Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing ( les Indépendants) et Claude Nougein ( LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/09/20 | Sénatoriales en Haute-Vienne: le sortant sanctionné au profit du PS

    Lire

    Carton plein en Haute-Vienne pour les deux candidats PS Isabelle Briquet, ex maire du Palais sur Vienne, et Christian Redon Sarrazy, maire de Meuzac, qui sont élus au deuxième tour avec respectivement 480 voix et 408 voix. Le maire de Limoges Emile Roger Lombertie (LR) échoue avec 380 voix. Quant au sortant Jean-Marc Gabouty (DVC), il ne totalise que 232 voix...

  • 27/09/20 | Dans les Deux-Sèvres, la droite reste au Sénat

    Lire

    Dans les Deux-Sèvres, le sénateur sortant Philippe Mouiller(LR) est arrivé en tête au premier tour avec 753 voix sur 1101 voix exprimées (il en fallait 551 pour être élu). À l'occasion du second tour, c'est l'actuel président du Conseil départemental Gilbert Favreau (LR) qui a été choisi par les grands électeurs, avec 424 voix, soit 39 voix de plus que son adversaire socialiste Nathalie Lanzi.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Creuse, la gauche conserve ses 2 sièges

    Lire

    Ce 27 septembre, les grands électeurs creusois n'ont pas fait durer les suspens pour le sénateur sortant socialiste, et ancien président du Conseil départemental Jean-Jacques Lozach, assuré de sa réélectio, d'une courte tête, dès le 1er tour avec 50.74% des voix. Il aura fallu en passer par le second tour pour finalement voir l'autre sénateur sortant Eric Jensannetas également reconduit pour un nouveau mandat avec 43,5% des voix.

  • 27/09/20 | Elections sénatoriales en Charente: le PS ne réussit pas son pari

    Lire

    C'était joué dés le premier tour pour la sénatrice socialiste Michèle Bonnefoy, qui, raflant 60,5% des voix repart ce 27 septembre pour un 3ème mandat. Suite à la défection de l'autre sénateur sortant PS Michel Boutant, c'est finalement le candidat François Bonneau, divers droite, qui s'est imposé (50,4% des voix) et occupera désormais le second fauteuil de sénateur du département, qui voit de ce point de vue là son équilibre politique bousculé.

  • 27/09/20 | Marie-Claude Varaillas (PC) et Serge Mérillou (PS) nouveaux sénateurs de Dordogne

    Lire

    En Dordogne, l'union de la gauche a fonctionné. Serge Mérillou (PS), maire de Saint-Agne et conseiller départemental a été élu au premier tour sénateur de la Dordogne. Marie-Claude Varaillas (PC),conseillère départementale a été élue sénatrice de la Dordogne au 2e tour avec 629 voix, elle a devancé Jean-Pierre Cubertafon (Modem), soutenu par la LREM qui a recueilli 602 voix et Robert Dubois (RN), 51 voix. Marie-Claude Varaillas est la première sénatrice en Dordogne sous la Ve République.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Vignoble bordelais : la crainte d'une chute

27/01/2020 | Impactés au niveau du volume de vente et du chiffre d'affaire par la taxe sur les vins français imposée par les États-Unis en octobre, l'interprofession s'agite.

CIVB Bordeaux

Mobilisation générale ce lundi 27 janvier : alors que le maire de Bordeaux proposait au vote du conseil municipal une motion de soutien au monde du vin, touché par la hausse des importations américaines accordées par l'OMC le 18 octobre dernier, l'interprofession prenait à nouveau la parole pour réclamer des mesures rapides, parmi lesquelles un "fonds de compensation" national de 300 millions d'euros. Englués dans un contexte stratégique international complexe et des tensions diplomatiques aux issues encore floues, les professionnels du vin craignent des primeurs boudés. On vous explique pourquoi.

"Ces taxes ont un impact très fort, c'est un sujet qui n'aurait pas dû être le nôtre. Il l'est devenu parce que la filière des vins français est la deuxième filière à l'exportation dans la balance commerciale de la France". Ces mots, prononcés ce lundi 27 janvier par le président du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux, Bernard Farges, sonnent comme une forme d'alerte générale.

Perspectives dans le rouge

Réunis ce matin, les représentants de l'interprofession et plusieurs parlementaires (dont Benoît Simian et Nathalie Delattre), ont pris la parole pour dénoncer une mesure prise par l'OMC le 18 octobre dernier. L'Organisation mondiale du commerce a donné l'autorisation à Washington d'imposer des taxes à hauteur de 7,2 milliards de dollars sur des produits et services européens. En arrière fond, une histoire déjà ancienne : une bataille juridique entre Airbus et Boeing au sujet de subventions accordées aux deux géants de l'aéronautique, d'un côté par l'Union Européenne, de l'autre par les États-Unis. Le 18 octobre, ces derniers ont relevé les taxes de douanes sur plusieurs produits, notamment les avions d'Airbus (+10%) mais aussi l'huile d'olive espagnole, les fromages italiens ou encore... les vins français de moins de 14 degrés. 

Le contexte des vins de Bordeaux, dont les ventes sont en chute, notamment dû à la mauvaise santé du marché chinois, n'aide pas. Le "dommage collatéral" dénoncé par les professionnels, c'est aussi celui de la taxe Gafa, dont la France a acté le report pour 2020. Économiquement, les États-Unis pèsent lourd dans la balance commerciale : 3,2 milliards d'euros d'exportation en 2018 (+5%), une valeur qui a plus que doublé en dix ans. Avec 1,7 millions d'hectolitres et un chiffre d'affaires de 1,7 milliards d'euros, les États-Unis sont le premier marché à l'export pour les vins français. Si 14% des vins produits en Gironde sont exportés chaque année vers les États-Unis, les vins français ne pèsent pas bien lourd pour la balance commerciale américaine : 4,7%, soit deux fois plus que l'Espagne (2%) mais quasiment deux fois moins que l'Italie (9,4%). "Notre part de marché est très facile à perdre, on peut vous remplacer facilement. Nous sommes en train de voir nos vins déréférencés, remplacés par des vins non taxés. Évidemment, la reconquête sera longue et coûteuse, il y a peu de chances pour qu'elle soit complète. La seule solution qu'on a aujourd'hui pour garder nos parts de marché, c'est de prendre à notre charge la taxe et donc de baisser nos prix de 20 à 25%, ce qui entame la rentabilité de nos entreprises et n'est pas durable", a ainsi affirmé Cédric Coubris, président de la Fédération des vignerons indépendants de Gironde en évoquant des pertes estimées "en deux mois à 20 millions d'euros pour les vignerons indépendants français" et en prévoyant que ce même chiffre pourrait monter à 100 millions d'euros sur l'année.

Les résultats de cette taxation se sont déjà fait sentir Outre-Atlantique : en novembre 2019, les ventes de vins de Bordeaux ont ainsi chuté de 24% en volume et de 46% en chiffre d'affaires par rapport à 2018. L'alerte de l'interprofession a beau ne pas être nouvelle, la date choisie pour cette réunion de crise n'a rien d'un hasard. Mi-février prochain, le président américain Donald Trump aura la possibilité de faire passer la taxe sur les vins français à 100%, une perspective que ce dernier a déjà évoqué en août dernier. La guerre sur fond d'aéronautique pourrait, elle aussi, se durcir : l'OMC doit encore statuer sur l'imposition de nouvelles mesures douanières aux États-Unis par l'Union Européenne pour sanctionner les subventions accordées à Boeing. Donald Trump et Ursula von der Leyen (présidente de la Commission européenne), ont annoncé un futur accord commercial global. Du côté du ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, on parle de la volonté d'instaurer une "exception alimentaire et agricole" pour les futurs traités de libre échange. 

La filière vins est donc en ordre de bataille. En premier lieu, elle demande au gouvernement le déploiement d'un fonds spécifique de 300 millions d'euros (par an) pour compenser les pertes. "Nous demandons enfin une vraie écoute, une vraie prise en compte des enjeux par le gouvernement français parce que depuis le mois d'octobre, il ne s'est rien passé, sauf des essais plutôt vains aujourd'hui de renvoyer le sujet vers l'Europe. Ni la Commission Européenne ni les autres pays, qui n'étaient pas responsables de l'origine du conflit, n'ont envie de venir compenser les pertes de la filière viticole sur un sujet qui n'est pas le leur", a ainsi souligné Bernard Farges. La deuxième demande, plus symbolique, est l'adoption d'une motion de soutien par les communes viticoles ou concernées par la problématique de la taxation.

Motions et soutiens 

 

Sur ce point, la mairie de Bordeaux a pris les devants. Ce même jour, le maire de Bordeaux a mis au vote une motion de soutien lors du conseil municipal. Le document parle d'une filière "victime collatérale, étrangère au conflit industriel. Les décisions américaines anéantiraient la position des vins français sur ce marché et auraient des répercussions économiques désastreuses et sans précédent à court et long terme pour nos territoires. Les vins de Bordeaux sont à l'origine d'une part conséquente de l'excédent commercial de la France avec 44% des volumes français et 52% de la valeur à l'export", précise le document municipal, prévu pour être transmise au président de la République et qui comporte la même demande d'un "fonds de soutien". Pour Marc Médeville, président du syndicat AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur, la menace d'une taxe réhaussée est réelle. "Si on est taxés à 100%, on sera définitivement hors-jeu. À chaque fois qu'on sort d'un marché, on a beaucoup de mal à le reprendre. On l'a vu lors de la reprise des essais nucléaires sous Chirac en Europe du Nord, où on avait été blacklistés, ça avait été une galère sans nom pour reprendre nos places. Les États-Unis sont un marché mature pour nous, de qualité avec de la valeur. C'est le seul pays où le gouvernement pourrait intervenir pour nous aider. (...) Dans bien des cas, ces 25% de marge, on ne les a pas. On est en train de donner l'opportunité aux autres pays de vendre chez nous".

Le responsable affirme avoir demandé aux vignerons de son appellation d'aller toquer au bureau des maires de leurs communes respectives pour demander un soutien politique et un report de la taxe, "histoire qu'on s'apaise un peu". La mobilisation des élus, elle, a déjà commencé, timidement jugeront certains. Actuellement, une trentaine de communes en France auraient proposé une motion similaire. "Ce matin, des sénateurs ont affirmé qu'ils en parleraient dans les communes. C'est le cas d'Alain Cazabonne à Talence, par exemple. D'autres maires de la métropole bordelaise devraient alimenter cette dynamique", a précisé la sénatrice Nathalie Delattre, non sans évoquer les complications imposées par la période électorale qui se profile. Voilà, en tout cas, de quoi l'alimenter.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4146
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !