17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Avec l'arrivée du "Lydia", l'activité porte-conteneurs démarre au Port de Bayonne

03/04/2014 | Depuis vendredi, le porte-conteneur "Lydia" assure une liaison entre Bayonne et Le-Havre. Une opportunité pour le développement éconnomique du port basque

Arrivée du Lydia, au port de Bayonne qui fera la liaison entre Bayonne et Le Havre avec des porte-conteneurs

Vendredi dernier, dans la matinée, quai Saint-Bernard, le "Lydia" affrété par l’armateur marseillais Marfret a effectué sa première escale marquant ainsi le lancement d’une ligne de porte-conteneurs entre Bayonne et Le Havre. Ce service régulier permettra sur une base hebdomadaire, de gérer les flux containérisés entre la région Aquitaine et le monde entier via le port du Havre. Un rêve caressé depuis des années et des années, mais qui se révéla souvent un crève coeur pour le port de l'estuaire de l'Adour. C'est donc une réalité. Une bouffée d'oxygène bienvenue pour le port bayonnais

Son volume d'activités était en regression chaque année un peu plus. Que le transport du bois de tempête avait à peine dissimulé.  Désormais le fret du port de Bayonne ne sera donc plus exclusivement composé d'engrais, de matières chimiques et de liquides que l'on appelle le vrac. Ce "Lydia" d'une longueur de près de 100 mètres (exactement 99,98 m) de 16, 50 m de large et d'une contenance de 396 containeurs qui désormais effectuera une liaison entre le port basque et Le Havre offrira donc de nouvelles perspectives. "Entre autre le fret manufacturé qui pourrait séduire de nombreux sous traitants, de l'aéronautique par exemple, explique Pascal Marty le directeur du port.

"Cette ouverture sur l’international via Le Havre est une opportunité réelle de décrocher de nouveaux marchés pour les entreprises et de s’inscrire dans une démarche bien réelle de préservation de l’environnement avec la perspective de réduire le trafic routier de près de 40 000 camions par an", se réjouissait vendredi André Garreta, le président de la Chambre de commerce de Bayonne, gestionnaire du port, en présence de Pascal Marty, directeur du port, Georges Strullu, conseiller technique  de l'ensemble portuaire mais aussi Perrine Brullon, représentante de la société Marfret et installée depuis un an au Pays basque  pour la réalisation de cet ambitieux projet. "La mise en place de lignes régulières telles que celle-ci, assurée par l’armement Marfret, va permettre au Port de Bayonne de proposer ses services à une multitude de clients de son hinterland et d’un périmètre élargi pouvant s’étendre jusqu’à Toulouse et du côté espagnol en Navarre et Guipuzcoa.", commentait-elle

"Un partenaire bienvenu pour le développement du port" L'entreprise marseillaise Marfret qui a effectué une longue étude avant de lancer cette ligne est une référence dans le transport maritime comme l'explique Perrine Brullon: "C' est une entreprise familiale créée en 1951 constituée de deux entités. D’une part, Marseille Fret qui a une vocation d’armateur, d’autre part Marfret qui exerce l’activité de transporteur maritime, dirigée par Raymond et Bernard Vidil. Cette compagnie comptabilise aujourd’hui 10 agences en métropole et DOM-TOM, regroupant 160 personnes. Les principales destinations internationales sont les Antilles, la Guyane, le Bassin Méditerranéen, USA, Amérique Latine et Australie."

Arrivée du Lydia, au port de Bayonne qui fera la liaison entre Bayonne et Le Havre avec des porte-conteneurs

"Bien que son activité d’origine soit le vrac, Marfret s’est adapté à la mondialisation des  échanges en se tournant essentiellement sur la conteneurisation. Les transitaires et les industriels constituent la majorité des clients, détaille encore Perrine Brullon. Depuis 2005, la création du service Fluviofeeder a permis une diversification dans la logistique fluviale et terrestre et un investissement dans l’entreposage. Cet axe Seine relie le Havre à Gennevilliers. Il souligne une volonté de se positionner comme une solution alternative au transport des marchandises. Grâce à un système de navette fluviale, il reliera le Sud-Ouest à la vallée de la Seine, notamment Rouen et Paris."

Un axe important pour le développement du Port de commerceCet axe logistique afin de proposer aux entreprises son hinterland, outil de report modal efficace de développement du Port de commerce, faisait partie des engagements pris par le président de la CCI, André Garreta avec les élus consulaires en 2011. Le potentiel de développement est donc significatif pour son activité et résulte d’un travail (étude, faisabilité et modalités de mise en service) en étroite collaboration entre le service commercial de la CCI en charge du Port et l’ensemble des industriels régionaux.

Rappelant deux désillusions, en 2011, la ligne Bayonne-Anvers qui avait pris l'eau au bout de deux semaines et un projet Bayonne-Rotterdam resté dans les cartons, André Garreta, plus optimiste,  est "ravi de travailler avec un professionnel reconnu du transport maritime par conteneurs tel que Marfret qui vise l'objectif de 20 000  par an à partir de 2015. Le contexte économique est différent et nous nous appuyons sur une entreprise qui a déjà une clientèle importante et une histoire et le maillage du projet est cohérent." Pour être rentable, la ligne devra travailler en double sens entre les deux ports.

Pour le conseiller technique du port, Georges Strullu. "Cette ligne est une indiscutable plus value pour ce port qui dans sa construction et ses aménagements est dans son temps aujourd'hui. Des quais en constructions sur l'autre rive de l'Adour à Anglet  pour accueillir des porte-conteneurs et ici à Saint Bernard, la proximité de la ligne ferroviaire et de l'autoroute, pour transporter tous les produits." En outre, dans le cadre de ce développement, le port, quai Saint-Bernard,  s'est doté de la grue GR 31 qui peut manipuler 15 conteneurs à l'heure.

Enfin, pour ses rotations, le choix du vendredi pour les départs vers le Havre n'est pas innocent. Il permettra en plein week-end de gagner le port normand plus rapidement...que par la route. En attendant, le président de la CCI de Bayonne, en souvenir de cette première a remis un cadre de Bayonne et son port à Perrine Brullon. Les petits cadeaux entretiennent l'amitié. Surtout quand ils sont associés à des promesses d'efficacité économique.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
7328
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !