Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni ce jour les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Ce mercredi Jean-René Etchegaray en présentera les pistes.

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/03/21 | Poitiers : une collecte de protections hygiéniques ce 6 mars

    Lire

    Ce samedi 6 mars dans le cadre de la Journée Internationale des droits des femmes, le CCAS de Poitiers organise une collecte de protections hygiéniques pour lutter contre la précarité menstruelle. De 14h à 17h30, des boites seront disposées dans deux Carrefour City du centre-ville (rue Carnot et place du marché), ainsi que dans le Monoprix à l'entrée du centre commercial des Cordeliers. Des bénévoles seront présents pour accueillir, informer et échanger sur le sujet de la précarité menstruelle.

  • 03/03/21 | Grand Poitiers : le concert de "The Beggar’s Ensemble" disponible

    Lire

    Nous vous en avions parlé le 9 février dernier dans cet article. The Beggar’s Ensemble avait enregistré en vidéo au conservatoire de Grand Poitiers Gin Craze, un récital de morceaux de musique baroque composés par des Anglais dans la première moitié du XVIIIe siècle. Le concert (de 58 minutes) est sorti sur la page Facebook de l'ensemble, celle de Grand Poitiers et celle du conservatoire de Grand Poitiers ainsi que sur la page Youtube de Beggar’s Ensemble.

  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Après la parenthèse estivale le tourisme basque et béarnais à nouveau inquiet

25/09/2020 | La crise sanitaire a engendré un certain nombre de phénomènes inédits en matière touristique dans le département des Pyrénées-Atlantiques

Jacques Pédehontaa et Max Brisson, président et vice président de l'AADT 64

En raison de la crise sanitaire et du confinement du printemps dernier, ce n'est que ce 23 septembre que l'Agence d’attractivité et de Développement Touristiques du Béarn et du Pays (AaDT 64) n'a pu tenir son assemblée générale 2019... Un temps déjà lointain marqué alors par « une très belle fréquentation », rappelle Jacques Pédehontaa, Président de la structure. Une saison d'autant plus éloignée que le Covid-19 et toutes ses perturbations sur le secteur sont passées par là. « Sur le premier semestre 2020, la perte est évaluée à 363 M€ pour les professionnels du tourisme, heureusement l'été a permis de sauver une partie de leur activité», note l'agence. Mais avec le retour de l'épidémie, les inquiétudes aussi sont dans l'air.

Si tout a été à l'arrêt au printemps, confinement oblige, l'été a permis de sauver les meubles pour les professionnels du tourisme du Béarn et des Pyrénées-Atlantiques. Un été qui au-delà d'une météo favorable a profité d'un certain nombre de phénomènes inhabituels.
Premier élément nouveau, la durée des séjours : « Les touristes ont été moins nombreux mais ils sont restés plus longtemps » , note le président Pédehontaa. Conséquence, la haute saison s'est étalé du 11 juillet au 22 août, soit une semaine de plus que les années précédente, et au final un bilan de nuitées quasiment identiques au bilan 2019.
Deuxième point soulevé par les observations de l'ADT : la clientèle étrangère est certes en baisse (Allemagne, Royaume-Unis, Pays Bas et Belgique) mais c'est la clientèle de proximité qui a fortement plébiscité les Pyrénées-Atlantiques. «Les espagnols sont restés bien présents, et les voisins girondins, Haut-Garonnais, ainsi que les excursionnistes Landais et Haut-Pyrénéens. » A noter aussi un marché francilien en forte hausse avec +33% de nuitées, notamment en Pays Basque. A l'inverse, à Pau, le tourisme urbain principalement porté par les visiteurs étrangers et le toursime d'affaire a connu un été plus compliqué que les autres années.

"Pays basque intérieur et montagne béarnaise ont connu un bel engouement"
Quant aux sites fréquentés par les touristes, c'est la campagne qui tire le mieux sont épingle du jeu confirmant là une tendance déjà émergente en 2019 et que la crise est venu amplifier. « On a vu un besoin accru d'espace et de convivialité : Pays basque intérieur et montagne béarnaise ont connu un bel engouement ». En Pays basque la fréquentation du littoral s'est maintenue au bon niveau de 2019, avec un petit bémol sur l'hôtellerie de plein air, et en Béarn « les trois vallées pyrénéennes ont connu un véritable plébiscite des touristes en recherche de grands espaces », se satisfait Jacques Pédehontaa.
A ceux qui auraient pu critiquer cet été une sur-fréquentation touristique dans certaines zones du Pays basque, Max Brisson, sénateur et vice-président de l'AaDT a une réponse toute faite : « Je ne suis pas de ceux qui rechigne à une belle fréquentation. Au vu des difficultés actuelles, c'est la solution pour que les entreprises du tourisme puissent passer l'hiver. D'autant que nous ne sommes pas Barcelone ou Amsterdam... S'il peut y avoir ce genre de phénomène ce n'est l'affaire que de quelques jours par an. Dans le contexte actuel je préfère qu'il y ait trop de touristes que pas assez... Cela dit ça pose la question du tourisme à l'année, et de l'étalement du tourisme sur les 4 saisons auquel il nous faut travailler.»

Pour ce qui est de l'arrière-saison justement, celle-ci démarre avec un fort sentiment d'inquiétude de la part des professionnels, en lien avec l'instabilité de la situation sanitaire. Manque de réservations, crainte d'annulations et un tourisme d'affaires aussi à l'arrêt depuis le début de la crise, « il faudra compter sur le phénomène de réservation non plus de dernière minute mais d'ultra dernière minute, parfois du jour au lendemain », prévient déjà le président de l'AaDT. Là encore de nouveaux comportements qu'il faudra apprendre à appréhender, voire à s'adapter pour l'Aadt et les acteurs locaux. Car après tout mieux une réservation tardive mais certaine que pas de réservation du tout...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3403
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !