Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Université Populaire de Bordeaux : le savoir pour tous

31/01/2011 |

L'Université Populaire de Bordeaux, le savoir pour tous

Idée née à la fin du XIXème siècle, puis remise au goût du jour depuis quelques années avec l'aide du philosophe Michel Onfray, le concept de l'université populaire favorise la transmission des connaissances à travers une éducation populaire et indépendante. Fondée en octobre 2009 par Hugo Fourcade et ses amis étudiants bordelais, l'association Université Populaire de Bordeaux (UPB) propose du lundi au vendredi des séances thématiques dans différents endroits de Bordeaux avec comme objectif de démocratiser le savoir en réfléchissant sur des enjeux majeurs de la société tels l'économie, la politique ou la culture.

Ce lundi soir, comme chaque semaine, c'est au centre social et culturel Bastide Queyries qu'a lieu la séance des UPB, Au programme de la soirée, une séance d'auto-défense médiatique, thème abordé, la publicité. L'assemblée est constituée d'une quinzaine de personnes, ici il n'y a ni idiot, ni crétin, ni imbécile.Habitués ou néophytes peu importe, on ne regarde pas l'âge ou l'origine sociale de ces drôles d'élèves. L'échange et le partage des savoirs sont les fils conducteurs de ces séances pas banales.

Une compréhension qui passe par l'analyse et le débat
Afin de mieux aborder la publicité, ses ressorts et son influence on demande aux participants de créer eux mêmes leurs affiches pour confronter leurs ressentis. Sur un plan esthétique les résultats ne sont pas brillants, mais l'analyse des affiches se montre instructive. Le débat est vif et les avis divergent. Le poids des mots, l'influence des images, la signification des couleurs, les codes utilisés, les messages cachés, tout est décortiqué petit à petit. Le travail de réflexion fourni par chacun n'a pas pour but d'apporter des réponses figées aux grandes questions que pose la publicité. Le dialogue se veut constructif et apporte des éléments de pensée pour se bâtir une opinion.
Hugo Fourcade et son camarade Clément sont présents pour animer la séance et apporter des éléments théoriques pour alimenter le débat. L'ambiance est détendue, mais pas de bavardages, ni de relâchement, tout le monde est attentif et contribue à faire vivre la séance en amenant son expérience et ses connaissances.

L'expérience et les connaissances de chacun comptent
Parfois le débat s'élargit, on parle psychologie, histoire, littérature ou même art, mais les cerveaux restent en action. C'est aussi ça les universités populaires, décloisonner les matières et les mêler entre elles pour créer du sens.
« Réfléchir n'est pas une question d'âge ou de condition sociale » nous dit Hugo Fourcade C'est pour cela que l'université populaire tente d'amener la connaissance vers le peuple et de la rendre accessible à tous, étudiants ou pas, diplômés ou pas. Ceux qui croient ne pas savoir ou qui se sentent exclus du circuit de l'éducation sont donc les bienvenus pour réfléchir sans tabous ni préjugés sur les thèmes qui rythment le monde d'aujourd'hui.
« Penser pour questionner, questionner pour agir » semble être la devise des UPB. Offrir une éducation populaire et alternative hors de toutes logiques commerciales ou économiques tel est le pari que relèvent les Universités Populaires de Bordeaux. L'émancipation et l'autonomie pour les participants sont les objectifs recherchés par ces séances ludiques et originales qui contribuent à garder en éveil le sens critique et la curiosité d'esprit de chacun.

D'autres universités populaires fleurissent en France et dans la CUB, à Bégles notamment, avec l'appui de Noël Mamère, à Lormont ou encore à Pessac. Elles sont toutes gratuites et fonctionnent sur le même principe : on vient quand on veut, comme on veut et on se fait plaisir en apprenant. Pour l'instant, le succès est au rendez-vous, en effet ils sont déjà plus de 2 000 à être venus assister aux séances. De plus, l'Université Populaire de Bordeaux a été classée parmi les trois réalisations étudiantes méritant d'être aidées au niveau national par le Centre National des Œuvres Universitaires et Sociales (CNOUS) en 2010.
 
Plus d'informations sur le site des UPB http://universitepopulairebordeaux.asso-web.com/ ou sur le site de l'association des Universités Populaires de France http://www.universitepopulaire.eu/
Photo : Aqui.fr

 Aymeric Bourlot

Partager sur Facebook
Vu par vous
1418
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !