Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | A Lacq, M2i et CEVA dessinent une nouvelle filière: "la Phéromone Vallée"

27/09/2020 | Le Bassin de Lacq dans les Pyrénées-Atlantiques poursuit la voie d'une réindustrialisation "verte" avec le lancement ce 25 septembre de la "Phéromone Vallée".

Lancement de la Phéromone Vallée. Au centre Marc Prikazsky (Ceva) et les frères Guerret, Philippe et Olivier, cofondateur de M2i

Ce vendredi, à Lacq, le rendez-vous donné à Chemstart'up sonnait comme le début d'une nouvelle aventure industrielle pleine d'avenir baptisée : « Phéromone vallée ». Autour du berceau : Marc Prizazsky et Philippe Guerret, les pères du projet et respectivement PDG des groupes Ceva Santé Animale et M2i, Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Pierre Nerguararian, Président de ChemParc, Patrice Laurent, Président de la CCLO et Eddie Bouttera, Secrétaire général de la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques. L'ambition de ce projet : constituer en Nouvelle-Aquitaine une nouvelle filière autour de la recherche et des usages des phéromones au service de la transition agro-écologique en culture et en élevage. Et la dernière création de M2i a servi de belle illustration au potentiel d'une telle filière.

C'est en réalité un double rendez-vous qui était donné ce vendredi 25 septembre à la pépinière d'entreprises Chemstart'up, plateforme technologique qui accueille depuis 2011 sur le Bassin de Lacq, de jeunes sociétés spécialisées notamment dans la chimie fine, les nouveaux matériaux ou encore la chimie verte.

Démocratiser, simplifier et optimiser l'application de phéromones en agriculture

Un double rendez-vous car au-delà du lancement officiel de cette Phéromone Vallée, l'occasion était belle de présenter en amont, le nouveau « bébé » de M2i développement, entité béarnaise du groupe M2i. Cette PME installée à Lacq depuis fin 2012 (et au sein de Chemstart'up depuis 2015) est spécialisée dans la recherche et le développement sur les solutions alternatives aux pesticides à base de phéromones, ces substances naturelles secrétées et émises par une espèce et qui, perçue par un individu de cette espèce, provoque une réaction spécifique. Une sorte de message olfactif entre les individus qui permettent une fois reproduit en laboratoire de lutter contre les insectes ravageurs ou d'influencer positivement sur le comportement des animaux domestiques.

Et, dans ce domaine, c'est une première mondiale que M2i a présenté ce vendredi : une nouvelle unité de production de formulation permettant de simplifier l'application de phéromones et d'optimiser leur efficacité en champ pour lutter contre les ravageurs des cultures. La spécificité de cette nouvelle unité, signant pour l'unité béarnaise un basculement de la recherche et développement à une échelle de production industrielle, est la micro-encapsulation des fameuses phéromones sur une capacité de 2000 litres. C'est le premier outil de production de cette taille au monde. Il sera dans un premier temps dédié à la production de phéromone encapsulées à destination de la vigne.

Une première production commerciale pour l'Amérique du Sud
En clair, l'apport de la micro-encapsulation à une échelle industrielle, est double explique Olivier Guerret, vice-président et cofondateur de la société M2i. « Cela va permettre, d'abord de rendre financièrement accessible à tous les viticulteurs ce traitement de lutte naturelle contre les ravageurs, tout en faisant une économie sur les pesticides. Mais, en plus, l'application aux champs ne nécessite pas pour l'agriculteur d'équipement supplémentaire. Ca s'applique aussi facilement que de la bouillie bordelaise, et uniquement quand le viticulteur en a besoin », assure-t-il.

Et pour une application qui soit la plus efficace et utile possible, M2i propose en parallèle des formations « pour apprendre les bonnes doses au bon moment », avec l'idée aussi que « c'est parce que les agriculteurs seront accompagnés qu'ils transformeront leurs pratiques vers davantage d'agro-écologie ».

La première production commerciale de la nouvelle unité partira bientôt pour l'Amérique du Sud, pour des vignes du Chili et d'Argentine. « L'Amérique du Sud nous a donné son accord avant l'Europe. Il y a encore quelques lourdeurs administratives en ce qui concerne les procédure de certifications devant l'ANSES, regrette Philippe Guerret, frère du premier, PDG et cofondateur de M2i. Pour nous, la première saison européenne démarrera en mars prochain ». Un regret, partagé par les officiels présents pour cette inauguration, mais vite balayé par l'autre grande nouvelle de la journée : le lancement de la Phéromone Vallée.

"Il faut apporter des solutions aux impasses que les agriculteurs rencontrent"
Initiée par M2i et Ceva Santé Animale, l'autre grand acteur néo-aquitain de la production de phéromone, à destination cette fois des animaux, la Phéromone Vallée vise à mettre en valeur et à développer le biocontrôle animal et végétal par le regroupement des acteurs de la région qu'ils soient agricoles, industriels et de la recherche tant publique que privée. Le tout sous le regard complice et bienveillant de la Région. A l'heure des discours sur l'exposé des motifs, c'est bien la transition agro-écologique en cultures comme en élevage qui revient dans la bouche des responsables.

Pour Philippe Guérret, « il faut développer une nouvelle filière car c'est à la fois une réponse à un besoin social fort, et une réponse au besoin de réindustrialiser la France. Maintenant il faut capitaliser les talents, et il y en a beaucoup en Nouvelle-Aquitaine. La Phéromone Vallée doit être la matérialisation d'un cluster de savoir-faire et d'innovations qui donnera accès à une nourriture de bien meilleure qualité. »

Quant à Marc Prizazsky, l'autre père de cette « Phéromone Vallée », la mobilisation des industriels, en lien avec les Universités auprès des quelles il appelle à se « connecter », apparaît comme une évidence : « la réussite d'une transition agro-écologique des agriculteurs et des éleveurs, ne peut se faire sur le choix de la décroissance alors que 850 millions d'humains ne mangent pas à leur faim dans le monde... C'est à nous d'offrir des solutions dont les agriculteurs se saisiront pour peu qu'on les aide et qu'on reconnaisse leur rôle. Nous devons les aider à résoudre cette équation d'une alimentation plus saine plus sûre et attentive au bien-être animal et à l'environnement ».

Des convictions dans lesquelles s'est inscrit Alain Rousset soulignant à son tour, derrière la recherche et l'industrialisation de solutions, la nécessité d'accompagner les agriculteurs dans ces démarches plus vertes. « Il faut apporter des solutions aux impasses que les agriculteurs rencontrent. Mais si on ne les accompagne pas, s'il n'y a pas une forme d'assurance, ils ne basculeront pas totalement dans l'agro-écologie. Il faut une écologie de confiance et d'accompagnement. »

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
78230
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !