aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Aérocampus et Airbus Hélicopters Training Services: un partenariat qui décolle

23/09/2016 | Le développement d'Aérocampus passe par des partenariats établis avec les acteurs de l'aéronautique. Focus sur sa relation "gagnant-gagnant" avec Airbus Helicopters Training Services.

Tristan Serretta, DG Airbus Helicopters Training Services et Jean-Jacques Chenelat, Directeur de la formation AHTS, basé sur le site d'Aérocampus

Certes, il n'a pas d'hélice, et on se doute qu'il a quelques heures de vol au compteur, mais ce Super Puma d'Airbus Helicopter a tout de même fière allure. « Celui-là date de 1983, pèse 9 tonnes et a la capacité d'accueillir 19 passagers. Il a été ramené d'Australie », commente Tristan Serretta, le Directeur général d'Airbus Helicopters Training Services (AHTS), regardant l'appareil à vocation civile, avec un brin d'admiration. Posé pour sa retraite sur le site de l'Aérocampus à Latresne, l'aéronef est une des concrétisations du partenariat lié entre Aérocampus et AHTS. Initié il y a maintenant 2 ans, l'engagement des deux partenaires ne cesse de se développer autour de la formation aéronautique, et semble promis à un bel avenir. Tristan Serretta lors de sa venue à Latresne à l'occasion de l'assemblée générale d'Aérocampus nous en a expliqué les enjeux.

AHTS est une filiale d'Airbus Hélicopters dédiée au service de formations. Comptant quelques 85 instructeurs, 140 collaborateurs, pour 2500 stagiaires formés par an, et un chiffre d'affaires d'environ 30 M€, la société de formation a son siège à Marignane, où opère la totalité de ses équipes, à l'exception de deux collaborateurs détachés sur le site de Latresne. Une présence girondine issue du partenariat entre Aérocampus et AHTS.
Mais AHTS étant elle même un centre de formation, pourquoi alors un tel partenariat ? Une première raison avancée par le Directeur général, est très matérielle : le site de Marignane n'est pas extensible, alors venir ici, en Gironde, c'est aussi tout simplement gagner en capacité de formation...

Le développement d'un Pôle HélicoptèresMais c'est aussi, bien sûr,  l'expression d'une volonté stratégique. « Les formations dispensées par AHTS au départ se concentraient sur la qualification de type, c'est à dire que lorsque vous achetez un hélico, on vous vend l'adaptation du permis de conduire à la machine , et à son entretien. Ce sont des formations qui durent entre 3 et 6 semaines. Le problème c'est que les technologies, même si elles deviennent simples à utiliser, évoluent en complexité et demande des bases éducatives aéronautiques solides. » Des bases éducatives qui commencent à devenir difficile à atteindre en Europe, et qui le sont d'autant plus dans les pays émergents qui sont le marché principal d'Airbus Helicopters, parce qu'ils commencent à se doter de flotte d'hélicoptères. « Ils ont besoin de soutien sur ces aspects-là, et nous sollicitent depuis des années. Or, clairement, AHTS n'est pas outillé aujourd'hui pour répondre à ce type de demandes sur de la formation ab initio. Donc, plutôt que de faire mal quelque chose que d'autres font bien, on a préféré se mettre en partenariat avec Aérocampus Aquitaine, dont c'est le métier, quitte bien sûr à aider notre partenaire. Avec Aérocampus Aquitaine, on souhaite développer ce type d'activité main dans la main» prend le temps d'expliquer Tristan Serratta, avant d'ajouter « il y a des prospects, on a clairement des contrats en vue à déployer ici à Latresne».
Au total l'arrivée d'AHTS à Latresne, comme aime à le souligner Jérôme Verschave, le Directeur du site, c'est ni plus ni moins que la création et le développement d'un Pôle Helicoptères au sein de l'Aérocampus, permettant d'assurer toute la chaîne des formations autour de ces appareils avec les certifications réglementaires dont peut se prévaloir AHTS.

"Ouvrir le champ des possibles pour AHTS"Concrètement, l'activité de la petite équipe AHTS à Latresne, qui s'est véritablement lancée en 2016, consiste d'une part en des cours de qualification de type, géré d'ici par Jean-Jacques Chenelat avec des moyens assez importants, dont 3 maquettes d'hélicoptère (taille réelle). « Trois appareils qui, dans le cadre du partenariat, sont aussi à disposition d'Aérocampus pour faire de la formation ab initio ou des travaux de maintenance élémentaire pour des bacs pro (riftage, peinture, etc) », précise Tristan Serretta.
Le deuxième collaborateur AHTS sur place est « un instructeur qui travaille sur les matériaux composites, (c'est à dire fibre de verre, fibre de carbone). C'est un métier qui demande des compétences très spécifiques, d'autant que ces matériaux envahissent le monde de l'aéronautique. Il faut donc pouvoir instruire les gens dessus et aujourd'hui, ce n'est pas un sport de masse. Les instructeurs comme ça sont assez recherchés. On a mis notre meilleur instructeur ici à temps plein pour les 12 prochains mois qui s'annoncent déjà chargés pour lui. »
Sur les douze derniers mois c'est une centaine de personnes qui est passée par l'Aérocampus pour profiter des formations d'AHTS sur ces deux activités.
Mais avoir cette antenne à Aérocampus, c'est encore un autre avantage pour Tristan Serretta : « ça nous permet d'avoir un angle de vue différent sur les choses, et de rencontrer des acteurs du monde de l'aéronautique et du spatial dans un autre contexte. La proximité du cluster et l'apport de visibilité sur les activités telles que les drones ou la formation navale, ça peut nous permettre d'enrichir notre approche et d'envisager du business développement ou alors de l'ingénierie sur d'autres axes ou activités sur lesquels on est concentré d'habitude. Ça nous permet d'ouvrir notre champ des possibles. »

Le Super Puma mis à disposition par Airbus Helicopter sur le site d'Aérocampus

La piste d'une nouvelle activité droneUn champ des possibles en effet exploré, d'ores et déjà, par AHTS, qui présentera lors du Salon ADS les 28 et 29 septembre prochains, un outil de formation virtuelle, conçu et réalisé avec Telespazio, société commune à Thalès et Leonardo (ex-Finmecanica), spécialisé dans le traitement de la donnée spatiale, elle aussi présente sur l'Aérocampus. Dans ce contexte, Aérocampus a servi de « terrain idéal » pour la réalisation de ce projet s'enthousiasme le patron d'AHTS. Aérocampus en effet été à la fois « le terrain neutre » et « le regard bienveillant » qui a permis à ces sociétés « de déployer du consensus, sans se retrouver en face l'un de l'autre, mais plutôt en se positionnant à côté l'un de l'autre pour arriver à un objectif, même si c'est un objectif commercial. C'est peu tangible, mais c'est pourtant très réél », insiste-t-il. Aérocampus, un espace d'apaisement loin des affres de la concurrence, en quelque sorte...
Autre champ des possibles, ardemment explorés par AHTS à Aérocampus : les drones. Et pour cause, durant 6 mois de l'année 2016, un stagiaire de l'ENSAM Bordeaux, en master spécialisé sur l'aéronautique a travaillé pour eux, sur la veille réglementaire drones au sein du cluster Aérocampus, ainsi que sur « la possibilité d'AHTS de se positionner, tant sur le plan de la qualification de type sur les appareils, que sur le plan de la formation initiale », ce qui serait donc une nouveauté pour la structure. Une condition avant de se lancer: « que l'assise réglementaire, actuellement en cours d'élaboration soit consolidée ». Une affaire de 12 mois maximum estime-t-il. Une nouvelle activité donc pour AHTC « qui se développera un jour, et probablement à Aérocampus ».

Un développement accéléré de la collaborationAu total, la relation tissée entre Aérocampus Aquitaine et AHTC, est sur de bon rail. Ce que confirme sans hésitation Tristan Serretta : « On est content de ce partenariat; à mon avis ce n'est qu'un début, il faut qu'on voit comment en tirer un bénéfice mutuel encore plus grand. Non seulement on va rester et on compte renforcer notre présence, mais il faut également qu'on discute de nouvelles opportunités de développement en marge de ce qu'on fait déjà. Aérocampus nous propose flexibilité et forum de rencontres, nous voulons en tirer bénéfice tout en proposant à Aérocampus de commencer à faire du chiffre d'affaires, c'est à dire à compter sur notre développement pour contribuer financièrement au développement de l'entité Aérocampus. On a des idées... Les 12 prochains mois vont être je pense structurantes pour un développement accéléré de notre collaboration. » Des projets que le Directeur général d'Airbus Helicopters Training Services n'a pas voulu développer davantage, mais qui sont sans aucun doute, source de satisfaction pour l'équipe d'Aérocampus.

Logo Airbus Helicopters sur l'hélicoptère de type Ecureuil mis à disposition sur le site Aérocampus

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5775
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !