Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

14/02/19 : Virginie Calmels a fait part de son retrait de la vie politique lors d'une réunion de la majorité municipale bordelaise ce jeudi 14 évrier et devrait renoncer à son mandat municipal concomitamment avec Alain Juppé début mars.

13/02/19 : Les artistes Benjamin Biolay et Melvil Poupaud se retrouvent sur la scène du théâtre Ducourneau d'Agen, vendredi 15 février à 20 h 30 pour présenter leur Songbook idéal.

13/02/19 : Contre la Réforme des lycées, les établissements de la Rive Droite se mobilisent, le jeudi 14 février, à 17h30. Depuis le lycée Elie Faure, direction les Iris puis le lycée Mauriac pour un rassemblement place Stalingrad.

13/02/19 : Le jeudi 21 février, O2 Radio organise une émission spéciale "Grand Débat National" en direct de 19h à 21h sur 91.3FM ou Facebook. L'émission s'articulera autour de trois thèmes : Fiscalité et dépenses publiques, Institutions et Transition écologique.

13/02/19 : A cause des manifestations le samedi, l'Opéra National de Bordeaux modifie l'accueil de la compagnie de danse « Nederlands Dans Theater ». Ainsi, la représentation initialement programmée le samedi 23 fév. 20 h est avancée au mercredi 20 fév 20 h.

12/02/19 : Le maire de Poitiers, Alain Claeys accueillera le 12 février à 18h15 les étudiants européens du programme Erasmus. Ils seront reçus à l'hôtel de ville, dans le cadre de leur séjour dont le thème est "Migration in Europe".

12/02/19 : La rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4 pour travaux de maintenance et entretien dans les nuits du 13 au 14 février de 21h à 6h et du 14 au 15 février de 21h à 6h.

12/02/19 : Le collectif "Ensemble pour le climat La Rochelle" organise une nouvelle après-midi de sensibilisation sur le thème de la citoyenneté et du vivre ensemble le dimanche 17 février. Le rdv est donné à 14h30 à la plage de la concurrence pour une marche.

11/02/19 : "France-Maghreb : renforcer l'économie sociale et solidaire, élus et entrepreneurs unis", tel est le thème de la 16° convention « Europe-Afrique du Nord » qui aura lieu les 15 et 16 février Halle des Douves à Bordeaux. www.france-northafrica.com

07/02/19 : Pierre Camani (psdt du 47) à propos de sa rencontre ce jour, avec Jun Kuroda, cadre dirigeant de Taisho, repreneur d’UPSA : " Taisho veut véritablement investir dans l’entreprise agenaise en diversifiant et développant ses activités commerciales."

07/02/19 : Le chef Philippe Etchebest va ouvrir d'ici la fin de l'année 2019 un nouveau restaurant à Bordeaux dans le quartier des Chartrons. Comme au Quatrième Mur, la carte sera divisée en deux : une cuisine "populaire" et une plus haut-de-gamme.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/02/19 | Landes : le Département refuse la carte scolaire

    Lire

    Le Comité Départemental de l'Éducation Nationale (CDEN) se tenait le 15 février à la Préfecture des Landes. Malgré les résultats positifs du partenariat entre la Région et le CDEN pour les transports, le Conseil départemental des Landes refuse de mettre en place la carte scolaire. Xavier Fortinon a dénoncé l'évolution de cette dernière, qui "fragilise l'équilibre du territoire". Le Président du Conseil départemental maintient toutefois la gratuité des transports scolaires.

  • 16/02/19 | La mort de Gérard Vandenbroucke

    Lire

    Réaction d'Alain Rousset après la mort de Gérard Vandenbroucke, 1° vice-président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine : « De maire à président du Conseil régional du Limousin et de Limoges Métropole, il a offert sa vie à l'action publique et aux services des autres. À mes côtés, il fut un homme digne, amoureux de son territoire qu'il défendait avec conviction et passion. Je retiens aussi qu'il aimait rire, sourire et réfléchir. Preuve en est avec son salon du dessin de presse et d'humour à Saint-Just Le Martel dont il était si fier. Courageux, chaleureux, accessible, ardent défenseur de la liberté de la presse, tel était Gérard.»

  • 16/02/19 | Gilets Jaunes : la Région intervient

    Lire

    Un geste financier pour les commerçants. Dans un communiqué du 15 février, la Région annonce avoir débloqué une enveloppe de 2 millions d'euros à destinations des commerçants et artisans victime du mouvement des Gilets Jaunes. Le montant de l'aide sera compris entre 2.000 et 10.000 euros. D'après le Conseil régional, "les entreprises éligibles à ce soutien exceptionnel devront avoir constaté une baisse de leur exploitation d'au moins 30% par rapport aux années précédentes".

  • 15/02/19 | Royan : imaginez la plage du futur !

    Lire

    La Communauté d'Agglomération Royan Atlantique (CARA) organise un concours d'artistes amateurs. Ce dernier a pour thème "ma plage en 2040" et s'inscrit dans le cadre du plan plage territorial de l'agglomération. Toutes les formes d'art sont acceptées, du dessin à la sculpture en passant par la vidéo. La CARA souhaite prendre en compte la vision des citoyens dans sa politique d'aménagement du territoire. Les candidatures d'artistes sont à envoyer pour le 3 mai au siège de la collectivité.

  • 15/02/19 | Rénovation de la Cité administrative d'Agen

    Lire

    Le plan de rénovation énergétique des bâtiments de 2018 prévoit la rénovation des cités administratives à l’échelle nationale pour 1 milliard d’euros sur 5 ans. Les objectifs prioritaires de cette rénovation sont l’amélioration de la performance énergétique et la réduction des dépenses de fonctionnement. Le dossier de la Cité administrative de Lot-et-Garonne a donc obtenu la labellisation lors de la Conférence nationale de l’immobilier de l’État qui s'est tenue le 6 décembre dernier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Aérocampus et Airbus Hélicopters Training Services: un partenariat qui décolle

23/09/2016 | Le développement d'Aérocampus passe par des partenariats établis avec les acteurs de l'aéronautique. Focus sur sa relation "gagnant-gagnant" avec Airbus Helicopters Training Services.

Tristan Serretta, DG Airbus Helicopters Training Services et Jean-Jacques Chenelat, Directeur de la formation AHTS, basé sur le site d'Aérocampus

Certes, il n'a pas d'hélice, et on se doute qu'il a quelques heures de vol au compteur, mais ce Super Puma d'Airbus Helicopter a tout de même fière allure. « Celui-là date de 1983, pèse 9 tonnes et a la capacité d'accueillir 19 passagers. Il a été ramené d'Australie », commente Tristan Serretta, le Directeur général d'Airbus Helicopters Training Services (AHTS), regardant l'appareil à vocation civile, avec un brin d'admiration. Posé pour sa retraite sur le site de l'Aérocampus à Latresne, l'aéronef est une des concrétisations du partenariat lié entre Aérocampus et AHTS. Initié il y a maintenant 2 ans, l'engagement des deux partenaires ne cesse de se développer autour de la formation aéronautique, et semble promis à un bel avenir. Tristan Serretta lors de sa venue à Latresne à l'occasion de l'assemblée générale d'Aérocampus nous en a expliqué les enjeux.

AHTS est une filiale d'Airbus Hélicopters dédiée au service de formations. Comptant quelques 85 instructeurs, 140 collaborateurs, pour 2500 stagiaires formés par an, et un chiffre d'affaires d'environ 30 M€, la société de formation a son siège à Marignane, où opère la totalité de ses équipes, à l'exception de deux collaborateurs détachés sur le site de Latresne. Une présence girondine issue du partenariat entre Aérocampus et AHTS.
Mais AHTS étant elle même un centre de formation, pourquoi alors un tel partenariat ? Une première raison avancée par le Directeur général, est très matérielle : le site de Marignane n'est pas extensible, alors venir ici, en Gironde, c'est aussi tout simplement gagner en capacité de formation...

Le développement d'un Pôle HélicoptèresMais c'est aussi, bien sûr,  l'expression d'une volonté stratégique. « Les formations dispensées par AHTS au départ se concentraient sur la qualification de type, c'est à dire que lorsque vous achetez un hélico, on vous vend l'adaptation du permis de conduire à la machine , et à son entretien. Ce sont des formations qui durent entre 3 et 6 semaines. Le problème c'est que les technologies, même si elles deviennent simples à utiliser, évoluent en complexité et demande des bases éducatives aéronautiques solides. » Des bases éducatives qui commencent à devenir difficile à atteindre en Europe, et qui le sont d'autant plus dans les pays émergents qui sont le marché principal d'Airbus Helicopters, parce qu'ils commencent à se doter de flotte d'hélicoptères. « Ils ont besoin de soutien sur ces aspects-là, et nous sollicitent depuis des années. Or, clairement, AHTS n'est pas outillé aujourd'hui pour répondre à ce type de demandes sur de la formation ab initio. Donc, plutôt que de faire mal quelque chose que d'autres font bien, on a préféré se mettre en partenariat avec Aérocampus Aquitaine, dont c'est le métier, quitte bien sûr à aider notre partenaire. Avec Aérocampus Aquitaine, on souhaite développer ce type d'activité main dans la main» prend le temps d'expliquer Tristan Serratta, avant d'ajouter « il y a des prospects, on a clairement des contrats en vue à déployer ici à Latresne».
Au total l'arrivée d'AHTS à Latresne, comme aime à le souligner Jérôme Verschave, le Directeur du site, c'est ni plus ni moins que la création et le développement d'un Pôle Helicoptères au sein de l'Aérocampus, permettant d'assurer toute la chaîne des formations autour de ces appareils avec les certifications réglementaires dont peut se prévaloir AHTS.

"Ouvrir le champ des possibles pour AHTS"Concrètement, l'activité de la petite équipe AHTS à Latresne, qui s'est véritablement lancée en 2016, consiste d'une part en des cours de qualification de type, géré d'ici par Jean-Jacques Chenelat avec des moyens assez importants, dont 3 maquettes d'hélicoptère (taille réelle). « Trois appareils qui, dans le cadre du partenariat, sont aussi à disposition d'Aérocampus pour faire de la formation ab initio ou des travaux de maintenance élémentaire pour des bacs pro (riftage, peinture, etc) », précise Tristan Serretta.
Le deuxième collaborateur AHTS sur place est « un instructeur qui travaille sur les matériaux composites, (c'est à dire fibre de verre, fibre de carbone). C'est un métier qui demande des compétences très spécifiques, d'autant que ces matériaux envahissent le monde de l'aéronautique. Il faut donc pouvoir instruire les gens dessus et aujourd'hui, ce n'est pas un sport de masse. Les instructeurs comme ça sont assez recherchés. On a mis notre meilleur instructeur ici à temps plein pour les 12 prochains mois qui s'annoncent déjà chargés pour lui. »
Sur les douze derniers mois c'est une centaine de personnes qui est passée par l'Aérocampus pour profiter des formations d'AHTS sur ces deux activités.
Mais avoir cette antenne à Aérocampus, c'est encore un autre avantage pour Tristan Serretta : « ça nous permet d'avoir un angle de vue différent sur les choses, et de rencontrer des acteurs du monde de l'aéronautique et du spatial dans un autre contexte. La proximité du cluster et l'apport de visibilité sur les activités telles que les drones ou la formation navale, ça peut nous permettre d'enrichir notre approche et d'envisager du business développement ou alors de l'ingénierie sur d'autres axes ou activités sur lesquels on est concentré d'habitude. Ça nous permet d'ouvrir notre champ des possibles. »

Le Super Puma mis à disposition par Airbus Helicopter sur le site d'Aérocampus

La piste d'une nouvelle activité droneUn champ des possibles en effet exploré, d'ores et déjà, par AHTS, qui présentera lors du Salon ADS les 28 et 29 septembre prochains, un outil de formation virtuelle, conçu et réalisé avec Telespazio, société commune à Thalès et Leonardo (ex-Finmecanica), spécialisé dans le traitement de la donnée spatiale, elle aussi présente sur l'Aérocampus. Dans ce contexte, Aérocampus a servi de « terrain idéal » pour la réalisation de ce projet s'enthousiasme le patron d'AHTS. Aérocampus en effet été à la fois « le terrain neutre » et « le regard bienveillant » qui a permis à ces sociétés « de déployer du consensus, sans se retrouver en face l'un de l'autre, mais plutôt en se positionnant à côté l'un de l'autre pour arriver à un objectif, même si c'est un objectif commercial. C'est peu tangible, mais c'est pourtant très réél », insiste-t-il. Aérocampus, un espace d'apaisement loin des affres de la concurrence, en quelque sorte...
Autre champ des possibles, ardemment explorés par AHTS à Aérocampus : les drones. Et pour cause, durant 6 mois de l'année 2016, un stagiaire de l'ENSAM Bordeaux, en master spécialisé sur l'aéronautique a travaillé pour eux, sur la veille réglementaire drones au sein du cluster Aérocampus, ainsi que sur « la possibilité d'AHTS de se positionner, tant sur le plan de la qualification de type sur les appareils, que sur le plan de la formation initiale », ce qui serait donc une nouveauté pour la structure. Une condition avant de se lancer: « que l'assise réglementaire, actuellement en cours d'élaboration soit consolidée ». Une affaire de 12 mois maximum estime-t-il. Une nouvelle activité donc pour AHTC « qui se développera un jour, et probablement à Aérocampus ».

Un développement accéléré de la collaborationAu total, la relation tissée entre Aérocampus Aquitaine et AHTC, est sur de bon rail. Ce que confirme sans hésitation Tristan Serretta : « On est content de ce partenariat; à mon avis ce n'est qu'un début, il faut qu'on voit comment en tirer un bénéfice mutuel encore plus grand. Non seulement on va rester et on compte renforcer notre présence, mais il faut également qu'on discute de nouvelles opportunités de développement en marge de ce qu'on fait déjà. Aérocampus nous propose flexibilité et forum de rencontres, nous voulons en tirer bénéfice tout en proposant à Aérocampus de commencer à faire du chiffre d'affaires, c'est à dire à compter sur notre développement pour contribuer financièrement au développement de l'entité Aérocampus. On a des idées... Les 12 prochains mois vont être je pense structurantes pour un développement accéléré de notre collaboration. » Des projets que le Directeur général d'Airbus Helicopters Training Services n'a pas voulu développer davantage, mais qui sont sans aucun doute, source de satisfaction pour l'équipe d'Aérocampus.

Logo Airbus Helicopters sur l'hélicoptère de type Ecureuil mis à disposition sur le site Aérocampus

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7745
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !