Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Visage retrouvé : croquis imparfait du roman de Wajdi Mouawad

03/04/2010 |

Visage retrouvé : croquis imparfait du roman de Wajdi Mouawad

Depuis le 25 mars, le Glob Théâtre accueille la pièce Visage retrouvé, une adaptation du roman de Wajdi Mouawad mis en scène par la compagnie la Nuit Venue. Dirigée par Gil Lefeuvre, cette partition théâtrale replonge dans les épisodes de la vie du héros; le jeune Wahab, figure alternative de l'auteur qui revient sur la guerre au Liban, son exil et sa vie de jeune peintre, la maladie de sa mère, ses angoisses chroniques. Découpées et agglomérées, les scènes du roman se succèdent, plus ou moins éloquentes ou oniriques, invitant sur le plateau une galerie de personnages interprétés tour à tour par les quatre comédiens présents.

Un héritage théâtral imposant
L'intention est là et elle est plus que stimulante. Partir du l'unique texte romancé de Wajdi Mouawad pour recréer sur le plateau la genèse de l'auteur où se déploient les fondements de ses actuels traumatismes. Car on le sait, Wajdi Mouawad est un écrivain de théâtre généreux, qui livre dans ses pièces des bribes de son histoire pour mieux parler de ce qui le touche au plus près: la guerre, le déracinement, la quête d'identité, la maladie, la mort. Des thématiques à priori écrasantes mais qui au sein de ses écrits se transmettent magistralement dans des registres oscillant de la tragédie au comique ironique, à l'image de sa dernière production "Seuls" dans laquelle il se met en scène. Pour qui connait son œuvre et apprécie sa personnalité attachante, l'auteur et le comédien semblent irremplaçables. Un héritage théâtral lourd à porter pour Jean-Stéphane Souchaud, acteur principal de Visage retrouvé, qui bien qu'éloigné de l'original (Wahab étant une allusion semi-autobiographique à l'auteur), sert un jeu honnête et sans éclats, s'inspirant comme il le peut des morceaux choisis pour insuffler à son personnage une trop grande colère, la peur de ses peurs d'enfance et la très rare insouciance. Il en va de même de même pour ses trois comparses qui, naviguant en eaux troubles, parviennent de temps à autre à sortir leur épingle du jeu pour livrer une émotion juste, malgré une absence cruelle de repères et de liens entre les scènes et les personnages.

Une fragmentation mal avisée
La pièce commence pourtant sur cette vision troublante et réussie de l'épisode du bus, épisode fondamental dans la vie de Wahab au cours duquel il découvre le terrorisme, la mort et son spectre récurrent: la femme aux membres de bois. Il a 7 ans, son destin est scellé. Douze années s'écoulent et on le découvre étudiant à l'école des Beaux-arts de Montréal, où il prépare sa première exposition; des visages retrouvés. Passons sur l'aspect artisanal de cette scène où le glissement manuel de calques sur un rétroprojecteur fait perdre toute trace de poésie. On pourra mettre cette approximation sur le compte de la fameuse "première", cette représentation particulière sans filets où l'on admet qu'il reste des éléments scéniques à caler. Pourtant rapidement, la suite ne fera que renforcer cette impression de vacuité qui survole la pièce de bout en bout. A l'engagement du départ et la vision esthétique de la première intention se succèderont une série de scènes aux registres et tonalités éparses, abandonnant toute forme de vision artistique pour un puzzle mal reconstitué qui ne permettrait pas d'en saisir le sens. L'irruption de moments irréels à vocation comique mis à la suite de scènes dramatiques casse le rythme déjà fragile et devient ici contreproductive: à défaut de rire, on se demande pourquoi insérer ce concours d'accent québecois (allusion lourde au périple de l'acclimatation culturelle) ou rompre la narration par des effets de retour brutal à la réalité du plateau et du théâtre. Progressivement l'histoire se dilue, engloutissant avec elle le personnage de Wahab. Dans ce pêle-mêle chacun rame comme il peut mais le naufrage semble inévitable: la réalité des corps s'effrite au contact de la fragmentation, créant ce vide qui ne devrait être là. Le manque de lien et l'inégalité de jeu des comédiens auront eu raison de cette pièce qui se voulait pourtant entreprenante, mais sans doute trop réductrice face à l'œuvre somme du poète. Accordons lui tout de même l'intérêt incontestable de faire résonner quelques formules incisives de Wajdi Mouawad, des phrases qui illustrent parfaitement ce répertoire unique, entre mythologie personnelle et préoccupations contemporaines.  

F.H

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
740
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !