aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/04/17 : La Préfète se rendra au commissariat de police de Périgueux, le 25 avril à 11 h pour une minute de silence en hommage à Xavier Jugelé, assassiné le 20 avril. La minute de silence sera observée à la même heure dans la Cour d'honneur de la Préfecture.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/04/17 | Gironde: un millier d'hectares pourraient être affectés par le gel

    Lire

    Ce chiffre a été évoqué avec les précautions d'usage lors de l'assemblée générale du CIVB ce lundi à Bordeaux. Le gel a en tout cas touché à des degrés divers le bas sauternais, des secteurs du Blayais et de l'entre deux mers et particulièrement dans la nuit du 20 avril. Une certaine inquiétude persiste puisque des températures très basses sont attendues ce milieu et cette fin de semaine alors que la vigne sous l'effet des fortes chaleurs de ce mois d'avril a accéléré son débourrement.

  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

  • 24/04/17 | Réaction d'Olivier Falorni, député de la circonscription La Rochelle-Ré

    Lire

    Le député de la 1re circonscription de Charente-Maritime s'est montré satisfait des résultats : "Si je devais résumer cette élection en un mot, je dirais : neuf. La vie politique ne sera plus la même.La gauche et la droite ont implosé. Les Français ont montré une volonté de tout mettre en l'air,de bazarder les anciennes pratiques. Macron comme Le Pen sont trangressifs en ce sens qu'ils refusent d'être de droite ou de gauche[...] Les Français ne veulent plus d'une politique de clivages périmés"

  • 23/04/17 | Pyrénées-Atlantiques : le Modem évoque une "belle espérance"

    Lire

    Comme l'a fait François Bayrou, qui estime que la clé du second tour réside dans le rassemblement, le président Modem du Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, Jean-Jacques Lasserre, qualifie de "belle espérance" le résultat obtenu par Emmanuel Macron sur le plan national. Il salue également un projet qui associe "la recherche d'une économie compétitive et un équilibre social sans lequel rien ne peut se construire".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Attractive en France, Bordeaux ne joue pas dans la cour des grands en Europe

25/06/2013 | Les études socio-économiques parlent et placent Bordeaux au 2ème rang des villes attractives après Toulouse, mais loin du jeu des métropoles européennes.

Jean-Marc Offner, directeur de l'A Urba

Après la publication en avril dernier, du sondage BVA révélant Bordeaux comme la 2ème ville préférée des Français, l'Observatoire de l'activité économique et de l'emploi de l'a'urba (Agence d'urbanisme Bordeaux métropole Aquitaine) a choisi de faire de la thématique de l'attractivité le thème central de son premier «rendez-vous». Un temps d'échange et de débat entre acteurs du développements économiques qui a confirmé qu'à travers le prisme de l'étude scientifique, Bordeaux a bel et bien une attractivité socio-économique intéressante au niveau français mais que celle-ci doit être à relativiser au niveau européen.

Selon une étude réalisée l'an dernier par Patrick Tanguy de l'agence d'urbanisme de Marseille, et en cours d'actualisation, Bordeaux, serait sur les 12 agglomérations étudiées (hors Paris) située au rang 2, derrière Toulouse et devant Nantes. Un bon score établi à partir de quatre grande familles d'indicateurs, deux appartenant aux «leviers de l'attractivité» que sont la situation économique de la ville et sa qualité de vie, et deux autres ayant trait aux «résultats de cette attractivité», concernant les personnes et les compétences puis les entreprises et les investissements. Ces quatre grandes familles étant elles-même appuyées sur un grand nombre d'indicateurs objectifs.
Si le classement de Bordeaux est assez moyen du point de vue de sa situation économique (7ème sur 12) et de qualité de vie (6ème sur 12), les données relatives aux résultats l'attractivité de la ville sont pourtant bons. Bordeaux arrive en effet 3ème dans un trio de tête resserré aux côté Toulouse et Montpellier, en ce qui concerne l'attractivité des personnes et des compétences. Même 3eme place en ce qui concerne l'arrivée d'entreprises et d'investissements dans la ville. Au total, selon l'étude de l'agence d'urbanisme de Marseille, Bordeaux, serait donc la deuxième agglomération française en terme d'attractivité sociale et économique derrière Toulouse et devant Nantes. Une situation certes satisfaisante mais pour le moins perfectible.

En Europe Bordeaux n'a pas le niveauEn effet, tout n'est pas pour le mieux dans le meilleur des mondes possible. Tout d'abord parce que les indicateurs utilisés dans cette étude montre un certain degré d'évolution sur de nombreuses questions dont l'incontournable sujet de la congestion de la ville ou encore sur la part, très faible, de cadres métropolitains (Bordeaux arrivent en 10ème place sur ce critère). Ensuite parce que le monde ne s'arrête plus aux frontières de la France. Et hors de ces frontières, en Europe notamment, Bordeaux n'a pas le niveau. Et ce malgré quelques performances reconnues en matière d'activités de services aux entreprises ou d'innovation.
Selon l'étude présentée par Fabien Ferrazza,la capitale de l'Aquitaine n'est pas une métropole européenne, ni même une métropole à vocation européenne... En effet, selon l'expert elle est loin d'avoir la capacité de peser en Europe via des réseaux d'échanges comme peuvent l'avoir selon ses résultats des villes comme Paris, Londres, Bruxelles ou même Düsseldorf. Au niveau français sa capacité d'interconnexion avec d'autres territoires reste limitée (hors Paris) à Toulouse et dans une moindre mesure Lyon.
Pour Fabien Ferrazza, c'est bien davantage en travaillant ses complémentarités avec la ville de Toulouse au niveau interrégional que Bordeaux, au sein d'un réseau de villes, pourrait davantage peser en Europe. Une réflexion intéressante à l'heure où le projet métropolitain pour 2030 pose une première ambition «Bordeaux Métropole» à l'horizon 2020 qui, pour l'instant, reste centrée sur des projets bordelo-bordelais.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1013
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !