Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/12/19 : Ce jour, Claude Olive, le maire d'Anglet (64), 40 000 habitants, a annoncé, sans surprise pour ses administrés, qu'il repartait pour un deuxième mandat. A ce jour, trois listes avec gauche, LFI sont en lice. Y aura-t-il une liste abertzale (basque)?

13/12/19 : Inquiétude de crues à Bayonne demain encore, en aval de l'Adour et de la Nive, après les pluies torrentielles qui se sont abattues des derniers jours. La ville fait en effet office d'entonnoir de ces flux, aggravé par le reflux des marées montantes

13/12/19 : Dans le 64, le service de prévision des crues a placé en niveau de vigilance ROUGE le Gave de d'Oloron, en particulier pour les communes de Caresse, Saint-Pé-de-Léren et Léren. De nombreux autres cours d'eau sont placés en vigilance ORANGE

13/12/19 : Dans le 47, 35 interventions du SDIS sont en cours, succédant aux 84 interventions tout au long de la nuit. 17 000 foyers sont privés d’électricité. Rétablissement prévu dans la journée. Sur la D656, circulation interrompue en sortie d’Agen.

13/12/19 : En raison des fortes rafales de vent qui ont sévi ces dernières heures, la circulation des tramways bordelais a été arrêtée. Retour progressif à la normale à 9h30(ligne C) et à 10h(ligne A). La Ligne B ne roule qu'entre Quinconces/Berges de la Garonne

12/12/19 : En raison de conditions météo de forte tempête et de vagues de submersion, le Conseil départemental des Pyrénées atlantiques a décidé de fermer la route de la Corniche entre Ciboure et Hendaye jusqu'à samedi.

12/12/19 : Météo-France a placé la Dordogne en alerte orange pour vents violents et en alerte jaune pour pluie inondation. Des rafales de vent pouvant atteindre 90 à 100 km/h et des averses soutenues sont attendues en seconde partie de nuit.

12/12/19 : La CR 47 appelle les professionnels de l’agriculture et citoyens à soutenir l’agriculteur Vincent Rigo "attaqué en justice pour une non mise en conformité du déversoir de crue rehaussé de 40 cm » à se rassembler le 18 déc à 8h30 au TGI d’Agen

11/12/19 : MeteoFrance a placé la Nouvelle Aquitaine en vigilance jaune vents violents avec des risques de submersions, notamment en Pays Basque et dans les Landes. Des rafales à 95 km/h et 85 km/h sont attendus à respectivement à La Rochelle et à Hendaye.

10/12/19 : Charente-Maritime : 2300 personnes ont manifesté aujourd'hui à La Rochelle, 1100 à Saintes et 700 à Rochefort, selon la préfecture.

10/12/19 : A Poitiers, mobilisation moins importante ce mardi après-midi contre la réforme des retraites. Le cortège est parti de Rebeillau à 14h pour rejoindre la Porte de Paris. Selon la police, il y avait 2 900 manifestants, la CGT en recensait 7 à 8 000.

10/12/19 : A Agen, 3000 personnes ont participé à la manifestation contre la réforme des retraites. Ils étaient 2000 à Bayonne et 5000 à Limoges (chiffres police).

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/12/19 | Charente-Maritime : vote du budget au menu de la session de décembre

    Lire

    Le Département de Charente-Maritime s'apprête à faire sa session de fin d'année, juste avant Noël. Du 16 au 20 décembre, les élus départementaux vont se réunir pour voter notamment le budget 2020 : 1,013 milliards d’euros. Une somme record qui dépasse les 943 millions de l’an dernier, notamment à cause des dépenses sociales à la hausse, selon son président Dominique Bussereau. Il est aussi prévu une hausse des investissements, avec un budget de 95 millions

  • 14/12/19 | Forte crue des Gaves

    Lire

    Les vents très violents ont ajouté aux précipitations et les Pyrénées-Atlantiques et les Landes sont ce samedi 14 décembre encore les plus impactées. A Ilharre au Pays basque un homme au volant de sa voiture a trouvé la mort en heurtant un arbre couché sur la route. La montée des eaux des Gaves a particulièrement touché Peyrehorade obligeant des habitants à évacuer leur maison avant d'être accueillies dans la salle communale. Les pompiers ont secouru des automobilistes et à Saint-Martin de Seignanx les résidents d'un EPHAD ont été évacués par précaution. Ce samedi matin la crue était surveillée de très près particulièrement à Peyrehorade

  • 13/12/19 | Un nouveau président à la CCI des Landes

    Lire

    Ce 13 décembre, François Lafitte a été élu président de la CCI des Landes. Ce dirigeant de Primland SAS, entreprise landaise tournée vers l’export et l’international, était également élu de la CCI depuis 2011. Membre aussi de l’interprofession Interfel, la représentation des intérêts de l’entreprise de l’économie du territoire ont toujours fait partie de ses priorités. Au cours de son mandat, il souhaite maintenir le cap tout en mettant ses compétences et sa créativité au service de la CCI.

  • 13/12/19 | Dordogne : bilan des intempéries des 12 et 13 décembre

    Lire

    La nuit dernière, un fort coup de vent a touché la Dordogne. De fortes bourrasques de vents ont été enregistrées (122 km/h à St Martial de Viveyrols et 104 km/h à Bassillac) ainsi que des fortes précipitations. On observe de nombreuses chutes d'arbres : 50 interventions ont été réalisées pour dégager les routes par les services du Département. A midi, 25 000 personnes étaient toujours privées d’électricité. Une vigilance crue / inondation est en place sur la commune de Terrasson, tronçon Vézère aval.

  • 13/12/19 | Tahiti choisie pour les épreuves de surf aux Jeux Olympiques

    Lire

    Le Comité olympique France 2024 a effectué son choix sur le site des épreuves de surf aux JO 2024, préférant Tahiti et son extraordinaire spot de Tehuapo'o aux littoraux breton (La Torche) et aquitain,(Lacanau, Hossegor et Biarritz). En ces lieux, les dates estivales n'offraient pas la garantie de vagues, contrairement à l'archipel d'Outre mer. Biarritz en a fait les frais en son temps. Le risque d'absence de vagues condamnerait définitivement le surf des Jeux. Le choix définitif devrait intervenir le 6 janvier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Aéroport de Poitiers-Biard : SEALAR signe la convention de délégation de service public

12/11/2019 | La convention de délégation de service public entre SEALAR et le syndicat mixte de l'aéroport de Poitiers-Biard a été signée ce vendredi 8 novembre

A partir du 1er janvier 2020, SEALAR sera le nouveau délégataire de service public de l'aéroport de Poitiers-Biard

Ce vendredi 8 novembre, la société d’exploitation et d’action locale pour les aéroports régionaux (SEALAR) et le syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard ont signé la convention de service public qui les unit jusqu’au 31 décembre 2031. L’objectif, durant cette concession d’une durée de douze ans, sera de développer le trafic de l’aéroport. Cette ambition sera remplie en proposant de nouvelles destinations. La première devrait être des vols proposés vers l’aéroport de Marseille-Provence (dont SEALAR est administrateur). Lors de cette signature, aucune annonce n’a été faite, il faudra patienter encore un peu pour connaître les dates de mise en place des nouvelles destinations. Première rencontre avec les dirigeants de SEALAR.

On s’attendait à des annonces sur les futures lignes qui desserviront l’aéroport de Poitiers-Biard, ce fut seulement une présentation du nouveau délégataire ce vendredi 8 novembre lors de la signature de la convention de délégation de service public entre la société SEALAR (société d’exploitation et d’action locale pour les aéroports régionaux) et le syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard. « On est dans un temps fort, reconnaît d’emblée Bruno Belin, le président du syndicat mixte de l’aéroport de Poitiers-Biard et le président du département de la Vienne. Je remercie les rares personnes qui ont cru qu’il y aurait bien un avenir à cet aéroport. ». Lui a toujours défendu l’importance d’un tel équipement pour le rayonnement du territoire. « L’envisager sans aéroport serait utopique. Nous avons renouvelé cette délégation de service public, ce qui montre bien que cet aéroport a toutes ses raisons d’exister et de se développer », poursuit le président du syndicat mixte. 

La signature de la convention de service public entre SEALAR et le syndicat mixte de l'aéroport de Poitiers-Biard s'est déroulée ce vendredi 8 novembre

Nouvelle concession, nouvelle ère ?

SEALAR a donc été choisie pour gérer l’aéroport de Poitiers-Biard à partir du 1er janvier 2020 par le biais d’une société dédiée. Derrière cette société, trois acteurs : INSFO, filiale d'ingénierie de la chambre de commerce et d'industrie Métropolitaine Bretagne Ouest opérateur de trois aéroports bretons (Brest, Quimper, Morlaix) ; CCIMP Infrastructures, filiale de la CCI Marseille Provence qui est, entre autre, administrateur de l’aéroport Marseille Provence ; TPF Ingénierie, acteur de l’ingénierie aéroportuaire.« SEALAR est l’opérateur d’un réseau d’aéroports régionaux, explique Frank Bellion, président de la société SEALAR. Nous totalisons plus de 10 millions de passagers annuels ». 1,3 million pour les trois aéroports bretons qui ont connu en trois ans une augmentation de 20% de leur fréquentation et 9 millions pour celui de Marseille Provence. Côté gestion, SEALAR n’en est donc pas à ses balbutiements. « Nous gérons également dix-neuf ports dans le Finistère », précise Frank Bellion. Leur projet pour l’aéroport de Poitiers-Biard s’articule autour de trois axes : dynamiser l’activité et les retours économiques procurés à Poitiers et à la Vienne ;  gérer l’aéroport de façon durable et respectueuse de l’environnement ; améliorer la qualité de service en garantissant l’état des infrastructures.

Une liaison avec Marseille-Provence

Côté trafic commercial. « Il faut inciter les gens à venir. Il y a plus de 500 sites touristiques dans le département. Nous devons donc fluidifier la venue des personnes », explique Frank Bellion. L’objectif est de développer le nombre de passagers de l’aéroport, en le faisant passer de 122 504 à 189 800 passagers à l’horizon 2031. Pour cela, il va bien falloir développer et ouvrir des lignes. « Nous démarrons le travail, confie Raoul Laurent, directeur général de SEALAR. Mettre en place une ligne, ça peut se faire la première année comme ça peut se faire dans les trois premières années ». En tout cas la première liaison qui sera ouverte, (peut-être même dès 2020), c’est celle entre Poitiers et Marseille Provence. Une ouverture sur le monde, puisque 60% du trafic du 6e aéroport français est voué aux lignes vers l’extérieur. « Cela permet de se projeter partout en Europe ». Cela assurerait une meilleure connectivité à l’aéroport de Poitiers-Biard qui est déjà relié avec le HUB (le noeud ou plateforme aéroportuaire) de Lyon. SEALAR aimerait proposer 3 à 5 vols par semaine vers Marseille pour un objectif de 25 à 30 000 passagers par an. Du côté des lignes existantes, elles sont reconduites pour la liaison avec Lyon et Londres. « Le programme qui existait est renouvelé notamment vers Londres ; pour Manchester on attend, car on doit voir Ryanair dans les tout prochains jours », poursuit le directeur général. Sans doute qu’il n’y aura pas que Chalair et Ryanair en tant que compagnies proposées au départ de Poitiers-Biard. « L’idéal est de diversifier les compagnies aériennes pour être un peu plus stable ». De nouvelles lignes extérieures vont sans doute voir le jour. Poitiers-Biard devrait être relié à Bruxelles, Milan ou encore Madrid. SEALAR espère proposer 3 à 5 vols semaine, l’été en saison. 

Au niveau de l’environnement. SEALAR souhaite de plus en plus abandonner les énergies fossiles pour se tourner vers les énergies renouvelables. La société compte mettre en place une charte environnementale et intégrer l’aéroport dans la démarche internationale « Airport Carbon Accreditation » qui vise à réduire les émissions aéroportuaires de gaz à effet de serre. 

Embarquement imminent pour cet avion affrété par la compagnie Chalair qui relie Poitiers à Lyon. Cette ligne sera maintenue par le nouveau délégataire.

Pour la qualité de service, sur les 12 années que court le contrat de délégation de service public, SEALAR compte investir 8 millions d’euros. La rénovation de la piste d’atterrissage et de son balisage est prévue dans l’enveloppe pour un coût de l’ordre de 3,5 à 4 millions d’euros. Le parcours des passagers va être repensé, afin de fluidifier les formalités de contrôle et améliorer le confort à l’arrivée et l’embarquement. « Il faut qu’on réfléchisse à un parcours qui permettrait aux passagers d’arriver, de gagner du temps entre le moment où ils garent leur voiture et prennent l’avion », explique Frank Bellion. Encore une fois, avec ce genre d’action, c’est la concurrence avec le train qui semble visée. 

SEALAR fait preuve de détermination. La société se veut même rassurante sur sa façon de faire et de procéder. « Je pense que travailler ensemble de façon volontaire et en toute transparence est un gage de réussite. Il faut que notre partenariat ne soit pas que d’un côté un concédant et de l’autre coté un concessionnaire et qu’ils ne se parlent qu’une fois par an », indique Frank Bellion. SEALAR souhaite donc travailler main dans la main avec le syndicat mixte et les acteurs locaux pour faire avancer et développer Poitiers-Biard. « On y croit à cet aéroport. Nous sommes ici pour le développer et pour travailler avec notre état d’esprit », confirme Raoul Laurent, le directeur général. La délégation de service public débute ce 1er janvier 2020 et jusqu’au 31 décembre 2031. L’équipe de SEALAR doit rencontrer tout le personnel de l’aéroport cette semaine et de nouveaux éléments devraient être donnés sur les lignes et le développement. Pour cela, il faudra patienter jusqu’au 18 janvier 2020 et le salon des voyages au départ de Poitiers qui sera organisé à l’aéroport de Poitiers-Biard.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3527
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !