20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

11/05/22 : GIRONDE. La sortante Christelle Dubos (LREM), 46 ans, lâche la 12e circonscription. Elue en 2017, secrétaire d'Etat de 2018 à 2020, elle a créé le service public du versement des pensions alimentaires. Son suppléant, Pascal Lavergne devient candidat.

11/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Le Hendayais Tom Dubois-Robin, 29 ans, portera les couleurs de la NUPES dans la 6e circonscription. Ex gilet jaune, il a aussi interpellé, en tant que riverain, les pouvoirs publics sur le sort des migrants à la frontière basque.

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6e circonscription, le sortant Vincent Bru, majorité présidentielle, se représente. L'ex-maire de Cambo et ex-conseiller départemental est concurrencé par l'adjoint au commerce de Biarritz, Fabrice-Sebastien Bach (LR).

10/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription de Bordeaux, le leader EELV au conseil régional, Nicolas Thierry annonce sa candidature au poste de député face à Catherine Fabre (LREM), élue en 2017 après avoir battu Michèle Delaunay (PS) et Pierre Hurmic(EELV).

10/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Colette Capdevielle, députée PS de 2012 à 2017, ne se présente pas dans la 5e circonscription, réservée à LFI par l'accord politique NUPES. "Nous entendons le message qui demande à la gauche de se réunir" indique la section du PS.

05/05/22 : LIMOUSIN. Après l’accord entre LFI, PC, EELV et PS, un seul candidat PS pourra se présenter dans l’ancienne région, sur la 2ème circonscription de la Haute-Vienne détenue par le député LREM Pierre Venteau. Six socialistes avaient été élus en 2012.

05/05/22 : HAUTE-VIENNE. Sur la 2ème circonscription, le député LREM Pierre Venteau, qui avait remplacé Jean-Baptiste Djebbari en novembre 2019 nommé secrétaire d'État aux transports, annonce qu’il ne sollicitera pas l’investiture aux élections législatives.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/05/22 | Dordogne : Le schéma départemental en faveur des personnes âgées se prépare

    Lire

    La Dordogne est le 4ème département le plus âgé de France, avec plus d'un tiers de sa population de plus de 60 ans, contre un quart à l'échelle nationale. Cette tranche d'âge devrait représenter 40% de la population périgordine d'ici 10 ans. Fort de ce constat, les travaux du Schéma départemental des personnes âgées 2022-2026 ont été lancés mercredi 18 mai à Périgueux. Objectif: définir les grandes orientations de la politique départementale de l'autonomie pour les 5 ans à venir, sur la base des propositions des professionnels du secteur. Plus d'une centaine étaient présents mercredi.

  • 24/05/22 | Deux-Sèvres : Une maison de santé pluridisciplinaire

    Lire

    La commune de Saint-Aubin-le-Cloud dans les Deux-Sèvres va construire une maison de santé pluridisciplinaire dans son centre-bourg. Le bâtiment disposera d'un cabinet médical pour 2 médecins généralistes, de cabinets pour des infirmiers libéraux, la kinésithérapie et les permanences de professionnels extérieurs. La structure sera également doté d’une salle de réunion pluridisciplinaire.

  • 24/05/22 | Une 20ème structure France Services en Corrèze

    Lire

    Le 20 mai dernier, une 20ème structure France Services a été inaugurée à Allassac. Le maire a souhaité l'ouverture de cette structure pour faire face au départ de la CPAM de sa commune et anticiper le départ du Trésor public. Accueilli dans les locaux de la mairie, cet espace permet d'apporter des services à l'ensemble des habitants. Pour compléter cette offre, la mairie va accueillir à compter du 1er juin une conseillère numérique.

  • 23/05/22 | La Métive, bien plus qu'une résidence artistique

    Lire

    La Métive, à Moutier-d'Ahun en Creuse, est un lieu de résidence de création artistique pluridisciplinaire qui a pour objectif de développer la culture en milieu rural. La résidence permet aussi de favoriser la rencontre entre les artistes locaux, nationaux et internationaux en leur offrant un espace de travail et de création. Pour cette année 2022, le lieu de résidence creusois va organiser des cinés-clubs itinérants et des expositions temporaires notamment.

  • 23/05/22 | Creuse : Une unité de méthanisation dans le Grand Guéret

    Lire

    A Guéret en Creuse, la société Biogaz est détenue par Engie BiOZ, la Communauté d'agglomération du Grand Guéret, la société d’économie mixte Elina, la société Picoty ainsi que les agriculteurs partenaires qui souhaiteraient entrer au capital. Biogaz va créer une unité de méthanisation afin de mieux traiter et valoriser les effluents. Elle permettra de produire près de 2 624 149 Nm3 de biogaz par an, et 27 319 tonnes/an de fertilisant organique (digestat) et évitera l'émission de 3 743 tonnes équivalent CO2 dans l'atmosphère chaque année.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Artisanat et formation : Chambre des Métiers et région veulent garder la main

24/01/2020 | La Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Nouvelle-Aquitaine a révélé des chiffres sur la (bonne) santé de l'artisanat régional et de la création d'entreprises.

1

147 428. C'est, officiellement, le nombre d'entreprises d'artisanat que compte la Nouvelle-Aquitaine début 2020. Ce chiffre, révélé ce vendredi par la Chambre des Métiers et de l'Artisanat régionale, est particulièrement parlant lorsqu'on lui accole une augmentation du nombre d'entreprises de 46,5% entre 2010 et 2019. Derrière cette réalité, celle de la formation des apprentis artisans, le tout dans le contexte contesté de la nouvelle loi sur l'orientation professionnelle. Voici ce que révèle l'essentiel de cette étude et comment la chambre consulaire et la région comptent s'organiser pour continuer à soutenir un apprentissage dont les derniers chiffres n'ont pas manqué de souligner le dynamisme.

147 428. C'est, officiellement, le nombre d'entreprises d'artisanat que compte la Nouvelle-Aquitaine début 2020. Ce chiffre, révélé ce vendredi par la Chambre des Métiers et de l'Artisanat régionale, est particulièrement parlant lorsqu'on lui accole une augmentation du nombre d'entreprises de 46,5% entre 2010 et 2019. En parcourant l'ensemble des données présentées, on découvre ainsi que le bâtiment (40%) est le principal secteur d'activité des entreprises régionales, suivi de près par les services (36%) et d'un peu plus loin par la production (14%) et l'alimentation.

Soutien préventif 

Même si, pour l'instant, de l'aveu des représentants, il n'existe pas de données générales sur les entreprises artisanales en difficulté (ouvrant une instruction devant les tribunaux de commerce), on peut tout de même dire qu'il y a eu en 2019 plus d'immatriculations d'entreprises (23 705) que de radiations (11 870), là encore majoritairement dans les services et le bâtiment. Territorialement, sans grande surprise, la Gironde domine largement (41 755 entreprises, 7721 immatriculations). La même dynamique est cependant observée en Charente-Maritime (16 518 entreprises dont 2381 créées en 2019), dans les Landes (11 250/2085), en Dordogne (13 112/2009) ou encore dans les Pyrénées-Atlantiques (17 015/2277). Les données soulignent également que la densité artisanale, à savoir le nombre d'entreprises pour 10 000 habitants, est en progression en Nouvelle-Aquitaine : 246 au 1er janvier 2020 contre 229 à la même date en 2018. "Un dépôt de bilan est rarement réversible. L'entrepreneur qui est en difficulté est souvent seul. Parfois, c'est sa famille ou ses proches qui nous appellent. En établissant des liens en amont avec les tribunaux de commerce, comme ça a été fait en ex-Limousin, on peut faire quelque chose, ça peut devenir réversible", précise le président de la CMA (Chambre des Métiers et de l’Artisanat) de Nouvelle-Aquitaine, Jean-Pierre Gros. 

Avec, toutefois, un bémol pour le représentant : 71% des entreprises artisanales créées sont des microentreprises. Un effet concret de la création du statut d'autoentrepreneur en 2009 ? "En tout cas, ça nous interpelle dans nos choix d'accompagnement. Nous ne sommes pas dans une posture anti autoentrepreneurs. L'évolution des comportements, des choix de vie et des processus de reconversion a porté la création d'entreprise comme quelque chose de nécessaire. L'objectif n'est plus de combattre les dérives mais d'accompagner les chefs d'entreprises au mieux". Les chefs ne sont d'ailleurs pas seulement masculins : 25% des 153 985 dirigeants d'entreprises artisanales en Nouvelle-Aquitaine sont des femmes, majoritairement dans les services et la production, alors qu'on retrouve les hommes en plus grand nombre dans le bâtiment et les services. L'âge moyen de ces dirigeants est de 46 ans, soit quatre ans de plus que l'indicateur d'âge moyen de la population française (42 ans). Sur ce recensement, l'étude précise également que "l'indicateur de vieillissement des chefs d'entreprise (55 ans et plus) est plus préoccupant dans certains départements comme la Creuse ou la Corrèze". "On lutte beaucoup pour que la transmission se fasse dans l'anticipation à quatre ou cinq ans. Les chefs d'entreprises tardent souvent trop à imaginer une reprise. Or, ce qu'on perd, ce sont des emplois non-délocalisables", a souligné ainsi Jean-Pierre Gros. La région, de son côté, prépare un site internet spécifiquement dédié à cette question, en partenariat avec les chambres consulaires. Il devrait être en ligne dans les prochains mois.

Parenthèse fiscale

Ces nouvelles données ont également été l'occasion pour la CMA régionale de signer une convention de partenariat avec l'URSSAF Nouvelle-Aquitaine. Objectifs : redorer le blason d'un organisme d'avantage pointé du doigt pour ses contrôles que pour sa politique de prévention et organiser la lutte contre le travail dissimulé. Selon des chiffres récemment révélés, ce dernier représentait en 2018 618 millions d'euros de redressement effectués en France, soit une augmentation de +19% par rapport à 2017. En ex-Aquitaine, la tendance était la même selon Henri Lourde-Rocheblave, directeur régional de l'organisme. Ainsi, le montant des redressements spécifiquement concernant le travail dissimulé s'établissait à 24,1 millions d'euros en 2018 contre 13,4 millions en 2017 et 15,4 millions en 2016. Les chiffres pour 2019 ne sont pas encore sortis, mais le responsable a indiqué un chiffre "plus proche de celui de 2016. On bascule des effectifs de contrôle classique d'entreprises déclarées vers la lutte contre le travail illégal, on a mesuré que les enjeux financiers étaient bien plus forts. On fait plus de prévention que de répression parce que les dossiers sont longs. Certains procès-verbaux peuvent mettre parfois deux ans à se monter. Notre lutte se fait notamment dans le bâtiment, un secteur compliqué avec beaucoup de sous-traitance en cascade". Ironie du sort donc : le secteur qui compte le plus d'effectif est aussi un des principaux "contributeur" du redressement fiscal pour travail dissimulé... 

"Grand contournement"

Parenthèse fermée, cette conférence a aussi permis aux responsables régionaux de l'artisanat de se féliciter d'un chiffre notable : avec 10 935 apprentis (dont 35% dans les métiers de bouche, 26% dans les services et 25% dans la maintenance et l'entretien), la Nouvelle-Aquitaine est la région dans laquelle les CMA forment le plus grand nombre d'apprentis en France, majoritairement titulaires de CAP (71%) et de Brevets Professionnels (14%). Le contexte de la formation professionnelle est, on le sait, changeant au niveau national. Au mois de septembre 2018, le Parlement a en effet adopté la loi "pour la liberté de choisir son avenir professionnel". L'une des conséquences de cette loi, c'est la perte pour les régions de la compétence apprentissage, au profit des branches professionnelles, et les ressources financières qui vont avec, issues de la taxe sur l'apprentissage, remplacée par un financement au contrat. La crainte des chambres consulaires comme la CMA de Nouvelle-Aquitaine est claire : l'assèchement des centres de formation dans les territoires les plus ruraux au profit de l'ouverture de nouveaux centres, confiés aux branches professionnelles, sur des secteurs plus attractifs comme les métropoles. L'inquiétude des régions était principalement cristallisée sur le montant "compensatoire" de cette perte de compétence. Selon l'article 24 du projet de loi de finances 2020, ce montant sera de 138 millions d'euros pour financer les dépenses de fonctionnement des 102 CFA régionaux, soit à dix millions près le montant de l'investissement de fonctionnement régional (120 millions d'euros), sans compter le coût du renouvellement du matériel pédagogique. 

Pour la Chambre des Métiers et de l'Artisanat régionale, les craintes sont toujours là, mais la contre-attaque semble s'activer en coulisses. "La carte des formations a disparu, on n'a donc plus la puissance publique pour la réguler. On peut le voir comme un bien ou un mal. Sur des territoires comme la Gironde, je pense que ce n'est pas un sujet parce qu'il y a de la place pour tout le monde. Si L'Oréal décide d'ouvrir un centre de formation girondin, c'est une concurrence mais elle se fait sur un potentiel économique fort. Là où se poseront les difficultés pour les CAP qui sont souvent mineurs et peu mobiles (la majeure partie des apprentis formés), c'est que s'il y a une concurrence permettant d'opérer une déprise territoriale de ces outils de formation sur des territoires comme la Corrèze, les Deux-Sèvres ou la Creuse et qu'on accélère cette déprise en créant des pôles forts, on ne pourra ni remplir les sections ni équilibrer les comptes. La carte des formations permettait de mesurer le risque. Sur des grosses métropoles, on se rend déjà compte de la volonté des entreprises d'ouvrir des plateaux techniques. Les grandes entreprises conservent le bénéfice de la captation de la ressource pour faire de la formation. Elle n'est plus générique comme peuvent l'être les formations artisanales, elle est spécialisée aux besoins des entreprises qui ouvrent ces centres. Ça nous interpelle", commente ainsi Jean-Pierre Gros.

Si elles ont perdu la compétence apprentissage, les régions ont en revanche gagné la responsabilité de l'orientation. Ce que répond en substance Guy Moreau, conseiller régional délégué à la reprise et à la transmission des entreprises, c'est que la loi pourrait ne pas changer grand-chose à l'implication des régions dans la formation professionnelle des jeunes. "Il faudra bien qu'on continue à s'occuper des territoires de façon égale. On va faire ce travail en relation avec la Chambre des Métiers. On a pris la décision, malgré la modification de la loi, de continuer le travail comme on le faisait avant. Certes, on n'a plus la main sur la formation dans la réalité, mais on a quand même notre mot à dire sur l'équilibre de la répartition territoriale. L'orientation est aussi un moyen pour nous de nous fixer par rapport aux besoins de formations locales". Un moyen, aussi, de contourner une perte de compétence ? "La région soutiendra l'investissement des CFA avec ce que permettra la nouvelle loi".

Pour ce qui est de la CMA, son président a avoué une intention claire de "gérer notre propre carte des formations, même si on ne bougera pas notre carte pour les niveaux 5 (CAP) pour lesquels la proximité est indispensable, sauf à constater que des filières disparaissent où s'ouvrent. Sur les autres niveaux, on va opérer une gestion parce que les publics sont plus mobiles. Si on essaie d'ouvrir un BTS mécanique auto sur tous les départements, on se condamne nous-même. On veut rester présents sur les territoires, une ambition partagée avec le Conseil régional". Sans en dire beaucoup plus sur un potentiel calendrier, Jean-Pierre Gros a ainsi évoqué des réflexions en cours pour l'ouverture de plateaux de formations techniques spécialisées en région. Il a notamment évoqué une formation brassicole, une deuxième ciblée sur la fin de vie ou encore une troisième sur l'esthétique, confirmant ainsi indirectement les propos de la présidente de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de la Gironde Nathalie Laporte, interrogée en juillet. La Nouvelle-Aquitaine, elle, est en cours de rédaction et de restitution d'une "feuille de route des savoirs faire d'excellence", justement ciblée sur la filière cuir et les métiers d'art. C'est ce qu'on pourrait trivialement appeler "vouloir garder un pied dans la porte"... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6240
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
symboise une Economie | 23/05/2022

Avec Symbiose, la voiture du futur s'imprime en Haute Gironde

Visite de la Halle technologique de l'IUT Pays de l'Adour à l'occasion de son inauguration Economie | 06/05/2022

Très haut débit : Une nouvelle pépite technologique à l'IUT de Mont-de-Marsan

Danielle Sancier, déléguée régionale Apec Nouvelle-Aquitaine. Economie | 06/05/2022

Recrutement des cadres: entre sortie de crise et impacts de la guerre en Ukraine

Gaetan Longeon forme Amandine dans le cadre de Ma Cycloentreprise. Economie | 22/04/2022

Ma Cycloentreprise : En selle pour enrayer la pollution

Ces objets sont réalisés à partir de bois de récupération. Economie | 13/04/2022

Les Amis de la Dronne réinsèrent des publics éloignés de l’emploi en recyclant des bois de récupération

Image d'illustration - Rail voie ferrée - jonction Economie | 12/04/2022

Le pari de la ligne Bordeaux-Lyon se complique pour Railcoop

Florent Mouriéras (à gauche) directeur de Catalent Biologics a fait découvrir les nouvelles installations à Françoise Jeanson, vice-présidente de la Région. Economie | 11/04/2022

Limoges : Catalent Biologics inaugure sa nouvelle unité de production avec le soutien de la Région

L'entrepreneur québécois d'Optima Aéro, Toby Gauld et la directrice générale en France, Céline Marchal, s'installent au Pays basque pour recycler des pièces d'hélicoptères Economie | 06/04/2022

Le reconditionnement des pièces d'hélicoptères se pose au Pays basque

Le Multiple accueille quatre acteurs de l'économie sociale et solidaire à Périgueux, soit 7 salariés Economie | 04/04/2022

A Périgueux, le Multiple au service de l'économie sociale et solidaire

Colette Langlade, conseillère régionale de Nouvelle-Aquitaine et Mali Maciag créatrice de la marque ''Cousu français'' à Pau Economie | 04/04/2022

Entreprises : Une Quinzaine de la création cousue main pour les porteurs de projet

Ils étaient près de 200 en début de semaine à l'hippodrome de Pau, pour participer au lancement du cluster Pyrénées Hydrogène. Economie | 30/03/2022

Neutralité carbone et autonomie énergétique : Béarn et Bigorre font le pari de l'hydrogène

le poulailler une Economie | 30/03/2022

Le Poulailler, nouveau tiers-lieu médocain et extension de la Cocotte minute a ouvert à Lesparre

Pendant trois jours, Nontron renoue avec des échanges autour des métiers d'art, du 1au 3 avril Economie | 29/03/2022

Les Métiers d'arts invitent à la découverte des gestes et des matières à Nontron (24)

Les ports de La Rochelle et de Brest utilisent le Geneseas et douze de plus seront en service cette année Economie | 23/03/2022

Haute-Vienne : Geneseas le premier robot solaire et connecté qui dépollue les ports

Les métiers de l'embouteillage font partie des métiers à découvrir dans le cadre de La Quinzaine des métiers de la vigne et du vin du 21 mars au 1er avril 2022 Economie | 21/03/2022

En Gironde, la filière viti-vinicole recrute