18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Culture | Un mardi soir au Festival, la belle énergie du Flamenco

03/07/2013 | La guitare et le baile était à l'affiche d'une première soirée du Café Cantante d'Arte Flamenco pleine d'ardeur.

La moneta, en deuxième partie du Café cantante du 2 juillet 2013 - arte flamenco

Après un premier jour de Festival marqué par le ballet d'ouverture de Maria Pagès, Arte flamenco est entré dans son rythme de croisière ce mardi proposant à ses visiteurs les trois types de spectacles qui font sa spécificité : le Flamenco de rue avec la Compagnie Oscar de los Reyes, la soirée Bodéga avec le groupe Calle Las Minas, et la grande première du Café Cantante où se sont succédés Diego Del Morao, guitariste de talent et la bailaora Fuensanta La Moneta, qualifiée de prodige dès l'âge de 13 ans. Deux propositions et deux artistes, tout en force et sensibilité ovationnés par un public visiblement heureux de retrouver «son» festival.

Ce mardi soir le premier Café Cantante du Festival a ouvert ses portes au public avec en première partie, le guitariste Diego del Morao, fils d'un père bien connu dans le milieu flamenco, Moraito Chico. Un premier spectacle qui s'est révélé à la hauteur des espérances. Déjà venu sur la scène d'Arte flamenco, c'est la première fois qu'il en était «la star». En effet, jusque là accompagnateur remarqué d'artistes de talent tels que La Macanita ou Diego Carrasco, il a enregistré son premier album «Orate» en 2012. Ce mardi c'est avec «beaucoup de joie et de fierté» qu'il le présentait à Arte Flamenco. Une reconnaissance plus que méritée pour Diego del Morao dont le concert a pu convaincre les sceptiques, si toutefois il y en avait...

Diego del Morao

Le public a en effet rapidement été conquis par le musicien, l'encourageant par des «Olé!» et l'appelant par son prénom depuis la salle. Autant de signes et de manifestations de joie et d'encouragements bienveillants envers l'artiste. Enchaînant les formes musicales, de Bulerias en Alegria, Diego del Morao qui joue de tout son corps et de toute son âme, impressionne. Qu'il soit seul sur scène ou entouré de ses musiciens et chanteurs, sa guitare résonne tantôt légère ou tantôt grave, en puissance ou en subtilité mais ne frôle jamais la lourdeur ou la confusion. Chaque note, aussi rapide soit elle, sonne avec clarté. Au total, après un final flamboyant, une grande partie de la salle applaudissait debout celui qui s'affirme, dans la lignée de sa famille, comme une valeur sûre de la guitare flamenca.

Un pas de deux plein d'élégance

La Moneta

Après le talentueux guitariste, c'est la très expressive bailaora Fuensanta La Moneta, qui a pris le relai sur la scène du Café Cantante, dans un spectacle intitulé, «La Moneta, paso a paso». Une œuvre qui éclaire sur l'artiste, son baile et sa façon de vivre le flamenco. Entouré de cinq chanteurs, une guitare et un percussionniste, elle décrit en plusieurs pas sa vision du flamenco et sa façon de le vivre. Dans un premier temps, c'est la guitare, seul instrument à l'accompagner, qui est mise en avant, puis, habillée dans une bata de cola blanche, elle invite, superbe, Javier Latorre, un de ces illustres professeurs, à un pas de deux plein de grâce et d'élégance. Vient ensuite un duo d'un autre genre, avec cette fois le cantaor Juan José Amador, elle danse avec toute la dramaturgie qu'il la caractérise sur une seguiriya, une des formes les plus anciennes et profondes du chant flamenco. Deux interprétations qui évoquent sa relation aux plus grands et à la tradition du flamenco. Enfin, dans une troisième partie, entourée de ses quatre cantaores, c'est le chant dans ses différentes formes qui est mis en avant.
Tout au long d'un spectacle où le baile a été particulièrement présent, La Moneta a une fois de plus démontré ses performances et son talent, laissant les spectateurs subjugués par le mouvent de ses mains, absorbés par l'agilité de son zapateo (la frappe de ses pieds), séduit par les déhanchés de son corps, le tout dans une fougue, et une énergie sans pareil d'un bout à l'autre du spectacle.
Un spectacle particulièrement généreux, en échange duquel le public lui a offert une belle ovation.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Sébastien Zambon / CG40

Partager sur Facebook
Vu par vous
630
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !