Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Culture | Xabi Molia dévoile « Comme des rois » à l’Utopia

13/04/2018 | Le réalisateur né à Bayonne est venu présenter son nouveau film, en avant-première, à l'Utopia, salle de cinéma située place Camille Jullian, à Bordeaux.

Kad Merad et Kacey Mottet-Klein

Le réalisateur basque, Xabi Molia, est venu présenter son nouveau film, « Comme des rois », en avant-première, à l’Utopia, jeudi 12 avril. Proche du film social, il suit le parcours du combattant du jeune Micka, joué par Kacey Mottet Klein, rêvant de s’en sortir sans suivre son père, interprété par Kad Merad, qui l’entraîne dans ses arnaques douteuses. Fruit d’un an de travail, le long-métrage sortira à Bordeaux le 25 avril, et dans le reste de la France, le 2 mai.

C’est non sans émotion que le réalisateur Xabi Molia a pris la parole, à la fin de la diffusion de son troisième film, « Comme des rois », jeudi soir à l’Utopia. Et pour cause, la célèbre salle de cinéma bordelaise partage une histoire commune avec lui : elle avait déjà accueilli le jeune cinéaste pour son premier long-métrage, « 8 fois debout », en 2010. Ses personnages font à nouveau face à la galère financière, mais tentent, cette fois-ci, de s’en échapper par l’arnaque, ce qui n’est pas sans donner une teinte comique à son cinéma.

Ça commence fort dans une banlieue pavillonnaire. Le jeune Micka, interprété par le Suisse Kacey Mottet Klein, nommé aux César en 2013, se pointe un après-midi chez une jeune femme seule pour lui vendre des bouteilles de vin. L’opération semble tourner au vinaigre, quand surgit Kad Merad, qui simule le rôle du voisin consciencieux avertissant la dame d’une potentielle arnaque. « Montrez-moi votre carte professionnelle ». Changement d’expression sur son visage. « Ah non, ça, c’est du sérieux », et de renchérir que c’est une très bonne affaire, et qu’il veut acheter. La femme s’y intéresse alors, et rafle la mise. C’est ensuite que le spectateur comprend que les deux arnaqueurs étaient de mèche : père et fils.

Les entourloupes vont bon train. Le père de Micka, Joseph, fabrique ses fausses bouteilles de Côte-Rôtie et de Saint-Émilion dans une sombre cave, en les remplissant avec des mélanges de cubi premier prix. Le duo joue aussi les faux réparateurs de chauffe-eau et parvient à extorquer une centaine d’euros à une vieille dame, en astiquant mollement quelques petits tuyaux à la brosse. Vient alors l’excès, l’arnaque de trop, celle à l’issue de laquelle les deux protagonistes se retrouvent en prison : le vol de cuivre dans une usine. Envolés, les rêves de comédie pour le jeune Micka, qui avaient pourtant réussi une audition pour intégrer une école d’acting à Paris : il jouera en prison, la dernière scène du film.

« L’arnaqueur, c’est celui qui arrive à se fondre partout »

Triste fin pour « Comme des rois ». À l’origine du scénario, un arnaqueur sur le trajet Paris-Poitiers qui a tenté, pendant vingt minutes, de vendre une bricole à Xabi Molia. « Cette capacité à embobiner les gens m’a fasciné, d’où l’idée d’en faire un film ». Le tournage d’un documentaire pour Arte, sur les jeunes qui rêvent de faire du football à Aubervilliers (93), a aussi poussé l’ancien maître de conférences à l’université de Poitiers à revenir en périphérie parisienne pour le tournage.

« Le jeune de quartier est un mythe », d’après le Normalien de 40 ans, qui y a rencontré nombre de jeunes au profil et aux aspirations différentes. Luttant contre l’idée d’une certaine « misère banlieusarde », l’écrivain entend combattre l’image communément sombre du film social, qui donne une vision réductrice des cités. « L’image du loser a ici une dimension universelle, on a tous l’impression d’être en dessous de nos attentes », précise-t-il.

Au casting, du beau monde. Sylvie Testud incarne la mère impuissante de Micka et Kad Merad, son père Joseph. « J’ai choisi Kad pour sa bonhommie, dans le sens où c’est le genre de mec que l’on regarde toujours avec un petit sourire bienveillant aux lèvres, qui suscite immédiatement l’empathie », explique Xabi Molia, qui précise que l’acteur a accepté de toucher le plus petit cachet de sa carrière pour le rôle.

Dans un décor qui mêle barres HLM, banlieues pavillonnaires, et terrains de campagne, patchwork de différentes destinations françaises, principalement Angoulême, le réalisateur tente de traverser tous les milieux sociaux. « L’arnaqueur, c’est celui qui arrive à se fondre partout ». Des mouettes qui s’envolent dans la nuit, aux magnifiques images de port et de lignes de train très tôt le matin, le spectateur est balloté un peu partout, peut-être trop pour s’attacher à l’intrigue.

Alix Fourcade
Par Alix Fourcade

Crédit Photo : Haut et court

Partager sur Facebook
Vu par vous
11462
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Culture
Culture
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !