Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/07/19 : Ratification au rabais par l'assemblée nationale du CETA liant l'UE et le Canada : 266 voix pour 213 contre ; abstention de 52 députés LREM et 6 MODEM et 479 suffrages exprimés sur 553 votants.

23/07/19 : Plan canicule, une cellule de crise a été mise en place à l'Hôtel de ville de Poitiers pour porter secours aux personnes en détresse inscrites sur le registre canicule. Pour s'y inscrire et bénéficier de conseils adaptés, un numéro : 0549308075

23/07/19 : En raison de la canicule, la Ville de Bayonne a installé un brumisateur, place de la Liberté, pour rafraichir les promeneurs en ce lieu même où demain mercredi à 22 h sera donné le coup d'envoi de ses célèbres fêtes depuis le balcon de la mairie.

23/07/19 : Vigilance canicule à Agen. La piscine Aquasud est ouverte non-stop tous les jours de 11h à 19h. Des salles rafraîchies sont également ouvertes notamment dans la médiathèque, la résidence La Salève ou encore la Salle des Illustres de la mairie.

23/07/19 : Mémoires & Partages lance un appel à un rassemblement à la mémoire de Mamoudou Barry, ce chercheur en droit à Rouen battu à mort vendredi soir. Ce rassemblement se tiendra jeudi 25 juillet à 18 h 30 sur le Parvis des droits de l'homme à Bordeaux.

23/07/19 : Canicule. EDF a décidé d'arrêter les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Golfech dans le Tarn-et-Garonne car l'eau de la Garonne qui sert à refroidir les réacteurs est trop chaude.

23/07/19 : Depuis le 19 juillet, au vu des conditions climatiques et de la hausse des températures, les maraudes du SAMU social ont été adaptées dans les rues de Bordeaux et de la métropole pour venir en aide aux personnes sans domicile.

21/07/19 : Canicule:Le département de Gironde active dès ce lundi 22 juillet une cellule de crise et un numéro d'information et d'orientation [05 56 99 66 99] afin d’apporter un soutien aux personnes âgées et aux personnes handicapées, ainsi qu’aux professionnels.

21/07/19 : La Gironde en alerte canicule ORANGE - niveau 3 - à compter de ce lundi 22 juillet à 6h00 et ce jusqu’à nouvel ordre. Les températures devraient dépasser les 35°C dès demain, les 40°C la journée de mardi et ne pas descendre en dessous de 21°C la nuit

19/07/19 : Un nouveau cas de dengue diagnostiqué en Lot-et-Garonne suite au retour d’une personne ayant séjourné sur l’île de la Réunion. Le traitement de démoustication interviendra dans la nuit du 22 au 23 juillet à Bajamont, Foulayronnes et Castelculier.

19/07/19 : Épisode de fortes chaleurs ce week-end dans le 47. Le risque de feux de forêt devrait basculer en niveau sévère dès lundi, avec un renforcement des effectifs et des moyens sapeurs-pompiers. Le SDIS active dés à présent sa vidéosurveillance.

19/07/19 : Le Château de Bonaguil en Lot-et-Garonne vient de recevoir le label « Sécuri-Site ». Délivré par la Préfète du Département, ce label certifie la mise en place d’un dispositif de sécurité complet, à l’intérieur comme aux abords d’un site touristique.

18/07/19 : Suite à l’interruption à mi-spectacle du traditionnel feu d'artifice du 14 juillet sur les quais de Bordeaux, pour cause d'incendie sur la barge de tir, Nicolas Florian a décidé d'en proposer un nouveau le samedi 7 septembre pour marquer la rentrée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/07/19 | Canicule : le niveau 3 du plan déclenché en Dordogne

    Lire

    La Dordogne est en vigilance orange "canicule. Les températures maximales devraient dépasser les 40°C, les températures nocturnes elles, pouvant dépasser les 20° C pendant 3 jours. Entre le mardi 23 et jeudi 25 juillet, les minimales seront de 22° et les maximales de 41,6°. Le préfet a déclenché le niveau 3 alerte canicule qui se traduit par des mesures pour les sans abri avec l'ouverture de places en hébergement d'urgence et des maraudes. Les activités sportives entre 12 h et 20 h sont déconseillées.

  • 23/07/19 | Municipales à Périgueux : Patrick Palem désigné par laRem Dordogne

    Lire

    Patrick Palem, ancien PDG de la Socra, société spécialisée dans la restauration du patrimoine, et désormais conseiller a été désigné par les instances départementales de la République en Marche comme chef de file du parti présidentiel pour les municipales à Périgueux. Patrick Palem bénéficie du soutien Philippe Chassaing, député LaREM et du sénateur Bernard Cazeau, du Modem et de Jérôme Gabuteau, chef d'entreprise et référent local de laREM, qui devrait être numéro 2 sur la future liste. ^

  • 23/07/19 | Candidatures ouvertes pour "Les trophées de l'accueil"

    Lire

    Les candidatures sont ouvertes pour la 2ème édition des « Trophées de l’accueil », un concours qui récompense les professionnels du tourisme et les commerçants girondins qui accordent de l'importance à la qualité du traitement réservé aux touristes. Les participants peuvent s'inscrire dans l'une des quatre catégories proposées : commerce, hébergement, restauration ou loisirs. A la clé, 12 lauréats seront mis à l'honneur dans le guide annuel Bordeaux Shopping. Candidatures ouvertes jusqu'au 20 août. Inscriptions en ligne ici

  • 23/07/19 | Collège et lycée du Barp (33), les choses se précisent!

    Lire

    L'équipe Atelier des architectes Mazières associé à Nicolas Ragueneau, Antoine Roux Architectes, et Patrick Arotcharen a été sélectionnée pour la construction du futur lycée et collège du Barp. Le futur établissement accueillera, sur 22 000 m², un lycée de 1 200 élèves et un collège de 800 élèves. Au menu : construction en bois, espaces mutualisés, création d'un Centre de Connaissances et de Culture, salles de classes modulables et informatisées, certification HQE et démarche de bâtiments à énergie positive et bas carbone. Budget total estimé 60 M€, début du chantier au 2ème semestre 2020 et mise en service à la rentrée 2022.

  • 23/07/19 | Ouverture d'une Première année commune aux études de santé à Agen en sept. 2019

    Lire

    En septembre prochain, la PACES, cette année d’enseignement qui prépare aux concours des cursus des médecins, pharmaciens, dentistes et sages-femmes, verra le jour à Agen. L’enseignement sera assuré à distance par les enseignants du collège des sciences et santé nourris de cours magistraux audio et vidéo en différé, d’enseignements dirigés dispensés par visioconférence interactive. Une aide régionale de 800 000 euros a été accordée pour l'ouverture de cette année d'enseignement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | 40 ans de l’usine LU à Cestas : un âge d’or chocolaté

03/07/2014 | 1974-2014, 40 ans d’histoire du gâteau que fête cette année l’usine Lu de Cestas.

40 ans usine LU Cestas

De sa naissance en 1974 jusqu’à l’âge de la raison aujourd’hui, l’usine LU de Cestas en a vécu des vertes et des pas mûres. Mais depuis 7 ans, l’usine LU s’offre une deuxième jeunesse grâce à son rachat par le groupe Mondelēz International, numéro un en France des biscuits, café, confiserie et chewing-gum. À 40 ans, l’usine LU de Cestas a encore de belles années devant elle.

Crée à la suite de la scission du groupe Kraft Foods en octobre 2012, Mondelēz International est un acteur alimentaire omniprésent dans les foyers du monde entier. Avec 97% de taux de pénétration dans les foyers français, les produits Mondelēz (à prononcer mon délice) s’invitent sur 16 sites de productions en France dont un en Aquitaine : l’usine LU de Cestas.

Bienvenu dans l’antre du biscuit

Usine LU

Cette gigantesque machine à biscuit possède aujourd’hui 11 lignes de production, où 550 salariés (dont 50 intérimaires) travaillent 7 jour sur 7, pour produire plus d’un milliard de paquets chaque année.  La consommation journalière de l’usine est estimée à 30 tonnes de sucre, 75 tonnes de farine, 100 tonnes de chocolat et 4 tonnes de beurre. 72% de la production est à destination de l’hexagone tandis que les 28 % restants sont exportés dans 14 pays en Europe, aux Etats-Unis ou encore dans les pays émergents.

L’alliance du biscuit et du chocolat : une pépite d’or pour LUAprès les premières fabrications de Chamonix ou Résille d'Or , très rapidement l’usine LU de Cestas s’est spécialisée dans les biscuits chocolatés, avec l’arrivée du fameux Mikado dès 1983. Jusqu’en 1995, celui-ci sera d’ailleurs ensaché à la main par les ouvriers de l’usine. « Aujourd’hui le Mikado a bien évolué, avec l’apparition en 2011 d’une innovation technologique de taille : le Mikado King Choco » annonce fièrement l’actuelle directrice de l’usine LU de Cestas, Muriel Rohr. Un petit bâton de 13 cm, enrobé aux trois quart de trois fines couches de chocolat. Ce petit biscuit chocolaté garde précieusement son secret de fabrication, qui fait appel à une technologie de nappage brevetée. Ces 2 grammes 27, sont d’ailleurs classés « secret industriel» par un accord avec l’entreprise japonaise Glico. Aussi  fou que cela puisse paraitre, l'accès à la zone de l'usine de Cestas fait depuis l'objet d'une protection par cartes magnétiques…

Un écolier modèle

Fabrication du petit écolier de LU

En 1987, c’est un gâteau phare de la marque qui fera son entrée dans la cour des grands : le petit écolier. Par un processus complexe de robot araignée, le chocolat est placé sur des moules à gâteaux ornés du célèbre dessin de l’enfant écolier, puis un robot viendra y déposer le biscuit par-dessus. Pascal Bourdin, directeur Mondelēz International a souligné la « prouesse technique » qui avait consisté à marier le biscuit et le chocolat ». Aujourd’hui  ce sont 3,8 millions de petits gâteaux qui sont fabriqués par jour à Cestas. Pour les cuire, un four de 63 mètres de long où sont disposés 63 bruleurs (ce qui représente environ 80 fours domestiques).

Aïe PépitoEn 2003, l’arrivée du Pépito et du Granola permettra la plus importante force de frappe de l’usine pour une fabrication journalière de 5 millions de biscuits. Pétrissage, façonnage, cuisson, montage, cristallisation, ensachage, etuyage, encaissage… Ces étapes de fabrication doivent être respectées à la lettre. Si le gâteau n’est pas conforme, une caméra prévue à cet effet le détectera. Le biscuit sera ensuite stocké à part où il sera par la suite recyclé grâce à un processus à base d’azote qui permettra de séparer le chocolat du biscuit.

En mai 2015 une nouvelle ligne de production sera inaugurée: celle produisant les Figolu. À 40 ans l’usine a soufflé ses bougies qui, apparemment scintilleront encore longtemps à Cestas. Une preuve en soit que la gourmandise... conserve.

Lucy Moreau
Par Lucy Moreau

Crédit Photo : Lucy Moreau

Partager sur Facebook
Vu par vous
10013
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !