11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

06/12/17 : C'est ce lundi 11 décembre que Didier Lallement, prendra officiellement ses fonctions de préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, préfet de la zone de défense et de sécurité Sud-Ouest et préfet de la Gironde à la suite de Pierre Dartout.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

  • 08/12/17 | L'ambassadeur de Chine annoncé à la prochaine fête de la truffe

    Lire

    La prochaine fête de la truffe a lieu à Sarlat, les 20 et 21 janvier 2018. Cet événement culinaire accueillera l'assemblée générale de l’association des Bocuse d’Or Winners. Pour l’occasion, 17 lauréats du célèbre concours de cuisine du monde seront présents. Zhai Jun, l'ambassadeur de la République populaire de Chine, accompagné d'une vingtaine de personnes à la prochaine Académie culinaire du foie gras et de la truffe, a répondu favorablement à l'invitation de la municipalité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Un russe un peu trop inspiré au Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine

15/02/2008 |

Le russe sans douleur - Théâtre National de Bordeaux Aquitaine

Est-il besoin d'être russe pour entendre la langue employée par Anton Kouznetsov dans son spectacle « Le russe sans douleur »? A en croire l'ouverture didactique et l'énergie déployée par les comédiens pour nous introniser, il semble que l'entrée dans l'ère brejnevienne doive se faire « sans douleur », « dans une méthode naturelle », propre à façonner notre mode de pensée en poupée russe.

Ce sera tout un programme pour ces quatre comédiens, dont Anton Kouznetsov lui-même, qui auront un peu moins de deux heures pour en finir avec des clichés aussi abondants que le nombre de kilomètres carrés en Russie.

L’histoire d’un exil
Deux hommes et deux femmes, tous parfaitement bilingues, se présentent dans le but de nous donner une leçon de russe. En avons-nous réellement besoin ? Certainement, en tous les cas aux vues de ce qui filtre actuellement dans les médias... Anton Kousznetsov est un metteur en scène russe, originaire de Saratov, qui a dû quitter son pays quelques années auparavant, lorsqu’il a senti les portes se refermer à nouveau au début du XXIeme siècle. Après avoir passé plusieurs années à la tête du Theatre National Drama Academique de Saratov, il s’installe en France et reprend sa carrière là où il l’avait laissé, sur les planches. Aujourd’hui reconnu dans le milieu du théâtre contemporain, sa situation semble stabilisée mais l’esprit reste agité. Ecartelé entre deux pays, bousculé par ses nombreux voyages et cette double culture à appréhender, il tente de témoigner, à sa façon, de son attachement à cette terre qu’il a dû quitter et à celle qui, désormais, lui ouvre les bras.
« Le Russe sans douleur » navigue entre ces deux eaux et communique, sous forme de leçons, ce que le metteur en scène souhaite laisser comme empreinte de la Russie : un pays aux mille et une facettes, où les réalités sociales et politiques contraignent la population à vivre dans le présent ; un présent rude mais intense où chaque moment partagé mérite d’être gravé.

Un cabaret autobiographique
A défaut d’images d’épinal, Anton Kouznetsov plonge dans sa mythologie personnelle et nous livre une série de vignettes russes issues de ses souvenirs et de scènes de la Russie contemporaine. Avec un attachement infini pour les personnes qu’il dépeint, il pointe du doigt certains travers, exacerbe les comportements et s’amuse de situations quotidiennes vues par l’œil d’un étranger. Articulé autour d’une multitude de courtes séquences, le spectacle déballe, dans un fracas presque audible, les images qui envahissent la pensée du metteur en scène, à lumière du présent et des décennies passées. Un trop plein semble t’il, qui se deverse peut être trop soudainement pour que le spectateur ait le temps de faire le lien. Très vite, on comprend que les scénettes continueront à s’enchainer dans un rythme effrené, mélant les temporalités et les diverses intensités dans une cohérence non perceptible.

Si le sentiment d’autobiographie est sous-jacent, il n’en est pas moins excluant pour le spectateur lambda qui ne connaît pas les détails de la vie d’ Anton Kouznetsov. De quelle réalité ou de quelle fiction dépendent les personnages qui échangent sur le quai d’une gare ou dans une cuisine russe? Si certaines scènes paraissent évidentes, d’autres posent question sur leur origine et leur légitimité dans le déroulement de l’action. Bien sûr, on comprend qu’un pays, aussi vaste, ne puisse se résumer à quelques simples images. Pour autant, n’aurait-il pas mieux vallu faire un tri et y mettre un peu d’ordre? Perdues dans la multitude d’actions et d’évocations, se glissant entre deux tonalités radicalement opposées (le lyrisme et l’ironie…) certaines scènes clés sont dépossèdées de leur intensité, ce qui banalise la force du propos. Car, derrière le divertissement, on perçoit en filigrane une analyse de la situtation actuelle en Russie dont la pertinence naît du vécu de l’exil et de l’acuité des sentiments exprimés. Et l’on regrette de ne pas mieux entendre les propos de cet amoureux de la Russie qui semble pourtant détenir un trésor inestimable : l’art de l’anecdote. Au final, il reste tout de même un spectacle attachant et terriblement humain qui rend hommage, avec confusion mais tendresse, à ce pays déglingué et méconnu qui nous paraît si lointain.

Photo : Michel Gatner

Hélène Fiszpan


« Le russe sans douleur (méthode) » mis en scène par Anton Kouznetsov
Du 12 au 16 février 2008 au TnBA
Renseignements et location par téléphone 05 56 33 36 80 ou internet www .tnba.org




Partager sur Facebook
Vu par vous
382
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !