aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Agroalimentaire: 10 ans de RSE réussie avec le programme 3D

24/11/2016 | En 10 ans, la démarche de Responsabilité sociale des Entreprises 3D a pris du relief. Créateurs et entreprises adhérentes en ont témoigné lors d'un colloque anniversaire.

En 10 ans, la démarche de Responsabilité sociale des Entreprises 3D a pris du relief. Créateurs et entreprises adhérentes en ont témoigné lors d'un colloque anniversaire.

Elles étaient 13 issues de l'ancienne Aquitaine. Elles sont aujourd'hui plus de 200, réparties sur l'ensemble du territoire national. « Elles » ce sont les coopératives et entreprises agroalimentaires engagées dans la Responsabilité Sociale via le programme 3D, comme « Destination Développement Durable ». Un programme à la belle réussite qui fêtait ses 10 ans ce 23 novembre à l'Hôtel de région. L'occasion d'un regard en arrière, de retours d'expérience, mais aussi d'envisager les développements encore en cours qui entourent cette démarche visant à réunir et réussir de manière cohérente au sein des entreprises performances environnementale, économique et sociale.

La responsabilité sociale des entreprises, il y a ceux qui le disent et ceux qui le font. Le programme 3D lancé en Aquitaine en novembre 2007 à l'initiative de l'AFNOR et de Coop de France Aquitaine, permet aux entreprises volontaires de franchir le pas du développement durable dans une démarche accompagnée. Laurent Leveque, LE Monsieur 3D s'il en est un, initiateur et porteur voire pélerin du programme en Aquitaine dès son origine et désormais au niveau national et au-delà, rappelle les grands principes structurants de cette démarche. « Tout commence par un diagnostic 3D au sein de l'entreprise effectué sur 2 jours par 2 experts 3D certifiés ». Ce diagnostic aboutit à la restitution d'un rapport « qui permet d'établir les forces et faiblesses de l'entreprise, de définir des axes de progrès, puis d'établir un plan d'actions que l'on valide avec l'entreprise. »

Une démarche de progrès continus

Mais dès 2007, le choix a été fait de ne pas laisser l'entreprise seule livrée à elle-même dans le champ de la RSE. Un « collectif 3D » a donc été créé. Il permet l'organisation « d'ateliers 3D, lors desquels les entreprises membres échangent sur ces sujets et créent ensemble une véritable boîte à outils » facilitant la mise en œuvre des évolutions. « Ensuite, poursuit le responsable, pour éviter la tentation facile du ''greenwashing'', une formation de ''communication responsable'' a aussi été mise en place afin permettre la rédaction d'un rapport RSE de l'entreprise.
Au total, entre le premier contact et la rédaction du rapport, c'est environ un travail de 2 ans pour l'entreprise. Mais, comme dans développement durable, il y a « durable », la démarche est en réalité davantage une démarche de progrès continus... Et d'autant plus que le 3D place haute la barre de la Responsabilité Sociale des Entreprises : au niveau 3 de la norme internationale ISO 26 000 dédiée à la RSE tout secteur d'activité confondu. Une manière pour les meilleures élèves des entreprises 3D de pouvoir prétendre à cette certification, et ainsi communiquer plus encore sur leur démarche... Il n'y a d'ailleurs pas de hasard si les premières entreprises évaluées AFAQ 26000 étaient des entreprises du réseau 3D. Une petite fierté pour les créateurs du 3D, qui en 10 ans en cumulent quelques autres : « le 3D c'est la 1ère communauté d'entreprises RSE d'Europe, la 1ère déclinaison en France de la norme ISO 26 000, la 1ère boîte à outils dans le domaine de la RSE, ou encore le 1er outils d'éco-conditionnalité des aides... », cite en vrac Laurent Lévêque.

En introduction du colloque des 10 ans du programme 3 D : Lydia Héraud conseillère régionale en charge de la viticulture, Laurent Lévèque coordinateur national 3D et Anne-Eugénie Gaspar (Afnor)


"Sortir par le haut de la seule bataille des prix"
Mais au-delà de la satisfaction justifiée des créateurs de la démarche, le colloque de mercredi a mis en avant la parole d'entreprises membres du collectif 3D, et dont les retours d'expérience sont eux aussi flatteurs. Pour Gilles Bertrandias, Directeur de Rougeline, entreprise 3D depuis 10 ans, « ce qui a motivé notre entrée dans la démarche c'était de créer de la valeur, d'avoir un facteur de différenciation par rapport à nos concurrents et de réussir à diminuer nos coûts de production. » Concètement pour Rougeline, le 3D c'est traduit par « la création d'un nouveau modèle agricole avec la mise en place d'écoserres, serres écologiques, permettant notamment 0 résidu et 0 déchet, sans utilisation d'énergies fossiles. De la contrainte du prix de production, on en a fait un atout ».
Pour Philippe Hébrard, Directeur des caves de Rauzan, « au-delà de la dimension environnementale, ça nous a permis d'aborder des sujets qui n'étaient pas simples à aborder dans le cadre d'une PME, notamment dans notre contexte de fusions successives de plusieurs caves, le tout en mettant en place un état d'esprit d'amélioration continue mais aussi un élément de différenciation et de valorisation permettant de sortir par le haut de la seule bataille des prix... ». Pour l'entreprise Mademoiselle Desserts et sa Directrice du Développement durable, le 3D c'est la mise en place notamment d'une Charte éthique de l'entreprise dans sa relation avec ses différentes parties prenantes, des clients, aux salariés en passant par les fournisseurs, mais aussi un nombre d'accidents du travail en forte diminution sur 10 ans, ainsi que la constitution d'un réseau de fournisseurs à leur tour « responsables ». L'illustration que la RSE, au-delà de l'entreprise qui la met en oeuvre, c'est aussi une logique de diffusion du développement durable sur l'ensemble d'une chaîne de valeur... même si la logique connaît encore quelques limites.

La traduction de la démarche 3D à l'échelle internationale
«Du côté des grandes et moyennes surfaces, ça progresse, ça dépend des enseignes, tempère le Directeur des Caves de Rauzan. Par contre là où la RSE commence à peine, c'est dans les structures du négoce bordelais... Ils sont un peu contraints et forcés, mais ils y viennent». Pour lui, la RSE « c'était de l'anticipation » mais le travail commence à payer du point de vue de la différenciation produits et des gains de marchés, y compris à l'export. Et de citer l'exemple de la Société des Alcools du Québec, qui a le monopole de l'importation des vins et alcools, qui a récemment introduit dans ses appels d'offres pour les vins de Bordeaux un chapitre relatif à la RSE, explique Philippe Hébrard. « Chapitre auquel notre cave a obtenu la meilleure note parmi les 90 sélectionnés. Ca nous a porté des points supplémentaires ». Des points qui se traduisent en marchés... Comme quoi la RSE peut mener loin.
Pour autant, pour l'avenir, Gilles Bertrandias estime que si la RSE « permet de maintenir des marchés et de se rassurer avec des certifications, elle n'est pas au rendez-vous sur la création de valeur. Il faut encore bousculer les choses et avoir un discours plus agressif vers nos distributeurs pour que la RSE permette véritablement de la création de valeur. Sur ce point on n'est pas au rendez-vous, ou à la marge. Entre un marché conventionnel et un marché bio à 100 ou 150% supérieur, il pourrait y avoir une place pour le responsable. » La démarche 3D et ses acteurs a donc encore un peu de travail sur la planche.
En tout cas, le succès de la démarche ne se dément pas : à l'occasion de cet anniversaire a été lancé le 1er Label RSE filière vitivinicole « Vignerons en Développement Durable® » (permettant donc d'être visible sur la bouteille) ainsi que de faire le point sur la future norme ISO 26030 sur le développement durable et la responsabilité sociétale dans le secteur agroalimentaire. Autant dire, la traduction de la démarche 3D à l'échelle internationale. Encore la preuve d'un succès pour ce programme à l'origine 100% aquitain.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5549
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !