12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

  • 08/12/17 | Les événements nautiques de La Rochelle annoncés au salon Nautic de Paris

    Lire

    Le salon Nautic a été l'occasion pour La Rochelle d'annoncer les événements de 2018. En avril, la ville accueillera L'Hermione avant son départ en méditerranée. En mai, ce sera la première édition des Assises de la plaisance et du nautisme. A partir de juillet, 4 championnats européens de sport de glisse vont se succéder (catamaran, dériveur et forty-niners). Sans oublier les traditionnels rendez-vous de la Semaine du Nautisme ou du Grand Pavois, qui se tiendra du 26 septembre au 1 octobre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | André Garreta: "Nous devons œuvrer tous ensemble"

09/11/2016 | Réélu pour un deuxième mandat, le président de la Chambre de commerce et d'Industrie de Bayonne plaide pour un scrutin simplifié et un rassemblement des énergies

Réélection Garreta CCI Bayonne 2

Avec 76% de suffrages, la liste "Agir pour l'entreprise", André Garreta a brillamment signé pour un nouveau bail avec la CCI de Bayonne-Pays basque face à celle de son adversaire, conduite par le chef de l'entreprise de travaux publics ETPM et nouveau président du Médef Philippe Neys. Il y voit un mélange des genres économie et politique qui n'a pas été accrédité par les chefs d'entreprise. Petite ombre au tableau, le faible taux de participation. Deux explications pour lui: mauvais choix de date et complexité du scrutin. Demain, c'est travailler ensemble au sein de la nouvelle..agglomération Pays basque. Évidemment.

@qui.fr - Vous attendiez-vous à une victoire aussi large?

André Garreta - À ce point, non. Je pensais à un 45- 55 en notre faveur. Je pense qu'on aurait pu faire une liste commune en prenant 11 membres, et pas de problème, mais il y avait un  préalable, une neutralité politique absolue.  Notre liste "Agir pour l’entreprise", renouvelée à 50% remporte tous les sièges dans les trois catégories représentées, Commerce, Services et Industrie, soit 74% des voix exprimées. Je tiens donc à féliciter toute mon équipe. Nous obtenons l’intégralité des 36 sièges, ainsi que les 10 sièges au niveau de la grande Région. Il s'agit d'un vrai plébiscite de la part des chefs d’entreprise, que ce soit des petits commerçants indépendants avec jusqu'à 77% des voix, comme des industriels et 80 % et des entreprises de services avec 74%. J'associe à cette victoire l'équipe précédente grâce à laquelle  nous avons pu présenter un bilan.

@qui.fr - À qui ou à quoi attribuez-vous cette large victoire?

A. G - À quoi devons-nous ces résultats ? Malgré les tentatives de politisation de ces élections, malgré une campagne de dénigrement de la CCI par des personnes pourtant autrefois associées à  ses actions, je pense que c’est la qualité de notre liste renouvelée à 50%, la force de notre bilan et la pertinence de nos projets avec nos 7 engagements clés qui l’ont emporté.  
C’est notre travail de terrain, mené avec sobriété, auprès des chefs d’entreprise, auprès des collectivités locales, du département, de la région et de l’état. C’est enfin notre engagement pour revitaliser des commerces du centre-ville pour faire face au risque de suréquipement commercial.

@qui.fr - Mais encore.....

A. G - Les résultats de ces élections sont la preuve que les chefs d’entreprise sont les mieux placés pour défendre leurs intérêts et qu’il ne faut pas tout mélanger. Les entrepreneurs ont compris que pour avancer et développer l’économie sur leur territoire, il vaut mieux rester politiquement neutre et se concentrer sur les vrais enjeux de l’entreprise.

"Ce système d'élection à deux têtes est trop compliqué"

 @qui.fr - Ombre au tableau quand même cette faible participation 18,06% des 17 000 entreprises qui sont affiliées à la CCI de Bayonne-Pays basque.....

A.G - Concernant le taux de participation il est de 18,62 % ce qui constitue un taux élevé comparé à ceux des autres CCI de France que nous connaîtrons dans la journée. Nous enregistrons dores et déjà un bon résultat dans les votes par internet, avec 47% des suffrages exprimés ce qui nous place en 4ème position des CCI de France. Malgré tout dans l'ensemble des Chambre de commerce il est quand même faible. Première raison, il faut le dire,un mauvais choix de la date de ces élections. Y procéder pendat les vacances de la Toussaint quand un bonne partie d'entre eux étaient en vacances en famlle,c'était plutôt compliqué. Comme l'es d'ailleurs ce scrutin qui compporte en it deu élections. Une pour élire uneliste à la direction de la CCI t un autre vote pour la représentation des délégués consulaires au Tribunal de commerce.

@qui.fr - Aujourd'hui et  demain c'est aussi ce que vous avez accompli hier?

A. G - C’est notre engagement pour revitaliser des commerces de centre ville face au risque de suréquipement commercial;  c’est la mise en place d’un observatoire du commerce en partenariat avec les villes; la création de plateformes de transfert de technologies au service de nos industries; notre capacité à accompagner les entreprises dans les moments clés de leur développement; notre volonté de proposer des formations adaptées aux besoins des entreprises. 
C’est ennfin la qualité de notre gestion des équipements tels que le port de  commerce de Bayonne, le port de pêche de St Jean de Luz/Ciboure, les pépinières d’entreprises, un ensemble qui nous ont permis de creuser l’écart.  Tout ceci dans un contexte extrêmement sensible pour les CCI avec une diminution de 35% de leurs ressources...

"Une stratégie  ambitieuse dans le cadre du nouvel EPCI

@qui.fr - Réalisé aussi dans un Pays basque qu se transforme dans son ossature...

A. G - Nous allons donc pouvoir enclencher une nouvelle étape pour l’entrepreneuriat et le développement économique du Pays Basque, avec une équipe soudée, motivée pour réussir et bien décidée à mettre en œuvre une stratégie ambitieuse dans le cadre du nouvel EPCI Pays Basque avec qui nous souhaitons mettre en place un partenariat constructif et respectueux des compétences de chacun.  Le monde économique doit s’affranchir des rivalités politiques pour mener des actions qui s’inscrivent dans la durée, et viser l’intérêt général et le développement de toutes les entreprises au Pays Basque.
La diversité de notre équipe, composée de membres de la CGPME, du MEDEF, de Lantegiak, de Diriger au féminin et d’entrepreneurs n’appartenant à aucune organisation patronale est notre principal atout. 

@qui.fr - "Pas d'polémique, pas d'politique", souhaitez-vous, mais quand même le visage de la nouvelle CCI, partie pour cinq ans, sera-t-elle actrice  ou intermédiaire de la nouvelle agglomération Pays basque?

A. G - Je demande à l'ensemble des élus de travailler ensemble à partir d'un processus qui a été adopté. Il est inutile d'y mettre des bâtons dans les roues. On doit montrer une cohérence sur un territoire où l'on sera plus forts ensemble. Il y aura forcément une cohabtation qui deva s'établir mais il faut que cet EPCI devienne un atout. Les chefs d'entreprise en ont ras le bol des millefeuilles comme on les affectionne en France. Actuellement, il faut rencontrer dix présidents et vingt personnes pour mettre en place une décision. Les entreprises ont besoin de plus de réactivité pour ête plus performantes. Nous devons oeuvrer ensemble. Ensemble on sera plus forts.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
4682
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !