Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Après la parenthèse estivale le tourisme basque et béarnais à nouveau inquiet

25/09/2020 | La crise sanitaire a engendré un certain nombre de phénomènes inédits en matière touristique dans le département des Pyrénées-Atlantiques

Jacques Pédehontaa et Max Brisson, président et vice président de l'AADT 64

En raison de la crise sanitaire et du confinement du printemps dernier, ce n'est que ce 23 septembre que l'Agence d’attractivité et de Développement Touristiques du Béarn et du Pays (AaDT 64) n'a pu tenir son assemblée générale 2019... Un temps déjà lointain marqué alors par « une très belle fréquentation », rappelle Jacques Pédehontaa, Président de la structure. Une saison d'autant plus éloignée que le Covid-19 et toutes ses perturbations sur le secteur sont passées par là. « Sur le premier semestre 2020, la perte est évaluée à 363 M€ pour les professionnels du tourisme, heureusement l'été a permis de sauver une partie de leur activité», note l'agence. Mais avec le retour de l'épidémie, les inquiétudes aussi sont dans l'air.

Si tout a été à l'arrêt au printemps, confinement oblige, l'été a permis de sauver les meubles pour les professionnels du tourisme du Béarn et des Pyrénées-Atlantiques. Un été qui au-delà d'une météo favorable a profité d'un certain nombre de phénomènes inhabituels.
Premier élément nouveau, la durée des séjours : « Les touristes ont été moins nombreux mais ils sont restés plus longtemps » , note le président Pédehontaa. Conséquence, la haute saison s'est étalé du 11 juillet au 22 août, soit une semaine de plus que les années précédente, et au final un bilan de nuitées quasiment identiques au bilan 2019.
Deuxième point soulevé par les observations de l'ADT : la clientèle étrangère est certes en baisse (Allemagne, Royaume-Unis, Pays Bas et Belgique) mais c'est la clientèle de proximité qui a fortement plébiscité les Pyrénées-Atlantiques. «Les espagnols sont restés bien présents, et les voisins girondins, Haut-Garonnais, ainsi que les excursionnistes Landais et Haut-Pyrénéens. » A noter aussi un marché francilien en forte hausse avec +33% de nuitées, notamment en Pays Basque. A l'inverse, à Pau, le tourisme urbain principalement porté par les visiteurs étrangers et le toursime d'affaire a connu un été plus compliqué que les autres années.

"Pays basque intérieur et montagne béarnaise ont connu un bel engouement"
Quant aux sites fréquentés par les touristes, c'est la campagne qui tire le mieux sont épingle du jeu confirmant là une tendance déjà émergente en 2019 et que la crise est venu amplifier. « On a vu un besoin accru d'espace et de convivialité : Pays basque intérieur et montagne béarnaise ont connu un bel engouement ». En Pays basque la fréquentation du littoral s'est maintenue au bon niveau de 2019, avec un petit bémol sur l'hôtellerie de plein air, et en Béarn « les trois vallées pyrénéennes ont connu un véritable plébiscite des touristes en recherche de grands espaces », se satisfait Jacques Pédehontaa.
A ceux qui auraient pu critiquer cet été une sur-fréquentation touristique dans certaines zones du Pays basque, Max Brisson, sénateur et vice-président de l'AaDT a une réponse toute faite : « Je ne suis pas de ceux qui rechigne à une belle fréquentation. Au vu des difficultés actuelles, c'est la solution pour que les entreprises du tourisme puissent passer l'hiver. D'autant que nous ne sommes pas Barcelone ou Amsterdam... S'il peut y avoir ce genre de phénomène ce n'est l'affaire que de quelques jours par an. Dans le contexte actuel je préfère qu'il y ait trop de touristes que pas assez... Cela dit ça pose la question du tourisme à l'année, et de l'étalement du tourisme sur les 4 saisons auquel il nous faut travailler.»

Pour ce qui est de l'arrière-saison justement, celle-ci démarre avec un fort sentiment d'inquiétude de la part des professionnels, en lien avec l'instabilité de la situation sanitaire. Manque de réservations, crainte d'annulations et un tourisme d'affaires aussi à l'arrêt depuis le début de la crise, « il faudra compter sur le phénomène de réservation non plus de dernière minute mais d'ultra dernière minute, parfois du jour au lendemain », prévient déjà le président de l'AaDT. Là encore de nouveaux comportements qu'il faudra apprendre à appréhender, voire à s'adapter pour l'Aadt et les acteurs locaux. Car après tout mieux une réservation tardive mais certaine que pas de réservation du tout...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3914
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !