Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/01/21 | L'UIMM Adour organise une semaine de l'apprentissage dans l'industrie

    Lire

    Du 25 au 30 janvier, les pôles formations de l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie ouvrent leurs portes du 25 au 30 janvier pour inviter à découvrir les métiers de l'industrie. L'UIMM Adour met ainsi ses métiers en valeur, alors même que l'État a lancé le programme 1 jeune 1 solution dans le cadre de France Relance pour aider les entreprises à recruter des apprentis. Au Pôle formation Adour, 580 apprentis ont choisi la filière industrie pour un taux d'insertion de 86%.

  • 19/01/21 | Cognac : la filière attend des arbitrages de l'Etat

    Lire

    Ils ne lâcheront rien! C'est en substance ce qu'on fait savoir au gouvernement les représentants de l'interprofession du cognac, le BNIC, suite aux dernières annonces. D'une part, ils réitèrent leur demande que l'Etat négocie pour obtenir la suspension immédiate des nouveaux droits de douanes américains sur les vins et spiritueux. D'autre part, ils seront attentifs au "détail" des aides annoncées le 14 janvier à destination de la filière, "impactée par la pandémie", et pas seulement.

  • 18/01/21 | 11 centres de vaccinations autorisés dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Afin d'assurer le déploiement de la campagne de vaccination contre la COVID-19, les Pyrénées-Atlantiques comptent 11 centres de vaccination. Dans l’arrondissement de Pau sont concernées les communes de Pau, Lescar et Arzacq, dans l’arrondissement d’Oloron-Sainte-Marie: celles Mauléon et Arudy et dans l’arrondissement de Bayonne, celles de Bayonne, Biarritz, Anglet, Cambo-les-bains, Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Jean-de-Luz. Réservations vaccinales, via le numéro vert national 0 800 009 110 ou sur les plateformes internet de Doctolib Vaccination, KelDoc de NEHS et Maiia et la plateforme nationale www.sante.fr,

  • 18/01/21 | Démarrage des vaccinations à La Rochelle

    Lire

    Plusieurs communes de l’Agglomération se sont portées volontaires pour accompagner les vaccinations en créant des centres grand public. Un premier sera ouvert du 18 au 22 janvier au centre municipal de vaccination de La Rochelle, 2 rue de l’Abreuvoir. A partir du 25 janvier, deux centres seront installés à l’Espace Encan à La Rochelle et à l’hippodrome de Châtelaillon-Plage, 9 rue des Sulkys. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur rendez-vous.

  • 18/01/21 | Langues régionales : la Région épingle Jean-Michel Blanquer

    Lire

    Le 10 décembre, le ministre de l'Éducation Nationale affirmait que le système éducatif français "n'est pas hostile aux langues régionales". La Région Nouvelle-Aquitaine s'appuyant sur les chiffres du rectorat conteste : "La réforme des lycées a brutalement dévalorisé l'attractivité du basque et de l'occitan en option." Sur les rentrées 2019 et 2020, les effectifs en occitan ont fondu dans les académies de Bordeaux (-32%) et Limoges (-44%). Pour le basque la baisse est de 48%. Charline Claveau, élue en charge des langues régionales, appelle à ce qu'un amendement soit apporté à la réforme du baccalauréat "dès maintenant".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | À Mérignac, Dassault continue de grandir

05/06/2019 | La première pierre d'un nouveau pôle a été posée ce mardi 14 mai par le PDG du groupe Dassault, Eric Trappier. Il fait partie d'une ambitieuse stratégie de restructuration.

Dassault Mérignac

Plus stratégique qu'il n'y paraît, c'est ainsi que l'on pourrait résumer la "pose de première pierre" qui s'est déroulée ce mardi sur le site de Dassault Aviation à Mérignac. Ce futur bâtiment de 25 800 mètres carrés doit accueillir, d'ici 2021, un important effectif (environ 1500 postes) composé d'ingénieurs et de techniciens supérieurs composant des équipes de développement, d'études et de soutien après-vente pour les volets civils et militaires du groupe. L'objectif pour Dassault est clair : rendre opérationnel un vaste plan de restructuration lui permettant de rester compétitif dans un secteur de plus en plus concurrentiel.

Ce lundi, l'entreprise Dassault Aviation a donc posé la première pierre d'un nouveau bâtiment tertiaire sur son site de Mérignac. Ce chantier de construction, dont le résultat sera un bâtiment de 25 800 mètres carrés sur quatre niveaux et aura une capacité totale de 1500 postes de travail, répartis en 24 espaces collaboratifs. Il fait surtout partie de la nouvelle stratégie de transformation du groupe (l'entreprise d'origine ayant été fondée en 1907 et reprise en 1951 par Marcel Dassault et Henry Potez), baptisée "Piloter notre avenir", conçue pour répondre à une concurrence de plus en plus agressive, notamment américaine et canadienne. Lancée en 2016, cette "transformation" prévoit plusieurs chantiers importants dont une volonté de regrouper les équipes chargées de la conception et celles dédiées à la production des avions.

En présence de nombreux élus locaux venus poser la "première pierre" (en fait, une reconstitution en maquette du futur bâtiment qui sera surmonté de 4000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques et de toitures végétalisées), le PDG du groupe Eric Trappier, qui avait déjà inauguré en 2015 le centre Dassault Falcon Service dédié à la maintenance aéronautique, est brièvement revenu sur cette nouvelle stratégie industrielle. Ainsi, le site de Martignas se dotera prochainement d'une "infrastructure dédiée qui recevra les activités pyrotechniques actuellement basées à Poitiers et à Argenteuil. L'usine de Poitiers, elle, va concentrer les activités emports et réparations. Nous avons également lancé un programme d'agrandissement pour le site de Biarritz", a souligné le PDG.

Nouveaux recrutements à prévoir

"L'antenne de Mérignac, pour sa part, sert depuis septembre d'importante base de transfert des laboratoires de développement technologique et industriel basés à Argenteuil. Cette nouvelle localisation de nos laboratoires, plus près des avions, favorise les synergies entre la conception, le développement, l'industrialisation et le soutien". Des équipes de soutien militaire et du support FALCON (basées à Saint-Cloud et au Bourget), s'installent également au compte-goutte à Mérignac. Enfin, le bâtiment inauguré ce mardi est censé accueillir (sur une période de transfert qui devrait s'étaler jusqu'en 2023) les équipes d'étude, de développement et de soutien déjà installées à Mérignac et celles appelées à être transférées de Saint-Cloud. Le bâtiment comportera également un "Virtual Reality Center" et un "Immersive Reality Center", parties intégrantes des nouvelles ambitions digitales du groupe, via notamment le développement d'une plate-forme numérique interne (3DExperience), devant aider à baisser ses coûts de production. 

Les nouvelles recrues seront donc à deux pas des Rafale et des Falcon, assemblés et testés à Mérignac, qui tend clairement à devenir le pôle majeur de l'entreprise, à un trottoir à peine du groupe Thalès. Les sites desquels les transferts vont être opérés n'ont pas prévu de disparaître, selon le PDG de Dassault pour, dit-on, "rationaliser son emprunte industrielle" face à la concurrence notable de poids lourds comme Bombardier et Gulfstream bénéficiant d'une stratégie de conception géographiquement bien plus concentrée. Économiquement, même si le groupe est toujours dans le vert et qu'il n'a licencié aucun employé, son effectif (comme celui de ses concurrents), a tout de même fondu depuis 2008, passant de 12 438 à 11 400 salariés. Ce dernier remonte pourtant en 2018, comme l'a souligné Éric Trappier, avec une embauche de 200 nouveaux salariés en 2018 en Nouvelle-Aquitaine, et prévoit au moins le même effort pour 2019.

Deux points noirs

Le projet d'extension n'a pas non plus évité l'enquête publique. Cette dernière a bien eu lieu et s'est terminée en juillet. Elle a mis en avant deux réserves notables, au premier rang desquels un impact sur l'environnement et le milieu naturel. En guise de réponse, le groupe Dassault avait alors précisé que "les contraintes de production nécessitent de réserver une zone foncière de 6 ha pour construire un bâtiment de grande envergure capable d’accueillir des avions Falcon et de produire ceux-ci à des cadences élevées, ainsi qu’un taxiway à proximité pour manœuvrer les avions et les acheminer jusqu’à l’accès aéroport (...) il n’a pas été possible d’éviter la destruction de zones humides et localiser le projet autrement, mais l’ensemble des zones humides détruites seront compensées sur le terrain de Sabatey".

Le deuxième souci, plus local, concerne la question des transports et des dessertes d'un Aéroparc (au sein duquel le projet TARMAC est toujours sur les rails) très congestionné, notamment aux heures de pointe. Interrogé sur ce point, le maire de Mérignac, Alain Anziani, a précisé que le prolongement du tramway vers l'aéroport (prévu pour 2022) devrait faire une partie du travail et que la mise en place d'un bus entre l'aéroport et Thalès pourrait elle aussi contribuer à résoudre le problème, de même que la construction de nouveaux hangars à vélos près des stations de tramway ou le déploiement d'un nouveau réseau de trotinettes électriques. Quant aux efforts des entreprises, le fameux "Plan de Déplacement des Entreprises", bien qu'actif, "n'est pas à l'ambition nécessaire" pour l'élu, qui dit "ne pas franchement croire au co-voiturage en ville". Pour ce qui est de la liaison avec le site de Dassault à Martignas, un projet de bus partant de Martignas vers Mérignac pourrait être acté avant la fin de l'année par la métropole.

"Un cycle long"

Dans un discours que l'on pourrait qualifier d'enflammé, du moins pour l'industrie française, Eric Trappier a souligné "le rôle essentiel de l'industrie pour un pays dans la création de valeur et dans la défense de l'emploi. Sans industrie forte, il n'y a pas de croissance durable, pas de maîtrise des technologies essentielles à notre prospérité économique, à nos exportations et à nos emplois", a-t-il rappelé tout en se félicitant du récent lancement du programme SCAF (Système de Combat Aérien du Futur) en février dernier et issu de longues discussions entre la France et l'Allemagne. "Nous sommes une industrie à cycle long, il était urgent de donner cette impulsion qui doit nous permettre de préparer l'avenir dans le domaine de l'aviation de combat et qui se traduira naturellement par la poursuite du développement de nos compétences ainsi que par un partage d'activités entre la France et l'Allemagne". Pour Alain Anziani, le maintien de Dassault sur Mérignac et la "création d'emplois qu'elle amène est une chance pour le territoire". Gageons qu'il saura leur indiquer la route sans trop de bouchons à la sortie. Les travaux doivent s'achever fin 2020, avant une mise en service du bâtiment en janvier 2021. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
6768
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !