Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/03/19 : La Rochelle: sur le net circulent des appels à manifester ce samedi en centre-ville. Aucune déclaration de manifestation n’a été déposée, rappelle la préfecture, qui s'attend à "des actions délibérée de troubles à l’ordre public au Vieux Port".

22/03/19 : En visite à La Rochelle, le ministre de l'écologie François de Rugy a annoncé un soutien financier supplémentaire de 100 000 € à l'observatoire Pelagis, qui recense et étudie les dauphins - 1100 cétacés morts ont été recensés depuis janvier.

22/03/19 : A l'occasion de la journée mondiale de l'autisme le 2 avril prochain, l'association la Banda Marius et Cap Soins 17 organisent à l'hôpital Marius Lacroix un après-midi festif sur le thème "Ensemble nous chantons, dansons, créons...Ensemble nous vivons".

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : Un séisme de magnitude 4,9 s'est produit ce matin peu avant 11h dans le secteur de Montendre. Il aurait été ressenti dans un rayon de 200 km, à Bordeaux et à Angoulême notamment.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/03/19 | Grande America : la toxicité des produits à bord se confirme

    Lire

    La préfecture maritime a publié hier soir la liste des produits contenus à bord du Grande America, confirmant que la pollution ne sera pas liée qu'aux hydrocarbures. Le navire contenait à son départ 365 conteneurs dont 45 de matières dangereuses: de l'Hydrogénosulfure de sodium, du White Spirit, du phosphate de zinc, du polyéthersiloxane, du prothioconazole, du chloro-méthyl, de l'acide sulfurique, de l'acide chlorhydrique et divers aérosols.

  • 22/03/19 | Ecoles : fermeture de 31 classes à la rentrée en Charente-Maritime

    Lire

    L'inspection académique fermera 31 classes dont une école (Saint-Exupéry à Saintes) à la rentrée prochaine. Le sort de 7 classes reste en suspens d'ici juin. La Charente-Maritime devrait perdre en septembre 644 inscriptions sur les 4937 enfants actuellement en école publique. Une chute démographique observée depuis plusieurs années qui impacte aujourd'hui les effectifs scolaires, selon l'Académie. Le doublement des classes de CP-CE1 en zone prioritaire devrait permettre l'ouverture de 12 classes.

  • 22/03/19 | Job dating à Pau

    Lire

    Le 26 mars prochain, le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne et Wizbii organisent un job dating à destination des jeunes. Cette initiative « 1er stage, 1er job » a pour but de permettre aux jeunes de développer leur réseau professionnel mais aussi de pouvoir décrocher leurs futurs stages, alternances ou emplois. Une dizaine d’entreprises seront présentes dont le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne et Square Habitat notamment. Inscription obligatoire

  • 22/03/19 | Trélisssac, ville étape du 52e Tour du Limousin-Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Trélissac sera ville étape du Tour du Limousin - Nouvelle-Aquitaine pour la cinquième fois. Après avoir accueilli deux départs en 1999 et en 2014, ainsi que les arrivées de deux étapes en 1999 et en 2012, cette commune aux portes de Périgueux accueillera la deuxième étape du 52ème Tour du Limousin - Nouvelle-Aquitaine le jeudi 22 août, étape tracée en intégralité sur les routes du département de la Dordogne. Le départ s'effectue depuis la base départementale de Rouffiac.

  • 22/03/19 | Limoges : une convention pour loger les jeunes

    Lire

    Le CCAS de la Ville de Limoges et l'Association Varlin Pont-Neuf s'engagent à mettre à disposition des logements pour les jeunes en insertion. Limoges poursuit ainsi sa démarche d'aide aux jeunes en difficulté dans le cadre du dispositif Allocation Logement Temporaire (ALT) conduit par l'Accueil Social des Jeunes. Grâce à ce partenariat, les deux parties pourront profiter pleinement des compétences de chacune, tout en permettant un meilleur accompagnement et logement des jeunes en insertion.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Agroalimentaire: face à la GMS, la coopération recherche les bonnes stratégies

03/07/2015 | Pour son Assemblée générale, ce jeudi 2 juillet, Coop de France Aquitaine s'est penchée sur "les bonnes stratégies agroalimentaires en Aquitaine et ailleurs"

Thierry Blandinières, Directeur général de InVivo, Pascal Viné, délégué général de Coop de France et Christian Pées, Président du groupe coopératif Euralis étaient les invités de la table ronde Coop de France Aquitaine, au côté de Jean-Pierre Raynaud, pré

A l'occasion de l'assemblée générale de Coop de France Aquitaine, Thierry Blandinières, Directeur général de InVivo, Pascal Viné, délégué général de Coop de France et Christian Pées, Président du groupe coopératif Euralis étaient les invités de la table ronde du jour « les bonnes stratégies agroalimentaires en Aquitaine et ailleurs ». En étau entre une grande distribution lancée dans une guerre aux prix les plus bas et le maintien d'une juste rémunération aux producteurs, l'exercice des coopératives est difficile. Le débat de ce jeudi 2 juillet a cependant permis de tracer des pistes et de mettre en avant quelques initiatives et suggestions intéressantes pour valoriser leur production.

40 % de l’agroalimentaire français est issu du monde coopératif rappelle Pascal Viné. Pour autant, malgré ce poids important, la discussion entre la coopération et la grande distribution est très difficile. Les uns braqués sur une guerre des prix contre leurs concurrents et les autres sur la défense des intérêts de leurs adhérents, « c’est un dialogue de sourds » synthétise-t-il. « C’est un peu le combat de David contre Goliath, mais nous avons la foi, d’autant que le monde de la grande distribution est en pleine mutation... » Toujours est-il, admet-il volontiers face aux remontrances d’Henri Bies Péré, Président de la FRSEA Aquitaine peu convaincu de l’utilité de la simple discussion, que « ce système au total reste destructeur de valeurs ».
Des relations entre coopératives et grandes surfaces qui ne sont pas partout aussi tendues qu’en France, explique Christian Pées, qui outre ses responsabilités à la tête d’Euralis est aussi le président du COGECA, le syndicat européen des coopératives agricoles. « Les grandes coopératives de l’Europe du Nord (notamment lait et porc) sont souvent trans-européennes et fonctionnent selon un modèle de bas prix payé aux agriculteurs afin d’être hyper offensifs sur les marchés pour générer des résultats et pouvoir faire de la redistribution de dividendes aux adhérents. » Un exemple qui au vu de la réaction de la salle, n’est pas près de convaincre les acteurs aquitains...

« Prioriser le sourcing local » Thierry Blandinières reste, quant à lui, sur une ligne de conduite qu’on lui connaissait déjà lorsqu’il était à la tête de Delpeyrat et de Maïsadour : « avec la grande distribution, il faut un rapport de force constructif ». Mais sans uniquement attendre après eux. C’est dans cette logique qu’Invivo a lancé son projet de magasins « Frais d’ici ». Après avoir constaté le succès de la vente de produits alimentaires dans les jardineries, Gamm'vert du groupe coopératif, In vivo a voulu pousser plus loin, en ouvrant des magasins pouvant accueillir des produits frais. « Le premier magasin “Frais d’ici” a ouvert à Toulouse il y a 6 mois. Les coopératives de la région sont les actionnaires : c’est leur magasin pour leur produit, et les producteurs viennent en parler. C’est un véritable supermarché où l’on priorise le sourcing local, avec des produits au juste prix producteur. » La prochaine ouverture est prévue à Dijon en novembre, puis viendra Bordeaux. « En deux ans cinq magasins devraient voir le jour, l’idée étant ensuite de franchiser le modèle. »
De la salle, le Président de la coopérative Unicoque, suggère une autre stratégie : « choisir la grande distribution qui nous va, et ne pas se placer sur un marché, mais créer son propre marché. Ainsi vous n’êtes plus concurrents, vous êtes à côté, vous n’êtes plus comparable ». Une stratégie qui se révèle gagnante pour le lot-et-garonnais pour la grande distribution son meilleur client. « C’est elle qui nous assure la meilleure marge. »

Innover... « pas seulement sur la couleur de l’étiquette », Mais sur les stratégies agroalimentaires les considérations globales ne peuvent pas tout. Il s’agit aussi de penser « filière par filière en fonction du marché des consommateurs », rappelle Pascal Viné. « Sur certaine on transforme pas suffisamment », considère-t-il, sur d’autre « il faut faire attention à ne pas monter trop vite en volume », complète Therry Blandinières évoquant l’exemple du foie gras ou encore de la filière du porc et du jambon de Bayonne « qui doit poursuivre sa montée en gamme, pour remonter la performance de la filière et de ses métiers ». En d’autres termes, un produit valorisé et porté par une marque et des savoir-faire, c’est moins de problèmes avec la grande distribution.

Mais Christian Pées d’avertir, « la valeur “terroir” tout le monde l’a. Il faut savoir la faire marcher, mais c’est aussi un risque de banalisation. A nous de proposer des produits innovants ». « Une innovation réelle, pas seulement changer la couleur de l’étiquette », s’accordent les intervenants. Mais faut-il encore avoir les moyens de cette innovation. Les stratégies doivent donc être aussi financières face à des structures en manque de fonds propres, pour lesquelles il s’agit aussi d’être innovants, face aux limites posées par les banques. Au total intervient Michel Prugue, « la coopérative, qui est un modèle en évolution et adaptation permanentes a besoin de la compétence technique des collaborateurs ». Bref de la « matière grise » que ce soit pour attaquer de nouveaux marchés, innover sur les produits, ou trouver des solutions financières. Autre question alors posée par le Président de du groupe coopératif Maïsadour, « comment le monde de la coopération peut-il attirer cette matière grise venue du monde des start-ups plutôt que les grandes entreprises ? ». L’attractivité de la coopération agricole, le sujet pourquoi pas d’un prochain débat.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1798
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !