Devenez actionnaire d'aqui.fr

21/01/22 : Hermione Académie, la mission formation de l’Association Hermione – La Fayette réunit désormais plusieurs formations: le cycle « Savoir-être, savoir-faire, savoir agir », les séminaires « Esprit d’équipage » et le programme « Engagement citoyen ».+ d'info

21/01/22 : Du 27 janvier au 31 mars, un centre de dépistage du Covid-19 va être installé au pied du Château Diable à Cenon. De 13h à 16h, sur rdv la population pourra réaliser des tests antigéniques. Les rdv doivent être pris sur Doctolib.

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/22 | SNCF Réseau annonce un trafic régional "très perturbé" lundi

    Lire

    Du 23 janvier 19h au 25 janvier 8h, de fortes perturbations sont à prévoir sur le réseau ferroviaire suite à un mouvement social des aiguilleurs de la SNCF en Nouvelle-Aquitaine. Le trafic sera très perturbé lundi au sud de Poitiers. Quelques circulations seront assurées sur la LGV entre Paris et Bordeaux durant la journée de lundi mais aucune au sud de Bordeaux. Le trafic régional sera quant à lui très faible.

  • 21/01/22 | Unités de méthanisation et de méthanation de Lescar: le chantier démarre

    Lire

    Sur le site Cap Ecologia à Lescar, près de Pau, l'ambitieux projet de transformation de l'usine de dépollution des eaux usées en unité de production de ressources énergétiques décarbonées démarre aujourd'hui avec la pose des premières pierres des usines de méthanisation et de méthanation du projet pensé par Suez. Les boues permettront de produire du biométhane, du biochar, du compostage mais aussi indirectement du méthane de synthèse... Objectif a terme de cet équipement: réduire les émissions de CO² de l'agglomération de 550 t/an.

  • 21/01/22 | À Brive, il va y avoir du sport !

    Lire

    Afin de s’immiscer dans l’aventure des Jeux Olympiques de Paris qui se dérouleront en 2024, la ville de Brive et son Agglo ont obtenu les labels « Terre de Jeux 2024 » et « Centre de Préparation aux Jeux ». C’est l’occasion pour la ville corrézienne d’accueillir des délégations et clubs français et étrangers, en plus d’organiser des manifestations sportives importantes comme le meeting national d’Athlétisme qui se déroulera le 12 juin prochain. Plus d’infos sur http://www.brive.fr/

  • 21/01/22 | En Dordogne, les dépenses sociales grimpent

    Lire

    Le débat des orientations budgétaires du Département de la Dordogne a mis en lumière la forte hausse des dépenses sociales. Elles sont en augmentation de 4,5 % par an, soit 11 M€. Ce sont le RSA et le secteur de l'aide sociale à l'enfance qui enregistrent les plus fortes augmentations. L'Etat ne compense pas intégralement. En 2021, les dépenses sociales en Dordogne ont représenté 258 M€. Elles devraient atteindre 273 M€ cette année, soit une progression de 6 %.

  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Aéroport de Poitiers-Biard : SEALAR signe la convention de délégation de service public

12/11/2019 | La convention de délégation de service public entre SEALAR et le syndicat mixte de l'aéroport de Poitiers-Biard a été signée ce vendredi 8 novembre

1

Ce vendredi 8 novembre, la société d’exploitation et d’action locale pour les aéroports régionaux (SEALAR) et le syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard ont signé la convention de service public qui les unit jusqu’au 31 décembre 2031. L’objectif, durant cette concession d’une durée de douze ans, sera de développer le trafic de l’aéroport. Cette ambition sera remplie en proposant de nouvelles destinations. La première devrait être des vols proposés vers l’aéroport de Marseille-Provence (dont SEALAR est administrateur). Lors de cette signature, aucune annonce n’a été faite, il faudra patienter encore un peu pour connaître les dates de mise en place des nouvelles destinations. Première rencontre avec les dirigeants de SEALAR.

On s’attendait à des annonces sur les futures lignes qui desserviront l’aéroport de Poitiers-Biard, ce fut seulement une présentation du nouveau délégataire ce vendredi 8 novembre lors de la signature de la convention de délégation de service public entre la société SEALAR (société d’exploitation et d’action locale pour les aéroports régionaux) et le syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard. « On est dans un temps fort, reconnaît d’emblée Bruno Belin, le président du syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard et le président du département de la Vienne. Je remercie les rares personnes qui ont cru qu’il y aurait bien un avenir à cet aéroport. ». Lui a toujours défendu l’importance d’un tel équipement pour le rayonnement du territoire. « L’envisager sans aéroport serait utopique. Nous avons renouvelé cette délégation de service public, ce qui montre bien que cet aéroport a toutes ses raisons d’exister et de se développer », poursuit le président du syndicat mixte. 

La signature de la convention de service public entre SEALAR et le syndicat mixte de l'aéroport de Poitiers-Biard s'est déroulée ce vendredi 8 novembre

Nouvelle concession, nouvelle ère ?

SEALAR a donc été choisie pour gérer l’aéroport de Poitiers-Biard à partir du 1er janvier 2020 par le biais d’une société dédiée. Derrière cette société, trois acteurs : INSFO, filiale d'ingénierie de la chambre de commerce et d'industrie Métropolitaine Bretagne Ouest opérateur de trois aéroports bretons (Brest, Quimper, Morlaix) ; CCIMP Infrastructures, filiale de la CCI Marseille Provence qui est, entre autre, administrateur de l’aéroport Marseille Provence ; TPF Ingénierie, acteur de l’ingénierie aéroportuaire.« SEALAR est l’opérateur d’un réseau d’aéroports régionaux, explique Frank Bellion, président de la société SEALAR. Nous totalisons plus de 10 millions de passagers annuels ». 1,3 million pour les trois aéroports bretons qui ont connu en trois ans une augmentation de 20% de leur fréquentation et 9 millions pour celui de Marseille Provence. Côté gestion, SEALAR n’en est donc pas à ses balbutiements. « Nous gérons également dix-neuf ports dans le Finistère », précise Frank Bellion. Leur projet pour l’aéroport de Poitiers-Biard s’articule autour de trois axes : dynamiser l’activité et les retours économiques procurés à Poitiers et à la Vienne ;  gérer l’aéroport de façon durable et respectueuse de l’environnement ; améliorer la qualité de service en garantissant l’état des infrastructures.

Une liaison avec Marseille-Provence

Côté trafic commercial. « Il faut inciter les gens à venir. Il y a plus de 500 sites touristiques dans le département. Nous devons donc fluidifier la venue des personnes », explique Frank Bellion. L’objectif est de développer le nombre de passagers de l’aéroport, en le faisant passer de 122 504 à 189 800 passagers à l’horizon 2031. Pour cela, il va bien falloir développer et ouvrir des lignes. « Nous démarrons le travail, confie Raoul Laurent, directeur général de SEALAR. Mettre en place une ligne, ça peut se faire la première année comme ça peut se faire dans les trois premières années ». En tout cas la première liaison qui sera ouverte, (peut-être même dès 2020), c’est celle entre Poitiers et Marseille Provence. Une ouverture sur le monde, puisque 60% du trafic du 6e aéroport français est voué aux lignes vers l’extérieur. « Cela permet de se projeter partout en Europe ». Cela assurerait une meilleure connectivité à l’aéroport de Poitiers-Biard qui est déjà relié avec le HUB (le noeud ou plateforme aéroportuaire) de Lyon. SEALAR aimerait proposer 3 à 5 vols par semaine vers Marseille pour un objectif de 25 à 30 000 passagers par an. Du côté des lignes existantes, elles sont reconduites pour la liaison avec Lyon et Londres. « Le programme qui existait est renouvelé notamment vers Londres ; pour Manchester on attend, car on doit voir Ryanair dans les tout prochains jours », poursuit le directeur général. Sans doute qu’il n’y aura pas que Chalair et Ryanair en tant que compagnies proposées au départ de Poitiers-Biard. « L’idéal est de diversifier les compagnies aériennes pour être un peu plus stable ». De nouvelles lignes extérieures vont sans doute voir le jour. Poitiers-Biard devrait être relié à Bruxelles, Milan ou encore Madrid. SEALAR espère proposer 3 à 5 vols semaine, l’été en saison. 

Au niveau de l’environnement. SEALAR souhaite de plus en plus abandonner les énergies fossiles pour se tourner vers les énergies renouvelables. La société compte mettre en place une charte environnementale et intégrer l’aéroport dans la démarche internationale « Airport Carbon Accreditation » qui vise à réduire les émissions aéroportuaires de gaz à effet de serre. 

Embarquement imminent pour cet avion affrété par la compagnie Chalair qui relie Poitiers à Lyon. Cette ligne sera maintenue par le nouveau délégataire.

Pour la qualité de service, sur les 12 années que court le contrat de délégation de service public, SEALAR compte investir 8 millions d’euros. La rénovation de la piste d’atterrissage et de son balisage est prévue dans l’enveloppe pour un coût de l’ordre de 3,5 à 4 millions d’euros. Le parcours des passagers va être repensé, afin de fluidifier les formalités de contrôle et améliorer le confort à l’arrivée et l’embarquement. « Il faut qu’on réfléchisse à un parcours qui permettrait aux passagers d’arriver, de gagner du temps entre le moment où ils garent leur voiture et prennent l’avion », explique Frank Bellion. Encore une fois, avec ce genre d’action, c’est la concurrence avec le train qui semble visée. 

SEALAR fait preuve de détermination. La société se veut même rassurante sur sa façon de faire et de procéder. « Je pense que travailler ensemble de façon volontaire et en toute transparence est un gage de réussite. Il faut que notre partenariat ne soit pas que d’un côté un concédant et de l’autre coté un concessionnaire et qu’ils ne se parlent qu’une fois par an », indique Frank Bellion. SEALAR souhaite donc travailler main dans la main avec le syndicat mixte et les acteurs locaux pour faire avancer et développer Poitiers-Biard. « On y croit à cet aéroport. Nous sommes ici pour le développer et pour travailler avec notre état d’esprit », confirme Raoul Laurent, le directeur général. La délégation de service public débute ce 1er janvier 2020 et jusqu’au 31 décembre 2031. L’équipe de SEALAR doit rencontrer tout le personnel de l’aéroport cette semaine et de nouveaux éléments devraient être donnés sur les lignes et le développement. Pour cela, il faudra patienter jusqu’au 18 janvier 2020 et le salon des voyages au départ de Poitiers qui sera organisé à l’aéroport de Poitiers-Biard.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7572
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !