18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | A Bordeaux, la FNAIM demande au pouvoir politique de revoir sa copie pour redonner un second souffle au marché immobilier

24/04/2013 | Ce mardi 23 avril, au grand théâtre à Bordeaux, se tenaient les assises 2013 de l'immobilier de la Gironde, organisées par la FNAIM

En Gironde, 38 logements sociaux supplémentaires construits avec l'aide du Conseil Général.

La crise économique frappe de plein fouet le secteur de l'immobilier. Acheteurs et vendeurs font preuve de plus d’attentisme. Et, les mesures envisagées par le gouvernement, à l'image de la loi Duflot, ne semblent guère rassurer la profession. Près d'une centaine de professionnels sont venus assister aux assises de l'immobilier de la Gironde, organisées par la FNAIM ce mardi 23 avril au grand théâtre de Bordeaux. Tous sont très inquiets pour l'avenir et ont affiché leur détermination pour être plus entendus du pouvoir politique et faire évoluer la situation.

"Le marché est difficile. En 2012, nous avons enregistré une baisse de 20% des transactions dans l'ancien par rapport à 2011", a alerté Jean-François Buet, le président fédéral de la FNAIM (Fédération nationale de l'immobilier) lors des assises 2013 de l'immobilier en Gironde. "Nous avons un réel poids dans l'économie du pays. Et l'an dernier, nous avons perdu 10 000 emplois dans l'immobilier", a rappelé celui qui fédère 2 000 entreprises, soit plus de 100 000 collaborateurs. Pour autant, pas question de se méprendre sur les causes. Nous ne sommes pas dans une bulle spéculative "et les prix ne vont pas s'effondrer, "notamment du fait de la pénurie de logements et des taux d'intérêts des emprunts immobiliers qui sont à un plancher historique (3,23 %)", a précisé Jean-François Buet. C'est aussi l'avis de Yannick Billoux, directeur de l'Adil Gironde (Association départementale d'information logement), qui a expliqué que les prix, s'ils sont "raisonnables" dans l'agglomération bordelaise, ne sont pas en adéquation avec les revenus de nos concitoyens dans le parc privé. "Or, dans le public, nous manquons cruellement de logements sociaux". Sur la région bordelaise, il en faudrait 10 000 de plus pour satisfaire les demandes. Elizabeth Touton, adjointe en charge du logement à la mairie de Bordeaux a présenté le dispositif de la Ville pour aider des familles à accéder à la propriété. "Des aides de 3 000 à 6 000 euros qui ont pour objectif d'aider une centaine de personnes par an", a-t-elle précisé.

Que va changer la loi Duflot ?Pour mieux réguler l'accès au logement et à la propriété, les professionnels de l'immobilier, mais aussi les associations de consommateurs comme le CLCV en Aquitaine attendent des gestes forts de l'Etat. Pour l'heure, seule certitude, c'est la fin des aides et incitations fiscales, comme le dispositif Scellier pour l’investissement locatif, ou encore la révision du prêt à taux zéro pour les primo-accédants. Parmi les évolutions à venir, le budget 2013 prévoit de créer un abattement exceptionnel de 20 % sur la fiscalité des plus-values immobilières des résidences secondaires et des investissements locatifs. "Ce qui pourrait encore refroidir les investisseurs", s'est inquiété Jean-François Buet. Même sentiment du côté de Pascal Bertrand, président de la Fédération des promoteurs en Aquitaine. Autre frein important à ses yeux, depuis 2012, il existe un système d’abattement dégressif pour conduire à l’exonération totale au bout de 30 ans. Une durée trop longue aux yeux de la FNAIM, qui préconise un retour à 15 ans, avec un système non dégressif, plus "stable".

Autre "absurdité" dans une période où l'on souhaite libérer du foncier en ville, la fiscalité des plus-values immobilières sur les terrains à bâtir sera elle durcie dans les zones tendues. Le budget 2013 prévoit la suppression du système d’abattement en fonction de la durée de détention, qui engendrait la rétention foncière, selon le gouvernement. Comme pour les plus-values immobilières des résidences secondaires ou les investissements locatifs, la fiscalité des terrains constructibles devrait être établie en fonction du revenu à partir du 1er janvier 2015.

Les propositions de la FNAIMPour améliorer la situation, la FNAIM propose la création d'un bail solidaire avec la reconnaissance d'un statut des bailleurs privés notamment si ceux-ci sont prêts à louer à un loyer modéré. A noter, que concernant la loi de 1965 sur les copropriétés, les deux groupes veulent rendre obligatoire l'ouverture d'extranets pour les copropriétés pour renforcer la transparence des comptes et la gestion des immeubles. Ils proposent aussi la création d'une troisième carte professionnelle "S" qui permet de distinguer la compétence des syndics de copropriété des professionnels de la gestion immobilière délivrée après un stage complétant la formation à l'activité de syndic. "Nous voulons ainsi lutter contre la concurrence déloyale de certains réseaux comme Optimum, qui ne sont presque pas formés, contrairement à ce que prévoit la loi Hoguet et n'offrent pas les mêmes garanties pour le consommateur que nos professionnels", a indiqué Dominique Rulleau, le président de la FNAIM Gironde. en outre, la FNAIM et l'UNIS (Union nationale des syndicats immobiliers) suggèrent la création d'un conseil supérieur de la profession mais aussi la mise en place de contreparties dès lors qu'un mandat exclusif a été souscrit. Les deux groupes souhaitent aussi créer un comité stratégique de discipline présidé par un magistrat qui sera ouvert aux associations de consommateurs. Les premiers textes de ce projet de loi devraient être votés au mois de septembre après passage en Conseil des ministres en juin. Jean-François Buet a promis de "mettre le feu"... si leurs propositions ne sont pas entendues par le gouvernement.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Crédit Photo : Jean-Louis Zimmermann

Partager sur Facebook
Vu par vous
347
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !