Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

21/10/20 : La Cour de Cassation a rejeté ce mercredi le pourvoi de Monsanto dans le dossier l'opposant à un agriculteur charentais. La justice avait tranché en faveur de l'agriculteur en 2012, puis en appel en 2015.

21/10/20 : L’agglo Pau Béarn Pyrénées met en garde contre des individus se faisant passer pour des agents de collecte des déchets auprès des particuliers pour vendre des calendriers 2021. En effet tout démarchage de ce type est interdit de la part de ses agents.

20/10/20 : Le Maire de Lormont, Jean Touzeau, et l'équipe municipale, invitent la population, ce mercredi 21 octobre à 12h, à s'associer à leurs côtés à l'hommage national rendu à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie victime du terrorisme.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/10/20 | Pont de l'île de Ré : pas de tarif préférentiel pour les Charentais-Maritimes

    Lire

    Arlésienne du territoire, la question de faire un tarif préférentiel pour les habitants du 17 est revenu sur la table lors de la session d'automne du Département ce lundi, suite aux revendications d'une association locale. Le vice-président Lionel Quillet a mis un terme au débat en rappelant que la question avait été tranchée il y a quelques années par le Conseil constitutionnel: le pont n'étant pas financé par les impôts, et par soucis d'équité, le tarif doit être le même pour tout le monde.

  • 27/10/20 | Un Challenge Positif en Charente

    Lire

    La technopole Eurekatech et Grand Angoulême lance la 1ère édition du Challenge Positif qui a pour but de faire émerger des projets innovants à impact positif pour le territoire. Gratuit et ouvert à tous, ce challenge s’adresse aux entreprises et à tous ceux et celles qui ont une idée de projet mais aussi à tous ceux qui souhaitent contribuer en proposant leurs compétences. Le projet retenu bénéficiera d’une dotation de 5 000 €. Les projets sont à déposer avant le 12 novembre sur le site d'Eurekatech

  • 27/10/20 | Covid-19 : la Charente-Maritime bientôt en vulnérabilité élevée

    Lire

    "Nous avons dépassé la semaine dernière la barre critique des 70 cas pour 100 000", a annoncé le préfet 17 ce 26 octobre. Selon l'ARS, le taux de positivité progresse : 5,1 la semaine du 12 au 18 octobre contre 2,8 quinze jours plus tôt. Une quarantaine de personnes seraient actuellement hospitalisée pour cause de Covid-19. Il ne resterait que 5 lits de réanimation disponible. S'il reste le moins touché de Nouvelle-Aquitaine, le département devrait passer sous peu en "vulnérabilité élevée".

  • 27/10/20 | Limoges et sa métropole veulent accueillir un nouvel établissement pénitentiaire

    Lire

    Guillaume Guérin, président de Limoges Métropole et Emile Roger Lombertie ont adressé un courrier commun au Ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti, pour lui proposer d’accueillir un nouvel établissement pénitentiaire sur le territoire. Actuellement, la Maison d’Arrêt de Limoges dispose de 58 places... pour un taux d’occupation de 150 %. Ils proposent donc au ministre la mise à disposition de foncier susceptible d’accueillir une telle opération.

  • 27/10/20 | La Région investit dans la détection du Covid19 dans les eaux usées

    Lire

    En juillet, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué une enveloppe de 200 000 euros pour accompagner les laboratoires départementaux dans l’investissement de matériel pour la réalisation d’analyses dans les eaux des stations d’épuration en zone touristique. Pour permettre la poursuite de ces travaux, une aide de 27 412 euros vient d’être allouée en faveur du syndicat mixte Qualyse de Champdeniers dans les Deux-Sèvres afin de leur permettre l’achat d’une ultracentrifugeuse et d’un agitateur.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | A Brantôme, Fybots fabrique le premier robot autonome de désinfection par voie aérienne

02/07/2020 | A Brantôme en Dordogne, l'entreprise Fybots fabrique un robot nettoyeur autonome destiné aux besoins de désinfection et commercialisé auprès de grands groupes.

Régis Braun, le directeur délégué de Fybots, a présenté le robot au préfet

A Brantôme en Dordogne, l'entreprise Fybots fabrique un produit unique au monde : le premier robot de désinfection des surfaces par voie aérienne. Ce bijou de mécanique de précision, autonome et géo-localisé peut couvrir jusqu'à 30 000 mètres-carrés. L'engin de 250 kg a déjà séduit de grands groupes comme Airbus, L'Oréal ou Intermarché. L'entreprise compte accélérer la cadence pour atteindre les 1 000 robots par an d'ici trois ans. Les perspectives de développement sont bonnes et une vingtaine d'emplois locaux devrait être créée d'ici trois ans, alors qu'ils ne sont que trois salariés actuellement.

Régis Braun, ancien directeur de site chez Hermès a fait un pari un peu fou en se lançant il y a trois ans et demi dans l'entrepreunariat : celui de développer un produit de haute technologie pour créer des robots nettoyeurs uniques au monde en Dordogne. Les premières années, la société Fybots a souhaité rester discrète pour mener à bien ce projet. Installée à Brantôme, en Périgord vert, elle produit le premier robot au monde de désinfection des surfaces par voie aérienne.
"Nous sommes partis de zéro en 2017. Nous avons récupéré le prototype auprès des fondateurs et nous nous sommes dits que nous pouvions le fabriquer ici en s'appuyant sur des compétences locales." C'est ainsi que Régis Braun embarque dans l'aventure, trois salariés expérimentés dans les domaines de la mécanique industrielle, en robotique et en électronique, William Labe, Frédéric Choteau et David Longueville. Pour faire aboutir ce projet, une dizaine de partenaires locaux se sont associés à cette aventure.
C'est ainsi que depuis deux ans, Fybots fabrique un balayeur destiné aux entreprises. "Il est entièrement autonome, géolocalisé, il peut couvrir une surface jusqu'à 30 000 mètres carrés. En deux ans nous avons réduit le délai de fabrication d'un mois et demi à une semaine. Une de nos volontés est de devenir un acteur majeur sur ce marché de la désinfection, en nous adaptant à la demande de nos clients, puisque nous proposons des prestations complètes", ajoute Régis Braun. Ce robot balayeur, a déjà séduit de très grosses entreprises comme Airbus, L'Oréal ou Bouygues, le groupe Intermarché. Une cinquantaine ont déjà été vendu. Le robot coûte entre 70 000 et 80 000 euros : il s'en vend en réalité peu, car Fybots propose à ses clients des Locations avec Option d'Achat (LOA), pour des loyers compris entre 1200 et 1400 euros par mois sur 4 ans. 

La Covid 19 ouvre de nouvelles perspectives

Fybots envisage d'adapter son robot, d'ici la rentrée prochaine a un nouveau marché qui pourrait s'avérer porteur. L'entreprise qui est restée fermée pendant trois mois à cause de la crise du Covid-19 a été contactée pour fournir des robots qui permettent de désinfecter les sites industriels. Le service recherches et développement, implanté en Région parisienne, planche aussi sur le domaine des transports. Fybots s'est associé ces dernières semaines à Octopus, une entreprise angevine, spécialisée dans la production chimique. Ce partenariat a donné naissance à une solution robotique qui diffuse des brouillards secs de produits désinfectants aux normes sanitaires et alimentaires, sans dépôt résiduel, sans risque d'altération des surfaces et équipements sur site et permettant un retour rapide et sécurisé du public après désinfection. Le prototype est en cours d'évaluation dans deux grandes entreprises françaises.
L'entreprise périgourdine travaille aussi sur d'autres projets notamment dans le milieu hospitalier, mais qui impliquent l'obtention d'agréments sanitaires spécifiques. Les perspectives de développement de Fybots sont bonnes. "Nous espérons créer une vingtaine d'emplois locaux d'ici trois ans et produire un millier de robots par an," indique Régis Braun qui réfléchit à développer des partenariats avec des centres de formation et des établissements scolaires pour mettre en place un cursus spécifique. La société, qui a obtenu le soutien du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine et de la plateforme Initiative Périgord, espère devenir un acteur du développement numérique dans le département. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
8563
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !