Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

  • 17/10/18 | Les Foulées littéraires sportives

    Lire

    La 8ème édition des Foulées Littéraires auront lieu les 23 et 24 novembre au Pôle culturel et sportif du Bois Fleuri à Lormont avec pour thème "sport et humour". Vincent Clerc, ancien rugbyman, et Michel Iuttria, dessinateur de presse, en seront les invités d’honneur. Dès le 13 novembre le public pourra découvrir une grande rétrospective consacré à l’oeuvre de Michel Iturria et tout au long du Salon de nombreuses animations et temps forts sont attendus. Entrée gratuite.

  • 17/10/18 | Rochefort : lancement d'une souscription pour la Maison de Pierre Loti

    Lire

    Suite à un premier apport financier du loto du patrimoine, la Fondation du Patrimoine et la Ville de Rochefort lancent un appel à souscription national en faveur de la maison de Pierre Loti. Cet appel aux dons porte sur la restauration de la totalité de l’édifice, de ses collections et de son jardin. Le coup d'envoi de la souscription sera donné à Paris, au carrousel du Louvre à Paris, le samedi 27 octobre à 16h.

  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Visage retrouvé : croquis imparfait du roman de Wajdi Mouawad

03/04/2010 |

Visage retrouvé : croquis imparfait du roman de Wajdi Mouawad

Depuis le 25 mars, le Glob Théâtre accueille la pièce Visage retrouvé, une adaptation du roman de Wajdi Mouawad mis en scène par la compagnie la Nuit Venue. Dirigée par Gil Lefeuvre, cette partition théâtrale replonge dans les épisodes de la vie du héros; le jeune Wahab, figure alternative de l'auteur qui revient sur la guerre au Liban, son exil et sa vie de jeune peintre, la maladie de sa mère, ses angoisses chroniques. Découpées et agglomérées, les scènes du roman se succèdent, plus ou moins éloquentes ou oniriques, invitant sur le plateau une galerie de personnages interprétés tour à tour par les quatre comédiens présents.

Un héritage théâtral imposant
L'intention est là et elle est plus que stimulante. Partir du l'unique texte romancé de Wajdi Mouawad pour recréer sur le plateau la genèse de l'auteur où se déploient les fondements de ses actuels traumatismes. Car on le sait, Wajdi Mouawad est un écrivain de théâtre généreux, qui livre dans ses pièces des bribes de son histoire pour mieux parler de ce qui le touche au plus près: la guerre, le déracinement, la quête d'identité, la maladie, la mort. Des thématiques à priori écrasantes mais qui au sein de ses écrits se transmettent magistralement dans des registres oscillant de la tragédie au comique ironique, à l'image de sa dernière production "Seuls" dans laquelle il se met en scène. Pour qui connait son œuvre et apprécie sa personnalité attachante, l'auteur et le comédien semblent irremplaçables. Un héritage théâtral lourd à porter pour Jean-Stéphane Souchaud, acteur principal de Visage retrouvé, qui bien qu'éloigné de l'original (Wahab étant une allusion semi-autobiographique à l'auteur), sert un jeu honnête et sans éclats, s'inspirant comme il le peut des morceaux choisis pour insuffler à son personnage une trop grande colère, la peur de ses peurs d'enfance et la très rare insouciance. Il en va de même de même pour ses trois comparses qui, naviguant en eaux troubles, parviennent de temps à autre à sortir leur épingle du jeu pour livrer une émotion juste, malgré une absence cruelle de repères et de liens entre les scènes et les personnages.

Une fragmentation mal avisée
La pièce commence pourtant sur cette vision troublante et réussie de l'épisode du bus, épisode fondamental dans la vie de Wahab au cours duquel il découvre le terrorisme, la mort et son spectre récurrent: la femme aux membres de bois. Il a 7 ans, son destin est scellé. Douze années s'écoulent et on le découvre étudiant à l'école des Beaux-arts de Montréal, où il prépare sa première exposition; des visages retrouvés. Passons sur l'aspect artisanal de cette scène où le glissement manuel de calques sur un rétroprojecteur fait perdre toute trace de poésie. On pourra mettre cette approximation sur le compte de la fameuse "première", cette représentation particulière sans filets où l'on admet qu'il reste des éléments scéniques à caler. Pourtant rapidement, la suite ne fera que renforcer cette impression de vacuité qui survole la pièce de bout en bout. A l'engagement du départ et la vision esthétique de la première intention se succèderont une série de scènes aux registres et tonalités éparses, abandonnant toute forme de vision artistique pour un puzzle mal reconstitué qui ne permettrait pas d'en saisir le sens. L'irruption de moments irréels à vocation comique mis à la suite de scènes dramatiques casse le rythme déjà fragile et devient ici contreproductive: à défaut de rire, on se demande pourquoi insérer ce concours d'accent québecois (allusion lourde au périple de l'acclimatation culturelle) ou rompre la narration par des effets de retour brutal à la réalité du plateau et du théâtre. Progressivement l'histoire se dilue, engloutissant avec elle le personnage de Wahab. Dans ce pêle-mêle chacun rame comme il peut mais le naufrage semble inévitable: la réalité des corps s'effrite au contact de la fragmentation, créant ce vide qui ne devrait être là. Le manque de lien et l'inégalité de jeu des comédiens auront eu raison de cette pièce qui se voulait pourtant entreprenante, mais sans doute trop réductrice face à l'œuvre somme du poète. Accordons lui tout de même l'intérêt incontestable de faire résonner quelques formules incisives de Wajdi Mouawad, des phrases qui illustrent parfaitement ce répertoire unique, entre mythologie personnelle et préoccupations contemporaines.  

F.H

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
783
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !