aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

25/03/17 : Charente-Maritme : lors de la session de printemps le 24 mars, les élus du Département ont adopté une motion à l'intention de la Région, concernant leurs inquiétudes vis-à-vis du transfert de la gestion des transports et du sort des salariés.

24/03/17 : La Rochelle : "victime" du succès de son équipe en tête du Top 14 : le stade Marcel-Deflandre affiche complet sur tous ses matchs jusqu'à la fin de saison. Le Stade Rochelais prévoit d'ouvrir 1000 places de plus pour la saison prochaine, dès avril.

24/03/17 : Après avoir été reçu par le maire d'Anglet Claude Olive à l'Espace de l'Océan pour parler tourisme, François Fillon tiendra une réunion publique ce soir à 18h30, halle Iraty à Biarritz. Demain samedi, il passera la journée au Pays basque intérieur.

21/03/17 : Promotion remarquée pour le marmandais Matthias Fekl qui succède à Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur poussé à la démission par F.Hollande et B.Cazeneuve à la suite des révélations sur l'emploi de ses filles à l'assemblée entre 2009 et 2016

21/03/17 : Décès d'H.Emmanuelli."La France perd aujourd’hui un grand homme, le Lot-et-Garonne un voisin bienveillant sur lequel il pouvait compter, les élus et militants socialistes un camarade et un ami." Jacques Bilirit, vice-psdt du CD47.

21/03/17 : Vive émotion ce matin au Conseil départemental des Landes où vient d'être annoncée la mort de son président et ancien ministre Henri Emmanuelli.

20/03/17 : Le vélo-tourisme de Charente-Maritime a reçu 3 récompenses au salon Destination Nature ce week-end à Paris : la VélOdyssée et la route du Canal des 2 Mers pour les trophées "Itinéraires" et le 1erPrix "Destination Vélo" pour l'ensemble du département

15/03/17 : La Rochelle va accueillir la 1ère étape de l’#intercoTOUR, tour de France des villes interconnectées, le 23 mars au Musée maritime, de 9h à 18h. Elus, experts et public échangeront sur la modalités et avantages de l’Opendata pour les territoires.

14/03/17 : Quoi de neuf en 2017 pour transmettre son exploitation agricole ? La Chambre d’agriculture47 organise la 13ème journée de la transmission dans le cadre de la 15aine de la transmission en Nouvelle Aquitaine lundi 20 mars à 15h dans ses locaux à Agen.

12/03/17 : Saint-Jean-Pied-de-Port, étape basque incontournable du Chemin de Saint-Jacques de Compostelle, capitale de la Basse Navarre, aux 55 000 touristes/l'an, a été désigné 154e Village plus beau de France. A voir, sa citadelle dessinée par Vauban.

10/03/17 : L'aéroport de Bergerac Dordogne Périgord a enregistré 305 323 passagers en 2016, soit une progression de 8,48 % par rapport à 2015. L'infrastructure figure désormais à la 27e place des aéroports les plus fréquentés en France, gagnant deux places.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/03/17 | Ford: deux groupes de travail

    Lire

    Le comité de suivi du site Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort réuni en préfecture en présence de la direction, des représentants du personnel et des collectivités a fait un point d’étape sur la situation et décidé la création de 2 groupes de travail l'un visant à rechercher des pistes d’améliorations de la compétitivité du site en vue de l’obtention de nouveaux produits, l'autre à aborder la diversification de l’usine vers l’électrification des véhicules. Les activités d'entreprises implantées dans la région et spécialisées dans ce domaine ont été présentées à Ford Europe.

  • 21/03/17 | Le premier ministre salue une rénovation urbaine à Pau

    Lire

    Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a été accueilli lundi à Pau pour accompagner le lancement d'un important projet de rénovation urbaine. Celui-ci concerne le quartier populaire de Saragosse où 127 millions d'euros vont être investis sur 8 ans, dont 39 millions accordés par l'Etat. 1448 logements seront requalifiés et 1468 résidentialisés. 258 logements étant créés ainsi que 78 logements sociaux. Bernard Cazeneuve a également salué le dynanisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, labellisée I-Site pour ses spécialités dans l'énergie et l'environnement.

  • 19/03/17 | La Rochelle : début de chantier pour un futur centre de performance sportif

    Lire

    La Rochelle aura bientôt un centre de performance sportif pour son équipe de rugby, le Stade Rochelais. A la fois lieu de formation, d’entraînement, de vie du club et pôle santé, il accueillera d’autres sports comme le Pole France Voile ou le rugby fauteuil. La première pierre a été posée le 18 mars, en présence du secrétaire d’Etat aux sport Thierry Braillard.Les joueurs ont signé à cette occasion un partenariat avec la préfecture pour mener des actions de prévention routière auprès des jeunes.

  • 18/03/17 | Week-end musées Télérama en Dordogne

    Lire

    Les 18 et 19 mars, le site-musée Vesunna et le Musée d’art et d’archéologie du Périgord à Périgueux participent à l'opération « Week-end musées Télérama ».Au Musée d’art et d’archéologie du Périgord : accès aux collections et à l'exposition temporaire d'Anne Slacik "L'eau et les rêves", jeux de piste, jeux de société. A Vesunna, accès au site et à 15 h, dernières visites commentées de l’exposition" Ils sont Food ces Romains!" avant démontage. Entrée libre pour 4 personnes sur présentation du « pass » présent dans « Télérama » des 8 et 15 mars.

  • 16/03/17 | 20 000 € pour le gagnant du premier Hackathon de La Rochelle

    Lire

    La Ville de La Rochelle organise son premier Hackathon du 21 au 23 mars au Musée maritime. Il réunira une soixantaine de participants individuels, développeurs, universitaires et entreprises. Ils auront 48 heures pour créer une application informatique de représentation graphique et cartographique des informations de l’Open Data de la Ville. Le lauréat recevra 20 000 euros pour transformer le prototype en application opérationnelle. Il sera accompagné jusqu’à la réalisation finale du projet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Aérocampus et Airbus Hélicopters Training Services: un partenariat qui décolle

23/09/2016 | Le développement d'Aérocampus passe par des partenariats établis avec les acteurs de l'aéronautique. Focus sur sa relation "gagnant-gagnant" avec Airbus Helicopters Training Services.

Tristan Serretta, DG Airbus Helicopters Training Services et Jean-Jacques Chenelat, Directeur de la formation AHTS, basé sur le site d'Aérocampus

Certes, il n'a pas d'hélice, et on se doute qu'il a quelques heures de vol au compteur, mais ce Super Puma d'Airbus Helicopter a tout de même fière allure. « Celui-là date de 1983, pèse 9 tonnes et a la capacité d'accueillir 19 passagers. Il a été ramené d'Australie », commente Tristan Serretta, le Directeur général d'Airbus Helicopters Training Services (AHTS), regardant l'appareil à vocation civile, avec un brin d'admiration. Posé pour sa retraite sur le site de l'Aérocampus à Latresne, l'aéronef est une des concrétisations du partenariat lié entre Aérocampus et AHTS. Initié il y a maintenant 2 ans, l'engagement des deux partenaires ne cesse de se développer autour de la formation aéronautique, et semble promis à un bel avenir. Tristan Serretta lors de sa venue à Latresne à l'occasion de l'assemblée générale d'Aérocampus nous en a expliqué les enjeux.

AHTS est une filiale d'Airbus Hélicopters dédiée au service de formations. Comptant quelques 85 instructeurs, 140 collaborateurs, pour 2500 stagiaires formés par an, et un chiffre d'affaires d'environ 30 M€, la société de formation a son siège à Marignane, où opère la totalité de ses équipes, à l'exception de deux collaborateurs détachés sur le site de Latresne. Une présence girondine issue du partenariat entre Aérocampus et AHTS.
Mais AHTS étant elle même un centre de formation, pourquoi alors un tel partenariat ? Une première raison avancée par le Directeur général, est très matérielle : le site de Marignane n'est pas extensible, alors venir ici, en Gironde, c'est aussi tout simplement gagner en capacité de formation...

Le développement d'un Pôle HélicoptèresMais c'est aussi, bien sûr,  l'expression d'une volonté stratégique. « Les formations dispensées par AHTS au départ se concentraient sur la qualification de type, c'est à dire que lorsque vous achetez un hélico, on vous vend l'adaptation du permis de conduire à la machine , et à son entretien. Ce sont des formations qui durent entre 3 et 6 semaines. Le problème c'est que les technologies, même si elles deviennent simples à utiliser, évoluent en complexité et demande des bases éducatives aéronautiques solides. » Des bases éducatives qui commencent à devenir difficile à atteindre en Europe, et qui le sont d'autant plus dans les pays émergents qui sont le marché principal d'Airbus Helicopters, parce qu'ils commencent à se doter de flotte d'hélicoptères. « Ils ont besoin de soutien sur ces aspects-là, et nous sollicitent depuis des années. Or, clairement, AHTS n'est pas outillé aujourd'hui pour répondre à ce type de demandes sur de la formation ab initio. Donc, plutôt que de faire mal quelque chose que d'autres font bien, on a préféré se mettre en partenariat avec Aérocampus Aquitaine, dont c'est le métier, quitte bien sûr à aider notre partenaire. Avec Aérocampus Aquitaine, on souhaite développer ce type d'activité main dans la main» prend le temps d'expliquer Tristan Serratta, avant d'ajouter « il y a des prospects, on a clairement des contrats en vue à déployer ici à Latresne».
Au total l'arrivée d'AHTS à Latresne, comme aime à le souligner Jérôme Verschave, le Directeur du site, c'est ni plus ni moins que la création et le développement d'un Pôle Helicoptères au sein de l'Aérocampus, permettant d'assurer toute la chaîne des formations autour de ces appareils avec les certifications réglementaires dont peut se prévaloir AHTS.

"Ouvrir le champ des possibles pour AHTS"Concrètement, l'activité de la petite équipe AHTS à Latresne, qui s'est véritablement lancée en 2016, consiste d'une part en des cours de qualification de type, géré d'ici par Jean-Jacques Chenelat avec des moyens assez importants, dont 3 maquettes d'hélicoptère (taille réelle). « Trois appareils qui, dans le cadre du partenariat, sont aussi à disposition d'Aérocampus pour faire de la formation ab initio ou des travaux de maintenance élémentaire pour des bacs pro (riftage, peinture, etc) », précise Tristan Serretta.
Le deuxième collaborateur AHTS sur place est « un instructeur qui travaille sur les matériaux composites, (c'est à dire fibre de verre, fibre de carbone). C'est un métier qui demande des compétences très spécifiques, d'autant que ces matériaux envahissent le monde de l'aéronautique. Il faut donc pouvoir instruire les gens dessus et aujourd'hui, ce n'est pas un sport de masse. Les instructeurs comme ça sont assez recherchés. On a mis notre meilleur instructeur ici à temps plein pour les 12 prochains mois qui s'annoncent déjà chargés pour lui. »
Sur les douze derniers mois c'est une centaine de personnes qui est passée par l'Aérocampus pour profiter des formations d'AHTS sur ces deux activités.
Mais avoir cette antenne à Aérocampus, c'est encore un autre avantage pour Tristan Serretta : « ça nous permet d'avoir un angle de vue différent sur les choses, et de rencontrer des acteurs du monde de l'aéronautique et du spatial dans un autre contexte. La proximité du cluster et l'apport de visibilité sur les activités telles que les drones ou la formation navale, ça peut nous permettre d'enrichir notre approche et d'envisager du business développement ou alors de l'ingénierie sur d'autres axes ou activités sur lesquels on est concentré d'habitude. Ça nous permet d'ouvrir notre champ des possibles. »

Le Super Puma mis à disposition par Airbus Helicopter sur le site d'Aérocampus

La piste d'une nouvelle activité droneUn champ des possibles en effet exploré, d'ores et déjà, par AHTS, qui présentera lors du Salon ADS les 28 et 29 septembre prochains, un outil de formation virtuelle, conçu et réalisé avec Telespazio, société commune à Thalès et Leonardo (ex-Finmecanica), spécialisé dans le traitement de la donnée spatiale, elle aussi présente sur l'Aérocampus. Dans ce contexte, Aérocampus a servi de « terrain idéal » pour la réalisation de ce projet s'enthousiasme le patron d'AHTS. Aérocampus en effet été à la fois « le terrain neutre » et « le regard bienveillant » qui a permis à ces sociétés « de déployer du consensus, sans se retrouver en face l'un de l'autre, mais plutôt en se positionnant à côté l'un de l'autre pour arriver à un objectif, même si c'est un objectif commercial. C'est peu tangible, mais c'est pourtant très réél », insiste-t-il. Aérocampus, un espace d'apaisement loin des affres de la concurrence, en quelque sorte...
Autre champ des possibles, ardemment explorés par AHTS à Aérocampus : les drones. Et pour cause, durant 6 mois de l'année 2016, un stagiaire de l'ENSAM Bordeaux, en master spécialisé sur l'aéronautique a travaillé pour eux, sur la veille réglementaire drones au sein du cluster Aérocampus, ainsi que sur « la possibilité d'AHTS de se positionner, tant sur le plan de la qualification de type sur les appareils, que sur le plan de la formation initiale », ce qui serait donc une nouveauté pour la structure. Une condition avant de se lancer: « que l'assise réglementaire, actuellement en cours d'élaboration soit consolidée ». Une affaire de 12 mois maximum estime-t-il. Une nouvelle activité donc pour AHTC « qui se développera un jour, et probablement à Aérocampus ».

Un développement accéléré de la collaborationAu total, la relation tissée entre Aérocampus Aquitaine et AHTC, est sur de bon rail. Ce que confirme sans hésitation Tristan Serretta : « On est content de ce partenariat; à mon avis ce n'est qu'un début, il faut qu'on voit comment en tirer un bénéfice mutuel encore plus grand. Non seulement on va rester et on compte renforcer notre présence, mais il faut également qu'on discute de nouvelles opportunités de développement en marge de ce qu'on fait déjà. Aérocampus nous propose flexibilité et forum de rencontres, nous voulons en tirer bénéfice tout en proposant à Aérocampus de commencer à faire du chiffre d'affaires, c'est à dire à compter sur notre développement pour contribuer financièrement au développement de l'entité Aérocampus. On a des idées... Les 12 prochains mois vont être je pense structurantes pour un développement accéléré de notre collaboration. » Des projets que le Directeur général d'Airbus Helicopters Training Services n'a pas voulu développer davantage, mais qui sont sans aucun doute, source de satisfaction pour l'équipe d'Aérocampus.

Logo Airbus Helicopters sur l'hélicoptère de type Ecureuil mis à disposition sur le site Aérocampus

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5262
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !