24/10/17 : Charente-Maritime : les élus du Département ont voté une motion contre les dernières mesures envisagées par l'Etat concernant la baisse des APL, hier lors de la session d'automne.

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | A Agen, l'avenir de BMS Upsa au cœur de toutes les préoccupations

28/02/2014 | Présentation de l'étude sur l’impact pour BMS-UPSA et le bassin d’emploi lot-et-garonnais de la mesure envisagée par l’ANSM de "génériquer" le paracétamol.

Pierre Camani Lucette Lousteau Matthias Fekl et Stéphane Luce

Devant les parlementaires, les conseillers généraux, la direction de BMS Upsa et les représentants syndicaux de l'entreprise, Stéphane Luce, du cabinet d'étude Sofred consultants a présenté, le vendredi 28 février, à 11h, à l'Hôtel du département à Agen, l'étude réalisée par son cabinet co-financée par l'Agglo d'Agen et le CG47 sur l’impact pour BMS-UPSA et le bassin d’emploi lot-et-garonnais de la mesure envisagée par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) de "génériquer" le paracétamol. « Et les conclusions sont sans appel. L'impact social, territorial, économique et humain serait dévastateur. »

« 3 300 à 3 600 emplois perdus dont 2 800 sur le bassin d'emploi agenais et départemental. Une perte sèche de 60 millions d'euros pour la Communauté d'Agglomération et le Conseil Général. Une perte de 85 millions d'euros pour l'Etat, sans compter la dégradation de la balance commerciale. »
Voici les conclusions de l'enquête menée par le cabinet Sofred consultants sur l'impact sur le territoire agenais, lot-et-garonnais, aquitain et français qu'aurait la mesure de l'ANSM de génériquer le paracétamol. Cette mesure a pour but premier de faire faire des économies à la Sécurité sociale. « Or, étant donné que le prix du paracétamol est déjà très bas, le génériquage de ce produit ne ferait pas faire d'économie à la Sécu », précise Matthias Fekl, député PS du Marmandais.
Pierre Camani, le président et sénateur du Lot-et-Garonne et Lucette Lousteau, députée PS de l'Agenais, se veulent optimistes sur ce dossier. « Si lors de ses premières interventions sur ce sujet, la ministre Marisol Touraine, semblait encline à favoriser le génériquage, aujourd'hui, elle paraît avoir pris conscience des impacts sociaux, territoriaux, économiques et humains de cette mesure. Toutefois, ce changement d'attitude des politiques doit être accompagné d'une volonté de l'industriel d'aller dans le bon sens ». En effet, pour Pierre Camani « BMS Upsa, la Belle endormie, n'a pas su anticiper l'avenir ». Aujourd'hui, l'entreprise pense à diversifier son activité. « Elle s'apprête à lancer une troisième gamme de compléments alimentaires », assure Stéphane Luce, du cabinet d'étude.
Étonnement du côté des représentants des salariés. « Est-ce sûr ? S'interroge l'un d'entre eux, car ça change tout le temps ! » Pour le directeur du site agenais, Thierry Lhuillier, « c'est une décision actée. BMS développera une troisième gamme de compléments alimentaires à base de magnésium ».

«La détresse humaine a déjà commencé et cela ne se mesure pas!» Si aujourd'hui politiques et cabinet d'étude mettent en avant les futurs impacts de cette mesure, pour les représentants des salariés, le mal est déjà fait. « Depuis le mois de décembre, 1 500 personnes nous demandent tous les jours ce qu'ils vont devenir et c'est très difficile à vivre », explique soucieux, Christian Dumon (UD47 UNSA). « La détresse humaine a déjà commencé et cela ça ne se mesure pas ! Aussi, dans une entreprise pharmaceutique, on a besoin de recruter sans arrêt, renchérit Bruno Bourthol (FO). Or avec ce qui se passe aujourd'hui, les gens refusent de venir ! L'impact n'est pas que local ou national il est international. Nous exportons dans de nombreux pays dont la Pologne. La Pologne où des journaux relatent notre situation. Ça donne mauvaise presse ! »
D'une seule voix les représentants des salariés ont remercié l'engagement des élus locaux. « Mais désolé nous allons remettre la pression, car pour l'heure aucun calendrier n'est arrêté, alors qu'on nous annonçait une réponse imminente ! Aujourd'hui, nous sommes dans le flou le plus complet. Certes l'étude révèle l'impact dévastateur qu'aurait cette mesure sur notre territoire... une fois dit, qu'est-il fait... ? ».
Pour Pierre Camani, « le plus important aujourd'hui est de jouer collectif », tout en rappelant que les décisions seront prises entre pouvoirs publics et industriels... Ce matin, à cette réunion, seul Jean Dionis du Séjour, maire et président de l'agglomération agenaise manquait à l'appel... Jean Dionis qui s'est rendu aux côtés de Lucette Lousteau, Henri Tandonnet et de Pierre Camani au ministère du redressement productif mercredi matin et qui a organisé une réunion sur ce même sujet la veille à l'Agglo...

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
2425
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !