fascine autant qu’il dérange. Sa découpe de la scène, son jeu de lumière, le mouvement de ses comédiens, les thématiques développées fondent son identité et transforment son art en un élément immédiatement reconnaissable et totalement singulier. Habitué de la région bordelaise, on se souvient de ses créations pour adulte « Cet enfant », « Les marchands », et du très beau « Petit Chaperon Rouge », création jeune public. Sans compromis, mais jamais gratuites, on se doute à la lueur de ses précédentes pièces que la réécriture du conte de Carlo Collodi allait se faire dans une ambiance plus proche de C.Dickens que de W.Disney. S’appuyant sur les aventures peu réjouissantes du fameux pantin de bois, l’œil du metteur en scène ne pouvait qu’y déceler une nouvelle manière d’aborder les rivages austères et réalistes de la misère économique, à travers l’exemple de cette microcellule familiale. Une pauvreté symptomatique d’un pan de la société que le petit Pinocchio ne pourra supporter, envahi par le sentiment d’injustice et de révolte face à sa condition. Entre moments abrupts et évasion fantasmagorique, Pommerat explore les sujets qui lui sont chers, forçant à nouveau la stupéfaction, la réflexion et l’admiration. Du périple originel de Pinocchio, on retrouvera les épreuves adaptées à la réalité contemporaine. Du naïf bout de bois découvrant la vie, on découvrira une petite femme à la langue bien pendue et pervertie par la société de consommation. La vérité, avant tout, nous clame le conteur dès le début du spectacle, annonçant en préambule que l’histoire sera extraordinaire mais jamais ne mentira !

Une mise en scène d’une rare élégance
Extraordinaire, c’est peut-être le terme adéquat pour parler de ce spectacle jeune public. Parcourue de bout en bout de moments de grâce, la petite heure de spectacle passe bien vite aux yeux de l’assistance éberluée. Cette finesse et ce talent que le jeune quadragénaire sait si bien exploiter sur une scène, il semble qu’il leur ait intimement ordonné d’être présents à chaque minute de la représentation. Usant comme à chaque fois avec justesse du noir pour fondre les scènes les unes après les autres, chaque ré-éclairage est un instant supplémentaire d’émerveillement au cours desquels les jeux de lumière, la bande sonore, le texte et la mise en scène s’entremêlent pour provoquer ce qui se fait de plus beau au théâtre : l’adéquation du fond et de la forme.Quel soulagement de constater que certains artistes parviennent encore à nous toucher, investissant chaque pan d’un spectacle pour en tirer le meilleur possible. En vrac et dans le désordre, on garde en tête les images du naufrage de Pinocchio (scène dans laquelle la mer déboule avec fracas sur le plateau), la robe vertigineuse de la fée, les stroboscopes du club de variété, le champ des miracles et la lueur perçant les feuillages des arbres, les hommes à tête d’animaux…Le texte également, qui tient lieu d’exemplarité dans sa forme savamment réactualisée, ni trop branchée, ni trop mièvre, juste subtil et frais, apostropheur sans être moralisateur. Nous voilàbien loin des pirouettes de Oui Oui et de la fête à Neu-Neu. Ici l’enfant peut réfléchir, souffrir, avoir peur ou rire en profitant d’un vrai moment de théâtre. Un moment où le quatrième mur se dissout pour laisser place à l’imagination et l’interrogation. Et que dire du ravissement des adultes, surpris par cette esthétique plastique proprement intemporelle, l’énorme travail de mise en lumière et les prouesses techniques. Décidément on pensait avoir vu le plus beau et c’est à chaque fois une nouvelle gifle théâtrale que nous met Joël Pommerat. En cherchant incessamment à nous montrer sa vérité, il nous expose à un autre constat artistique évident et pourtant…

Il y a les artistes brillants et il y ales autres.

Hélène Fiszpan

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1362
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !