Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | A Agen, l'avenir de BMS Upsa au cœur de toutes les préoccupations

28/02/2014 | Présentation de l'étude sur l’impact pour BMS-UPSA et le bassin d’emploi lot-et-garonnais de la mesure envisagée par l’ANSM de "génériquer" le paracétamol.

Pierre Camani Lucette Lousteau Matthias Fekl et Stéphane Luce

Devant les parlementaires, les conseillers généraux, la direction de BMS Upsa et les représentants syndicaux de l'entreprise, Stéphane Luce, du cabinet d'étude Sofred consultants a présenté, le vendredi 28 février, à 11h, à l'Hôtel du département à Agen, l'étude réalisée par son cabinet co-financée par l'Agglo d'Agen et le CG47 sur l’impact pour BMS-UPSA et le bassin d’emploi lot-et-garonnais de la mesure envisagée par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) de "génériquer" le paracétamol. « Et les conclusions sont sans appel. L'impact social, territorial, économique et humain serait dévastateur. »

« 3 300 à 3 600 emplois perdus dont 2 800 sur le bassin d'emploi agenais et départemental. Une perte sèche de 60 millions d'euros pour la Communauté d'Agglomération et le Conseil Général. Une perte de 85 millions d'euros pour l'Etat, sans compter la dégradation de la balance commerciale. »
Voici les conclusions de l'enquête menée par le cabinet Sofred consultants sur l'impact sur le territoire agenais, lot-et-garonnais, aquitain et français qu'aurait la mesure de l'ANSM de génériquer le paracétamol. Cette mesure a pour but premier de faire faire des économies à la Sécurité sociale. « Or, étant donné que le prix du paracétamol est déjà très bas, le génériquage de ce produit ne ferait pas faire d'économie à la Sécu », précise Matthias Fekl, député PS du Marmandais.
Pierre Camani, le président et sénateur du Lot-et-Garonne et Lucette Lousteau, députée PS de l'Agenais, se veulent optimistes sur ce dossier. « Si lors de ses premières interventions sur ce sujet, la ministre Marisol Touraine, semblait encline à favoriser le génériquage, aujourd'hui, elle paraît avoir pris conscience des impacts sociaux, territoriaux, économiques et humains de cette mesure. Toutefois, ce changement d'attitude des politiques doit être accompagné d'une volonté de l'industriel d'aller dans le bon sens ». En effet, pour Pierre Camani « BMS Upsa, la Belle endormie, n'a pas su anticiper l'avenir ». Aujourd'hui, l'entreprise pense à diversifier son activité. « Elle s'apprête à lancer une troisième gamme de compléments alimentaires », assure Stéphane Luce, du cabinet d'étude.
Étonnement du côté des représentants des salariés. « Est-ce sûr ? S'interroge l'un d'entre eux, car ça change tout le temps ! » Pour le directeur du site agenais, Thierry Lhuillier, « c'est une décision actée. BMS développera une troisième gamme de compléments alimentaires à base de magnésium ».

«La détresse humaine a déjà commencé et cela ne se mesure pas!» Si aujourd'hui politiques et cabinet d'étude mettent en avant les futurs impacts de cette mesure, pour les représentants des salariés, le mal est déjà fait. « Depuis le mois de décembre, 1 500 personnes nous demandent tous les jours ce qu'ils vont devenir et c'est très difficile à vivre », explique soucieux, Christian Dumon (UD47 UNSA). « La détresse humaine a déjà commencé et cela ça ne se mesure pas ! Aussi, dans une entreprise pharmaceutique, on a besoin de recruter sans arrêt, renchérit Bruno Bourthol (FO). Or avec ce qui se passe aujourd'hui, les gens refusent de venir ! L'impact n'est pas que local ou national il est international. Nous exportons dans de nombreux pays dont la Pologne. La Pologne où des journaux relatent notre situation. Ça donne mauvaise presse ! »
D'une seule voix les représentants des salariés ont remercié l'engagement des élus locaux. « Mais désolé nous allons remettre la pression, car pour l'heure aucun calendrier n'est arrêté, alors qu'on nous annonçait une réponse imminente ! Aujourd'hui, nous sommes dans le flou le plus complet. Certes l'étude révèle l'impact dévastateur qu'aurait cette mesure sur notre territoire... une fois dit, qu'est-il fait... ? ».
Pour Pierre Camani, « le plus important aujourd'hui est de jouer collectif », tout en rappelant que les décisions seront prises entre pouvoirs publics et industriels... Ce matin, à cette réunion, seul Jean Dionis du Séjour, maire et président de l'agglomération agenaise manquait à l'appel... Jean Dionis qui s'est rendu aux côtés de Lucette Lousteau, Henri Tandonnet et de Pierre Camani au ministère du redressement productif mercredi matin et qui a organisé une réunion sur ce même sujet la veille à l'Agglo...

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
2866
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !