Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

18/02/18 : La Rochelle : ce 19 fevrier à midi, le public est convié au lancement du voyage de L'Hermione 2018, sur le thème Libres Ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée, quai Senac de Meilhan. Le globe de la Francophonie, tout juste restauré, sera dévoilé.

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyen de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Agroalimentaire: face à la GMS, la coopération recherche les bonnes stratégies

03/07/2015 | Pour son Assemblée générale, ce jeudi 2 juillet, Coop de France Aquitaine s'est penchée sur "les bonnes stratégies agroalimentaires en Aquitaine et ailleurs"

Thierry Blandinières, Directeur général de InVivo, Pascal Viné, délégué général de Coop de France et Christian Pées, Président du groupe coopératif Euralis étaient les invités de la table ronde Coop de France Aquitaine, au côté de Jean-Pierre Raynaud, pré

A l'occasion de l'assemblée générale de Coop de France Aquitaine, Thierry Blandinières, Directeur général de InVivo, Pascal Viné, délégué général de Coop de France et Christian Pées, Président du groupe coopératif Euralis étaient les invités de la table ronde du jour « les bonnes stratégies agroalimentaires en Aquitaine et ailleurs ». En étau entre une grande distribution lancée dans une guerre aux prix les plus bas et le maintien d'une juste rémunération aux producteurs, l'exercice des coopératives est difficile. Le débat de ce jeudi 2 juillet a cependant permis de tracer des pistes et de mettre en avant quelques initiatives et suggestions intéressantes pour valoriser leur production.

40 % de l’agroalimentaire français est issu du monde coopératif rappelle Pascal Viné. Pour autant, malgré ce poids important, la discussion entre la coopération et la grande distribution est très difficile. Les uns braqués sur une guerre des prix contre leurs concurrents et les autres sur la défense des intérêts de leurs adhérents, « c’est un dialogue de sourds » synthétise-t-il. « C’est un peu le combat de David contre Goliath, mais nous avons la foi, d’autant que le monde de la grande distribution est en pleine mutation... » Toujours est-il, admet-il volontiers face aux remontrances d’Henri Bies Péré, Président de la FRSEA Aquitaine peu convaincu de l’utilité de la simple discussion, que « ce système au total reste destructeur de valeurs ».
Des relations entre coopératives et grandes surfaces qui ne sont pas partout aussi tendues qu’en France, explique Christian Pées, qui outre ses responsabilités à la tête d’Euralis est aussi le président du COGECA, le syndicat européen des coopératives agricoles. « Les grandes coopératives de l’Europe du Nord (notamment lait et porc) sont souvent trans-européennes et fonctionnent selon un modèle de bas prix payé aux agriculteurs afin d’être hyper offensifs sur les marchés pour générer des résultats et pouvoir faire de la redistribution de dividendes aux adhérents. » Un exemple qui au vu de la réaction de la salle, n’est pas près de convaincre les acteurs aquitains...

« Prioriser le sourcing local » Thierry Blandinières reste, quant à lui, sur une ligne de conduite qu’on lui connaissait déjà lorsqu’il était à la tête de Delpeyrat et de Maïsadour : « avec la grande distribution, il faut un rapport de force constructif ». Mais sans uniquement attendre après eux. C’est dans cette logique qu’Invivo a lancé son projet de magasins « Frais d’ici ». Après avoir constaté le succès de la vente de produits alimentaires dans les jardineries, Gamm'vert du groupe coopératif, In vivo a voulu pousser plus loin, en ouvrant des magasins pouvant accueillir des produits frais. « Le premier magasin “Frais d’ici” a ouvert à Toulouse il y a 6 mois. Les coopératives de la région sont les actionnaires : c’est leur magasin pour leur produit, et les producteurs viennent en parler. C’est un véritable supermarché où l’on priorise le sourcing local, avec des produits au juste prix producteur. » La prochaine ouverture est prévue à Dijon en novembre, puis viendra Bordeaux. « En deux ans cinq magasins devraient voir le jour, l’idée étant ensuite de franchiser le modèle. »
De la salle, le Président de la coopérative Unicoque, suggère une autre stratégie : « choisir la grande distribution qui nous va, et ne pas se placer sur un marché, mais créer son propre marché. Ainsi vous n’êtes plus concurrents, vous êtes à côté, vous n’êtes plus comparable ». Une stratégie qui se révèle gagnante pour le lot-et-garonnais pour la grande distribution son meilleur client. « C’est elle qui nous assure la meilleure marge. »

Innover... « pas seulement sur la couleur de l’étiquette », Mais sur les stratégies agroalimentaires les considérations globales ne peuvent pas tout. Il s’agit aussi de penser « filière par filière en fonction du marché des consommateurs », rappelle Pascal Viné. « Sur certaine on transforme pas suffisamment », considère-t-il, sur d’autre « il faut faire attention à ne pas monter trop vite en volume », complète Therry Blandinières évoquant l’exemple du foie gras ou encore de la filière du porc et du jambon de Bayonne « qui doit poursuivre sa montée en gamme, pour remonter la performance de la filière et de ses métiers ». En d’autres termes, un produit valorisé et porté par une marque et des savoir-faire, c’est moins de problèmes avec la grande distribution.

Mais Christian Pées d’avertir, « la valeur “terroir” tout le monde l’a. Il faut savoir la faire marcher, mais c’est aussi un risque de banalisation. A nous de proposer des produits innovants ». « Une innovation réelle, pas seulement changer la couleur de l’étiquette », s’accordent les intervenants. Mais faut-il encore avoir les moyens de cette innovation. Les stratégies doivent donc être aussi financières face à des structures en manque de fonds propres, pour lesquelles il s’agit aussi d’être innovants, face aux limites posées par les banques. Au total intervient Michel Prugue, « la coopérative, qui est un modèle en évolution et adaptation permanentes a besoin de la compétence technique des collaborateurs ». Bref de la « matière grise » que ce soit pour attaquer de nouveaux marchés, innover sur les produits, ou trouver des solutions financières. Autre question alors posée par le Président de du groupe coopératif Maïsadour, « comment le monde de la coopération peut-il attirer cette matière grise venue du monde des start-ups plutôt que les grandes entreprises ? ». L’attractivité de la coopération agricole, le sujet pourquoi pas d’un prochain débat.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1457
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !