18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | 40 ans de l’usine LU à Cestas : un âge d’or chocolaté

03/07/2014 | 1974-2014, 40 ans d’histoire du gâteau que fête cette année l’usine Lu de Cestas.

40 ans usine LU Cestas

De sa naissance en 1974 jusqu’à l’âge de la raison aujourd’hui, l’usine LU de Cestas en a vécu des vertes et des pas mûres. Mais depuis 7 ans, l’usine LU s’offre une deuxième jeunesse grâce à son rachat par le groupe Mondelēz International, numéro un en France des biscuits, café, confiserie et chewing-gum. À 40 ans, l’usine LU de Cestas a encore de belles années devant elle.

Crée à la suite de la scission du groupe Kraft Foods en octobre 2012, Mondelēz International est un acteur alimentaire omniprésent dans les foyers du monde entier. Avec 97% de taux de pénétration dans les foyers français, les produits Mondelēz (à prononcer mon délice) s’invitent sur 16 sites de productions en France dont un en Aquitaine : l’usine LU de Cestas.

Bienvenu dans l’antre du biscuit

Usine LU

Cette gigantesque machine à biscuit possède aujourd’hui 11 lignes de production, où 550 salariés (dont 50 intérimaires) travaillent 7 jour sur 7, pour produire plus d’un milliard de paquets chaque année.  La consommation journalière de l’usine est estimée à 30 tonnes de sucre, 75 tonnes de farine, 100 tonnes de chocolat et 4 tonnes de beurre. 72% de la production est à destination de l’hexagone tandis que les 28 % restants sont exportés dans 14 pays en Europe, aux Etats-Unis ou encore dans les pays émergents.

L’alliance du biscuit et du chocolat : une pépite d’or pour LUAprès les premières fabrications de Chamonix ou Résille d'Or , très rapidement l’usine LU de Cestas s’est spécialisée dans les biscuits chocolatés, avec l’arrivée du fameux Mikado dès 1983. Jusqu’en 1995, celui-ci sera d’ailleurs ensaché à la main par les ouvriers de l’usine. « Aujourd’hui le Mikado a bien évolué, avec l’apparition en 2011 d’une innovation technologique de taille : le Mikado King Choco » annonce fièrement l’actuelle directrice de l’usine LU de Cestas, Muriel Rohr. Un petit bâton de 13 cm, enrobé aux trois quart de trois fines couches de chocolat. Ce petit biscuit chocolaté garde précieusement son secret de fabrication, qui fait appel à une technologie de nappage brevetée. Ces 2 grammes 27, sont d’ailleurs classés « secret industriel» par un accord avec l’entreprise japonaise Glico. Aussi  fou que cela puisse paraitre, l'accès à la zone de l'usine de Cestas fait depuis l'objet d'une protection par cartes magnétiques…

Un écolier modèle

Fabrication du petit écolier de LU

En 1987, c’est un gâteau phare de la marque qui fera son entrée dans la cour des grands : le petit écolier. Par un processus complexe de robot araignée, le chocolat est placé sur des moules à gâteaux ornés du célèbre dessin de l’enfant écolier, puis un robot viendra y déposer le biscuit par-dessus. Pascal Bourdin, directeur Mondelēz International a souligné la « prouesse technique » qui avait consisté à marier le biscuit et le chocolat ». Aujourd’hui  ce sont 3,8 millions de petits gâteaux qui sont fabriqués par jour à Cestas. Pour les cuire, un four de 63 mètres de long où sont disposés 63 bruleurs (ce qui représente environ 80 fours domestiques).

Aïe PépitoEn 2003, l’arrivée du Pépito et du Granola permettra la plus importante force de frappe de l’usine pour une fabrication journalière de 5 millions de biscuits. Pétrissage, façonnage, cuisson, montage, cristallisation, ensachage, etuyage, encaissage… Ces étapes de fabrication doivent être respectées à la lettre. Si le gâteau n’est pas conforme, une caméra prévue à cet effet le détectera. Le biscuit sera ensuite stocké à part où il sera par la suite recyclé grâce à un processus à base d’azote qui permettra de séparer le chocolat du biscuit.

En mai 2015 une nouvelle ligne de production sera inaugurée: celle produisant les Figolu. À 40 ans l’usine a soufflé ses bougies qui, apparemment scintilleront encore longtemps à Cestas. Une preuve en soit que la gourmandise... conserve.

Lucy Moreau
Par Lucy Moreau

Crédit Photo : Lucy Moreau

Partager sur Facebook
Vu par vous
5408
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !