Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/21 : La Rochelle: la compagnie aérienne britannique Jet2 va ouvrir une nouvelle ligne entre Birmingham et La Rochelle l’été 2022. Les 2 lignes actuelles avec Leeds-Bradford et Manchester seront desservies du 29/05 au 18/09 et du 3/07 au 18/09 - 1 vol/samedi.

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/01/21 | Landes : 1 M€ pour réparer les dégâts des intempéries de 2020

    Lire

    Ce 25 janvier, le Conseil départemental des Landes réuni en séance plénière extraordinaire a voté une enveloppe d'1 M€ suite aux 4 épisodes de pluie et de crues connues en 2020, et particulièrement ravageuses sur le réseau et ouvrages d'art routiers. 500 000 € sont dédiés à la remise en état du réseau départemental et 500 000 € iront en soutien des collectivités locales dans leurs propres chantiers de réhabilitation. L'enveloppe globale pourra être revue à la hausse selon les besoins.

  • 26/01/21 | Tribord arrive à La Rochelle

    Lire

    Tribord, la marque de nautisme de Décathlon, a dernièrement quitté son siège de Hendaye pour s'installer à La Rochelle. L'équipe est en train d'emménager dans les locaux de l'ancienne Société des régates rochelaises, au niveau de la capitainerie du port des Minimes. Le site devrait être opérationnel en avril, pour une ouverture au public cet été. Ce laboratoire de recherche et de développement, le "Sailing Lab", aura vocation à développer de nouveaux produits du nautisme. 5 emplois seront créés.

  • 26/01/21 | Transition énergétique: la Région pactise avec les entreprises

    Lire

    Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a conclu début janvier un contrat de partenariat "Compétitivité énergétique" avec l'entreprise Placoplatre, à Cherves-Richemont (Charente). Il s’agit du dixième de ce type. La volonté de la Région est de faire baisser de 30% sa consommation électrique sur l’ensemble du territoire néo-aquitain, dont 20% de celle-ci est représenté par le secteur de l’industrie. Avec ce dixième contrat, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine atteint une économie d'énergie totale de plus de 500 GWh, ce qui correspond à la rénovation de 100 000 logements.

  • 26/01/21 | La voiture, moyen de transport préféré des Néo-Aquitains

    Lire

    Une récente étude de l'INSEE Nouvelle-Aquitaine montre que les Neo-Aquitains ont bien du mal à se séparer de leur voiture, même pour effectuer des déplacements courts. Sur 700 000 personnes habitant à moins de 5kms de leur travail, 72% prennent la voiture, contre 60% nationalement. Pour ceux qui habitent à plus de 5kms de leur travail, 16% s’y rendent en transports en commun et 11% en vélo. Les transports en communs sont davantage utilisés dans les zones fortement urbanisées. Là où le recours au vélo est aussi en hausse. Les résultats de l’enquête ici

  • 25/01/21 | Vienne: une visite guidée digitale de l'Abbaye de Saint-Savin !

    Lire

    L'abbaye de Saint-Savin (86) propose une visite virtuelle en partenariat avec la société Conférentia spécialisée dans l’organisation d’événements digitaux. Totalement gratuite, cette visite inédite se déroule ce lundi 25 janvier entre 18h30 et 20h et sera animée par 2 guides-conférenciers de l’abbaye. Le temps de cette visite atypique, le visiteur sera transporté de son salon jusqu’au au cœur du Moyen Âge, entre petite et grande histoire de France, à la découverte de l’abbaye et de lieux traditionnellement interdits d’accès ! Infos et inscription : www.conferentia.fr (onglet conférence gratuite)

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Apprentis d'Auteuil: "un projet social et économique" autour de l'aéronautique

03/07/2017 | A partir de septembre Aérocampus va accueillir une formation portée par Les Apprentis d'Auteuil. Une beau projet présenté par Caroline Boisdron chargée des partenariats pour la Fondation.

Apprentis d'Auteuil créée une nouvelle formation avec le secteur aéronautique

« C'est un projet social ET économique », insiste Caroline Boisdron, en charge du mécénat et des partenariats pour la Fondation des Apprentis d'Auteuil. En adéquation avec le principe fondateur de la structure, qui vise à « héberger et former » des jeunes en situation de décrochage scolaire et/ou social, ce « projet Aéro » répond en effet, aussi à une demande économique : « former de la main d'oeuvre dans un secteur qui marche bien mais qui, au fil des départs en retraite et des commandes d'aéronefs, s'apprête à manquer de bras ». Une double ambition qui aura mis du temps à se mettre en place mais qui suscite l'enthousiasme de part et d'autres des acteurs, dont quelques belles entreprises du secteur aéronautique. Et il y a de quoi.

La fondation des Apprentis d'Auteuil a de multiples facettes quant à ses structures d'accueil et d'insertion. Côté scolarité, « nous couvrons le fil, de la crèche jusqu'au collège, notre objectif étant de ne pas lâcher nos jeunes avant le CAP ou le Bac pro ». Mais depuis 2017 dans l'idée de proposer les formations les plus pertinentes possibles, la Fondation, reconnue d'utilité publique, a mis en place une nouvelle stratégie. Celle-ci a pour but d' « identifier des secteurs qui marchent bien mais qui sont en pénurie de main d'oeuvre, afin de voir avec eux ce que l'on peut construire ensemble », explique Caroline Boisdron.
Dans un premier temps plusieurs formations ont ainsi été imaginées, avec succès, en partenariat avec des entreprises ciblées. Parmi elles, Loréal, « grâce à laquelle on a pu intégrer 15 jeunes filles dans un CAP coiffure à Blanquefort, qui sont des formations de plus en plus chères » ou encore Bergerat-Monnoyeur qui sur une formation de 16 jeunes en contrat professionnel sur la maintenance industrielle, a permis à 12 d'entre eux, soit d'être embauchés par l'entreprise ou ses sous-traitants, soit de poursuivre leur formation vers un diplôme de niveau supérieur.

Démarche a donc été lancée autour et avec le secteur aéronautiqueMais « pouvoir impliquer 15 à 20 jeunes dans un projet de formation autour d'une seule entreprise reste un pari un peu compliqué, toute n'ont pas la taille, les moyens ou les besoins de le faire. D'où l'idée d'ouvrir la démarche à une branche économique dans son ensemble, et ainsi d'associer plusieurs entreprises mécènes dans le projet », explique Caroline Boisdron. La démarche a donc été lancée autour et avec le secteur aéronautique, suite notamment à une rencontre avec Denis Guignot, le Président d'Aérocampus Aquitaine. Quant à la formation qui sera mise en place, a été choisie celle de « Monteur ajusteur aéronef, mention carbone », un métier où l'on va rapidement se poser la question de la main d'oeuvre, nous ont assuré nos partenaires », indique Caroline Boisdron. Et quel partenaires ! Parmi les entreprises engagées figurent : Potez, Dassault, Asquini, Stelia, Sabena... « On aimerait pouvoir avoir un ou deux partenaires entrepreneuriaux de plus, notamment dans le Médoc...», précise encore la responsable.
Sur le calendrier, le projet se fera en trois temps : d'abord, « de septembre à décembre, une information collective autour de l'aéronautique et du métier de monteur-ajusteur », au sein des structures gérées par les Apprentis d'Auteuil ainsi que d'organismes telles que les Missions Locales. Puis de janvier à mars, 20 jeunes suivront un temps de « pré-qualification autour de certains fondamentaux de savoirs et de valeurs, comme la loyauté ou le fait de ne pas vouloir cacher ses erreurs, car c'est lié à la question de la sécurité qui est très importante dans ces métiers ». Ce sont les entreprises qui définissent les éléments de cette pré-qualification qui sera aussi rythmée par deux stages au sein des entreprises permettant au stagiaires d'avoir un premier contact avec l'aéronautique. « C'est en avril 2018 que démarreront les contrats de professionnalisation pour 14 jeunes, au sein de nos entreprises mécènes, en alternance avec les cours théoriques donnés à l'Aérocampus, qui sera également le lieu de formation et d'internat des 3 mois de pré-qualifiation. ».


Un accompagnement personnalisé et renforcé en lien avec les entreprisesQuant aux clefs du succès (vivement espéré) d'un tel projet, Caroline Boisdron en cite notamment trois. D'abord outre les formations, qu'elles soient lors de la pré-qualification ou de la formation diplômante proprement dite, « chaque gamin sera accompagné de manière personnalisée et renforcée tout au long du processus, le tout en lien avec l'entreprise ». Autre facteur de succès : « Nous n'allons pas chercher les jeunes trop loin de l'entreprise, nous travaillons sur le bassin d'emplois de l'entreprise ». En effet, habiter à proximité est une facilité pour s'assurer de la présence du jeune, et simplifie la question de l'hébergement ou de la mobilité. Quant aux périodes de cours théorique, le campus de Latresne, est là aussi selon Caroline Boisdron, un atout : « l'Aéroampus est un lieu magique, outre le décor, on y trouve de grands noms de l'aéronautique, Dassault, Airbus Helicopter... mais aussi des start-ups innovantes ou encore des drones. Nos jeunes vont ainsi baigner dans un monde d'excellence, où ils pourront croiser de nombreuses nationalités, et ainsi mesurer l'utilité de savoir parler anglais... », s'enthousiasme-t-elle.
Du côté des partenaires du dispositif, outre Aérocampus pour l'hébergement et la formation, Caroline Boisdron liste l'AFPA pour la formation, et AFEPT en charge de la coordination du projet et de l'accompagnement personnalisé des jeunes « avant , pendant et après le dispositif ».

Un projet pour un montant global de 285 000 €, dont 175 000 € sont pris en charge dans le cadre de la formation professionnelle. Le restant est dû par les entreprises mécénes. Mais au regard du caractère expérimental et innovant de ce projet, le GIFAS (Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales), verse une subvention à hauteur de 80 000 €. Sans cette subvention, le coût réel par jeune est de 3280€, après déduction fiscale.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Apprentis d'Auteuil

Partager sur Facebook
Vu par vous
84776
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !