Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Adam, les secrets d'une PMI qui dure

06/01/2015 | La société Adam, créée en 1880, est aujourd'hui le premier fabricant français de packaging bois, essentiellement pour des maisons de vins et spiritueux

L'entreprise Adam compte 45 employés et existe depuis 1880

Le 11 décembre dernier, l'entreprise Adam, fabricant de packaging bois pour des sociétés de vins et spiritueux, a reçu le prix Etienne Marcel. Il récompense chaque année une entreprise pour sa "performance économique et son engagement sociétal". Adam, fondée en 1880, est aujourd'hui le premier fabricant français de packaging bois. Fort de ses 7,3 millions d'euros de Chiffre d'affaire en 2013, l'établissement a entamé une renaissance depuis 2009. Son patron, Jean-Charles Rinn, nous dévoile les secrets et les défis d'un business local qui dure depuis 135 ans.

"Remettre le client au coeur du dispositif", c'est l'un des objectifs de Jean-Charles Rinn depuis qu'il a repris Adam en 2009. La société, qui fabrique le packaging essentiellement pour des entreprises de vins et spiritueux, a un long passé derrière elle, puisqu'elle existe depui 1880. Le 11 décembre dernier, cette PMI de 45 salariés basée en Gironde et dans la Marne (Reims) a été récompensée par le prix de l'association Etienne Marcel. Décerné depuis 2011, le prix souligne les idées novatrices et l'engagement sociétal des entreprises régionales. "C'est un prix décerné à tous les salariés, et pas uniquement à son dirigeant", souligne Jean-Charles Rinn. Le prix a été remis le 10 décembre dans les salons du Sénat. Plus qu'un titre honorifique, c'est un encouragement pour cette société au passé mouvementé. 

Une reprise mouvementéeEn Durant les années 2000, la société se voit contrainte de délocaliser environ 20% de sa production en raison d'un coût de fabrication moins élevé. Mais en 2009, lorsqu'il rachète la société après 13 ans passés dans l'entreprise, Jean-Charles Rinn, ingénieur et ancien de LVMH, est convaincu que pour durer, Adam doit renforcer son savoir-faire local. "En 2009, on perdait de l'argent depuis déjà 3-4 ans, mon associé ne voyait pas d'avenir à notre activité industrielle en France. Convaincus que notre savoir-faire pourrait nous permettre de repartir sur une dynamique plus positive, nous avons stoppé tout recours à la sous-traitance asiatique", déclare-t-il. Pour revivre et recommencer à engranger des bénéfices, Adam a du se battre. "On a voulu monter en gamme, attirer un marché de niche. On a voté pour avoir une transparence financière absolue : chaque profit est remis dans le réseau de l'entreprise, dans l'équipement, dans le recrutement". L'entreprise a aussi travaillé sur la question des conditions de travail de ses salariés avec une cartographie des métiers réalisée par un consultant, qui a permis de décrire, au moyen d'entretiens individuels ou collectifs avec les salariés, les passerelles d'évolution de chacun des métiers. 

Des responsabilités locales et environnementalesAdam a aussi veillé à prendre des responsabilités locales : les deux tiers de sa matière première, le bois, provient de la région Aquitaine (notamment la ressource du Pin des Landes) quand, chez la concurrence, "90% des matières premières nécessaires pour fabriquer les caisses à vin proviennent d'espagne ou du portugal", affirme le dirigeant. L'environnement a également été l'une des préoccupations majeures : le dépôt d'une marque INPI, une tracabilité accrue sur l'origine des produits fabriqués, une certificiation PECF pour comptabiliser l'empreinte carbone de l'exploitation forestière jusqu'à la livraison chez le client...

De multiples efforts qui, apparemment, on payé : en 2013, la production annuelle était supérieure à 1,5 millions d'unités. "Entre 2009 et 2010, on a gagné 20 points de production directe. On a réussi à dégager 100 000 euros là où on ne gagnait rien depuis 5 ans. On a réussi à développer un modèle social plus élaboré. Même si cela coûte plus cher, on sait faire preuve d'innovation. Cette innovation, elle ne passe pas uniquement par la technologie. Ce modèle est avant tout collectif, sociétal. Notre force, c'est notre réactivité, les contraintes que nous avons et dont nous devons profiter. Chez nous, il n'y a pas d'ambition de croissance, juste d'arriver à vivre correctement en respectant ce qu'il y a autour de nous. On veut juste arriver à assumer nos ambitions à notre taille". 

L'avenir par l'engagementAujourd'hui, Adam fait partie du label bpifrance Excellence, en raison de ses capacités d'innovation : en effet, chaque année, environ 20% de la production est constituée de nouveaux produits. Elle a aussi adhéré à la charte responsable "generations 3d" (pour destination développement durable) et à l'évaluation AFAQ 26 000, qui mesure la contribution de l'entreprise au développement durable. Elle devrait produire un rapport dans les prochaines semaines et délivrer une note en guise de perspective entre 2015 et 2016. "Nous avons réussi à redonner confiance à nos clients et nos fournisseurs. Nous sommes maintenant dans une deuxième étape ou il va falloir ancrer cette entreprise de tradition dans le XXIème siècle", souligne Jean-Charles Rinn.  Adam cherche maintenant à créer un modèle d'alternance, en intégrant notamment des jeunes en formation. "Tous ces facteurs nous aident à imprimer notre marque de fabrique à travers l'image que l'on diffuse. Le fait d'être plus respectables dans ce qu'on fait, ça permet aussi de nous protéger".

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : Adam

Partager sur Facebook
Vu par vous
5021
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !