Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Université de Poitiers : l'heure de la rentrée a sonné

04/09/2018 | C'est la rentrée pour les étudiants de l'université de Poitiers. A la faculté des sciences du sport, plus de 300 étudiants ont été accueillis par le président de l'université.

Yves Jean, le président de l'université, s'est adressé aux 300 étudiants de première année de la faculté des sciences du sport de Poitiers

Les étudiants ont repris le chemin de la faculté ce lundi 3 septembre à Poitiers. Le président de l’université, Yves Jean, était présent en STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives). Un choix qui n’était pas anodin puisque cette année il n’y a pas eu de sélection par tirage au sort, mais sur dossier, comme pour la plupart des filières. Pour les étudiants, ce jour marquait la fin des vacances et la découverte d’un nouveau monde. L’université, le Crous et la ville de Poitiers organisent un mois d’accueil pour les étudiants proposant des activités festives, concerts, histoire de mieux sympathiser et de ne pas se sentir trop seuls.

Les bancs de fac retrouvent peu à peu leurs élèves. Pas trop matinaux ce lundi matin, 10h, les étudiants de première année de la faculté des sciences du sport de Poitiers, ont eu le privilège d’être accueillis par un discours de leur doyen Aurélien Pichon. « Cette année vous êtes plus nombreux. Il y a 75 places de plus, Il y a une avancée réelle avec la disparition du tirage au sort. Il n’y aura plus de déçus hasardeux » La capacité d’accueil des étudiants a été augmentée dans la faculté. Elle accueille désormais 312 étudiants à Poitiers et 206 à Angoulême,  soit 150 étudiants de plus que l’an passé (75 répartis dans les deux villes. » entraînant par la même occasion la création de sept postes d’enseignants. 
 
La présence du président de l’université de Poitiers, Yves Jean, n’est pas anodine. « Staps est l’ambiance révélatrice de ce qui se passe à l’université. L’université de Poitiers est l’une des premières créées en France en 1431. Elle porte des valeurs. Elle est labelisée développement durable. Elle est la première à proposer un amphi accessible à toutes formes de handicap », présente-t-il. Mais ce qui a sans doute appuyé son choix,  c’est également la fin du tirage au sort. « Il n’y aura plus cette part de hasard. Mais surtout cette année, on est passé de la plateforme admission post bac à Parcours Sup. Je pense que, quand on a son bac, on doit pouvoir choisir la formation universitaire que l’on souhaite.  J.ai découvert quelque chose avec Parcours sup : une pression,  Des lycéeens qui se disaient que ce n’était pas la peine d’aller passer le bac,  Qu’ils ne valaient rien, car ils étaient placés loin sur liste d’attente. Système angoissant de mise en concurrence que je n’avais pas jaugé à ce point », explique le président de l’université. Selon lui, il y avait une quarantaine d’étudiants en attente mercredi dernier . « Finalement, on prend tout le monde », rassure Yves jean. 
 
Plus de 300 étudiants, cette année, à la faculté des sciences du sport à Poitiers. Soit 75 en plus par rapport à l'an passé.
"Une nouvelle vie"
Côté étudiants, il y a quand même un peu d’appréhension pour cette rentrée. Antoine, 18 ans, s’apprête à « découvrir une nouvelle vie. C’est un nouveau départ. Je viens de Tours. Je vais découvrir Poitiers. Je suis content car j’ai obtenu mon première voeu et j’ai toujours été intéressé par les sciences et le sport. » Même son de cloche pour Marine : «  J’ai choisi cette voie car j’aime le sport. J’étais sur liste d’attente mais au bout de quelques jours j’ai finalement été sélectionnée. » Tom lui n’est pas passé par la plateforme Parcours Sup, il redouble sa première année et a remarqué quelques changements. « J’avais été désigné par tirage au sort l’an dernier. Je trouve que les emplois du temps ont changé. Il y a plus de classes et d’étudiants. Le premier cours magistral est demain. Je ne sais pas comment ça va se passer mais à l’université ont est bien suivi et encadré. » De quoi rassurer donc les premières années. 
 
Transports gratuits 
il y aura quelques modifications sur le campus de Poitiers : l’université  s’inscrivant dans une logique de développement durable et ayant quelques soucis de stationnements. Des barrières ont fait leur apparition sur les parkings des différentes facultés. « c’est absurde de venir seul en voiture, ou de venir en voiture quand on est à moins de 3 km de sa fac. Il faut changer les pratiques », poursuit le président. Les étudiants grâce à leur carte, s’ils font du covoiturage, auront accès à un parking spécial et seront assurés de trouver une place. Mais ce que souhaiterait Yves Jean c’est la gratuité des transports en commun aux moins de 26 ans. « Aujourd’hui ils coûtent 27 euros par mois. Ce n’est pas négligeable ».
 
Cette année, l’université de Poitiers va accueillir près de 30 000 étudiants. « un chiffre jamais atteint, confie Yves Jean. on devrait être à 29 500 étudiants, dont 1300 à Châtellerault et à Niort, et 1 600 à Angoulême. Il y en avait 22 200 en 2012. » Parmi les filières les plus demandées, médecine qui accueille 1 400 étudiants dont une centaine sur Angoulême ou encore psycho avec 660 places à Poitiers. L’université de Bordeaux n’en propose que 220. On prend en priorité les élèves de l’Académie de Poitiers et Limoges. On évite Bordeaux, car ils ont déjà cette filière qui leur est proposée. On a augmenté nos capacités c’est un choix et chaque université peut mener la politique qu’elle souhaite. » Car Bordeaux n’a pas joué cette carte-là.
 
Poitiers fait partie des plus anciennes facultés. Elle est renommée. Elle figure dans le classement international de Shangaï, un classement académique des universités mondiales, aux alentours de la 800e place et fait partie de la trentaine d’établissements français de l’enseignement supérieur dans ce classement (en Nouvelle-Aquitaine, seuls Bordeaux et Poitiers sont inscrits à ce classement).
 
Avec le Crous, la ville de Poitiers, l'Université de Poitiers organisent  le mois d’accueil des étudiants. Pas facile de passer du lycée à l’université. Tous les soirs des activités festives, des concerts leur sont proposés. Mais le président avertit qu'il ne faut pas en abuser et avoir trop de débordements.  « Il faut faire le fête intelligemment. Mais vous êtes des sportifs, je suis sûr que vous faites attention à votre hygiène de vie. »Tracez votre route comme Marie Amélie Le Fur ou Renaud Lavillenie qui sont passés par ici avant vous. » conclut Yves Jean. L’année ne fait que commencer pour ces jeunes étudiants qui vont découvrir sans doute un nouveau rythme de travail

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7496
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !