Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

  • 11/08/18 | 10ème Confituriades à Beaupuy (47)

    Lire

    Pour la 10ème édition des Confituriades, la fraise est à l’honneur du championnat du monde de la confiture. Seul salon en France entièrement dédié à la thématique des confitures, il se déroule les 18 et 19 août à Beaupuy, en Grand Marmandais. Une soixantaine d’exposants, plus de 500 confitures à la dégustation et à la vente, des ustensiles de cuisine pour réaliser ses confitures à la maison mais aussi des démonstrations, ateliers culinaires et animations ponctueront ce week-end festif.

  • 10/08/18 | Le Verdon a son relais touristique

    Lire

    L’inauguration du relais touristique au Verdon-sur-Mer a lieu ce 10 août par Sandrine Derville, vice-présidente de la région en charge du tourisme. Ce relais permet à la région Nouvelle-Aquitaine de conforter ce territoire en tant que destination touristique d’excellence qui conjugue richesses touristiques, infrastructures et activités. La région a contribué au financement de la mise en accessibilité handicapés ainsi que les travaux de réhabilitation à proximité de la capitainerie de Port-Médoc pour y installer un relais d’information touristique.

  • 08/08/18 | Alain Rousset réagit à la reprise des Menuiseries Grégoire (24)

    Lire

    Alain Rousset prend acte du choix du Tribunal de commerce de Paris de retenir l'offre de reprise des Menuiseries Grégoire à Saint-Martial d'Artenset par le Fonds Prudentia Capital. Il souhaite qu'un plan social pour l'emploi digne de ce nom accompagne cette restructuration. 157 licenciements sont prévus. Alain Rousset indique que "la Région est au travail pour aider le repreneur dans son projet et demande à l'actuel actionnaire, le Fonds Parquest Capital, de contribuer au financement du PSE.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Apprentis d'Auteuil: "un projet social et économique" autour de l'aéronautique

03/07/2017 | A partir de septembre Aérocampus va accueillir une formation portée par Les Apprentis d'Auteuil. Une beau projet présenté par Caroline Boisdron chargée des partenariats pour la Fondation.

Apprentis d'Auteuil créée une nouvelle formation avec le secteur aéronautique

« C'est un projet social ET économique », insiste Caroline Boisdron, en charge du mécénat et des partenariats pour la Fondation des Apprentis d'Auteuil. En adéquation avec le principe fondateur de la structure, qui vise à « héberger et former » des jeunes en situation de décrochage scolaire et/ou social, ce « projet Aéro » répond en effet, aussi à une demande économique : « former de la main d'oeuvre dans un secteur qui marche bien mais qui, au fil des départs en retraite et des commandes d'aéronefs, s'apprête à manquer de bras ». Une double ambition qui aura mis du temps à se mettre en place mais qui suscite l'enthousiasme de part et d'autres des acteurs, dont quelques belles entreprises du secteur aéronautique. Et il y a de quoi.

La fondation des Apprentis d'Auteuil a de multiples facettes quant à ses structures d'accueil et d'insertion. Côté scolarité, « nous couvrons le fil, de la crèche jusqu'au collège, notre objectif étant de ne pas lâcher nos jeunes avant le CAP ou le Bac pro ». Mais depuis 2017 dans l'idée de proposer les formations les plus pertinentes possibles, la Fondation, reconnue d'utilité publique, a mis en place une nouvelle stratégie. Celle-ci a pour but d' « identifier des secteurs qui marchent bien mais qui sont en pénurie de main d'oeuvre, afin de voir avec eux ce que l'on peut construire ensemble », explique Caroline Boisdron.
Dans un premier temps plusieurs formations ont ainsi été imaginées, avec succès, en partenariat avec des entreprises ciblées. Parmi elles, Loréal, « grâce à laquelle on a pu intégrer 15 jeunes filles dans un CAP coiffure à Blanquefort, qui sont des formations de plus en plus chères » ou encore Bergerat-Monnoyeur qui sur une formation de 16 jeunes en contrat professionnel sur la maintenance industrielle, a permis à 12 d'entre eux, soit d'être embauchés par l'entreprise ou ses sous-traitants, soit de poursuivre leur formation vers un diplôme de niveau supérieur.

Démarche a donc été lancée autour et avec le secteur aéronautiqueMais « pouvoir impliquer 15 à 20 jeunes dans un projet de formation autour d'une seule entreprise reste un pari un peu compliqué, toute n'ont pas la taille, les moyens ou les besoins de le faire. D'où l'idée d'ouvrir la démarche à une branche économique dans son ensemble, et ainsi d'associer plusieurs entreprises mécènes dans le projet », explique Caroline Boisdron. La démarche a donc été lancée autour et avec le secteur aéronautique, suite notamment à une rencontre avec Denis Guignot, le Président d'Aérocampus Aquitaine. Quant à la formation qui sera mise en place, a été choisie celle de « Monteur ajusteur aéronef, mention carbone », un métier où l'on va rapidement se poser la question de la main d'oeuvre, nous ont assuré nos partenaires », indique Caroline Boisdron. Et quel partenaires ! Parmi les entreprises engagées figurent : Potez, Dassault, Asquini, Stelia, Sabena... « On aimerait pouvoir avoir un ou deux partenaires entrepreneuriaux de plus, notamment dans le Médoc...», précise encore la responsable.
Sur le calendrier, le projet se fera en trois temps : d'abord, « de septembre à décembre, une information collective autour de l'aéronautique et du métier de monteur-ajusteur », au sein des structures gérées par les Apprentis d'Auteuil ainsi que d'organismes telles que les Missions Locales. Puis de janvier à mars, 20 jeunes suivront un temps de « pré-qualification autour de certains fondamentaux de savoirs et de valeurs, comme la loyauté ou le fait de ne pas vouloir cacher ses erreurs, car c'est lié à la question de la sécurité qui est très importante dans ces métiers ». Ce sont les entreprises qui définissent les éléments de cette pré-qualification qui sera aussi rythmée par deux stages au sein des entreprises permettant au stagiaires d'avoir un premier contact avec l'aéronautique. « C'est en avril 2018 que démarreront les contrats de professionnalisation pour 14 jeunes, au sein de nos entreprises mécènes, en alternance avec les cours théoriques donnés à l'Aérocampus, qui sera également le lieu de formation et d'internat des 3 mois de pré-qualifiation. ».


Un accompagnement personnalisé et renforcé en lien avec les entreprisesQuant aux clefs du succès (vivement espéré) d'un tel projet, Caroline Boisdron en cite notamment trois. D'abord outre les formations, qu'elles soient lors de la pré-qualification ou de la formation diplômante proprement dite, « chaque gamin sera accompagné de manière personnalisée et renforcée tout au long du processus, le tout en lien avec l'entreprise ». Autre facteur de succès : « Nous n'allons pas chercher les jeunes trop loin de l'entreprise, nous travaillons sur le bassin d'emplois de l'entreprise ». En effet, habiter à proximité est une facilité pour s'assurer de la présence du jeune, et simplifie la question de l'hébergement ou de la mobilité. Quant aux périodes de cours théorique, le campus de Latresne, est là aussi selon Caroline Boisdron, un atout : « l'Aéroampus est un lieu magique, outre le décor, on y trouve de grands noms de l'aéronautique, Dassault, Airbus Helicopter... mais aussi des start-ups innovantes ou encore des drones. Nos jeunes vont ainsi baigner dans un monde d'excellence, où ils pourront croiser de nombreuses nationalités, et ainsi mesurer l'utilité de savoir parler anglais... », s'enthousiasme-t-elle.
Du côté des partenaires du dispositif, outre Aérocampus pour l'hébergement et la formation, Caroline Boisdron liste l'AFPA pour la formation, et AFEPT en charge de la coordination du projet et de l'accompagnement personnalisé des jeunes « avant , pendant et après le dispositif ».

Un projet pour un montant global de 285 000 €, dont 175 000 € sont pris en charge dans le cadre de la formation professionnelle. Le restant est dû par les entreprises mécénes. Mais au regard du caractère expérimental et innovant de ce projet, le GIFAS (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales), verse une subvention à hauteur de 80 000 €. Sans cette subvention, le coût réel par jeune est de 3280€, après déduction fiscale.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Apprentis d'Auteuil

Partager sur Facebook
Vu par vous
80772
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !