22/09/17 : Le réalisateur Antoine de Maximy (J'irais dormir chez vous) sera présent pour le lancement du feestival Les Nouvelles Explorations à Royan le 4 octobre, au palais des congrès. Il sera en compagnie du photojournaliste Réza.

22/09/17 : Loi travail : ils étaient entre 600 et 700 à manifester contre le projet de réforme hier à La Rochelle contre les 1500 à 3000 du 12 septembre.

21/09/17 : Ce jeudi, entre 3000 et 10000 personnes ont défilé dans les rues de Bordeaux à l'appel de plusieurs syndicats, dont la CGT et FO dans les rues de Bordeaux pour protester contre la loi travail, une mobilisation moins importante que celle du 12 septembre.

20/09/17 : La CGT et la FSU appellent les salariés à une nouvelle journée d’action ce jeudi contre la réforme du Code du travail. En Dordogne, trois manifestations sont organisées : à 10 h 30 à Périgueux, à 15 h 30 place du 14-Juillet à Sarlat et à 17 h à Bergerac.

20/09/17 : Les mesures acoustiques le long de la LGV Tours-Bordeaux ont démarré hier. Au total 231 points seront contrôlés par le CEREMA de Blois et Bordeaux pour vérifier la conformité acoustique des habitations exposées et l’efficacité des protections installées

20/09/17 : Du 20 au 22 sept, 12 collaborateurs de Bristol-Myers Squibb parcourront près de 700km à vélo pour récolter des fonds en faveur de la recherche contre les cancers des jeunes. Ils passeront par Agen le 20 sept.

20/09/17 : Elections sénatoriales. Les députés lot-et-garonnais LREM apportent leur soutien aux candidates investies par le parti, C. Griffond et M-F Salles qui « sont les deux seules candidates désignées par la Commission nationale d’investiture ».

20/09/17 : La préfecture de la Dordogne modifie ses horaires d'ouverture : l'accueil du public se fera les lundi et vendredi 8h30 – 12h et le mercredi de 8 h 30 à 12 h. Les guichets permis de conduire et cartes grises seront fermées les mardi et jeudi.

20/09/17 : Brive accueillera le samedi 23 septembre place du Civoire son premier salon de la bière locale et artisanale. Cinq brasseries artisanales viendront de Dordogne.

19/09/17 : Journée européenne des langues. Pour l'occasion, la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne organise un World café le mardi 26 sept de 14h à 17h, dans ses locaux pour échanger en anglais, espagnol, italien, allemand et s'informer sur "SO MOBILITÉ".

18/09/17 : C'est un gros coup pour la future Arena de Floirac. Ce lundi, elle a annoncé la venue le 4 avril prochain du groupe de rock américain Imagine Dragons. Les premiers billets seront disponibles à la vente vendredi 22 septembre, et les préventes dès mercredi.

15/09/17 : L'île d'Oléron a été choisie pour accueillir les prochaines Rencontres inter-îles, du 24 au 26 novembre. Ce rendez-vous autour des problématiques liées au maintien de l'agriculture dans les îles aura pour thématique l'accès au foncier.

15/09/17 : L'ancien maire socialiste de Cenon, Alain David, ayant été élu à l'Assemblée nationale c'est son successeur Jean-François Egron qui prend le relais en tant que vice-président de la métropole aux Ressources humaines et à l'administration générale

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/09/17 | Alain Rousset récompensé pour la Pau-Canfranc

    Lire

    Mardi 26 septembre, à Saragosse, Alain Rousset, se verra remettre une distinction par le journal Heraldo de Aragón qui récompense une personnalité extérieure oeuvrant au développement de l'Aragon. Une manière de saluer l’engagement du Président du Conseil régional en faveur de la liaison ferroviaire Pau - Saragosse, aux côtés de l'Aragon. Un engagement, "une obstination" pour d'autres, passant par la fameuse réouverture de la section Bedous–Canfranc, pourtant loin de faire l’unanimité de ce côté ci de la frontière…

  • 22/09/17 | A la découverte du télégraphe de Chappe à Villeneuve-sur-Lot

    Lire

    Le service des Archives municipales et l’association des Amis des moulins de Lot-et-Garonne (ADAM 47) organisent un atelier autour du télégraphe de Chappe. Là, les participants découvriront le fonctionnement de cette invention, les éléments qui restent encore visibles dans le département, et apprendront à s’en servir : envoyer des messages, et décoder les messages. Cette animation gratuite se déroule le 26 sept (14h-17h) aux Archives municipales à Villeneuve/Lot.

  • 20/09/17 | La Silver Economie à l'honneur à La Réole

    Lire

    Ce jeudi 21 et vendredi 22 septembre à la Réole (Gironde) se tient la 2ème édition du Salon de la Silver Economie. Au programme, à destination des seniors: tables rondes, rencontres, débats, offres d’emploi etc. Avec l’aide des élus, le Pays Sud Gironde se mobilise pour faire du vieillissement de sa population une source de création de richesse et d’emploi autour de trois piliers majeurs : habitat, technologie et métiers. Un élan vers plus de solidarité intergénérationnelle.

  • 20/09/17 | Crise aviaire: une pétition de la FDSEA-JA des Landes pour soutenir les éleveurs

    Lire

    Après plusieurs blocages de routes et barrages filtrants ces 15 derniers jours, la FDSEA et les Jeunes agriculteurs des Landes viennent de lancer une pétition en ligne pour demander au gouvernement l'indemnisation des producteurs de canards sur la réalité des pertes, y compris au-delà du 29 mai, date de la reprise d'activité post-grippe aviaire. Manque de canetons et perte de débouchés font qu'un retour à la normale ne sera possible qu'en fin d'année. La pétition sur mesopinions.com objet canards

  • 20/09/17 | Toques et porcelaine à Limoges, les 22, 23 et 24 septembre

    Lire

    La 7e biennale « Toques et porcelaine » se tient à Limoges le week end prochain. A cette occasion, les produits régionaux de Nouvelle-Aquitaine s’uniront aux arts de la table pour célébrer cet événement gastronomique. Cette manifestation propose un dialogue entre contenant et contenu, produits gastronomiques et arts de la table, inventivité des chefs et créativité des porcelainiers. Au menu, des démonstrations de chefs, dix masterclass, des ateliers d’œnologie animés par des chefs et des sommeliers professionnels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Apprentis d'Auteuil: "un projet social et économique" autour de l'aéronautique

03/07/2017 | A partir de septembre Aérocampus va accueillir une formation portée par Les Apprentis d'Auteuil. Une beau projet présenté par Caroline Boisdron chargée des partenariats pour la Fondation.

Apprentis d'Auteuil créée une nouvelle formation avec le secteur aéronautique

« C'est un projet social ET économique », insiste Caroline Boisdron, en charge du mécénat et des partenariats pour la Fondation des Apprentis d'Auteuil. En adéquation avec le principe fondateur de la structure, qui vise à « héberger et former » des jeunes en situation de décrochage scolaire et/ou social, ce « projet Aéro » répond en effet, aussi à une demande économique : « former de la main d'oeuvre dans un secteur qui marche bien mais qui, au fil des départs en retraite et des commandes d'aéronefs, s'apprête à manquer de bras ». Une double ambition qui aura mis du temps à se mettre en place mais qui suscite l'enthousiasme de part et d'autres des acteurs, dont quelques belles entreprises du secteur aéronautique. Et il y a de quoi.

La fondation des Apprentis d'Auteuil a de multiples facettes quant à ses structures d'accueil et d'insertion. Côté scolarité, « nous couvrons le fil, de la crèche jusqu'au collège, notre objectif étant de ne pas lâcher nos jeunes avant le CAP ou le Bac pro ». Mais depuis 2017 dans l'idée de proposer les formations les plus pertinentes possibles, la Fondation, reconnue d'utilité publique, a mis en place une nouvelle stratégie. Celle-ci a pour but d' « identifier des secteurs qui marchent bien mais qui sont en pénurie de main d'oeuvre, afin de voir avec eux ce que l'on peut construire ensemble », explique Caroline Boisdron.
Dans un premier temps plusieurs formations ont ainsi été imaginées, avec succès, en partenariat avec des entreprises ciblées. Parmi elles, Loréal, « grâce à laquelle on a pu intégrer 15 jeunes filles dans un CAP coiffure à Blanquefort, qui sont des formations de plus en plus chères » ou encore Bergerat-Monnoyeur qui sur une formation de 16 jeunes en contrat professionnel sur la maintenance industrielle, a permis à 12 d'entre eux, soit d'être embauchés par l'entreprise ou ses sous-traitants, soit de poursuivre leur formation vers un diplôme de niveau supérieur.

Démarche a donc été lancée autour et avec le secteur aéronautiqueMais « pouvoir impliquer 15 à 20 jeunes dans un projet de formation autour d'une seule entreprise reste un pari un peu compliqué, toute n'ont pas la taille, les moyens ou les besoins de le faire. D'où l'idée d'ouvrir la démarche à une branche économique dans son ensemble, et ainsi d'associer plusieurs entreprises mécènes dans le projet », explique Caroline Boisdron. La démarche a donc été lancée autour et avec le secteur aéronautique, suite notamment à une rencontre avec Denis Guignot, le Président d'Aérocampus Aquitaine. Quant à la formation qui sera mise en place, a été choisie celle de « Monteur ajusteur aéronef, mention carbone », un métier où l'on va rapidement se poser la question de la main d'oeuvre, nous ont assuré nos partenaires », indique Caroline Boisdron. Et quel partenaires ! Parmi les entreprises engagées figurent : Potez, Dassault, Asquini, Stelia, Sabena... « On aimerait pouvoir avoir un ou deux partenaires entrepreneuriaux de plus, notamment dans le Médoc...», précise encore la responsable.
Sur le calendrier, le projet se fera en trois temps : d'abord, « de septembre à décembre, une information collective autour de l'aéronautique et du métier de monteur-ajusteur », au sein des structures gérées par les Apprentis d'Auteuil ainsi que d'organismes telles que les Missions Locales. Puis de janvier à mars, 20 jeunes suivront un temps de « pré-qualification autour de certains fondamentaux de savoirs et de valeurs, comme la loyauté ou le fait de ne pas vouloir cacher ses erreurs, car c'est lié à la question de la sécurité qui est très importante dans ces métiers ». Ce sont les entreprises qui définissent les éléments de cette pré-qualification qui sera aussi rythmée par deux stages au sein des entreprises permettant au stagiaires d'avoir un premier contact avec l'aéronautique. « C'est en avril 2018 que démarreront les contrats de professionnalisation pour 14 jeunes, au sein de nos entreprises mécènes, en alternance avec les cours théoriques donnés à l'Aérocampus, qui sera également le lieu de formation et d'internat des 3 mois de pré-qualifiation. ».


Un accompagnement personnalisé et renforcé en lien avec les entreprisesQuant aux clefs du succès (vivement espéré) d'un tel projet, Caroline Boisdron en cite notamment trois. D'abord outre les formations, qu'elles soient lors de la pré-qualification ou de la formation diplômante proprement dite, « chaque gamin sera accompagné de manière personnalisée et renforcée tout au long du processus, le tout en lien avec l'entreprise ». Autre facteur de succès : « Nous n'allons pas chercher les jeunes trop loin de l'entreprise, nous travaillons sur le bassin d'emplois de l'entreprise ». En effet, habiter à proximité est une facilité pour s'assurer de la présence du jeune, et simplifie la question de l'hébergement ou de la mobilité. Quant aux périodes de cours théorique, le campus de Latresne, est là aussi selon Caroline Boisdron, un atout : « l'Aéroampus est un lieu magique, outre le décor, on y trouve de grands noms de l'aéronautique, Dassault, Airbus Helicopter... mais aussi des start-ups innovantes ou encore des drones. Nos jeunes vont ainsi baigner dans un monde d'excellence, où ils pourront croiser de nombreuses nationalités, et ainsi mesurer l'utilité de savoir parler anglais... », s'enthousiasme-t-elle.
Du côté des partenaires du dispositif, outre Aérocampus pour l'hébergement et la formation, Caroline Boisdron liste l'AFPA pour la formation, et AFEPT en charge de la coordination du projet et de l'accompagnement personnalisé des jeunes « avant , pendant et après le dispositif ».

Un projet pour un montant global de 285 000 €, dont 175 000 € sont pris en charge dans le cadre de la formation professionnelle. Le restant est dû par les entreprises mécénes. Mais au regard du caractère expérimental et innovant de ce projet, le GIFAS (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales), verse une subvention à hauteur de 80 000 €. Sans cette subvention, le coût réel par jeune est de 3280€, après déduction fiscale.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Apprentis d'Auteuil

Partager sur Facebook
Vu par vous
22958
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !