Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/10/20 : Suite au nouvel attentat perpétré ce matin à Nice, la Ville de Périgueux annonce que ses agents et élus observeront une minute de silence ce jour à 17 h, dans le respect des mesures sanitaires

30/10/20 : Ambassade et vitrine de la région à Paris, la Maison de la Nouvelle-Aquitaine ferme ses portes aujourd'hui le temps du confinement. Elle assure néanmoins un drive de produits régionaux pour les parisiens le mercredi 4 novembre, sur réservation.

29/10/20 : Suite aux annonces faites par Emmanuel Macron, le World Impact Summit, organisé à Bordeaux, maintient sa première journée ce jeudi 29 octobre, avec un protocole sanitaire renforcé. Du fait du confinement, la journée de vendredi est annulée.

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 31/10/20 | La Région renforce son soutien à un réseau de recherche en cancérologie

    Lire

    Le réseau de recherche en cancérologie Oncosphère a été lancé en 2018 à Bordeaux. Il rassemble l'Université de Bordeaux, le CHU, l'institut Bergonié, l'Inserm et le CNRS. L'objectif du réseau Oncosphère est de fédérer les acteurs de la recherche sur le cancer éparpillés sur tout le territoire néo-aquitain. Le Conseil Régional, qui a déjà soutenu le réseau Oncosphère à son lancement en 2018, vient de voter une aide de 400 000 euros attribuée à l'Inserm, à Bordeaux

  • 31/10/20 | La Rochelle : les services de la collectivité sont maintenus

    Lire

    Dans la lignée des annonces gouvernementales, les services publics seront maintenus à La Rochelle pendant le confinement: les accueils des mairies, de l'Agglomération, des services d’urbanisme, de l’état civil, des déchetteries, ou encore de la Police municipale, resteront ouverts aux horaires habituels. Le transport public sera également maintenu normalement. Les médiathèques, les musées, le conservatoire de musique et danse, ainsi que les salles de spectacles fermeront dès ce vendredi.

  • 30/10/20 | Confinement: l'Aéroport de Bordeaux s'adapte

    Lire

    L'Aéroport de Bordeaux réenclenche les mesures adaptées de son plan de continuité de service, qui lui permet d'assurer ses missions prioritaires dans le maintien des conditions sanitaires renforcées. La desserte aérienne programmée jusqu'à la fin de ce week-end est à ce jour inchangée. A compter du 2 novembre, le traitement des vols sera opéré intégralement dans le Hall A. Seront maintenus le service de navette entre le parc P4 et l'aérogare, la Navette 30'Direct entre la gare Saint-Jean et l'Aéroport, le bus Liane 1 qui relie le centre de Bordeaux, les locations de véhicules, un service minimum de commerces autorisés.

  • 30/10/20 | LISEA s'engage avec l'Office Français de la Biodiversité

    Lire

    Le 29 octobre, lors du World Impact Summit à Bordeaux, le concessionnaire de la LGV Sud Europe Atlantique a conforté son engagement pour la préservation de la biodiversité. L'Office Français de la Biodiversité porte le programme "Act4Nature France", qui rassemble 80 entreprises pour enrayer l'érosion de la biodiversité. En rejoignant ce programme, LISEA s'engage à créer, restaurer et gérer des sites naturels favorables aux espèces protégées à proximité de la LGV. Selon Hervé le Caignec, Président de LISEA, "c'est une action supplémentaire qui montre notre engagement pour la protection des territoires traversés par la ligne".

  • 30/10/20 | Un tiers-lieu hybride dans les Deux-Sèvres

    Lire

    La Colporteuse à Argentonnay dans les Deux-Sèvres est depuis 13 ans un lieu d’expérimentation du vivre ensemble et de la citoyenneté. Elle a décidé de développer de nouveaux services avec la mise en place d’un espace de coworking afin de répondre aux nouvelles formes de travail. La Région Nouvelle-Aquitaine s’associe à ce projet et apporte une aide de 60 000 euros afin de permettre le développement de ce lieu.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | A Lacq, M2i et CEVA dessinent une nouvelle filière: "la Phéromone Vallée"

27/09/2020 | Le Bassin de Lacq dans les Pyrénées-Atlantiques poursuit la voie d'une réindustrialisation "verte" avec le lancement ce 25 septembre de la "Phéromone Vallée".

Lancement de la Phéromone Vallée. Au centre Marc Prikazsky (Ceva) et les frères Guerret, Philippe et Olivier, cofondateur de M2i

Ce vendredi, à Lacq, le rendez-vous donné à Chemstart'up sonnait comme le début d'une nouvelle aventure industrielle pleine d'avenir baptisée : « Phéromone vallée ». Autour du berceau : Marc Prizazsky et Philippe Guerret, les pères du projet et respectivement PDG des groupes Ceva Santé Animale et M2i, Alain Rousset, Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Pierre Nerguararian, Président de ChemParc, Patrice Laurent, Président de la CCLO et Eddie Bouttera, Secrétaire général de la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques. L'ambition de ce projet : constituer en Nouvelle-Aquitaine une nouvelle filière autour de la recherche et des usages des phéromones au service de la transition agro-écologique en culture et en élevage. Et la dernière création de M2i a servi de belle illustration au potentiel d'une telle filière.

C'est en réalité un double rendez-vous qui était donné ce vendredi 25 septembre à la pépinière d'entreprises Chemstart'up, plateforme technologique qui accueille depuis 2011 sur le Bassin de Lacq, de jeunes sociétés spécialisées notamment dans la chimie fine, les nouveaux matériaux ou encore la chimie verte.

Démocratiser, simplifier et optimiser l'application de phéromones en agriculture

Un double rendez-vous car au-delà du lancement officiel de cette Phéromone Vallée, l'occasion était belle de présenter en amont, le nouveau « bébé » de M2i développement, entité béarnaise du groupe M2i. Cette PME installée à Lacq depuis fin 2012 (et au sein de Chemstart'up depuis 2015) est spécialisée dans la recherche et le développement sur les solutions alternatives aux pesticides à base de phéromones, ces substances naturelles secrétées et émises par une espèce et qui, perçue par un individu de cette espèce, provoque une réaction spécifique. Une sorte de message olfactif entre les individus qui permettent une fois reproduit en laboratoire de lutter contre les insectes ravageurs ou d'influencer positivement sur le comportement des animaux domestiques.

Et, dans ce domaine, c'est une première mondiale que M2i a présenté ce vendredi : une nouvelle unité de production de formulation permettant de simplifier l'application de phéromones et d'optimiser leur efficacité en champ pour lutter contre les ravageurs des cultures. La spécificité de cette nouvelle unité, signant pour l'unité béarnaise un basculement de la recherche et développement à une échelle de production industrielle, est la micro-encapsulation des fameuses phéromones sur une capacité de 2000 litres. C'est le premier outil de production de cette taille au monde. Il sera dans un premier temps dédié à la production de phéromone encapsulées à destination de la vigne.

Une première production commerciale pour l'Amérique du Sud
En clair, l'apport de la micro-encapsulation à une échelle industrielle, est double explique Olivier Guerret, vice-président et cofondateur de la société M2i. « Cela va permettre, d'abord de rendre financièrement accessible à tous les viticulteurs ce traitement de lutte naturelle contre les ravageurs, tout en faisant une économie sur les pesticides. Mais, en plus, l'application aux champs ne nécessite pas pour l'agriculteur d'équipement supplémentaire. Ca s'applique aussi facilement que de la bouillie bordelaise, et uniquement quand le viticulteur en a besoin », assure-t-il.

Et pour une application qui soit la plus efficace et utile possible, M2i propose en parallèle des formations « pour apprendre les bonnes doses au bon moment », avec l'idée aussi que « c'est parce que les agriculteurs seront accompagnés qu'ils transformeront leurs pratiques vers davantage d'agro-écologie ».

La première production commerciale de la nouvelle unité partira bientôt pour l'Amérique du Sud, pour des vignes du Chili et d'Argentine. « L'Amérique du Sud nous a donné son accord avant l'Europe. Il y a encore quelques lourdeurs administratives en ce qui concerne les procédure de certifications devant l'ANSES, regrette Philippe Guerret, frère du premier, PDG et cofondateur de M2i. Pour nous, la première saison européenne démarrera en mars prochain ». Un regret, partagé par les officiels présents pour cette inauguration, mais vite balayé par l'autre grande nouvelle de la journée : le lancement de la Phéromone Vallée.

"Il faut apporter des solutions aux impasses que les agriculteurs rencontrent"
Initiée par M2i et Ceva Santé Animale, l'autre grand acteur néo-aquitain de la production de phéromone, à destination cette fois des animaux, la Phéromone Vallée vise à mettre en valeur et à développer le biocontrôle animal et végétal par le regroupement des acteurs de la région qu'ils soient agricoles, industriels et de la recherche tant publique que privée. Le tout sous le regard complice et bienveillant de la Région. A l'heure des discours sur l'exposé des motifs, c'est bien la transition agro-écologique en cultures comme en élevage qui revient dans la bouche des responsables.

Pour Philippe Guérret, « il faut développer une nouvelle filière car c'est à la fois une réponse à un besoin social fort, et une réponse au besoin de réindustrialiser la France. Maintenant il faut capitaliser les talents, et il y en a beaucoup en Nouvelle-Aquitaine. La Phéromone Vallée doit être la matérialisation d'un cluster de savoir-faire et d'innovations qui donnera accès à une nourriture de bien meilleure qualité. »

Quant à Marc Prizazsky, l'autre père de cette « Phéromone Vallée », la mobilisation des industriels, en lien avec les Universités auprès des quelles il appelle à se « connecter », apparaît comme une évidence : « la réussite d'une transition agro-écologique des agriculteurs et des éleveurs, ne peut se faire sur le choix de la décroissance alors que 850 millions d'humains ne mangent pas à leur faim dans le monde... C'est à nous d'offrir des solutions dont les agriculteurs se saisiront pour peu qu'on les aide et qu'on reconnaisse leur rôle. Nous devons les aider à résoudre cette équation d'une alimentation plus saine plus sûre et attentive au bien-être animal et à l'environnement ».

Des convictions dans lesquelles s'est inscrit Alain Rousset soulignant à son tour, derrière la recherche et l'industrialisation de solutions, la nécessité d'accompagner les agriculteurs dans ces démarches plus vertes. « Il faut apporter des solutions aux impasses que les agriculteurs rencontrent. Mais si on ne les accompagne pas, s'il n'y a pas une forme d'assurance, ils ne basculeront pas totalement dans l'agro-écologie. Il faut une écologie de confiance et d'accompagnement. »

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
74499
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !