Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/04/20 | Le Bac 2020 en contrôle continu

    Lire

    Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce vendredi que les épreuves finales du baccalauréat 2020 n'auront pas lieu "dans les conditions normales". Les élèves seront évalués sur le contrôle continu, sans épreuves finales. Les élèves de CAP, BEP et BTS sont aussi concernés, et les notes données à distance pendant le confinement ne seront pas comptabilisées dans le contrôle continu. En revanche, l'oral de français pour les élèves de 1ère est maintenu et les épreuves de rattrapages du bac auront lieu "dans les conditions habituelles".

  • 03/04/20 | Deux-Sèvres : 200 tablettes numériques pour les EHPAD

    Lire

    Pour faire face à une situation sociale difficile dans les EHPAD à cause de l'interdiction des visites dans les établissements, le Conseil départemental des Deux-Sèvres distribue dès ce vendredi et jusqu'à lundi prochain 200 tablettes numériques. Ces outils devront permettre aux résidents de garder le contact avec leurs proches en cette période de confinement. L'investissement réalisé par le Département pour l'achat de ces tablettes est de 100 000 euros.

  • 03/04/20 | Cet été, rendez-vous avec le « Le Barbier de Séville » à Sanxay (86)

    Lire

    Depuis 21 ans, les Soirées Lyriques de Sanxay dans la Vienne, 3e festival de chant lyrique de France, proposent chaque été un opéra en plein air, dans les vestiges du théâtre gallo-romain de Sanxay (Vienne). Cet été, les 10, 12 et 14 août, « Le Barbier de Séville » de Rossini sera joué pour la première fois à Sanxay. Cette coproduction Opéra national du Rhin / Opéra de Rouen sera scénographiée et mise en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau.

  • 03/04/20 | Les deux résidentes d'un Ehpad bayonnais ont quitté l'hôpital

    Lire

    Les deux résidentes de l'Ehpad Harambillet, qui avaient été testées positives au Covid-19 et hospitalisées, ont regagné l'établissement, respectivement hier 2 avril et aujourd'hui 3 avril. La première, âgée de 86 ans, avait été admise au Centre hospitalier de la Côte basque le 17 mars et la seconde, âgée de 89 ans, le 20 mars. En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, la Ville de Bayonne et son Centre communal d'action sociale ont mis en place des mesures sanitaires de confinement strictes au sein de cet établissement dès le début de la pandémie.

  • 03/04/20 | Nouveaux renforts de personnels soignants à l'Est

    Lire

    Après un premier départ de personnels soignants dimanche dernier, 18 nouveaux volontaires sont partis le 2 avril pour renforcer les hôpitaux de l'Est de la France. Des médecins anesthésistes réanimateurs et infirmiers anesthésistes de milieux hospitaliers mais aussi des libéraux et des praticiens d'établissements publics et privés. Ils viennent des Landes, de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Charente-Maritime, pour renforcer le centre hospitalier et l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse pour 4 à 10 jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Start-up : Des food trucks écoresponsables

09/12/2019 | Martin Malinvaud a cofondé l’entreprise Food Truck Agency en 2015 pour répondre aux besoins d’emplacements des food trucks…

Food Truck

Depuis juin dernier, Martin Malinvaud a élu domicile au Village By CA Aquitaine, aux Quinconces, à Bordeaux afin de faire grandir son entreprise Food Truck Agency. Son but est de faire venir des food trucks au sein des entreprises ou des grandes écoles, « des entités de plus de 500 personnes », afin de faire se rencontrer l’offre et la demande. En recherche permanente de partenaires, ce dernier vient de signer avec le Groupe Pichet et Sopra Steria pour installer quotidiennement des camions de restauration…

Aujourd’hui, à Bordeaux, cinq emplacements sont disponibles pour les 50 à 60 food trucks existants. Pour trouver une solution à ce problème, Martin Malinvaud, Mathieu Monereau et Boris Legendre ont imaginé une entreprise qui trouverait des lieux de résidence pour ces restaurants ambulants. « A l’époque, raconte Martin, nous étions tous les trois étudiants à l’INSEEC. Le midi, nous ne trouvions pas grand-chose à nous mettre sous la dent, l’école étant située sur les quais. Dans le même temps, nous avions un stage à mener ainsi qu’un projet d’école. Ayant vadrouillé pas mal tous les trois aux quatre coins du globe, nous connaissions bien les richesses culinaires internationales. Nous nous sommes alors lancés le défi de créer notre propre société de recherche d’emplacements pour les food trucks. »

Bio, local, écoresponsable
Mais ne vous y trompez pas, malgré sa dégaine d’étudiant et sa barbe de trois jours, Martin ne prône pas la malbouffe. Bien au contraire… ! « Notre souci est que les salariés dégustent un met comme à la maison. Qu’ils retrouvent de véritables sensations gustatives. Ainsi, quotidiennement, les camions changent afin que les clients mangent des repas différents. » Aussi, et c’est une des priorités de Martin, les produits sont dans la mesure du possible frais, locaux et/ou bio. La notion d’écoresponsabilité résonne pleinement dans cette démarche. « Un de nos camions est estampillé 0D, comprenez zéro déchet. Nous tentons donc de responsabiliser les gens en combattant les mauvaises habitudes notamment en les incitant à utiliser des consignes ». Ces camions permettent également un renouveau de convivialité à l’heure du déjeuner. Au lieu de passer une commande, de se faire livrer, et de rester manger devant son ordinateur, « là les gens se retrouvent dans la queue à échanger et à déjeuner ensemble. »

Un modèle économique à affiner
Mais pour arriver à ce résultat. Martin et ses collègues ont du se frotter à l’échec entrepreneurial. « En effet, avant juin dernier, nous avions un modèle économique qui ne fonctionnait pas. Il taxait à hauteur de 10 % du CA les food trucks et l’emplacement était gratuit pour les entreprises. Face au mécontentent des restaurateurs ambulants qui n’arrivaient pas à joindre les deux bouts, nous avons revu notre copie. Aujourd’hui, les entreprises payent en moyenne 150 € / intervention et les food trucks nous délivrent une redevance symbolique de 25 €. » Depuis six mois donc, Martin Malinvaud teste ce nouveau modèle économique au sein du Village by CA Aquitaine. Ses deux anciens collègues fondateurs ayant décidé de suivre d’autres envies professionnelles, Martin se retrouve donc seul à bord. Pas tout à fait seul en réalité, car au sein du Village 23 autres startups disposent de bureaux. « De riches échanges peuvent donc se créer ce qui permet d’avancer. Et grâce à cet accélérateur de startups je dispose d’un très large réseau de grandes entreprises. Ainsi, il est beaucoup plus facile pour moi de trouver de nouveaux clients. »

Un gage de qualité
Martin croit dur comme fer à son activité d’autant qu’« aujourd’hui, sur le marché de la restauration collective nous sommes les moins chers et cela les entreprises le savent bien ! Nous leur évitons d’investir dans un restaurant d’entreprise et assurons la bonne qualité de nos repas. » En effet, Food Truck Agency, en plus de trouver des emplacements, a mis en place un cahier des charges pour s’assurer du respect de la qualité et de l’hygiène des camions. Egalement, tous les mois, Martin contacte les entreprises pour connaître leur point de vue sur les camions. « A partir de leurs réponses nous gardons ou non les food trucks en place ». Et puis, grâce à une appli, les clients peuvent commander d’avance et déposer un commentaire qui permet à Martin de juger ou non de la qualité de la restauration proposée. Si aujourd’hui Food Truck Agency ne compte qu’un salarié, deux autres personnes devraient très rapidement grossir les rangs en CDI et en contrat d’apprentissage. 

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : Food Truck Agency

Partager sur Facebook
Vu par vous
6650
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !